• Une fois par semaine,

    je vous propose de partager les chansons

    et les artistes que j’aime !

    Clip vidéo et paroles

     

    Cette fois-ci :

     

    Le grand Jacques :

     

    « La ville s’endormait »

     

    Quand je pense que certains ont dit que son dernier

    album n'était pas une réussite ...

    .

     

     

        

    .

    La ville s'endormait

     

    La ville s'endormait
    Et j'en oublie le nom
    Sur le fleuve en amont
    Un coin de ciel brûlait
    La ville s'endormait
    Et j'en oublie le nom
    Et la nuit peu à peu
    Et le temps arrêté
    Et mon cheval boueux
    Et mon corps fatigué
    Et la nuit bleu à bleu
    Et l'eau d'une fontaine
    Et quelques cris de haine
    Versés par quelques vieux
    Sur de plus vieilles qu'eux
    Dont le corps s'ensommeille

    La ville s'endormait
    Et j'en oublie le nom
    Sur le fleuve en amont
    Un coin de ciel brûlait
    La ville s'endormait
    Et j'en oublie le nom
    Et mon cheval qui boit
    Et moi qui le regarde
    Et ma soif qui prend garde
    Qu'elle ne se voit pas
    Et la fontaine chante
    Et la fatigue plante
    Son couteau dans mes reins
    Et je fais celui-là
    Qui est son souverain
    On m'attend quelque part
    Comme on attend le roi
    Mais on ne m'attend point
    Je sais, depuis déjà
    Que l'on meurt de hasard
    En allongeant le pas

    La ville s'endormait
    Et j'en oublie le nom
    Sur le fleuve en amont
    Un coin de ciel brûlait
    La ville s'endormait
    Et j'en oublie le nom
    Il est vrai que parfois près du soir
    Les oiseaux ressemblent à des vagues
    Et les vagues aux oiseaux
    Et les hommes aux rires
    Et les rires aux sanglots
    Il est vrai que souvent
    La mer se désenchante
    Je veux dire en cela
    Qu'elle chante
    D'autres chants
    Que ceux que la mer chante
    Dans les livres d'enfants
    Mais les femmes toujours
    Ne ressemblent qu'aux femmes
    Et d'entre elles les connes
    Ne ressemblent qu'aux connes
    Et je ne suis pas bien sûr
    Comme chante un certain
    Qu'elles soient l'avenir de l'homme

    La ville s'endormait
    Et j'en oublie le nom
    Sur le fleuve en amont
    Un coin de ciel brûlait
    La ville s'endormait
    Et j'en oublie le nom
    Et vous êtes passée
    Demoiselle inconnue
    A deux doigts d'être nue
    Sous le lin qui dansait

     

       

    Bon partage !

     

    Rotpier


    3 commentaires
  • Préface ( et alors ! … j’ai bien le droit aussi …non ? )

    Qu’est-ce qu’une idée neuve, brillante, extraordinaire ?

    Ce n’est point, comme se le persuadent les ignorants, une pensée que personne n’a jamais eue, ni dû avoir.

    C’est au contraire une pensée qui a du venir à toute le monde et que quelqu’un s’avise le premier d’exprimer.

    Boileau ( préface des « Œuvres » )

    Sans nous comparer à Boileau (d’ailleurs, moi, j’en bois assez peu !) nous pouvons quand même émettre quelques pensées pour épancher ainsi nos vies ! Sans avoir trop mal aux genoux ....... ?

    Et pis c’est tout !

    Rotpier

    Statue dans mon jardin !

    Si tout n’est pas bon,

    ne m’en veuillez pas : je me rôde, hein !

     

    1ère Pensée :

     

    Quand une marée humaine se retire, elle ne laisse derrière elle que très peu de coquillages échoués, sauf quelques vieux crabes, par-ci par-là, qui mettent plus de temps que les autres à regagner leurs trous.

     

    2ème Pensée : ( C’est un adage )

     

    Le steak à point pour ceux qui aiment la viande bien cuite, c’est bien. Le permis à points pour ceux qui aiment rouler vite, c’est chagrin ! 

     

    3ème Pensée :

     

    Il paraît que Marcel Carné était très vache avec ses acteurs, mais cela reste à prouver !

     

    4ème Pensée : ( C’est vieil adage de port de pêche qui aurait certainement bien plu au grand Jacques !  )

     

    Quand on part en goguette à la recherche de morues, on croise souvent des maquereaux !

     

     

    Et pis c’est tout pour aujourd'hui !

     

    Bonne méditation !

     

    Rotpier

     

     


    4 commentaires
  •  

    Avertissement :

    Ceux qui me suivent pourront constater que j'ai de la suite dans les idées ...

    Pierre

     

     

    Image du net

     

    Tranche de vie,

    ou

    Antichambre du néant,

     

    Clope de caniveau au bec

    ce lourd éclopé de la vie

    ne couchait plus jamais au sec

    côtoyant déjà la survie.

     

    Il s’en allait clopin-clopant

    un peu comme le vent emporte

    les quelques clochards à plein temps

    devant qui se ferment les portes.

     

    Plus aucun espoir devant lui

    un avenir sombre et humide

    plus noir qu’un crachat dans la nuit

    une fin de route turpide.

     

    Un avenir des plus obscurs

    dans le fond d’une vieille cave

    usant ses ongles sur les murs

    vivant mais aux trois quarts épave.

     

    Partageant le sombre habitat

    d’animaux vivant en cohorte

    cernant déjà son galetas :

    cloporte*  parmi les cloportes.

      

    Propension à la volvation

    dans l’ensemble déjà acquise

    un mimétisme en gradation :

    métamorphose et catalyse.

     

                                           Pierre Dupuis

     

     

    * NDA : Le mot « cloporte » est utilisé ici non défavorablement mais dans l’acception de quelqu’un qui s’isole pour échapper aux regards et aux jugements des autres.

     

     

     

     


    Images du net 

     


    6 commentaires
  •  

    Réponses pour les rébus :

    Je viens de les mettre sur le billet d'avant … « rébus » ! 

     Un grand bravo à ceux qui avaient trouvé !

    Pour les autres, un petit retour en arrière est souvent gage d'un grand sourire à venir ! 

     

    Et pis c'est tout Rotpier

     


    votre commentaire
  •  

    Et si l’on faisait un petit arrêt rébus ?

    Juste comme ça, pour se dégourdir

    un peu les neurones !  

    .

     

     

    Petite aide au rébus

    (les champions s'en passeront !) :

    Il n' est pas très facile et le dernier mot est un néologisme que j'ai créé pour l'occasion ... et n'allez pas me balancer que " l'occasion fait le larron " !  Là, je dis non !

     

     

    2ème ligne, 2ème image : " - - - " est ce personnage ? 4ème image : la moitié de ce regarde ce fripon de Titeuf !

    3ème ligne, 3ème image : l'autre nom de l'arobase ! Dernière image : Il y en a 4 de 2 personnage ! ( L'autre aussi ! )

    4ème ligne, 3ème image : ce qui sort amplifié de l’appareil ! 

    5ème ligne, 2ème image : le sein bol de la "  - - - - " !  

    7ème ligne, 1ère image : en direct: " U " !  4ème image : le marin est presqu'en haut du  " - - - " mais il ne se prénomme pas Alexandre ! 

    8ème ligne, 1ère image : un jeu que vous allez trouver tout de  " - - " ! 2ème image : petite la sale bête est lente !

    9ème ligne, 3ème image : lieu où se tenaient les marchés, il en reste de très belles !

    10ème ligne, dernière image : il n'est pas l'ami de Mowgli ! 

    11ème ligne, dernière image : la boisson favorite des rosbifs !

    12ème ligne, 1ère image : un "  - - - " , celui-ci est certainement de sable ! Dernière image: le serpent fait toujours " s" et son frangin aussi !

    13ème ligne, 1ère image : c'est ce qu'il faut payer qu'il faut retenir ou je fais un malheur !

    14ème ligne, dernière image : ce qui suit " Ci " dans le contexte !

    15ème ligne, 2ème image : le cri de la vache !

    16ème ligne, dernière image : endroit où se trouvaient les vigies sur les anciens voiliers !

    Dernière ligne : bras de terre entre deux îles ou deux continents !

     

     

    Et pis c'est tout !  ... Ouf !

    A vous de jouer ! Il y a du boulot ! 

    Dans les gens concernés, il y a pas mal de politiques ! J'espère que vous approuverez mon néologisme afin que je puisse le présenter à l'acacadémie française où je ne sais pas s'il y a des incontinents par rapport aux deux ? ... J'espère que je ne vous embrouille pas trop avec mes salades ! 

     

    Réponse :

    Il est des gens qui n’hésitent pas à tremper, voire ramper, dans de visqueux et humides marigots pour arriver à leurs fins. Je qualifierai cet état d’esprit par un néologisme : le cloportunisme.

     

    Le néologisme :

    Le cloportunisme : contraction du mot « cloporte » et du mot « opportunisme ». Situation d’un individu se complaisant dans le sombre et l’humide pour essayer de parvenir à ses fins, souvent de manière peu glorieuse ! 

     

     

    xxxxxxxxxxxxxxxxxxx

     

    Le second en bonus et sans aide  pour  les accros !

     

     

     

    Épicé c'est tout !

    Allez, au boulot ! Vous qui en avez des gros, vous allez trouver ça les doigts dans le nez ... ce qui n'est pas très beau d'ailleurs : on me l'interdisait quand j'étais petit ... hier quoi ....

     

    Réponse :

    Si ce gars-là attrape un rhume de cerveau, ce sera un tout petit, chez lui, à cet endroit, il n’y a pas grand place pour se loger ! 

     

     

     


    9 commentaires
  •  

    Une fois par semaine,

    je vous propose de partager les chansons

    et les artistes que j’aime !

    Clip vidéo et paroles

     

    Cette fois-ci :

    Maxime Le Forestier

    "Né quelque part,"

     

     

     

    Né quelque part

    On choisit pas ses parents,
    on choisit pas sa famille
    On choisit pas non plus
    les trottoirs de Manille
    De Paris ou d´Alger
    Pour apprendre à marcher
    Etre né quelque part
    Etre né quelque part
    Pour celui qui est né
    C´est toujours un hasard
    Nom´inqwando yes qxag iqwahasa {2x}

    Y a des oiseaux de basse cour et des oiseaux de passage
    Ils savent où sont leur nids, quand ils rentrent de voyage
    Ou qu´ils restent chez eux
    Ils savent où sont leurs œufs

    Etre né quelque part
    Etre né quelque part
    C´est partir quand on veut,
    Revenir quand on part

    Est-ce que les gens naissent
    Egaux en droits
    A l´endroit
    Où ils naissent

    Nom´inqwando yes qxag iqwahasa

    Est-ce que les gens naissent Egaux en droits
    A l´endroit
    Où ils naissent
    Que les gens naissent
    Pareils ou pas

    On choisit pas ses parents, on choisit pas sa famille
    On choisit pas non plus les trottoirs de Manille
    De Paris ou d´Alger
    Pour apprendre à marcher

    Je suis né quelque part
    Je suis né quelque part
    Laissez moi ce repère
    Ou je perds la mémoire
    Nom´inqwando yes qxag iqwaha.sa
    Est-ce que les gens naissent...

     

    Bon partage !

     

    Rotpier

     

     


    3 commentaires
  •  

    Certains ont leurs Zozios, le Rotpier a ses chouettes Chouettes !

    Elles sont féminines ou masculines  et assez BCBG… quoique !

    Il leur arrive fréquemment de se voler dans les plumes sans ménagement ! 

     Elles sont, selon les circonstances, sentencieuses, drôles, percutantes, graves, irrévérencieuses, taclantes et même parfois … grivoises, mais toujours en utilisant un vocabulaire respectueux… enfin presque !

    Le Rotpier l'homme qui murmurait (2)

     

    Les hululucubrations abracadabrantesques

    des chouettes Chouettes du Rotpier

     

     

     

     

     

     

    Signature Rotpier

     

     

     

    ... Je vous chouette une bonne distraction

    ... et une bonne journée !

     

     

     


    4 commentaires
  •  

    Préambule :

     N’étant jamais aussi bien servi que par soi-même, je me permets de m’offrir cette épitaphe qui n’a pas nécessairement lieu de servir rapidement … elle est un peu longue et va coûter cher en gravure ! Il faudrait peut-être que je lance une souscription ou une cagnotte en ligne ?

     

    Image du net !

     

    Epitaphe anagramme,

     

    Son pseudonyme était « Rotpier »

    de « Pierrot » bien sûr l’anagramme

    il adorait les épigrammes

    qui font de jolis croche-pieds !

     

    Il aimait bien « anticiper »

    en « praticien » de la déconne

    sur tous les sujets qui détonnent

    en se moquant des constipés !

     

    Maintenant pour lui c’est plié

    plus de poème en point de « mire »

    plus de « rime » plus de « délire »

    plus de souci pour « élider » !

     

    Il est passé

    il est parti

     c’est du passé

    tout refroidi !

     

                                      « Rotpier »

     

     

    Et pis c'est tout pour aujourd'hui !  

     

     


    6 commentaires
  •  

    Réponses pour les rébus :

    Je viens de les mettre sur le billet d'avant … « rébus » ! 

     Un grand bravo à ceux qui avaient trouvé !

    Pour les autres, un petit retour en arrière est souvent gage d'un grand sourire à venir ! 

     

    Et pis c'est tout Rotpier


    votre commentaire
  •  

     

    Et si l’on faisait un petit arrêt rébus ?

    Juste comme ça, pour se dégourdir

    un peu les neurones !  

    .

     

     

    Petite aide au rébus

    (les champions s'en passeront !) :

    Il est assez court et il est plutôt déjanté ! Allez-y, vous pouvez rouler ! Je ne pense pas que ce soit un calvaire pour trouver !

     

    1ère ligne, dernière image : quand son nez s'allonge, il "  - - - - " ! 

    2ème ligne, 1ère image : c'est un arbre du le fruit est la faine ! 

    3ème ligne, 3ème image : petitye, la sale bête est lente !

    4ème ligne, 2ème image : la suite du refrain d'Antoine ! 

    5ème ligne, 1ère image : lieu où se tenait la vigie sur les anciens voiliers ! ( l'autre aussi ... j'y veille ! )  2ème image : le symbole de la "  - - - - " ... il y a du boulot en ce moment pour y arriver !

    6ème ligne, 2ème image : en direct : " ch " ... va l' dire à ma mère !

    7ème ligne, 1ère image : l' " - - - - -  " de Vitruve par le bon Léonard ! ( Je rappelle que: c'est en sciant que Léonard devint scie ... si ! )

    8ème ligne, 2ème image : ce n'est pas un gars !

    Et pis c'est tout ! 

    A vous de jouer ! Il est court, j'espère que ça va rouler pour vous ! 

     

     

    Réponse :

    Il faut vraiment être fin bourré pour essayer de rouler une pelle à une bouche de métro même si c’est celle des Filles du Calvaire ! 

     

     

     

    xxxxxxxxxxxxxxxxxxx

     

    Le second en bonus et sans aide  pour  les accros !

     

     

     

    Épicé c'est tout !

    Allez, au boulot ! Il n'est pas facile et il contient 2 anagrammes. Les thermes employés sont plutôt figuratifs et cela pourrait s'appliquer à une femme qui voudrait se sortir de la domination d'un homme... c'était quand même la journée des femmes cette semaine ...non ?

     

     

     

    Réponse :

    Elle était hérissée par toutes ses hérésies. Sa seule porte de sortie était de le quitter pour se reconstruire et espérer une résurrection.

     

    Nota : Les anagrammes sont en couleurs !  

     

     


    15 commentaires
  •  

     

    Une fois par semaine,

    je vous propose de partager les chansons

    et les artistes que j’aime !

    Clip vidéo et paroles

     

    Cette fois-ci :

    « Richard Cocciante »

    « Pour elle »

     

    Un hymne à l'amour !

     

     

     

    Pour elle

     

    Je ferai l'été en novembre
    J'la réchaufferai pour pas qu'elle tremble
    J'inventerai les mots du silence
    J'lui f'rai du bleu sur des mots tendres
    J'apprendrai à vivre autrement
    A sa façon et loin des gens
    J'irai chercher l'inaccessible
    L'infiniment sentimental

    Pour elle...

    J'irai au plus profond des rêves
    Qu'elle fait lorsqu'elle est endormie
    Chercher ce que jamais ses lèvres
    N'oseront dire à ses envies
    J'arracherai les habitudes
    Et les moments qui font douter
    Pour détruire les incertitudes
    Sans se parler

    Pour elle...

    J'irai au bord de l'invisible
    Où l'amour tient en équilibre
    Pour elle j'oublierai qui je suis
    J'écouterai tout c'que son cœur dit
    J'irai voler l'indispensable
    L'extrême sentiment d'aimer

    Je jetterai tout de mon passé
    Pour faire de nous mon avenir
    Peut-être simplement pour s'aimer
    Peut-être pour ne jamais mourir

    Pour elle...

    J'arrêterai le temps qui passe
    Pour que plus jamais on n'oublie
    Les caresses qui souvent s'effacent
    Ou qui s'enfuient

    Pour elle...

     

     

    Bon partage !

     

     

    Rotpier


    3 commentaires
  •  

    Certains ont leurs Zozios, le Rotpier a ses chouettes Chouettes !

    Elles sont féminines ou masculines  et assez BCBG… quoique !

    Il leur arrive fréquemment de se voler dans les plumes sans ménagement ! 

     Elles sont, selon les circonstances, sentencieuses, drôles, percutantes, graves, irrévérencieuses, taclantes et même parfois … grivoises, mais toujours en utilisant un vocabulaire respectueux… enfin presque !

    Le Rotpier l'homme qui murmurait (2)

     

    Les hululucubrations abracadabrantesques

    des chouettes Chouettes du Rotpier

     

    Signature Rotpier

     

     

    ... Je vous chouette une bonne distraction

    ... et une bonne journée !

     


    4 commentaires
  •  

     

    Image du net

     

    Préambule :

    Je me suis livré à un petit jeu : un mélange d’anagrammes et de rimes. Je vous invite à trouver d’autres strophes sur le même thème … si cela vous « sied » , ça va de soit… qu’on se le « dise » !

     

    La valse des anagrammes,

     

    Voulez-vous jouer avec moi

    au petit jeu des anagrammes

    certaines pèsent quelques grammes

    mais d’autres font vraiment le poids !

     

    Je vais vous en citer plusieurs

    je compte sur vous pour la suite

    allez, allez je vous invite

    à bouger votre postérieur !

     

    Commençons déjà par « couper »

    qui donne en anagramme « croupe »

    vous voyez bien ça se recoupe

    … je ne pouvais pas la louper !

     

    L’anagramme du verbe « aimer »

    me conduit tout droit au mot « maire »

    et la pilule est bien amère :

    le mien est par trop dévoyé !

     

    L’anagramme de « conseiller »

    nous dirige droit vers « corneilles »

    et aux bâillements quand la veille

    il a un peu trop festoyé !

     

    Si l’on décline le mot « chien »

    il y a « chiné » « niche » et « Chine »

    « cheni » et « niché » ça s’affine

    et puis c’est tout c’est déjà bien !

     

    « Prostituée » se transforme en

    « pirouettes » ou « tripoteuse »

    une analogie très porteuse

    vous en conviendrez aisément !

     

    Moult apéro à l’Opéra

    conduisent droit à l’ « aspirine »

    tout « parisien » qui s’acoquine

    ou non avec une nana !

     

    Le petit rat de l’Opéra

    et puis ensuite « à bas résille »

    tu captes bien ou ça grésille ?

    « réalisables » plans ou pas ?

     

    Ne t’en fait pas allez « souris »

    il faut « oser » la vie en « rose »

    même si ce n’est qu’une pause

    avant de sentir le « roussi » !

     

    Allez ne fait pas « attention »

    parfois je pars à la « dérive »

    « dévier » jusqu’à ce qu’il s’en suive

    l’irrésistible « tentation » !

     

    Si vous trouvez un escargot

    en enfilant votre « limace »

    c’est que la « malice » est en place

    moi je vous le dis tout de go !

     

    Cela devient un peu abscons

    parfois ma muse est un peu « garce »

    cette « Grâce » me fait des farces

    et me laisse là comme un con !

     

    Si vous voulez aller plus loin

    n’ayez pas le « fion » immobile !

    Si l’expression vous horripile

    filez sans faire trop de « foin » !

     

    Et maintenant très chers lecteurs

    à vous de prendre la « relève »

    soyez des excellents élèves :

    il faut s’ « élever »… haut les cœurs !

     

                                                            Pierre Dupuis

     

    " L'anagramme est facile,

    la rime est plus difficile ! "

     

    Image du net !

     

     


    12 commentaires
  •  

    Réponses pour les rébus :

    Je viens de les mettre sur le billet d'avant … « rébus » ! 

     Un grand bravo à ceux qui avaient trouvé !

    Pour les autres, un petit retour en arrière est souvent gage d'un grand sourire à venir ! 

     

    Et pis c'est tout Rotpier


    votre commentaire
  •  

    Et si l’on faisait un petit arrêt rébus ?

    Juste comme ça, pour se dégourdir

    un peu les neurones !  

    .

     

     

    Petite aide au rébus

    (les champions s'en passeront !) :

    Il est assez long et plutôt sérieux comme le dit mon chien ! Il traite de l'âne à Lise, une voisine agricultrice. 

     

    1ère ligne, 3ème image : Petite, la sale bête est lente !  ( l'autre aussi ! )

    2ème ligne, avant dernière image : la moitié du surnom du volatile ! 

    3ème ligne, 1ère image : il "  - - - -  " au présent de l'indicatif !

    4ème ligne, 2ème image : en direct, le symbole de la " vie " ! ( les autres aussi ! ) Dernière image : il ne faut pas prendre le 

    7ème ligne, 1ère image : la suite du refrain d'Antoine ! 2ème image : une  "  - - - - - " automobile !

    8ème ligne, 3ème image : à 3 h 52 du mat, il est très  "  - - -  "  ... même pour Toto !

    Dernière ligne, 1ère image : le verbe à l'infinitif !

     

    Et pis c'est tout ! 

    A vous de jouer ! Il est court, j'espère que le trouverez les doigts dans le nez avant d'aller faire pipi ! 

     

    Réponse :

     

    Rêver pour rêver, c’est comme pisser dans un violon, encore que dans le premier cas cela évite au violon de pourrir !

     

     

     

     

    xxxxxxxxxxxxxxxxxxx

     

    Le second en bonus et sans aide  pour  les accros !

     

     

    Épicé c'est tout !

    Allez, au boulot ! C'est un adage de la campagne ! Vous n'allez pas vous fatiguer beaucoup !

     

     

    Réponse :

    A vouloir courtiser des pimbêches, on se prend souvent des râteaux !

     

     

     


    17 commentaires
  • .

    Allez, on garde les taureaux mais on change de décor ...

     

    Une fois par semaine,

    je vous propose de partager les chansons

    et les artistes que j’aime !

    Clip vidéo et paroles

     

    Cette fois-ci :

    Francis Cabrel

    « La corrida » ...

    Un petit bijou ...

     

     

    La corrida

    Depuis le temps que je patiente
    Dans cette chambre noire
    J´entends qu´on s´amuse et qu´on chante
    Au bout du couloir
    Quelqu´un a touché le verrou
    Et j´ai plongé vers le grand jour
    J´ai vu les fanfares, les barrières
    Et les gens autour

    Dans les premiers moments j´ai cru
    Qu´il fallait seulement se défendre
    Mais cette place est sans issue
    Je commence à comprendre
    Ils ont refermé derrière moi
    Ils ont eu peur que je recule
    Je vais bien finir par l´avoir
    Cette danseuse ridicule

    Est-ce que ce monde est sérieux?
    Est-ce que ce monde est sérieux?
    Andalousie, je me souviens
    Les prairies bordées de cactus
    Je ne vais pas trembler devant
    Ce pantin, ce minus!
    Je vais l´attraper, lui et son chapeau
    Les faire tourner comme un soleil

    Ce soir la femme du torero
    Dormira sur ses deux oreilles
    Est-ce que ce monde est sérieux?
    Est-ce que ce monde est sérieux?
    J´en ai poursuivi des fantômes
    Presque touché leurs ballerines
    Ils ont frappé fort dans mon cou
    Pour que je m´incline

    Ils sortent d´où ces acrobates
    Avec leurs costumes de papier?
    J´ai jamais appris à me battre
    Contre des poupées
    Sentir le sable sous ma tête
    C´est fou comme ça peut faire du bien
    J´ai prié pour que tout s´arrête
    Andalousie, je me souviens

    Je les entends rire comme je râle
    Je les vois danser comme je succombe
    Je pensais pas qu´on puisse autant
    S´amuser autour d´une tombe
    Est-ce que ce monde est sérieux?
    Est-ce que ce monde est sérieux?
    Si, si hombre, hombre
    Baila, baila

    Hay que bailar de nuevo
    Y mataremos otros
    Otras vidas, otros toros
    Y mataremos otros
    Venga, venga a bailar...
    Y mataremos otros

     

    Bon partage !

     

    Rotpier


    6 commentaires
  •  

     

     

    L'actualité vue par Rotpier 1ère image de présentation

    Ça va chauffer à l'Elysée !

     

    xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx

    Au Vatican, ce n'est pas simple non plus ! 

    .

    Et pis c'est tout pour aujourd'hui !

    ( Petits montages à partir d'images du net !)

    Le Rotpier

     


    8 commentaires
  •  

      Remarque préalable :

     Dans le cadre d'un retour à l'élevage agricole raisonné et aussi de celui du salon de l'agriculture, il m'a semblé important, pour votre culture, de vous informer de mon appel aux éleveurs français pour un retour aux fondamentaux de la procréation naturelle qui faisait qu'il n'y avait pas de conception sans récréation.

    Pour résumer simplement : " Amène-toi Germaine si tu veux la petite graine ! "

     Le Rotpier, un homme globalement très affable.

     

    Image du net ... pas très nette !

     

    .

    Strass et paillettes : oui !

     Sperme et paillettes : non !

    Image du net

     

    Préambule :

    Il est pour moi grand temps

    de revenir aux sources,

    pour faire des enfants

    privilégions les bourses !

     

       Fable

     

    Le taureau et le fermier,

     

    « Arrive un peu ici,

    j’ai deux mots à te dire !

    Pas du flou, du précis

    et ce n’est pas pour rire ! »

     

    C’est ainsi que parla

    un taureau en colère,

    sans plus de tralala,

    à son propriétaire !

     

    « Terminé, ça suffit,

    tu me rends ridicule,

    tu tires du profit

    de mes deux testicules !

     

    Cesse l’exploitation

    de ma zone érectile :

    plus d’éjaculation

    dans un but mercantile !

     

    Mon sperme n’est pas fait

    pour finir en paillettes !

    Je le veux chaud et frais

    et livré par la bête !

     

    De dizaines de veau

    je suis, bel et bien père,

    mais jamais in vivo

    je n’ai connu leurs mères !

     

    J’exige le retour

    au travail à l’ancienne !

    Moi je veux de l’amour

    et que les vaches viennent !

     

    Suppose que tu sois

    confronté au problème,

    qu’on profite de toi

    que jamais tu ne sèmes !

     

    Pas le droit d’approcher

    de la belle patronne

    et pas plus de toucher

    aux fesses de la bonne !

     

    Que tes propres moutards

    soit les fruits de pipettes

    sans la case plumard

    … je vois déjà ta tête !

     

    Voila que tu comprends !

    Ouvre donc la barrière,

    Marguerite m’attend

    tortillant du derrière !

     

    Tu ferais bien aussi

    d’aller voir la patronne

    et en cas de soucis

    rabats-toi sur la bonne ! »

     

                 Moralité :

    C’est certain, rien ne vaut

    la méthode classique :

    pour faire des marmots

    revenons au basique !

     

    Vive le circuit court

    et à bas l'hérésie

    des petits sans amour :

    vivats pour la saillie !

     

    Reprenons le flambeau

    et laissons les paillettes

    au fond des congélos

    ou pour les jours de fête !

     

                                    Rotpier

    Le bonus :

     

    Les scoops du Rotpier

     

    Image bidouillée du Rotpier !

     

    Le Rotpier, le journaliste qui fourre son nez partout !

     

    Les dernières nouvelles du salon de l’agriculture :

     1er scoop :

    En dehors de flatter le cul des vaches, on a vu le Président Macron s’entretenir longuement avec un taureau qui semblait très en colère, mais qui n’avait pas de gilet jaune, n’en ayant certainement pas trouvé un à sa taille.

     Lui a-t-il soumis cette revendication ? Nous n’avons pas eu la réponse.

    Lorsqu’on l’a interrogé, le taureau n’a même pas bougé la queue, pareil pour le Président. Ni l’un ni l’autre n’ont laissé filtrer d’informations, mais on le subodore très fortement.

    Au salon, les supputations vont bon train et les vaches les regardent passer …

     

    2ème scoop :

    Nous avons constaté que le Ministre des Collectivités Territoriales et animateur du Grand Débat occasionnellement est passé totalement inaperçu au milieu des vaches. Nous ne doutons pas que nos fidèles lecteurs sauront trouver pourquoi …

     

    Le Rotpier, un homme de métier toujours au service de la vérité.

     

     

     

     


    7 commentaires
  •  

    Réponses pour les rébus :

    Je viens de les mettre sur le billet d'avant … « rébus » ! 

     Un grand bravo à ceux qui avaient trouvé !

    Pour les autres, un petit retour en arrière est souvent gage d'un grand sourire à venir ! 

     

    Et pis c'est tout Rotpier

     


    votre commentaire
  •  

    Et si l’on faisait un petit arrêt rébus ?

    Juste comme ça, pour se dégourdir

    un peu les neurones !  

    .

     

    Petite aide au rébus

    (les champions s'en passeront !) :

    Il est assez long et plutôt sérieux comme le dit mon chien ! Il traite de l'âne à Lise, une voisine agricultrice. 

     

    1ère ligne, 2ème image : le serpent fait toujours "s" ( je le répète toujours mais c'est pour ceux qui s'essaient pour la 1ère fois à mes rébus ! Je tenais à le signaler pour que vous ne me preniez pas pour un sénile en devenir ! )

    2ème ligne, 2ème image : un diagramme de "  - - - " et pas pour les ânes ! ( l'autre aussi ! ) 3ème image : "oui" en russe ! Dernière image : la moitié de la marque: je vous le dis périodiquement ! ( les autres aussi ! )

     4ème ligne, dernière image : en direct: " ti " ... oui mes titis !

    5ème ligne, 2ème image : quand son nez s'allonge, il  " - - - - " ! Dernière image : attention, c'est " - - - - - " bouillant ! ( l'autre aussi ! )

    7ème ligne, 1ère image : des poches de  " - - - - " pour sauver des vies ! 2ème image : les vaches sont dedans et il parait que l'amour y est aussi ... et pas seulement le vache 

    8ème ligne, 3ème image : il ne faut pas prendre le fils ... ni le Saint-Esprit d’ailleurs ! 4ème image : le verbe conjugué au présent de l'indicatif ou de l'impératif d'ailleurs et d'ici aussi !

    9ème ligne, 1ère image : un petit logo pour le "  - - - " de ce qu'il y a à la ligne précédente ! 4ème image : le mec à une sacrée "  - - - - " il a du chopper la crève ! 

    10ème ligne, 1ère image : prenez le bon coté, ne soyez pas manche !

    11ème ligne, dernière image :  lieu où se tenait les marchés, il en reste encore de très belles ... j'ai bien connu celles de Paris ... ce qui ne me rajeunit pas !

    13ème ligne, 3ème image : quand on meure, il parait qu'elle s'envole ! 

    14ème ligne, dernière image : c'est le mouvement qu'il faut retenir !

    15ème ligne, 1ère image : des poches de " - - - - " pour sauver des vies ! ( l'autre aussi ! ) 3ème image : la boite imite le cri de la vache !

    Dernière ligne, 2ème image : en direct : " ti " ... et c'est fini mes titis !

     

    Et pis c'est tout ! 

    A vous de jouer ! Et de partager ou pas ma façon de voir les choses de la vie comme disait Claude Sautet ! 

     

     Réponse :

    La seule façon d’analyser objectivement les choses c’est de le faire sans préjugés. Or, personne n’est sans préjugés. Donc, toutes les analyses sont faussées. Voilà mon analyse des choses.

     

     

     

    xxxxxxxxxxxxxxxxxxx

     

    Le second en bonus et sans aide  pour  les accros !

     

     

    Épicé c'est tout !

    Allez, au boulot ! C'est un adage court et un peu culinaire que vous pouvez garder pour le dessert ou pas ! Il est bien connu à Lamotte-Beuvron !

     

     

    Réponse :

    Ami, quand l’âge t’atteint, l’important c’est de ne pas devenir trop tarte ! 

     

    Nota: 

    Les sœurs TATIN (Caroline et Stéphanie) à qui l'on doit la fameuse tarte renversée, étaient de Lamotte-Beuvron !   

      

     


    10 commentaires
  • Une fois par semaine,

    je vous propose de partager les chansons

    et les artistes que j’aime !

    Clip vidéo et paroles

     

    Cette fois-ci :

     

    « Françoise Hardy  »

     

    « La maison où j’ai grandi »

     

    … Un lointain souvenir …

     

     

     

    La maison où j’ai grandi

    Quand je me tourne vers mes souvenirs,
    je revois la maison où j'ai grandi.
    Il me revient des tas de choses:
    je vois des roses dans un jardin.
    Là où vivaient des arbres, maintenant
    la ville est là,
    et la maison, les fleurs que j'aimais tant,
    n'existent plus.

    Ils savaient rire, tous mes amis,
    ils savaient si bien partager mes jeux,
    mais tout doit finir pourtant dans la vie,
    et j'ai dû partir, les larmes aux yeux.
    Mes amis me demandaient "Pourquoi pleurer?"
    et "Couvrir le monde vaut mieux que rester.
    Tu trouveras toutes les choses qu'ici on ne voit pas,
    toute une ville qui s'endort la nuit dans la lumière."

    Quand j'ai quitté ce coin de mon enfance,
    je savais déjà que j'y laissais mon cœur.
    Tous mes amis, oui, enviaient ma chance,
    mais moi, je pense encore à leur bonheur.,
    à l'insouciance qui les faisait rire,
    et il me semble que je m'entends leur dire:
    "Je reviendrai un jour, un beau matin
    parmi vos rires,
    oui, je prendrai un jour le premier train
    du souvenir."

    La temps a passé et me revoilà
    cherchant en vain la maison que j'aimais.
    Où sont les pierres et où sont les roses,
    toutes les choses auxquelles je tenais?
    D'elles et de mes amis plus une trace,
    d'autres gens, d'autres maisons ont volé leurs places.
    Là où vivaient des arbres, maintenant
    la ville est là,
    et la maison , où est-elle, la maison
    où j'ai grandi?

    Je ne sais pas où est ma maison,
    la maison où j'ai grandi.
    Où est ma maison?
    Qui sait où est ma maison?
    Ma maison, où est ma maison?
    Qui sait où est ma maison?

     

     

    Bon partage !

     

    Rotpier

     

     


    7 commentaires
  •  

    Certains ont leurs Zozios, le Rotpier a ses chouettes Chouettes !

    Elles sont féminines ou masculines  et assez BCBG… quoique !

    Il leur arrive fréquemment de se voler dans les plumes sans ménagement ! 

     Elles sont, selon les circonstances, sentencieuses, drôles, percutantes, graves, irrévérencieuses, taclantes et même parfois … grivoises, mais toujours en utilisant un vocabulaire respectueux… enfin presque !

    Le Rotpier l'homme qui murmurait (2)

     

    Les hululucubrations abracadabrantesques

    des chouettes Chouettes du Rotpier

     

     

     

    Signature Rotpier

     

     

    ... Je vous chouette une bonne distraction

    ... et une bonne journée !

     

     

     

     

     


    7 commentaires
  • Le penseur de Rodin

    Image du net

    Préambule : Les différentes définitions de « philosophe » :

    ◆Personne qui étudie la philosophie; spécialiste de philosophe.

    ◆Penseur qui élabore un système de pensée, une doctrine philosophique. Philosophe idéaliste, matérialiste.

    ◆Personne qui pratique la sagesse.

    Dans ce sonnet, je ne m’intéresse qu’au dernier cas mais si les deux premiers se révélaient ne pas l’être lors de l’ultime épreuve - Je parle de la mort -  je pense que l’épithète de faussaire leur irait comme un gant.

    En illustration, la citation de Sire Constance du Lac * :

    " Ils se targuaient d'être philosophes mais ils n'avaient aucun échantillon sur eux ! " 

     

     

    Être philosophe,

     

    La philosophie est un don,

    Elle est en soi, elle est innée,

    Elle est un feu de cheminée

    Qui toujours produit des brandons.

     

    Ni au clou ni à l’abandon

    Elle croit au fil des années,

    Enrichie et bien déclinée

    Jamais elle ne fait faux bond.

     

    C’est quand vient le bout de la route

    Que l’on peut lever tous les doutes :

    Notre habit est-il sans accroc ?

     

    Quand on fait face à la camarde

    Sans peur ni supplique geignardes :

    On échappe au statut d’escroc !

                 

            Epilogue :

    Fasse que je n’en sois pas un

    Quand je serais devant la Parque,

    Quand elle me dira « Embarque,

    Ici tu ne sers plus à rien ! »

      

                                                                Pierre Dupuis

     

     

    * Sire Constance du Lac, alias Rotpier, dont vous trouverez à la suite quelques pensées :

     

    1ère Pensée :

     Un grand amour marque à jamais les personnes … tout comme la vérole ! Et, si c’est le grand amour qui l’a refilée, on est doublement marqué !

     

    2ème Pensée :

     L’effet papillon est un concept intéressant mais qui ne fonctionne pas à tous les coups : quand un banquier de Tokyo se prend un coup de pied dans les valseuses, cela n’entraîne pas forcément une remontée des bourses dans les autres capitales !

     

    3ème Pensée :

     Dans quelques années, vu la conjoncture difficile et les déficits  de l’assurance vieillesse, les jeunes diront des vieux ce que les américains disaient des indiens : « Les seuls bons vieux sont les vieux morts ! »

      

    Nota : Pour cette dernière, il n’est pas prouvé que cela soit une connerie totale !

    Et pis c’est tout !

     Bonne méditation !

    Rotpier

     

    Statue dans mon jardin !

    Si tout n’est pas bon,

    ne m’en veuillez pas : je me rôde, hein !

     

     


    6 commentaires
  •  

    Réponses pour les rébus :

    Je viens de les mettre sur le billet d'avant … « rébus » ! 

     Un grand bravo à ceux qui avaient trouvé !

    Pour les autres, un petit retour en arrière est souvent gage d'un grand sourire à venir ! 

     

    Et pis c'est tout Rotpier

     


    votre commentaire
  •  

    Et si l’on faisait un petit arrêt rébus ?

    Juste comme ça, pour se dégourdir

    un peu les neurones !  

    .

     

    Petite aide au rébus

    (les champions s'en passeront !) :

     

     C'est un long et j'espère que vous allez bien vous pencher sur le problème ... chez vous vous ne risquez pas grand chose de grave !

     

    2ème ligne, 2ème image : c'est la marque qu'il faut prendre mes petits bouts !

    3ème ligne, 1ère image : la suite du refrain d'Antoine ! 3ème image : en direct, le symbole de la " vie " !

     4ème ligne, 1ère image : le verbe aller à l'impératif ! 2ème image : la sale bête pique et transmet des maladies ... et toc ! 5ème ligne,

    5ème image : quand son nez s'allonge, il " - - - - " ! Dernière image : lieu où se tenait la vigie sur les anciens voiliers ! (  l'autre aussi ! )

    6ème ligne, 1ère image : c'est le " - - - - " qu'il faut payer pour avoir bon ! 

    7ème ligne, 1ère image : le serpent fait toujours "s" ! ( L'autre aussi: ils sont frères ! ) 3ème image : petite la sale bête est lente !

    8ème ligne, 1ère image : le mec à une sacrée  " - - - - " ... et pis c'est tout !

    9ème ligne, 1ère image : le petit de la vache !

    10ème ligne, 1ère image : prenez le bon coté, ne soyez pas manche !

    11ème ligne, 1ère image :  la moitié de ce que regarde Titeuf !

    12ème ligne, lieu où l'on entrepose des fûts ! Dernière image avant les deux points : Éole est le dieu du " - - - - " ... comme le pétomane !

    13ème ligne, 3ème image : c'est bien du cochon !

    14ème ligne, dernière image : c'est le mouvement qu'il faut retenir !

    15ème ligne, 1ère image : des poches de " - - - - " pour sauver des vies ! ( l'autre aussi ! ) 3ème image : la boite imite le cri de la vache !

    Dernière ligne, 2ème image : en direct : " ti " ... et c'est fini mes titis !

     

    Et pis c'est tout ! 

    A vous de jouer ! Et... à la grâce de Dieu !

     

    Réponse :

     

    Il paraît que les employés civils du Vatican vont demander une prime de risques pour tous les travaux réclamant une position penchée vers l’avant : cela relève du bon sens me semble-t-il !

     

    xxxxxxxxxxxxxxxxxxx

     

    Le second en bonus et sans aide  pour  les accros !

     

    Épicé c'est tout !

    Allez, au boulot ! C'est un sérieux, mettez-vous vite au travail pour assurer votre réputation ! En plus, il est court ! 

     

    Réponse :

    Pour un imbécile, maintenir sa réputation c’est facile, pour un érudit, cela demande beaucoup de travail !

     

    Nota: Je vous avais bien dis que c'était un sérieux ! C'est assez rare et je me permets de le souligner ! ... Je ne sais pas pourquoi mais d'un coup, je me sens fatigué ! 

     

     


    18 commentaires
  •  

    Une fois par semaine,

    je vous propose de partager les chansons

    et les artistes que j’aime !

    Clip vidéo et paroles

     

    Cette fois-ci :

    Serge Lama !

     « Une île »

     

    J'aime beaucoup cette chanson de Serge Lama ...

    .

     

     

    Une île

    Une île, entre le ciel et l’eau
    Une île sans hommes ni bateaux
    Inculte, un peu comme une insulte
    Sauvage, sans espoir de voyage
    Une île, une île, entre le ciel et l’eau

    Ce serait là, face à la mer immense
    Là, sans espoir d’espérance
    Tout seul face à ma destinée
    Plus seul qu’au cœur d’une forêt
    Ce serait là, dans ma propre défaite
    Tout seul sans espoir de conquête
    Que je saurais enfin pourquoi
    Je t’ai quittée, moi qui n’aime que toi

    Une île, comme une cible d’or
    Tranquille, comme un enfant qui dort
    Fidèle, à en mourir pour elle
    Cruelle, à force d’être belle
    Une île, une île, comme un enfant qui dort

    Ce serait là, face à la mer immense
    Là, pour venger mes vengeances
    Tout seul avec mes souvenirs
    Plus seul qu’au moment de mourir
    Ce serait là, au cœur de Sainte-Hélène
    Sans joie, sans amour et sans haine
    Que je saurais enfin pourquoi
    Je t’ai quittée, moi qui n’aime que toi

    Une île, entre le ciel et l’eau
    Une île sans hommes ni bateaux
    Inculte, un peu comme une insulte
    Sauvage, sans espoir de voyage
    Une île, cette île, mon île, c’est toi

    Bon partage !

     

    Rotpier


    6 commentaires
  • Certains ont leurs Zozios, le Rotpier a ses chouettes Chouettes !

    Elles sont féminines ou masculines  et assez BCBG… quoique !

    Il leur arrive fréquemment de se voler dans les plumes sans ménagement ! 

     Elles sont, selon les circonstances, sentencieuses, drôles, percutantes, graves, irrévérencieuses, taclantes et même parfois … grivoises, mais toujours en utilisant un vocabulaire respectueux… enfin presque !

    Le Rotpier l'homme qui murmurait (2)

     

    Les hululucubrations abracadabrantesques

    des chouettes Chouettes du Rotpier

     

     

    Signature Rotpier

     

     

    ... Je vous chouette une bonne distraction

    ... et une bonne journée !

     

     

     

     

    Bonne Saint Valentin quand même !

    Et n'oubliez pas le dicton du Rotpier:

    " A la Saint Valentin, on ne met pas les patins... on les roule ! "

     

     


    4 commentaires
  •  

     

    Image du net !

     

    Préambule :

    Les féministes pures et dures

    vont me tomber sur le poil à coup sûr…

     

    Les Cocottes,

     

    Demi-mondaine ou courtisane

    Poule de luxe pour pigeon

    Ayant sur rue ferme pignon

    Et dans son coffre belle manne.

     

    La belle époque et ses arcanes

    Ont vu fleurir à profusion

    Ces reines de la pâmoison

    À la conduite charlatane.

     

    Qu’en est-il au jour d’aujourd’hui ?

    Ont-elles déserté le nid ?

    Ont-elles conservé la cote ?

     

    Comment faire la distinction

    Entre les deux appellations :

    Femme libérée ou Cocotte ?

          

    Modération :

    On ne peut pas toutes les mettre

    En vrac dans le même panier

    Comme les œufs du poulailler

    Il faut quand même bien l’admettre.

     

       Frein à la modération :

    Mais je maintiens  - là, j’asticote ! -

    Que sous couvert de liberté

    Certaines n’ont rien à envier

    A celles qu’on nommait Cocottes !

     

    Un écrivain de notre époque

    Trouverait tout comme Zola

    Un modèle pour sa Nana

    … Ne dite pas que je vous choque !

     

                                                Pierre Dupuis

     


    8 commentaires
  •  

    Réponses pour les rébus :

    Je viens de les mettre sur le billet d'avant … « rébus » ! 

     Un grand bravo à ceux qui avaient trouvé !

    Pour les autres, un petit retour en arrière est souvent gage d'un grand sourire à venir ! 

     

    Et pis c'est tout Rotpier

     


    votre commentaire
  •  

    Et si l’on faisait un petit arrêt rébus ?

    Juste comme ça, pour se dégourdir

    un peu les neurones !  

    .

     

     

    Petite aide au rébus

    (les champions s'en passeront !) :

     C'est un court et il est facile.  Parfois, je suis assez poète ! Allez-y mes petits crapauds !

     

    2ème ligne, 1ère image : lieu où l'on entrepose des fûts !

     4ème ligne, 2ème image : bien scinder le mot en 2 !

    6ème ligne, 2ème image : la moitié de ce que regarde le fripon de Titeuf ! 4ème image : Cupidon ( à ne pas confondre avec Cul Bidon ) est le dieu de l' " - - - - - " !

    7ème ligne, 2ème image : celui-ci est sélectif !    3ème image : le serpent fait toujours " S "Dernière image : autre nom du char !

    Dernière ligne, 1ère image : c'est la matière qu'il faut prendre en compte !

     

    Et pis c'est tout ! 

    A vous de jouer ! Vous n'en avez pas pour longtemps ... même pour ceux qui ne sont pas très doués pour les rébus ! Et, je ne donnerais pas de coups de matraque à ceux qui ne trouverons pas: ce n'est pas le genre de la maison " Rotpier " ! 

     

     

    Réponse :

      Si vous voulez fâcher un CRS, offrez-lui le recueil de poésie « Les amours jaunes » de Tristan Corbière !

     

    Nota: Depuis un certain temps, les CRS doivent commencer à ne plus aimer trop le jaune !

    Juste pour le plaisir et pour justifier ma petite aide :

    " Allez-y mes petits crapauds ! " , je vous mets une des plus célèbres poème du recueil : 

    Titre : Le crapaud

    Poète : Tristan Corbière (1867-1920)

    Recueil : Les Amours jaunes (1873).

    Un chant dans une nuit sans air... 
    – La lune plaque en métal clair 
    Les découpures du vert sombre.

    ... Un chant ; comme un écho, tout vif 
    Enterré, là, sous le massif... 
    – Ça se tait : Viens, c'est là, dans l'ombre...

    – Un crapaud ! – Pourquoi cette peur, 
    Près de moi, ton soldat fidèle ! 
    Vois-le, poète tondu, sans aile, 
    Rossignol de la boue... – Horreur ! –

    ... Il chante. – Horreur !! – Horreur pourquoi ? 
    Vois-tu pas son œil de lumière... 
    Non : il s'en va, froid, sous sa pierre. 
    . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
    Bonsoir – ce crapaud-là c'est moi.

    Ce soir, 20 Juillet.

     

    Tristan Corbière.

     

     

    xxxxxxxxxxxxxxxxxxx

     

    Le second en bonus et sans aide  pour  les accros !

     

     

    Épicé c'est tout !

    Allez, au boulot ! Sans aide il n'est pas si facile que cela et Ayrton n'est plus là, hélas, pour vous souffler quoi que ce soit !   

     

    Réponse :

      Ce qui sauve le sénat de l’immobilisme chronique c’est le turnover engendré par le grand âge de ses membres.

     

    A titre indicatif, moyenne d'âge du Sénat : 61 ans.

    Lien : http://www.senat.fr/senatoriales2017/listes/composition_par_age_apres_renouvellement_definitives_senat.pdf

      

     


    13 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires