• " Barbara " de Jacques Prévert, chanté par Yves Montant : Les chansons ou les musiques que j’aime … de Rotpier

     

    Une fois par semaine,

    je vous propose de partager les chansons

    et les artistes que j’aime !

    Clip vidéo et paroles

     

    Cette fois-ci :

     

    Yves Montant :

    « Barbara »

     

    Un texte de Jacques Prévert.

    Pas facile à chanter et je trouve la prestation

    d’Yves Montant superbe !

    .

      

       . 

    Barbara

     Rappelle-toi Barbara
    Il pleuvait sans cesse sur Brest ce jour-là
    Et tu marchais souriante
    Épanouie ravie ruisselante
    Sous la pluie
    Rappelle-toi Barbara
    Il pleuvait sans cesse sur Brest
    Et je t'ai croisée rue de Siam
    Tu souriais
    Et moi je souriais de même
    Rappelle-toi Barbara
    Toi que je ne connaissais pas
    Toi qui ne me connaissais pas
    Rappelle-toi
    Rappelle-toi quand même ce jour-là
    N'oublie pas

    Un homme sous un porche s'abritait
    Et il a crié ton nom
    Barbara
    Et tu as couru vers lui sous la pluie
    Ruisselante ravie épanouie
    Et tu t'es jetée dans ses bras
    Rappelle-toi cela Barbara
    Et ne m'en veux pas si je te tutoie
    Je dis tu à tous ceux que j'aime
    Même si je ne les ai vus qu'une seule fois
    Je dis tu à tous ceux qui s'aiment
    Même si je ne les connais pas

    Rappelle-toi Barbara
    N'oublie pas
    Cette pluie sur la mer
    Sur ton visage heureux
    Sur cette ville heureuse
    Cette pluie sur la mer
    Sur l'arsenal
    Sur le bateau d'Ouessant
    Oh Barbara
    Quelle connerie la guerre
    Qu'es-tu devenue maintenant
    Sous cette pluie de fer
    De feu d'acier de sang
    Et celui qui te serrait dans ses bras
    Amoureusement
    Est-il mort disparu ou bien encore vivant
    Oh Barbara

    Il pleut sans cesse sur Brest
    Comme il pleuvait avant
    Mais ce n'est plus pareil et tout est abîmé
    C'est une pluie de deuil terrible et désolée
    Ce n'est même plus l'orage
    De fer d'acier de sang
    Tout simplement des nuages
    Qui crèvent comme des chiens
    Des chiens qui disparaissent
    Au fil de l'eau sur Brest
    Et vont pourrir au loin
    Au loin très loin de Brest
    Dont il ne reste rien

     

    Bon partage !

     

    Rotpier

    « Les hululucubrations des chouettes Chouettes du Rotpier : un poil d'humour à plumes ! Rébus : le petit arrêt rébus dominical de … Rotpier ! ... Avec un second en bonus ! »

    Tags Tags : ,
  • Commentaires

    1
    Mo
    Samedi 13 Octobre à 18:14
    Mo

    Bonsoir Pierre,

    J'aime beaucoup Prévert et aussi les poèmes chantés par Montand. J'ai encore un vieux 33 tours avec ces chansons mais plus rien pour le jouer.

    Mais c'est vrai qu'avec Youtube on peut toujours se payer un brin de nostalgie.

    Bises,

    Mo

      • Dimanche 14 Octobre à 08:44

        Bonjour Mo !

         

        Eh oui ! Nostalgie, nostalgie …

         

        Et : « La nostalgie n’est plus ce qu’elle était »

        était un livre de … Simone Signoret !

        Avec Montant, ça tombe bien non ?  yes  yes  he

         

        Bonne journée !

         

        Rotpier 

         

        http://rotpier.eklablog.com/

    2
    Samedi 13 Octobre à 18:23

    chouette poésie...mais Montand chanteur,j'aime pô...j'l'ai déjà dit je croisyes

      • Dimanche 14 Octobre à 08:48

        Salut Durdan !

         

        Oui, très belle poésie que je connaissais par cœur à une époque !

        Je la récitais en mangeant des Paris-Brest mais

        c’est là une toute autre affaire ! yes  yes  he

         

        Donc tu n’aimes pas Montant chanteur

        … même pas en descendant ? 

        Et pis  c'est tout !

        Bon dimanche

         

        Rotpier

         

        http://rotpier.eklablog.com/

      • Dimanche 14 Octobre à 09:45

        il a même pas de descendantesarcastic

    3
    Dimanche 14 Octobre à 15:25

    Je redécouvre cette chanson que je trouvais triste à l'époque où nous l'écoutions, j'étais trop jeune, insouciante, ayant été épargnée de justesse de cette guerre terrible.
    Je me souviens de ces notes en mineur qui donnaient un ton romantique et ultra triste et même dramatique. Mais la vie en ces temps-là était dramatique.

    Je suis une petite jeunette de 48, mais sensible aux belles paroles, à la musique et ses notes qui savent si bien accompagner ces paroles magnifiques. 

    Gros bisous du dimanche

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :