• « Georges Moustaki » , « Sans la nommer » ... Les chansons ou les musiques que j’aime … de Rotpier

     

     

    Une fois par semaine,

    je vous propose de partager les chansons

    et les artistes que j’aime !

    Clip vidéo et paroles

     

    Cette fois-ci :

     

    « Sans la nommer »

     

    « Georges Moustaki »

     

    En 68, j’avais 22 ans

    et j'ai eu 5 semaines de grève au compteur

    avec occupation d' usine …

     

     

    ♪ Sans La Nommer ♪

     

    Je voudrais, sans la nommer, .
    Vous parler d'elle
    Comme d'une bien-aimée,
    D'une infidèle,
    Une fille bien vivante
    Qui se réveille
    A des lendemains qui chantent
    Sous le soleil.

    C'est elle que l'on matraque,
    Que l'on poursuit que l'on traque.
    C'est elle qui se soulève,
    Qui souffre et se met en grève.
    C'est elle qu'on emprisonne,
    Qu'on trahit qu'on abandonne,
    Qui nous donne envie de vivre,
    Qui donne envie de la suivre
    Jusqu'au bout, jusqu'au bout.

    Je voudrais, sans la nommer,
    Lui rendre hommage,
    Jolie fleur du mois de mai
    Ou fruit sauvage,
    Une plante bien plantée
    Sur ses deux jambes
    Et qui trame en liberté
    Ou bon lui semble.

    C'est elle que l'on matraque,
    Que l'on poursuit que l'on traque.
    C'est elle qui se soulève,
    Qui souffre et se met en grève.
    C'est elle qu'on emprisonne,
    Qu'on trahit qu'on abandonne,
    Qui nous donne envie de vivre,
    Qui donne envie de la suivre
    Jusqu'au bout, jusqu'au bout.

    Je voudrais, sans la nommer,
    Vous parler d'elle.
    Bien-aimée ou mal aimée,
    Elle est fidèle
    Et si vous voulez
    Que je vous la présente,
    On l'appelle
    Révolution Permanente!

    C'est elle que l'on matraque,
    Que l'on poursuit que l'on traque.
    C'est elle qui se soulève,
    Qui souffre et se met en grève.
    C'est elle qu'on emprisonne,
    Qu'on trahit qu'on abandonne,
    Qui nous donne envie de vivre,
    Qui donne envie de la suivre
    Jusqu'au bout, jusqu'au bout.

    C'est elle que l'on matraque,
    Que l'on poursuit que l'on traque.
    C'est elle qui se soulève,
    Qui souffre et se met en grève.
    C'est elle qu'on emprisonne,
    Qu'on trahit qu'on abandonne,
    Qui nous donne envie de vivre,
    Qui donne envie de la suivre
    Jusqu'au bout, jusqu'au bout.

     

     

    Bon partage !

     

     

    Rotpier

     

    « Les hululucubrations des chouettes Chouettes du Rotpier : un poil d'humour à plumes ! Le petit rébus dominical de ... Rotpier ! »

    Tags Tags : , ,
  • Commentaires

    1
    Samedi 24 Mars à 09:51

    Je me souviens bien de cette chanson. Paroles qui ont du sens ... Révolution, et oui, çà recommence, çà continue ... sans cesse il faut se battre. Nous étions nombreux aussi à Amiens cette semaine mais les gens de l'Elysée n'en ont rien à faire. On entre peut-être dans une dictature ?

    Mais 68 ... comment oublier ... j'apprenais la sténo-dactylo comme beaucoup de jeune fille, savoir taper sur ces grosses machines nous donnait du boulot.

    Merci Pierre et bon week-end en espérant un peu de soleil ☼

    Gros bisous

      • Dimanche 25 Mars à 16:53

        Bonjour Annick !

        Tous ensemble, tous ensemble… ouais ! Ouais ! yes  yes  yes

        Le temps boude en Normandie mais demain

        cela devrait être plein soleil et … tonte !

        Bonne journée !

        Pierre 

         

        http://rotpier.eklablog.com/

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :