• " Épopée sibylline, " un poème-fable de ... Pierre

    .

    Second devoir de vacances ... j'ai un peu traîné pour le finaliser !

    .

    Image du net

     

                Préambule :

    Au pays du grand Rabelais

    où la fabulation est reine

    et l’absurdité souveraine

    le bon mensonge n’est pas laid.

     

    Ce n’est qu’un petit canular

    entre le fromage et la pomme

    « Le rire est le propre de l’homme »

    et contre l’ennui un rempart.

     

    Alors amis rions souvent

    cela met du baume à nos peines

    cela rend la vie plus sereine

    et gomme nos emmerdements !

     

    J’aurais pu c’est bien évident

    choisir une toute autre rime

    mais Rabelais nous a en prime

    pondu le bon mot « excrément » !

     

    Sortons provisions et bouteilles,

    mangeons buvons jusqu’à plus tard

    on entend mieux bien remplis car :

    « Ventre affamé n’a pas d’oreille ! » 

     

    xxxxxxxxxxxxxxx

     

    Photo personnelle

     

     Épopée sibylline,

    Exposé du contexte …

    Alors que j’étais en vacances

    au gîte du Moulin Giraud

    un très beau gîte au bord de l’eau

    j’ai nagé dans l’extravagance.

     

    Il faut préciser c’est notoire

    afin de bien comprendre tout

    que la commune de Panzoult

    est fortement chargée d’histoire.

     

    Parmi les abris troglodytes

    il en est un particulier

    le logis craint ou recherché

    d’une sibylle et de ses mythes.

     

    Situé juste au dessus du gîte

    - joli poste d’observation ! -

    j’avais la fâcheuse impression

    d’être espionné par la susdite !

     

     

     

    Photo personnelle

    .

    Pas n’importe quelle sibylle

    mais la Sibylle de Panzoult

    dont Rabelais citait le trou

    et dont l’image m’obnubile !

     

    Si je vous brosse ce contexte

    c’est pour que vous compreniez mieux

    que vous soyez moins suspicieux

    sur la véracité du texte.

     

    Je vais vous relater l’histoire

    n’allez surtout pas vous moquer

    d’un pauvre barde très marqué

    par cette épreuve vexatoire.

     

    xxxxxxxxxxxx

            L’épopée …

    C’est par un soir de pleine lune

    que me parvint comme une voix

    un murmure étrange ma foi

    qui enclencha mon infortune.

     

    « Que fais-tu près de ma demeure ?

    Es-tu venu me consulter ?

    Tu me parais bien emprunté :

    tu es plus mou qu’un quart de beurre !

     

    Viens donc et entre dans ma grotte

    je ne vais pas te dévorer

    et mon vieux chien a bien mangé

    dépêche-toi crotte de crotte ! »

     

    Son antre sentait la fumée

    ça bouillait dans un vieux chaudron

    une mixture à gros bouillons

    n’ayant pas été écumée.

     

    Dans un coin une vielle chouette

    dardait sur moi ses yeux tout ronds

    de quoi me filer les jetons

    heureusement qu’elle était muette !

     

    Sur une paillasse douteuse

    un chat pelé se prélassait

    autour de son cou un lacet

    sa peau était exémateuse !

     

    Le chien qui était une chienne

    m’observait de façon bizarre

    prêt à entamer la bagarre

    dans une ambiance kafkaïenne !

     

    Croassant de façon lugubre

    un gros crapaud tout rabougri

    à la peau couleur vert-de-gris

    bavait de façon insalubre !

     

    Cela faisait de grosses bulles

    venant s’écraser au plafond

    qui retombaient dans le brouillon

    en formant une pellicule !

     

    J’avais une de ces pétoches

    je frémissais de toutes parts

    tout prêt à souiller mon falzar

    … ne riez pas ce serait moche !

     

    Tout en remuant sa mixture

    elle me dit : « N’aie donc pas peur

    je ne tue pas mes visiteurs

    ou rarement je te le jure.

     

    Je te trouve très sympathique

    bien que tu sois un peu simplet

    c’est cela chez toi qui me plait

    dans le fond tu es drôlatique.

     

    Quand Épistémon et Panurge

    sont venus pour me consulter

    nous nous sommes bien disputés :

    pour trois fois rien moi je m’insurge !

     

    Je leur ai montré mon derrière

    car ils m’avaient poussé à bout

    et quand on me cherche des poux

    je sais me faire cavalière !

     

    En raison de ta bonne bouille

    tout mon travail sera gratuit

    mais ne le dit pas à autrui

    ou je te transforme en grenouille !

     

    Donne-moi tes mains que je lise

    dans leurs lignes ton avenir

    et ne fais pas tous ces soupirs

    vraiment tu te ridiculises !

     

    Je vois … je vois … Oh ! Quelle chance

    tu vas avoir prochainement

    tu peux partir tranquillement

    là tu peux me faire confiance !

     

    Tiens trois louis d’or de ma cagnotte

    tu vois ça commence déjà

    cela ira bien au-delà

    car tu as marché dans ma grotte ! »

     

    Me raccompagnant à sa porte

    elle m’embrassa goulûment

    puis disparut en un instant

    sa chouette en tomba raide morte !

     

    Grosse montée d’adrénaline

    de quoi me perturber l’esprit

    au bout d’un moment j’entrepris

    de redescendre la colline.

     

    A peine entamé la descente

    j’ai glissé sur je ne sais quoi

    dévalé le ravin tout droit

    une culbute ahurissante !

              

        La dure réalité …

    J’ai bel et bien fait une chute

    mais tout simplement de mon lit

    car je rêvais et sapristi

    ce rêve était sans parachute !

     

    Il faut préciser que la veille

    j’avais un peu trop abusé

    d’un chinon pour le moins corsé

    une véritable merveille !

     

                  Moralité :

    Quand on ne tient pas la chopine

    mieux vaut y aller très mollo

    mais c’est bien meilleur que de l’eau

    quand ce n’est pas de la bibine !

     

    Cette histoire rabelaisienne

    je me devais de la conter

    du doigt n’allez pas me montrer

    ou je me jette dans la Vienne !

     

    Comme les moutons de Panurge

    bien d’autres viendront s’y jeter

    dans un élan d’absurdité

    ce sera une grande purge !

     

    Faites en plutôt le partage

    plus on est de fous plus on rit

    et Rabelais dans ses écrits

    nous a légué cet héritage.

     

    La vie n’est pas sans anicroche

    amusons-nous tant qu’on le peu

    avant que de devenir vieux

    et que le moral s’effiloche !

     

    Foin des guerres picrocholines

    qu’un petit rien peut déclencher

    prenons la vie du bon coté

    érigeons ça en discipline !

     

                                                                     Pierre Dupuis

     

     

     

    « Rébus : réponse au petit rébus non dominical de ... Rotpier ! La pensée du jour de ... Rotpier »

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    1
    Mardi 24 Juillet à 16:24

    on ne dit pas " de Sybile le trou"mais plutôt "de Sybile l'ouverture" c'est à la fois plus mystérieux et plus poétiquesarcasticcoolglasses

    https://www.google.fr/url?sa=i&source=imgres&cd=&cad=rja&uact=8&ved=2ahUKEwjMn4SX-LfcAhXkguAKHUPNAPsQjRx6BAgBEAU&url=http%3A%2F%2Fwww.4plaisir.com%2Frousses%2F&psig=AOvVaw3jYoygmI6fs6m4DaID_2Mu&ust=1532528620090351

      • Mercredi 25 Juillet à 09:12

        Salut Durdan !

         

        Mais enfin, Monsieur, un peu de tenue !

        Sont-ce vos vacances qui vous pervertissent à ce point ?  beurk

         

        Et pis c’est tout !

         

        Bonne journée !

         

        Le Rotpier 

         

        http://rotpier.eklablog.com/

           

      • Mercredi 25 Juillet à 12:38

        ben quoi...c'est toi qui parle de trou

    2
    Jeudi 26 Juillet à 16:54

    Je peux écrire que ton poème se termine par une belle chute ! de tout là-haut jusqu'au fond du ravin de ton lit ! smile
    J'ai bien aimé ce poème haletant, si si, je suis bluffée par toutes ces rimes ... il y a en a tellement dans ce long poème.  

    Bravo moi je dis, les passages un peu osés ne m'étonnent guère, je te connais bien et ne m'offusque plus de rien.

    Oui, profitons à fond du temps qu'il nous reste, il passe si vite ... et amusons-nous.

    Gros bisous

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :