• " Tu le diras un jour ... " ... un poème encore et toujours de circonstance de Pierre

     

    Ce poème a 18 ans et je l’ai déjà mis plusieurs fois. Il n’a – hélas ! - pas pris une ride.

    Lorsque je l’ai écrit, l’omerta quasi-totale était de mise dans beaucoup de milieux. Depuis, petit à petit, lentement, trop lentement, la situation a évolué. Il y a eu des procès retentissants et concernant presque tous les milieux où des jeunes gravitent sous l’autorité d’adultes pervers. Qu’ils soient religieux, éducatifs, sportifs ou des sphères privées ou familiales. Nous en avons encore eu un exemple récemment avec l’affaire Olivier Duhamel.

    Les montres sont de moins en moins à l’abri des justes châtiments qui les attendent et c’est un progrès inestimable.

     Pierre

     

     

     Image du net modifiée par moi-même

    .

    Tu le diras un jour …

     

    Neuf ans,

    tu avais neuf ans.

    Lui ?  Quarante… à peu près.

    Il t’en imposait

    …il en imposait à tout le monde !

    Il était l’autorité reconnue.

    Reconnu de tous.

    Ne pas lui obéir ? Personne n’osait !

    Toi, plus que tout autre.

    Toi le timide, le respectueux, le presque soumis.

    Oh ! il avait soigneusement choisi !

    Il avait de l’expérience: la science de l’infamie !

     

    Des bruits avaient bien circulé …

    mais il en circule tant… des bruits !

    Et puis … si gentil, si près des enfants !

    Lui, l’organisateur des veillées,

     des ballades, des feux de camp,

    des sorties, des colos,

    des voyages en bateau

     et toujours le bon mot !

    Si serviable, si près des enfants …

    Trop près !

    Beaucoup trop près !

     

     

    Avec ta naïveté et ta timidité,

     tu n’avais rien vu venir.

    Tu n’avais pas vu l’étau se resserrer,

    l’étau dégoûtant de ses bras se resserrer !

    Et … c’était arrivé.

    Après … des promesses ! … des menaces !

    Trois fois il a recommencé !

    Puis il a vu - il a su ! - que tu allais craquer.

    Alors, doucement, perfidement, il a battu en retraite.

    Il a continué les promesses … les menaces

    … beaucoup plus les menaces !

    Mentalement, il t’a bâillonné,

    il t’a mis dans sa nasse !

    Comme d’autres … comme beaucoup d’autres !

     

    Puis, le temps a passé mais … rien ne s’est effacé !

    Image claire et nette dans ta mémoire

    qui remonte certains soirs

    … certains soirs un peu plus noirs.

    Tout est près à resurgir ! Il suffirait d’un déclic,

    d’un fait plus fort que les autres

    … un procès ?

    Une lecture sur le sujet ?

    Une émission de télé ?

    ou bien tout simplement … l’amour !

     L’amour et toute la confiance en une femme,

    pour qu’enfin tu parles, que tu dises,

    que tu accuses le maudit, l’infâme !

     

    Le calculateur !

    Le manipulateur !

    Le maître chanteur !

    Le persécuteur !

    L’abject prédateur !

     

    Et d’autres suivront !

    Oui ! D’autres suivront !

    Et vous  éviterez que nuise encore le scélérat

    … l’ignoble ordure qui t’a fait ça !

      

     

                                                       Pierre Dupuis

     

     

     

    « Rébus : réponses aux petits rébus dominicaux de ... Rotpier !Les petites ou les grosses conneries ou pensées du jour de ... Rotpier »

    Tags Tags : , ,
  • Commentaires

    1
    Mardi 2 Mars à 11:50

    Un poème que tu peux remettre en avant autant que tu veux. Il me parle à moi aussi, comme à beaucoup de notre génération, au temps où les religieux, religieuses, étaient considérés comme des "saints".
    Très tard, les langues se sont déliées, on a "osé" en parler ... pas simple.
    Je trouve toujours les peines trop faibles, on est encore bien trop gentil avec ces monstres.
    Mais les juges en font peut-être aussi partie ?
    Merci Pierre

    Bises

      • Mercredi 3 Mars à 09:05

        Bonjour Annick !

        Oui, je crains hélas devoir le remettre un jour !

        Que les bêtes meurent … je suis pourtant contre la peine de mort !

        ... Les juges ? On dit souvent " être juge et partie "

        Tu crois que " partie " serait mieux au pluriel ?  yes  yes  sarcastic

         

        Bonne journée ! 

         

        Pierre

         

        http://rotpier.eklablog.com/

    2
    Mo
    Mardi 2 Mars à 15:13
    Mo

    Bonjour Pierre,

    Oui, c'est affreux que ce poème soit toujours d'actualité.

    Il serre le cœur ce que décrit poème d'ailleurs...

    Tu as vu le film "Grâce à dieu"? C'est sur le sujet justement et des instances ecclésiastiques ont tenté d'en empêcher la sortie au motif que cela concernait une affaire en cours de procès.

    Bonne jour,née à toi,

    Mo

     

      • Mercredi 3 Mars à 09:09

        Bonjour Mo et Marc !

         

        Eh oui, hélas !

        Oui, j’ai vu le film et il y en a eu des pressions !

        Ils n’ont toujours pas compris ou il y en a

        une majorité qui trempe dans ces coups là ! yes  yes  bad

        A bas le goupillon !

         

        Bonne journée !

         

        Pierre 

         

        http://rotpier.eklablog.com/

         

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :