•  

    Réponse pour le rébus :

    Je viens de la mettre sur le billet d'avant … « rébus » ! 

     Un grand bravo à ceux qui avaient trouvé !

     

    Et pis c'est tout Rotpier

     


    votre commentaire
  •  

     

    Et si l’on faisait un petit arrêt rébus ?

     

    Juste comme ça, pour se dégourdir

     

    un peu les neurones !

     

     rébus 344 (1)rébus 344 (2)

    .

    Petite aide au rébus

    (les champions s'en passeront !) :

     

    C'est une grosse ... que dis-je, une énorme, une éléphantesque connerie du Rotpier !

     

    1ère ligne, dernière image : celle-ci, au regard de celle évoquée dans ce rébus, est plutôt mince !

    2ème ligne, 2ème image : la sale bête pique et provoque la piroplasmose chez les chiens et les autres animaux domestiques et toc !  3ème image, en direct : "U" ... cocote ! ( l'autre aussi ! )

    3ème ligne, 3ème image : quand son nez s'allonge, il " - - - -  " !   (l'autre aussi ! ) Quand c'est autre chose, est-ce le Viagra ?

    6ème ligne, 1ère image :  poisson plat ! 2ème image : seconde partie du refrain d'une chanson d'Antoine !  Dernière image : le gars est très " - - - - " !

    8ème ligne, 2ème image :c'est la marque du célèbre petit beurre nantais qu'il faut prendre ! Attention pour la 3ème image, il faut attacher la voyelle à la 2ème image et le reste à la 4ème ! ... Je vous l'ai bien ficelée l'explication ?

    9ème ligne, 1ère image : il ne faut pas prendre la fille ! 2ème image : l'assassin "  - - - " conjugé au présent !  Dernière image : on y trouve parfois, gravé, des cœurs percés d'une flèche !  J'aurais pu remplacé les deux dernières images de cette ligne par un tas d'excréments !

     

    Et pis c'est tout !

     Il est court et assez facile mais pas piqué des hannetons !   J'espère que vous n'allez pas vous tromper !

     

    Réponse :

    Est-ce qu’une femme particulièrement adipeuse remue les oreilles et barrit fortement quand on lui ligature les trompes ?

     

    C’était sauvage mais je vous avais prévenu !

     

     

     

     

    Qu'il dit l'animal !

     


    6 commentaires
  •  

    Une fois par semaine,

    je vous propose de partager les chansons

    et les artistes que j’aime !

    Clip vidéo et paroles

     

    Cette fois-ci :

     

    « Merde à Vauban »

     

    « Léo Ferré »

     

    … En souvenir de la visite du château de Bazoche

    situé dan le Morvan et ayant appartenu à Vauban ! …

     

     

    Merde à Vauban

    Bagnard, au bagne de Vauban
    Dans l'îl' de Ré
    J'mang' du pain noir et des murs blancs
    Dans l'îl' de Ré
    A la vill' m'attend ma mignonn'
    Mais dans vingt ans
    Pour ell' je n'serai plus personn'
    Merde à Vauban

    Bagnard, je suis, chaîne et boulet
    Tout ça pour rien,
    Ils m'ont serré dans l'îl' de Ré
    C'est pour mon bien
    On y voit passer les nuages
    Qui vont crevant
    Moi j'vois s'faner la fleur de l'âge
    Merde à Vauvan

    Bagnard, ici les demoiselles
    Dans l'îl' de Ré
    S'approch'nt pour voir rogner nos ailes
    Dans l'îl' de Ré
    Ah ! Que jamais ne vienne celle
    Que j'aimais tant
    Pour elle j'ai manqué la belle
    Merde à Vauban

    Bagnard, la belle elle est là-haut
    Dans le ciel gris
    Ell' s'en va derrière les barreaux
    Jusqu'à Paris
    Moi j'suis au mitard avec elle
    Tout en rêvant
    A mon amour qu'est la plus belle
    Merde à Vauban

    Bagnard, le temps qui tant s'allonge
    Dans l'îl' de Ré
    Avec ses poux le temps te ronge
    Dans l'îl' de Ré
    Où sont ses yeux où est sa bouche
    Avec le vent
    On dirait parfois que j'les touche
    Merde à Vauban

    C'est un p'tit corbillard tout noir
    Etroit et vieux
    Qui m'sortira d'ici un soir
    Et ce s'ra mieux
    Je reverrai la route blanche
    Les pieds devant
    Mais je chant'rai d'en d'ssous mes planch's
    Merde à Vauban

     

     

    Bon partage !

     

    Rotpier

     


    4 commentaires
  •  

    Du 02 septembre à 5H 33  au 21 septembre à 8H 57 : 

     

    Je pars,  je pars quelque part

    du coté de …

     

     

    Ballade morvandelle,

     

    Pour éviter les coups de mou

    il faut se reposer avant,

    je m’en vais à Moux-en-Morvan

    pour faire coucou aux hiboux !

     

    Ils vont trouver cela très chouette,

    surtout les petites hulottes

    qui ne mettent pas de culotte

    quand elles font des pirouettes !

     

    Je vous raconterai tout ça

    en rentrant du Lac des Settons,

    ce sera aux petits oignons

    en attendant … chapeau bien bas !

     

                                                                  Le Rotpier

     

     

    xxxxxxxxxxxxxxxxx

     

     

    Signature Rotpier

     

     


    4 commentaires
  •  

    Ce devoir de pédagogie me semblait important.

    Il fallait qu’il soit fait et je m’y suis attelé en faisant de mon mieux.

    Je l'ai déjà mis sur ce blog, mais en matière de pédagogie il faut toujours remettre l'ouvrage sur le métier ... je le sais: j'étais prof !

    Rotpier ... ou Pierrot ... j'ai le vers lent !

     

    Préambule versifié destiné aux

    enfants … surtout aux petits garçons !

     

    Chers enfants - surtout les garçons ! -

    méfiez-vous des niaises histoires,

    des contes ou bien des chansons

    aux contrevérités notoires !

     

    Voila l’histoire sans chichi

    de Pierrot et de Colombine

    pour que vous soyez affranchis

    des non-dits de bien des comptines !

     

    On cherche à vous bourrez le mou

    à grands coup de mièvres paroles,

    grattez un peu et en dessous :

    tout n’est que chaudes gaudrioles !

     

    Voici ce qu’il faut retenir

    pour éviter les impostures,

    pour pouvoir un jour en finir

    des féminines dictatures !

     

    Fable tirée de l’histoire

    de Pierrot et de Colombine …

     

    Image pour Le grand marionnettiste

     

    Au clair de la lune,

    ou

    Encore plus con que la lune,

     

    Pierrot adorait Colombine

    mais la nuit il faisait son pain,

    le jour elle était aux bassines :

    ils ne se croisaient qu’en chemin !

     

    Comme elle rêvait la coquine,

    sous l’édredon, de gros câlins,

    il fut roulé dans la farine

    dès qu’elle aperçut Arlequin !

     

    Grande montée d’adrénaline

    quand il lui fit du baratin,

    Pierrot pleura mais la gredine

    finit au lit du cabotin !

     

    Dans sa roulotte sans cuisine

    il l’emmena un beau matin,

    bien au-delà de la colline

    vers un pays des plus lointains.

     

    Mais l’inconstance féminine

    se concrétisa en chemin :

    devant le froid et la famine

    elle regretta le pétrin !

     

    Une lettre et la gourgandine

    rejoignit son ancien voisin,

    s’extasiant devant la vitrine

    tout en jouant du popotin !

     

    Pierrot marcha dans la combine,

    il la prit en seconde main

    et ajouta l’action crétine

    d’ouvrir la porte à Arlequin !

     

     

    Ménage à trois ? Là, la comptine

    n’en fait pas mention clairement.

    Une dérive libertine ?

    Domaine du possiblement !

     

                  Moralité :

     

    Boulanger ou mécanicien,

    boucher ou pêcheur de sardines,

    l’homme n’est souvent qu’un pantin :

    femme le sait et l’enfarine !

     

    Elle a l’art de mettre en avant

    de façon nette et assassine

    et le derrière et le devant

    de sa dotation féminine !

     

    Lui plus bête qu’un moinillon

    et cela depuis l’origine,

    se fait piéger comme un couillon

    par les appâts de la frangine !

     

    Un simple mouvement de cils

    et il croit à bonne fortune

    … y compris un premier avril :

    encore plus con que la lune !

                             

                                                          Rotpier

     

     

    .

    lune

     

     

     


    7 commentaires
  •  

    Réponse pour le rébus :

    Je viens de la mettre sur le billet d'avant … « rébus » ! 

     Un grand bravo à ceux qui avaient trouvé !

    Résultat de recherche d'images pour "émoticônes"

     

    Et pis c'est tout Rotpier


    votre commentaire
  •  

    Et si l’on faisait un petit arrêt rébus ?

    Juste comme ça, pour se dégourdir

    un peu les neurones !

     

     

     

     

     

    Petite aide au rébus

    ( les champions s'en passeront ! ) :

     

       C'est un rébus-piège du Rotpier qui ne manque pas de ressort ... le rébus ou le rotpier ? ... A vous de choisir !

    1ère ligne,  3ème image : le mec à une sacrée " - - - - " ! Dernière image: ce n'est pas la nuit !

      2ème ligne, 1ère image : le serpent fait "s" ! 

     3ème ligne, dernière image: celui-ci est de sable ! (  l'autre aussi ! )

    4ème ligne, 1ère image : la colombe est le sein bol de la "  - - - - " ! Dernière image : cinq centimes ce n'est pas beaucoup mais un  "  - - -  " c'est un " - - - " et pis c'est tout ! ( l'autre aussi, il n'y a pas de raison ! )    

    7ème ligne,  2ème image : ne vous conduisez pas comme un manche, choisissez le bon coté !

       

     

    Et pis c'est tout !

     

    Allez, au boulot ! Il est court, n'allez pas vous laisser piéger !  

     

     Réponse :

    Il faut toujours se méfier des tapettes, ça sourit, ça sourit et d’un coup ça vous la met à ras !

     

    Qu'il dit l'animal !

     


    6 commentaires
  •  

     

    Une fois par semaine,

    je vous propose de partager les chansons

    et les artistes que j’aime !

    Clip vidéo et paroles

     

    Cette fois-ci :

    « Jean-Jacques Debout »

    « Les boutons dorés »

     

    Ils avaient des boutons dorés mais leur avenir ne l'était pas ...

     

     

     

    Les boutons dorés,

    On suit le mur de l´hôpital
    On passe le pont sur la rivière
    On tourne au coin du cimetière
    Pour suivre un peu le vieux canal
    Puis, vers cinq heures, on rentrera
    Suivant d´autres murs, d´autres grilles
    A part ceux de l´école des filles
    Jusqu´aux murs de l´orphelinat

    {Refrain:}
    En casquette à galons dorés
    En capote à boutons dorés
    Tout au long des jeudis sans fin
    Voyez passer les orphelins

    C´est pas souvent que j´ai gagné
    La médaille de la bonne conduite
    J´ peux pas manger la soupe gratuite
    J´aimerais mieux dormir dans les prés
    J´aurai pas mon certificat
    Paraît qu´ je suis d´ la mauvaise graine
    Parce qu´un jour j´ai écrit "Je t´aime"
    Sur les murs de l´orphelinat

    {au Refrain}

    La nuit, j´ m´invente un vrai roman :
    Que j´ai toujours mon père, ma mère
    Une vraie maman en robe claire
    Et un papa qu´a plein d´argent
    Ah! si jamais ils entendent ça
    J´ les en supplie, qu´ils viennent tout de suite
    Avant que mes ongles s´effritent
    Sur les murs de l´orphelinat

    {au Refrain}

    J´ suis pas bien grand, j´ suis pas malin
    J´ai peur de jamais être un homme
    De rester toujours le pauvre môme
    A qui personne tiendra la main
    Mais malgré qu´on soit bon pour moi
    Un jour, ça pétera dans ma tête
    Et pour peu qu´ j´aie des allumettes
    J´mettrai l´ feu à l´orphelinat

    {au Refrain}

     

     

    Bon partage !

     

    Rotpier


    4 commentaires
  •  

     

    Certains ont leurs Zozios, le Rotpier a ses chouettes Chouettes !

    Elles sont féminines ou masculines  et assez BCBG… quoique !

    Il leur arrive fréquemment de se voler dans les plumes sans ménagement ! 

     Elles sont, selon les circonstances, sentencieuses, drôles, percutantes, graves, irrévérencieuses, taclantes et même parfois … grivoises, mais toujours en utilisant un vocabulaire respectueux… enfin presque !

    Le Rotpier l'homme qui murmurait (2)

     

    Les hululucubrations abracadabrantesques

    des chouettes Chouettes du Rotpier

     

      

     

     

     

    Signature Rotpier

     

    ... Je vous chouette une bonne distraction

    ... et une bonne journée !

     

     

     

     


    5 commentaires
  • .

    L'actualité n'étant pas d'une transparence absolue 

    je vous invite à celle d'un miroir ... pour peu qu'elle le soit ...

     

    Image du net

     

    La dame et le vieux miroir,

     

    C’est un très vieux miroir au tain déliquescent.

    Son cadre en bois sculpté ne tient que par miracle

    Ou bien, plus rationnel, par deux pointes qui raclent

    Un mur de papier gris au plâtre efflorescent.

     

    Un bord, en bas à gauche, est tout opalescent,

    Ce qui renforce encore une impression d’oracle :

    «- Dis-moi, mon beau miroir, n’est-ce pas la débâcle ?

    -         Oh ! non ! » ment-il avec un air d’adolescent !

     

    Combien de souvenirs sont ancrés dans ses pores ?

    La mémoire est fragile et souvent s’évapore ;

    La sienne est le pendant d’un grand classeur à dos

     

    Dont le titre serait : « Portraits en ribambelle ».

    « - Fais-moi, mon bon miroir, ce superbe cadeau :

    Repasse mon image au temps où j’étais belle ! »

     

    Epilogue :

      La vieille dame ferma les yeux pour mieux emprisonner sa jeunesse et doucement s’en alla. Le vieux miroir mit une croix dans la case « souvenir » et soupira. Un soupçon de buée vint encore ternir un peu plus l’éclat de son tain.

     

                                                                                                                                                                   Pierre Dupuis

     

     


    4 commentaires
  •  

    Réponse pour le rébus :

    Je viens de la mettre sur le billet d'avant … « rébus » ! 

     Un grand bravo à ceux qui avaient trouvé !

    Résultat de recherche d'images pour "émoticônes"

     

    Et pis c'est tout Rotpier


    votre commentaire
  •  

     

    Et si l’on faisait un petit arrêt rébus ?

    Juste comme ça, pour se dégourdir

    un peu les neurones !

     

     

     

     

    Petite aide au rébus

    ( les champions s'en passeront ! ) :

     

       L'origine de ce rébus est assez touffue, c'est une question que s'est posé le Rotpier en parcourant le Chemin des Dames où il n'a pas rencontré de ... à vous de choisir ! 

    1ère ligne,  3ème image : à 3h 52 du mat, il est très " - - - " !

      2ème ligne, dernière image : petite, la sale bête est lente ! 

    3ème ligne, 3ème image: la boisson favorite des rosbifs !

    4ème ligne, 2ème image : il ne bougera plus ! 3ème image : lieu où se tenaient des marchés avant ... on pouvait y croisez aussi Georges ... 

      5ème ligne, 2ème image : en direst, " U " ( l'autre aussi ! )  Dernière image : un " - - - - - " de tennis ! ( l'autre aussi ! )

     6ème ligne,  1ère image : le cri du mouton ! ( l'autre aussi ... quand un commence ! ) 2ème image : ce n'est pas grand chose mais un  " - - - " c'est un " - - - " ! 4ème image : il va falloir de la naphtaline pour se débarrasser de la sale bête ! Dernière image : continuez, vous être sur les bons "  - - - - " ! ... je ne me moque pas ! 

    7ème ligne,  3ème image : " - - - - " ou ne pas " - - - - " telle est la question ! Dernière image : lieu où l'on stocke des fûts ! ... il faut éviter de laisser un doigt dans le trou du fût !

       8ème ligne, dernière image : il est de bon ton de ne pas se tromper de poisson ! 

    9ème ligne, 3ème image : un  " - - - - - -  " qui trompe les poisson carnassiers ! 

    10ème ligne, 1ère image : celui-ci est sélectif ! Dernière image : lieu où se tenait la vigie sur les ancien voiliers ! 

    11ème ligne, dernière image: le cri du bébé quand il pleure !

    13ème ligne, 4ème image : pantalon fabriqué en Denim !

    15ème ligne, 1ère image  : le serpent fait "s" !  2ème image : celui_ci est de sable ! 

     

     Et pis c'est tout ! Il est long, il y a du boulot vous allez mouiller la chemise !

     

    Allez, au boulot ! Il est long, il est profond,  vous allez mouiller la ... chemise ! 

     

     

     Réponse :

    En 14-18, pour remonter le moral des poilus courbés sous la mitraille dans les tranchées, n’aurait-on pas pu leur distribuer une reproduction de « L’origine du monde » de Gustave Courbet ?

     

    Nota : Dans l’ensemble, vous l’avez trouvé au poil ce rébus !

     

    Qu'il dit l'animal !


    9 commentaires
  •  

    .

    Une fois par semaine,

    je vous propose de partager les chansons

    et les artistes que j’aime !

    Clip vidéo et paroles

     

    Cette fois-ci :

     

    « Knokke-Le-Zoute Tango »

     

    « Jacques Brel »

     

    … Un joli petit délire du grand Jacques ! …

     

     

     

    Knokke-Le-Zoute Tango

     

     Les soirs où je suis Argentin
    Je m'offre quelques Argentines
    Quitte à cueillir dans les vitrines
    Des jolis quartiers d'Amsterdam
    Des lianes qui auraient ce teint de femme
    Qu'exportent vos cités latines
    Ces soirs-là je les veux félines
    Avec un rien de brillantine
    Collée au "ceveu" de la langue
    Elles seraient fraîches comme des mangues
    Et compenseraient leur maladresse
    À coups de poitrine et de fesses

    Mais ce soir
    Y a pas d'Argentines
    Y a pas d'espoir
    Y a pas d'doute
    Non ce soir
    Il pleut sur Knokke-le-Zoute
    Ce soir comme tous les soirs
    Je me rentre chez moi
    Le cœur en déroute
    Et la bite sous l'bras

    Les soirs où je suis Espagnol
    Petites fesses, grande bagnole
    Elles passent toutes à la casserole
    Quitte à pourchasser dans Hambourg
    Des Carmencitas de faubourg
    Qui nous reviennent de vérole
    Je me les veux fraîches et joyeuses
    Bonnes travailleuses sans parlotes
    Mi-Andalouses, mi-anguleuses
    De ces femelles qu'on gestapote
    Parce qu'elles ne savent pas encore
    Que Franco est tout à fait mort

    Mais ce soir
    Y a pas d'Espagnoles
    Y a pas de casseroles
    Y a pas d'doute
    Non ce soir
    Il pleut sur Knokke-le-Zoute
    Ce soir comme tous les soirs
    Je me rentre chez moi
    Le cœur en déroute
    Et la bite sous l'bras

    Les soirs où je suis Caracas
    Je Panama, je Partagas
    Je suis l'plus beau
    Je pars en chasse
    Je glisse de palace en palace
    Pour y dénicher le gros lot
    Qui n'attend que mon coup de grâce
    Je la veux folle comme un travelo
    Découverte de vieux rideaux
    Mais cependant t-évanescente
    Elle m'attendrait depuis toujours
    Cerclée de serpents et de plantes
    Parmi les livres de Dutourd

    Mais ce soir
    Y a pas de Caracas
    Y a pas de t-évanescentes
    Y a pas d'doute
    Mais ce soir
    Il pleut sur Knokke-le-Zoute
    Ce soir comme tous les soirs
    Je me rentre chez moi
    Le cœur en déroute
    Et la bite sous l'bras

    Demain oui
    Peut être que
    Peut être que demain je serai Argentin, oui
    Je m'offrirai des Argentines
    Quitte à cueillir dans les vitrines
    Des jolis quartiers d'Amsterdam
    Des lianes qui auraient ce teint de femme
    Qu'exportent vos cités latines
    Demain je les voudrai félines
    Avec ce rien de brillantine
    Collée aux cheveux de la langue
    Elles seront fraîches comme des mangues
    Et compenseront leur maladresse
    À coups de poitrine et de fesses

    Demain je serai Espagnol
    Petites fesses, grande bagnole
    Elles passeront toutes à la casserole
    Quitte à pourchasser dans Hambourg
    Des Carmencitas de faubourg
    Qui nous reviendront de vérole
    Je les voudrai fraîches et joyeuses
    Bonnes travailleuses, sans parlotte
    Mi-Andalouses, mi-anguleuses
    De ces femelles qu'on gestapote
    Parce qu'elles ne savent pas encore
    Que Franco est tout à fait mort

    Les soirs depuis Caracas
    Je Panama, je Partagas
    Je suis l'plus beau
    Je pars en chasse
    Je glisse de palace en palace
    Pour y dénicher le gros lot
    Qui n'attend que mon coup de grâce
    Je la veux folle comme un travelo
    Découverte de vieux rideaux
    Mais cependant t-évanescente
    Elle m'attendrait depuis toujours
    Cerclée de serpents et de plantes
    Parmi les livres de Dutourd

     

    Bon partage !

     

    Rotpier

     


    9 commentaires
  •  

    Certains ont leurs Zozios, le Rotpier a ses chouettes Chouettes !

    Elles sont féminines ou masculines  et assez BCBG… quoique !

    Il leur arrive fréquemment de se voler dans les plumes sans ménagement ! 

     Elles sont, selon les circonstances, sentencieuses, drôles, percutantes, graves, irrévérencieuses, taclantes et même parfois … grivoises, mais toujours en utilisant un vocabulaire respectueux… enfin presque !

    Le Rotpier l'homme qui murmurait (2)

     

    Les hululucubrations abracadabrantesques

    des chouettes Chouettes du Rotpier

     

     

     

     

    Signature Rotpier

     

     

    ... Je vous chouette une bonne distraction

    ... et une bonne journée !

     

     

     

     


    5 commentaires
  •  

    Quatrième et dernier devoir de vacances en Somme.

    En prose et moraliste, il va chatouiller un tantinet pas mal d’ados.

    Pourquoi écrit en Somme ? Pourquoi pas ! Un écrit, quel qu’il soit, est le résumé d’une somme de réflexions qui après avoir mûrit s’imposent à soi. Il éclot un peu n’importe quand, n’importe où et on ne sait pas toujours quel est l’élément déclencheur.

     Pierre

      

    Recadrage JFKaïen à l’intention des ados,

    des jeunes adultes encore ados et … de leurs parents.

     

    Préambule :

    Mon but n’est pas de me mettre les ados à dos, pas plus que leurs parents d’ailleurs, mais il ne faut jamais tourner le dos quand il s’agit de mettre les trémas sur les « ï » de… JFKaïen par exemple !

    Je connais bien les ados pour en avoir formés des centaines lorsque j’étais prof et pour avoir eu trois  fils.

    Je leur soumets donc cet écrit qui pourrait être, pourquoi pas, un sujet de philosophie pour un prochain bac ! Je pense qu’il serait alors très intéressant de décortiquer les copies !

     

    Le recadrage :

     

           Toi qui revendiques ton statut de véritable adulte avant l’heure. Toi qui réclames ton indépendance. Toi qui ne vois que toi, pose-toi cette question dérivée d’un des discours d’un grand homme politique américain mort assassiné à Dallas : « Ne te demande pas ce que ta famille peut faire pour toi, mais demande-toi ce que tu peux faire pour ta famille. »

    C’est un ordre des choses qui ne te viendra pas spontanément à l’esprit, mais qui mérite d’être approfondi dans l’objectif de ne pas devenir un assisté ou comme l’on dit aujourd’hui : un Tanguy !

    Car, une famille, ce n’est pas autre chose qu’une mini société qui ne peut fonctionner harmonieusement que si chacun de ses membres apporte, à son échelle et en fonction de ses capacités, les éléments nécessaires à son bon fonctionnement. Quand un membre faillit, la belle machine grince, se bloque et parfois implose.

    Si, sans trop de réticence, même après un petit moment de résistance et ensuite un peu de réflexion, tu approuves cette admonestation, tu es du bon coté de la barrière. Dans le cas contraire, tu pourras toujours argumenter que tu as été mal élevé et … j’admets que c’est une hypothèse qui n’est pas forcément à balayer d’un simple revers de main.

     

    Alors ado, que penses-tu de tout cela ? Tu prends le temps de réfléchir ou tu montes tout de suite sur tes petits ergots … que tu penses être grands ? Je sais, ça casse, mais c’est le prix à payer pour que tu sois quelqu’un de bien… oui, quelqu’un de bien.

     

    Pierre Dupuis

     

    Vous avez bien sûr reconnu une variante d’une phrase célèbre du discours d’investiture de JFK, John Fitzgerald Kennedy.

    Lien : https://www.jfklibrary.org/JFK/Historic-Speeches/Multilingual-Inaugural-Address/Multilingual-Inaugural-Address-in-French.aspx

     

     

    Vous aurez peut-être aussi remarqué l’allusion aux « petits ergots » que va de pair avec JFKaïen … non ? Alors, je vous laisse un peu gratter le sujet !

    Puisque tout, en France se termine par des chansons, en voici une :

     

     

    Bonne assomption… que vous soyez vierge ou pas !

    Pierre

     


    5 commentaires
  •  

    Réponse pour le rébus :

    Je viens de la mettre sur le billet d'avant … « rébus » ! 

     Un grand bravo à ceux qui avaient trouvé !

    Résultat de recherche d'images pour "émoticônes"

     

    Et pis c'est tout Rotpier


    votre commentaire
  •  

    Et si l’on faisait un petit arrêt rébus ?

    Juste comme ça, pour se dégourdir

    un peu les neurones !

     

     

     

    Petite aide au rébus

    ( les champions s'en passeront ! ) :

     

       C'est un rébus du Rotpier , un gars qui a beaucoup de doigté !

    1ère ligne,  dernière image : "  - - - - - " ou ne pas "  - - - - -  ", là est la question ! 

      2ème ligne, 3ème image : la sale bête pique, il faut être pragmatique et la supprimer ! Dernière image et en direct: "U" ... cocotte !

    3ème ligne, dernière image: quand son nez s'allonge, il "  - - - - " quand c'est autre chose, je ne sais pas !  

    4ème ligne, 1ère image : autre nom pour une penture et ... ce n'est pas une histoire à la " - - - " ... non !

      5ème ligne, 1ère image : bien insister sur la dernière lettre ! 2ème image : il ne faut pas prendre le fils ... ni le saint esprit d'ailleurs ! 

     6ème ligne,  2ème image : il en est fort question dans ce rébus comme il se doit ! 

    7ème ligne,  dernière image : un diagramme de "  - - - "  bien entendu !

       8ème ligne, 2ème image : quand il a fini de téter, le bébé fait son " - - - " ... comme Zo ! Dernière image: à 3h 52 du mat, il est très " - - - " !

    9ème ligne, dernière image : le serpent fait "s" !

    10ème ligne, 1ère image : sorte de pâté de tête de sanglier ou de cochon ! 2ème image : le gars a la crève, il a une sacrée " - - - - " ... et pis c'est tout !

    11ème ligne, 3ème image: il faut prendre la moitié de la marque ! ... si vous vous tromper, je m'en tamponne !

    Dernière ligne, 1ère image : ils sont castrés ! Dernière image: le cri du bébé quand il pleure !

     

     Et pis c'est tout !

     

    Allez, au boulot ! Et ... ne m'en faite pas un SVP ! 

     

     Réponse :

    Il faut être particulièrement gonflé pour se permettre de faire un doigt d’honneur à son proctologue, surtout si on en a encore besoin !

     

     

    Qu'il dit l'animal !


    9 commentaires
  •  

     

    Une fois par semaine,

    je vous propose de partager les chansons

    et les artistes que j’aime !

    Clip vidéo et paroles

     

    Cette fois-ci :

     

    « Félix Leclerc »

    « Le p’tit bonheur »

     

    La remarque :

    J’espère que ce sera un p’tit bonheur pour vous

    ou un grand de le réentendre !

     

     

     

    Le p’tit bonheur,

     C´était un petit bonheur
    Que j´avais ramassé
    Il était tout en pleurs
    Sur le bord d´un fossé
    Quand il m´a vu passer
    Il s´est mis à crier:
    "Monsieur, ramassez-moi
    Chez vous amenez-moi

    Mes frères m´ont oublié, je suis tombé, je suis malade
    Si vous n´me cueillez point, je vais mourir, quelle ballade!
    Je me ferai petit, tendre et soumis, je vous le jure
    Monsieur, je vous en prie, délivrez-moi de ma torture"

    J´ai pris le p´tit bonheur
    L´ai mis sous mes haillons
    J´ai dit: " Faut pas qu´il meure
    Viens-t´en dans ma maison "
    Alors le p´tit bonheur
    A fait sa guérison
    Sur le bord de mon cœur
    Y avait une chanson

    Mes jours, mes nuits, mes peines, mes deuils, mon mal, tout fut oublié
    Ma vie de désœuvré, j´avais dégoût d´la r´commencer
    Quand il pleuvait dehors ou qu´mes amis m´faisaient des peines
    J´prenais mon p´tit bonheur et j´lui disais: "C´est toi ma reine"

    Mon bonheur a fleuri
    Il a fait des bourgeons
    C´était le paradis
    Ça s´voyait sur mon front
    Or un matin joli
    Que j´sifflais ce refrain
    Mon bonheur est parti
    Sans me donner la main

    J´eus beau le supplier, le cajoler, lui faire des scènes
    Lui montrer le grand trou qu´il me faisait au fond du cœur
    Il s´en allait toujours, la tête haute, sans joie, sans haine
    Comme s´il ne pouvait plus voir le soleil dans ma demeure

    J´ai bien pensé mourir
    De chagrin et d´ennui
    J´avais cessé de rire
    C´était toujours la nuit
    Il me restait l´oubli
    Il me restait l´mépris
    Enfin que j´me suis dit:
    Il me reste la vie

    J´ai repris mon bâton, mes deuils, mes peines et mes guenilles
    Et je bats la semelle dans des pays de malheureux
    Aujourd´hui quand je vois une fontaine ou une fille
    Je fais un grand détour ou bien je me ferme les yeux
    ...Je fais un grand détour ou bien je me ferme les yeux...

     

    Bon partage !

     

    Rotpier


    2 commentaires
  •  

     

    Certains ont leurs Zozios, le Rotpier a ses chouettes Chouettes !

    Elles sont féminines ou masculines  et assez BCBG… quoique !

    Il leur arrive fréquemment de se voler dans les plumes sans ménagement ! 

     Elles sont, selon les circonstances, sentencieuses, drôles, percutantes, graves, irrévérencieuses, taclantes et même parfois … grivoises, mais toujours en utilisant un vocabulaire respectueux… enfin presque !

    Le Rotpier l'homme qui murmurait (2)

     

    Les hululucubrations abracadabrantesques

    des chouettes Chouettes du Rotpier

     

     

     

     

     Signature Rotpier

     

    ... Je vous chouette une bonne distraction

    ... et une bonne journée !


    6 commentaires
  •  

    Troisième devoir de vacances !

    Il y en aura un quatrième, mais pas de poésie, ce sera un petit pamphlet en prose ... tout du moins, c'est ce que je vous propose !

     

    De l'humour, mais aussi beaucoup de colère pour ce pamphlet contre une église qui se bouche les yeux au plus haut niveau !

    Pierre

     


    Voir la source de l'image à la fin !

     

    Préambule :

     

    Je ne suis qu’un vilain canard

    qui aime à brocarder l’église

    mais elle est déjà dans la mouise

    que c’en est un vrai cauchemar.

     

    Cela a l’air d’un canular

    mais sous couvert de gaillardises

    je me livre à une analyse

    sans renoncement et sans fard.

     

    Bien à l’abri de ses remparts

    Rome essaie de gérer la crise

    mais les victimes s’organisent :

    terminé le colin-maillard !

     

    Le Vatican un lupanar ?

    Le raccourci n’est pas de mise

    mais les mensonges cristallisent

    le doute et c’est le grand brouillard.

     

    Il est cerné de toutes parts,

    nul besoin de grande expertise

    pour comprendre que des surprises

    sont encore au fond des placards !

     

    La curie fait le grand écart,

    il serait temps qu’elle exorcise

    de manière nette et précise

    ses démons sans plus de retard !

     

                                                      Pierre Dupuis

     

    Image du net

     

    La fantasque épopée …

     

    L’original abbé de Somme,

     

    J’ai visité la baie de Somme,

    j’ai vu s’envoler des canards,

    j’ai croisé un curé picard

    … un drôle de petit bonhomme !

     

    Il venait de piquer un somme

    dans un gabion et tout peinard

    il reboutonnait son bénard

    … la fille croquait une pomme !

     

    Elle riait à pleines dents,

    lui aussi était très content,

    bien qu’ayant choisi la calotte

     

    Son étique était élastique

    comme les petites culottes,

    tendues sur cintres, des boutiques !

     

    xxxxxxxxxxx

     

    Pas gêné sur les entournures

    il prit congé de la nana

    en l’embrassant ici et là :

    j’étais gêné, je vous le jure !

     

    En riant devant ma figure,

    il m’a dit : « Alors grand bêta

    il n’y a rien de mal à ça

    ce n’est jamais que la nature !

     

    Je ne suis pas un défroqué

    et surtout pas un détraqué !

    Mieux vaut courir après les filles

     

    qu’après de tout jeunes garçons,

    surtout celles dont les yeux brillent

    et qui rêvent de goupillon !

     

    xxxxxxxxxxxx

     

    Je ne suis pas un conformiste

    et surtout pas un abbé froid,

    je prie pour que l’on ait le droit

    de prendre femme et je persiste !

     

    Des cardinaux trop intégristes

    imposent ce chemin de croix

    qu’est le déprimant célibat :

    acharnement obscurantiste !

     

     

    Au bout de cet égarement

    des curés violent des enfants,

    beaucoup d’évêques minimisent

     

    et l’église est montrée du doigt !

    Pendant ce temps je m’organise :

    je n’ai que l’embarras choix ! »

     

    xxxxxxxxxxx

     

    Voila ce que m’a dit l’abbé

    - rien que la vérité en somme ! -

    parole de petit bonhomme,

    il restait fier d’être curé !

     

    Et chacun de notre coté,

    en longeant un bord de la Somme

    nous avons fait toute la somme

    de ces monceaux d’absurdité !

     

    Pendant ce temps au Vatican,

    subséquemment, subséquemment,

    des effluves nauséabondes

     

    remontaient en faisant du mal

    sur les agissement immondes

    d’un proche du cercle papal !

     

    xxxxxxxxxx

     

         Péroraison sans déraison :

     

    Nul besoin d’être grand prophète

    pour annoncer qu’un jour viendra,

    le cercle se refermera

    sur celui qui est à la tête !

     

    On verra bien un jour ou l’autre

    « papal » rimer avec « anal »

    car qui d’autre qu’un cardinal

    siège à la place des apôtres ?

     

    Sachez bien pour votre chapelle

    qu’au grand jeu des nominations,

    au conclave pour l’élection

    … le pape aurait pu être Pell ! *

     

    Mais ne bougeons plus d’où nous sommes,

    je vous le dis et le redis

    je suis prêt à prendre pari

    sur le crépuscule de Rome !

     

     

     

     Dernier pied de nez :

     

    Si ces strophes vous interpellent

    c’est parfait ça roule pour moi,

    roule roule roule les pelles :

    vas-y l’abbé accroche-toi !

     

                                                     Rotpier

     

    * Pell est le nom du cardinal australien, troisième personne du Vatican, qui a démissionné de son poste de trésorier pour assurer sa défense pour accusations d’abus sexuels.

    Magnifique illustration de Boligan, Mexique.

    Lien :

    http://www.courrierinternational.com/article/vatican-affaire-pell-le-pape-francois-na-rien-voulu-voir

     


    2 commentaires
  •  

    Réponse pour le rébus :

    Je viens de la mettre sur le billet d'avant … « rébus » ! 

     Un grand bravo à ceux qui avaient trouvé !

    Résultat de recherche d'images pour "émoticônes"

     

    Et pis c'est tout Rotpier


    votre commentaire
  •  

    Et si l’on faisait un petit arrêt rébus ?

    Juste comme ça, pour se dégourdir

    un peu les neurones !

     

     

     

    Petite aide au rébus

    ( les champions s'en passeront ! ) :

     

       C'est un rébus-pensée du Rotpier , un gars qui garde la tête froide même devant l'adversaire cité ... ou quelque chose comme cela !

    1ère ligne, 2ème image : le personnage de Rodin "  - - - - - " profondément ... comme moi !  3ème image: " - - - " est ce personnage ? Dernière image : ce n'est pas beau de se les mettre dans le nez ... ailleurs non plus d'ailleurs, c'est même pire !  

     2ème ligne, 2ème image : "  - - - - - " ou ne pas "  - - - - -  ", là est la question ! 

    4ème ligne, 1ère image : celle-ci est ferroviaire ! 

      5ème ligne, 3ème image : l'époux de la reine !  ... Qui peuvent être traités au DDT, Géhèm le sais très bien !

     6ème ligne,  3ème image : le célèbre tableau d' Edvard Munch ! 

    7ème ligne,  1ère image : ceux-ci sont d'eau ( j'aime bien la sonorité de l'expression ! )

    Dernière ligne, 1ère image : 0,5  Km/h, c'est très " - - - - " ! ... J'espère que vos cerveaux seront plus rapides !

     

     Et pis c'est tout !

     

    Allez, au boulot , même si vous ne trouvez pas,  j'espère que vous ne resterez pas en froid avec moi ! 

     

    Réponse :

    Je pense qu’il doit être très difficile de garder la tête froide quand on crie « Au génie ! » en parlant de vous.

     C’était une pensée-rébus bien azotée du Rotpier. Quant à ( pas Bernard, il est en froid avec la famille Trintignan qui a de noirs désirs à son encontre ) l’allusion du jeu de mots … j’en suis bien à l’abri !

     Avec en plus, pour les néophytes belges ou pas :

     crie « Au génie ! »  =  cryogénie =  Production des basses températures. Techniques de cryogénie. … ça chauffe dans le ciboulot du Rotpier hein ?

     

     

     

     

    Qu'il dit l'animal !

     


    9 commentaires
  •  

     

    Une fois par semaine,

    je vous propose de partager les chansons

    et les artistes que j’aime !

    Clip vidéo et paroles

     

    Cette fois-ci :

     

    « Croisières méditerranéennes »

     

    « Bernard Lavilliers »

     

    … Le dernier petit bijou de notre dur au cœur tendre …

     

     

    Croisières méditerranéennes,

    Venus des hauts plateaux 
    Incendiés par la guerre, écrasés de soleil 
    Les fourmis silencieuses 
    Fouettées par la poussière, dévorées par le sel 
    On avait tous un jour 
    Imaginé la mer et la douceur du vent 
    Et dans cette nuit noire 
    On a payé si cher, on coule en dérivant 

    Croisière méditerranéenne 
    Sourire carnassier des murènes 
    Très loin des sirènes italiennes 
    Tu atteindras ces rives sombres 
    Très près des côtes siciliennes 
    Les vierges noires comme une traîne 

    Imaginer la mer 
    Qu'on a payé si cher 
    Imaginer la mer 

    On est venu de loin 
    Plus loin que tes repères à des millions de pas 
    On est venu à pied 
    Du fond de la misère, on nous arrête pas 
    Retourne à la maison 
    Et si y'en avait une, je ne serai pas là 
    Et la mer engloutit, dans un rouleau d'écume, mon chant et puis ma voix 

    Croisière méditerranéenne 
    Sourire carnassier de nous mêmes 
    Très loin des sirènes italiennes 
    Tu atteindras ces rives sombres 
    Très près des côtes siciliennes 
    Les vierges noires comme une traîne 

    Imaginer la mer 
    Qu'on a payé si cher 
    Imaginer la mer 
    Imaginer la mer 

    Nous dormons dans des villes 
    Ombre parmi les ombres, les longs couteaux tirés 
    À deux doigts de l’Europe 
    On a rêvé si fort, on commence à douter 
    Il est resté debout, devant les barbelés 
    Sous le ciel minéral 
    Tu commences à ramper 
    En dessous du silence, et dans l'oubli total 

    Croisière méditerranéenne 
    Sourire carnassier de nous mêmes 
    Très loin des sirènes italiennes 
    Tu atteindras ces rives sombres 
    Très près des côtes siciliennes 
    Les vierges noires comme une traîne 

    Imaginer la mer 
    Qu'on a payé si cher 
    Imaginer la mer

     

     

    Bon partage !

     

    Rotpier

     


    6 commentaires
  •  

    Certains ont leurs Zozios, le Rotpier a ses chouettes Chouettes !

    Elles sont féminines ou masculines  et assez BCBG… quoique !

    Il leur arrive fréquemment de se voler dans les plumes sans ménagement ! 

     Elles sont, selon les circonstances, sentencieuses, drôles, percutantes, graves, irrévérencieuses, taclantes et même parfois … grivoises, mais toujours en utilisant un vocabulaire respectueux… enfin presque !

    Le Rotpier l'homme qui murmurait (2)

     

    Les hululucubrations abracadabrantesques

    des chouettes Chouettes du Rotpier

     

    xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx

     

     

    xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx

     

    Signature Rotpier

    ... Je vous chouette une bonne distraction

    ... et une bonne journée !

     

     

     


    6 commentaires
  •  

    Second devoir de vacances en baie de somme !

    Etang donné le lieu, il faut bien se marais ...Non ?

    Le Rotpier

     

     

     

    Photo de Pierre et bidouillage du Rotpier

    .

    Pas de malade à l’Hôpital

    … sauf un poète peu bancal !

     

    C’est du gîte de l’Hôpital,

    pas de l’hosto dont je vous cause,

    un endroit où le végétal

    et l’animal sont en osmose !

     

    Les bois, les marais, les étangs

    abritent une nombreuse faune,

    dans l’eau, les arbres et les champs,

    les animaux sont là qui trônent !

     

    Situé à Longpré-les-corps-saints

    village rural de la Somme

    où l’on côtoie très peu de saints

    ce qui est naturel en somme !

     

    Je suis poète à temps partiel,

    cela permet beaucoup de choses,

    je parle à la terre et au ciel

    et tous les animaux me causent !

     

    Ne me prenez pas pour un fou

    si j’aime les vers et les rimes,

    ça vaut autre chose après tout :

    soyez quelque peu magnanimes !

     

    Voila le décor est planté,

    oubliez tout même votre âge,

    ne faites pas les étonnés

    … même devant un dérapage !

     

    Il faut savoir de temps en temps

    oublier le coté austère

    de la vie et prendre un moment

    pour rire avant d’être sous terre !

     

    Faire parler les animaux

    comme Monsieur de La Fontaine

    nous permet d’oublier nos maux

    et souvent ça en vaut la peine !

     

    Mes pérégrinations m’ont conduit à :

     

    J’ai rencontré un écureuil

    qui m’a dit : « T’as pas de noisettes ?

    J’ai beau y jeter un coup d’œil,

    je n’ai plus rien dans ma musette ! »

     

    Je lui ai dit : « C’est un écueil

    pour ta santé d’être en disette,

    voila trois sous et un clin d’œil,

    fait le plein à la supérette ! »

     

    xxxxxxxxxxx

     

    Un corbeau noir tout frais ciré

    m’a dit : « Bonjour, tous mes hommages,

    vous êtes beau à délirer

    … vous n’auriez pas un bon fromage ? »

     

    Je me suis quelque peu méfié,

    - j’avais entendu ce langage ! -

    je lui ai dit sans sourciller :

    « Je n’en ai plus, c’est fort dommage ! »

      

    Pas content il s’est envolé

    en me larguant sur son passage

    une fiente en criant « Olé !

    voila pour toi, bon nettoyage ! »

     

    xxxxxxxxxxx

     

    C’est là que j’ai vu un renard

    qui se marrait à perdre haleine,

    il m’a dit d’un air goguenard :

    « Il est fichu ton pull en laine !

     

    Ce corbeau est un peu jobard

    mais pour le largué il s’entraine,

    il a gagné à Zanzibar

    trois coupes dont une était pleine !

     

    Pleine de quoi, hein mon canard ?

    Je te laisse, vas-y sans gêne,

    réfléchis, moi j’ai un rencard,

    ne vas pas choper la migraine ! »  

     

    xxxxxxxxxxx

     

    J’ai croisé une poule d’eau

    promenant sa progéniture,

    Monsieur faisait un gros dodo :

    pour les poules la vie est dure !

     

    Elle m’a dit : « C’est un macho,

    c’est tout à fait dans sa nature,

    c’est moi qui fait tout le boulot :

    je suis remplie de courbatures !

     

    Là je m’occupe des marmots

    mais juste après, je te le jure,

    je le plaque prestissimo

    ou je lui file du cyanure ! »

     

    xxxxxxxxxxx

     

    Un col vert qui passait par là

    s’est arrêté quelques minutes

    il m’a dit : « Ne reste pas là,

    ça bouge du coté des huttes !

     

    Bientôt les plombs vont voler bas,

    ils vont tirer comme des brutes,

    planque  tes fesses mon petit gars

    si tu n’aimes pas la charcute !

     

    Dans le croupion j’en ai déjà

    … tu n’en veux pas je le suppute ?

    Barre-toi si tu ne veux pas

    en recevoir plein le calbute !

     

     xxxxxxxxxxx

     

    C’est à la pointe du Hourdel

    que j’ai parlé avec un phoque,

    il était avec son cheptel

    dont trois femelles bien en cloque !

     

    Il m’a dit d’un ton naturel :

    « On dirait que cela te choque ?

    chez nous rien de sensationnel,

    il n’y a là rien d’équivoque !

     

    On se tamponne des missels,

    la manif pour tous on s’en moque

    et du péché originel

    on n’en fait pas tout un colloque ! »

     

    xxxxxxxxxxx

     

    J’ai entendu rire aux éclats,

    c’était une mouette rieuse

    qui m’a dit : « N’en fait pas un plat :

    je sais, je ne suis pas sérieuse !

     

    Je ris de tout, c’est comme ça,

    je suis une grande insoucieuse,

    tu devrais faire comme moi

    ta vie serait plus harmonieuse ! »

     

    Depuis j’essaie et ça me va,

    son aide m’a été précieuse,

    je n’en fais pas un postulat

    mais je la mets moins en veilleuse !

     

    xxxxxxxxxxx

     

    Je regardais un émouchet

    qui volait de façon étrange

    et il s’est mis à décrocher

    puis est tombé près d’une grange.

     

    Tout aussitôt je l’ai cherché,

    un émouchet n’est pas un ange,

    ce serait plutôt un boucher

    mais il faut que tout le mond’ mange !

     

    J’ai retrouvé mon émouchet

    et sans lui faire de louanges,

    j’ai nettoyé son nez bouché :

    il n’en avait pas de rechange !

     

    Il m’a dit : « Je suis très touché,

    tu m’as sauvé et en échange,

    pour réparer tous mes péchés

    en végétarien je me change ! »

     

    xxxxxxxxxxx

     

    J’ai parlé avec un hibou

    qui ne trouvait pas la vie chouette,

    il avait l’air vraiment à bout

    et nous avons fait la causette.

      

    « Ma femme a suivi un voyou,

    un grand-duc avec des lunettes,

    il lui a donné un cachou

    et aussitôt il se l’est faite !

     

    Je vais me mettre la corde au cou,

    à vivre je n’ai plus la tête,

    tous les grands-ducs sont des ripoux,

    des obsédés de la braguette ! »

     

    J’ai tenté de le consoler

    en lui disant : « Allez mon pote,

    tu n’as plus qu’à reconvoler

    avec une petite hulotte ! »

     

    L’image la fait rigoler,

    il m’a dit : « Allez, rebelote,

    merci je vais aller draguer

    … tu n’aurais pas une capote ? »

     

    xxxxxxxxxxx

     

    J’ai rencontré un chaud lapin

    qui courrait après trois lapines,

    il m’a dit : « Eh ! Toi le clampin,

    on dirait qu’ ça te turlupine ?

     

    Ôte-toi donc de mon chemin

    que je rattrape ces coquines

    à part DSK et Baupin,

    vous êtes un peu de la courtine !

     

    Vous avez plus de baratin

    que de beurre sur vos tartines,

    mais pour ce qui est du turbin,

    elles sont déçues vos copines ! »

     

    xxxxxxxxxxx

      

    Un pigeon paon s’est approché,

    il m’a dit : « Tu as fière allure

    avec ton chapeau bien planté

    c’est quoi le nom de ton galure ? »

     

    « C’est un australien très branché,

    du pur cuir nu et sans doublure,

    du buffle très bien écorché :

    du bon sous toutes les coutures ! »

     

    « Je voudrais bien te l’emprunter

    pour aller draguer ma future,

    j’ai bien du mal à l’emballer,

    pour la bagatelle elle est dure ! »

     

    « Tiens, le voilà tout frais huilé,

    bonne chance à la revoyure,

    elle ne va pas résister :

    ça va chauffer dans les ramures ! »

     

    Trois jours après il s’est pointé

    avec sa belle créature,

    elle avait les yeux très cernés :

    les pigeons paons sont des pointures !

     

    Il m’a dit : « Merci c’est gagné,

    elle est à moi, j’ai su conclure,

    ton chapeau m’a très bien aidé :

    elle a craqué pour ton galure !

     

    xxxxxxxxxxx

     

    Un cygne très majestueux

    se donnant beaucoup d’importance

    m’a dit : « Macron, tu sais mon vieux,

    possède une sacrée prestance !

     

    En plus il est très astucieux,

    jamais de ma longue existence

    je n’ai vu pareil ambitieux :

    j’en suis jaloux, j’en ai conscience !

     

    A Versailles sous mille feux,

    il fallait voir sa suffisance,

    Louis XIV ne faisait pas mieux

    … tout du moins à ma connaissance ! »

     

    Je lui ai dit, yeux dans les yeux :

    « Nous le gardons sous surveillance,

    il se prend pour un demi-dieu

    mais qu’il prenne garde à nos lances ! »

     

    xxxxxxxxxxx

     

    « J’adore Longpré-les-corps-saints ! »

    m’a dit une belle sirène,

    elle avait un corps et des seins

    qu’elle portait comme une reine !

     

    « Allez viens mon petit lapin,

    viens donc plonger dans la fontaine,

    je ne te fais pas de dessin :

    je ne suis pas très puritaine ! »

     

    Bien que je ne sois pas un saint

    j’ai beaucoup hésité quand même,

    mais j’ai cédé, ça c’est certain,

    après tout l’erreur est humaine !

     

    Je ne vous détaillerais rien

    même si j’ai un peu la haine :

    la belle faisait le tapin

    à la barbe de la mondaine !

     

    Le poisson ne me dit plus rien,

    quand j’en vois je deviens tout blême,

    je change vite de chemin

    quand je rencontre une fontaine !

     

    xxxxxxxxxxx

      

    Ça termine en queue de poisson,

    oui c’est ainsi que ça s’arrête,

    vous n’aurez pas grands polissons

    de quoi vous rincer les mirettes !

     

    Pas de photos, de vidéo,

    moi je préfère l’écriture,

    j’aime bien assembler les mots

    pour raconter mes aventures !

     

    Je sais, ça fait un peu has-been

    d’encore aimer prendre la plume,

    allez, à la vôtre : chin-chin,

    je suis comme ça et j’assume !

     

    Et si vous avez bien aimé

    rendez-moi un petit service,

    avec vos amis partagez,

    ce sera mon seul bénéfice !

     

                                       Rotpier

     

     

    Photo de Pierre et bidouillage du Rotpier

     


    2 commentaires
  •  

    Réponse pour le rébus :

    Je viens de la mettre sur le billet d'avant … « rébus » ! 

     Un grand bravo à ceux qui avaient trouvé !

     

    Résultat de recherche d'images pour "émoticônes"

     

    Et pis c'est tout Rotpier


    votre commentaire
  •  

    Et si l’on faisait un petit arrêt rébus ?

    Juste comme ça, pour se dégourdir

    un peu les neurones !

     

     

    Petite aide au rébus

    (les champions s'en passeront !) :

    Je conseille quand même aux spécialistes de jeter un petit coup d’œil à l'aide

    ... j'ai brodé un peu !

     

       C'est un rébus-question du Rotpier , un gars très libre qui travaille de façon indépendante mais pas toujours à flux tendu !   

    1ère ligne, 1ère image : le personnage de Rodin "  - - - - - " profondément ... comme moi ! 

     2ème ligne, dernière image : ce  n'est pas celle du nord mais c'en est une quand même !

    3ème ligne, 3ème image: il parait que l'amour s'y trouve,  je ne le sais pas mais moi j'y est déjà fait ... mais qu'est-ce que je raconte moi ! ... Vous n'en saurez pas plus, Pierre ne serait pas content !

    4ème ligne, dernière image : Eole est le dieu du " - - - - " !

      6ème ligne, 1ère image : le serpent fait "s" ou "se", c'est selon son humeur ! 

     7ème ligne, 1ère image : sorte de pâté de tête de sanglier ou de cochon ! 2ème image : bras de terre qui relie deux îles ou deux continents ! .... L'important est de ne pas être un continent ... c'était juste pour meubler ! 3ème image : il est moche comme un " - - -  " ... d'ailleurs, c'en est un !

    8ème ligne,  2ème image : lieu ou l'on trouve des animaux en captivité ! 

    9ème ligne, 1ère image :  elle tombe ! 2ème image : après la mort, il parait qu'elle s'envole, moi, je n'y crois guère comme disait Martin !

    Dernière ligne, 1ère image : c'est l'arme qu'il faut prendre ! Aux armes citoyens, il faut contrer Macon, marchons, marchons que les temps durs ne soient pas des temps cons  !

     Et pis c'est tout !

    Allez, au boulot , vous avez toute liberté pour vous exprimer mais ne comptez pas sur le Rotpier pour vous verser une pige quelconque ... vous avez bien pigé ?

     

     Réponse :

    Pensez-vous que je m’égare quand, après un peu de recul, j’avance que le naturisme pour les hommes n’est jamais que du free-lance ?

     NB : ça vous la coupe hein ?

     

     

     

    Qu'il dit l'animal !


    8 commentaires
  •  

    De temps en temps, je vous propose de partager les chansons

    et les artistes que j’aime !

    Clip vidéo et paroles

     

    Cette fois-ci :

     

    Maxime Le Forestier :

    « San Francisco »

    San Francisco : le pont

     San Francisco : la maison bleue


    Photos prises sur le net

    Un petit clin d’œil à notre second second fils qui est en vacances en famille dans les environs de San Francisco !

     




    San Francisco,

     

    C'est une maison bleue
    Adossée à la colline
    On y vient à pied, on ne frappe pas
    Ceux qui vivent là, ont jeté la clé
    On se retrouve ensemble
    Après des années de route
    Et l'on vient s'asseoir autour du repas
    Tout le monde est là, à cinq heures du soir
    San Francisco s'embrume
    San Francisco s'allume
    San Francisco, où êtes vous
    Liza et Luc, Sylvia, attendez-moi

    Nageant dans le brouillard
    Enlacés, roulant dans l'herbe
    On écoutera Tom à la guitare
    Phil à la kena, jusqu'à la nuit noire
    Un autre arrivera
    Pour nous dire des nouvelles
    D'un qui reviendra dans un an ou deux
    Puisqu'il est heureux, on s'endormira
    San Francisco se lève
    San Francisco se lève
    San Francisco ! où êtes vous
    Liza et Luc, Sylvia, attendez-moi

    C'est une maison bleue
    Accrochée à ma mémoire
    On y vient à pied, on ne frappe pas
    Ceux qui vivent là, ont jeté la clef
    Peuplée de cheveux longs
    De grands lits et de musique
    Peuplée de lumière, et peuplée de fous
    Elle sera dernière à rester debout
    Si San Francisco s'effondre
    Si San Francisco s'effondre
    San Francisco ! Où êtes vous
    Liza et Luc, Sylvia, attendez-moi

         

    Bon partage !

     

    Rotpier

     


    1 commentaire
  • Je vous l'avais dit, en ce moment, je suis très occupé avec nos démêlées avec un maire totalement borné !

    Je vous mets le lien du blog que j’ anime et vous comprendrez aisément !

    Lien:   https://lesamisdumesnilguilbert.wordpress.com/blog/ 

    Après avoir géré tout cela, j' ai la presse à m'occuper : Paris-Normandie et l' Impartial, un hebdomadaire local. Il y a du travail ! ... Vivement la retraite !

    Pierre


    2 commentaires
  •  

    En souvenir d'excellentes vacances à Longpré-les-corps-saints dans la Somme !

     

     

    Le gîte de l'Hôpital, photo personnelle

     

     

    Photo personnelle

     

    Photo personnelle

     

    Pierre

     


    4 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires