• Devoir de vacances : "Epopée morvandelle" ou "Par monts et par vaux autour de Moux," le très long poème du jour de Pierre et de Rotpier !

    Nota:  C'est un gros pavé, ne démarrez pas si vous n'avez pas un peu de temps devant vous !

     

    Préambule :

    En première partie, je vous propose une balade en Morvan quelque peu fantaisiste. Si les lieux sont bien réels, les histoires que je brode autour le sont beaucoup moins … encore que … sérieux s’abstenir !

    La seconde partie, la moralité, est plus philosophique et aussi plus sujette à contestation de la part de quelques bien-pensants…

     

     

     

    Le chalet du trappeur.

     

    L'étang.

     

    Epopée morvandelle

    ou

    Par monts et par vaux autour de Moux,

     

    Pour éponger un coup de mou

    - Eh oui ! Parfois cela arrive ! -

    ma femm’ m’a dit : « Allons à Moux

    en Morvan ! » … Belle initiative !

     

    « C’est tout près du lac des Settons,

    légèrement en altitude,

    un peu avant Château-Chinon,

    ça changera nos habitudes ! »

     

    Tout de suite j’ai dit « Banco !

    c’est une région qui me botte,

    viens que je te fasse un bécot

    pas besoin d’enlever tes bottes ! »

     

    Cela m’a regonflé à bloc

    et j’ai sauté, je vous l’assure,

    pile-poil à deux pieds dans mon froc

    et puis j’ai lacé mes chaussures !

     

    Je  vois à vos yeux égrillards

    que vous attendiez autre chose,

    vous repasserez mes gaillards :

    j’aime que les portes soient closes !

     

    Un matin ce fut le départ,

    il faut bien que les choses arrivent,

    hors de question d’être en retard

    c’était parti pour d’autres rives !

     

    Juste un peu avant Avallon

    nous avons quitté l’autoroute,

    quelques monts et quelques vallons :

    c’était le Morvan pas de doute !

     

    Nous sommes passés à Saulieu,

    Loiseau était dans les nuages,

    c’est Berton qui tenait les lieux

    … l’addition n’était pas plus sage !

     

    Nous avons  - bien nous en a pris ! -

    seulement regardé la carte

    et à la seule vue des prix

    on a senti chauffer nos cartes !

     

    Du coup on a mangé à Moux,

    c’était beaucoup plus raisonnable,

    moins bon aussi mais après tout

    c’était quand même convenable !

     

    Pas de mou de veau au menu

    mais de la viande charolaise,

    dans les près nous les avions vus

    et les bestiaux broutaient à l’aise !

     

    Nous avons croisé quelques gens

    juste en arrivant au village

    et leur bonjour très engageant

    augurait un joli partage !

     

    Même chez les adolescents

    nous avons vu la différence :

    bien moins de morveux en Morvan

    que dans le reste de la France !

     

    Au milieu du parc du Morvan

    et des grands lacs de retenue

    des vieux châteaux et des couvents

    nous souhaitaient la bienvenue.

     

    Du coté du lac des Settons

    et niché en pleine nature,

    attendait notre location :

    un chalet de fort belle allure !

     

    A ses pieds un petit étang

    enchâssé entre deux collines

    miroitait au soleil couchant

    rêvant d’une brise coquine !

     

    Son nom : « Le chalet du trappeur »

    mais de castors pas une trace,

    à croire qu’ils avaient pris peur :

    tout comme moi devant ma glace !

     

    Pas de bisons au rendez-vous

    contrairement à toute attente

    du coup j’ai chassé les bisous

    ma femme en était très contente !

     

    Des belges sont venus pêcher,

    cinq copains des plus sympathiques,

    « Le cowboy » ils m’ont appelé

    en voyant mon chapeau mythique !

      

    Ils avaient un équipement

    pour la pêche au coup de première,

    qu’ils rangeaient soigneusement dans

    une remorque à montgolfière !

     

    Eux par contre n’étaient pas fiers,

    les belges aiment bien la France,

    bien mieux que l’Angleterre et Blair

    ou la City et la finance !

     

    Comparé à leur plat pays

    le Morvan c’est plein de granite,

    un rocher qui même bien cuit

    reste moins tendre que les frites !

     

    De toute façon en venant

    ils avaient oublié les moules,

    se sont-ils vengés sur le blanc ?

    … Je n’en sais rien … je perds la boule !

     

    En visite à Château-Chinon

    nous avons fait la promenade

    que faisait un certain tonton,

    une belle et longue balade !

     

    Tout en laissant du temps au temps

    nous avons visité la ville

    aux souvenirs omniprésents

    de l’homme à la force tranquille !

     

    En nous rendant à Vézelay,

    nous sommes passés par Bazoches

    voir un château loin d’être laid :

    Vauban n’était pas pour le moche !

     

    Dans le parc assis sur un banc

    j’ai bien détaillé la bâtisse,

    je n’ai pas dit : « Merde à Vauban ! »

    c’eut été de mauvais auspices !

      

    ( Le souvenir du grand Léo

    est bien ancré dans ma mémoire,

    il reste collé à ma peau

    de façon presque péremptoire ! )

     

    A la limite du Morvan

    à Autun au théâtre antique

    nous avons eu un coup de vent

    ne venant pas de l’atlantique.

     

    Nous oublierons avec le temps

    comme il est écrit dans le livre :

    « Autun en emporte le vent » :

    les souvenirs on s’en délivre !

     

    Ne rentrez pas en sécession

    avec moi je vous en conjure

    je vous donne mes plantations

    de jeux de mots, je vous l’assure !

     

    Margaret Mitchell nous avait

    entraîné dans une tourmente

    qui était loin d’être un navet

    et pas du bonbon à la menthe !

     

    En passant par le Mont Beuvray

    nous sommes allés à Bibracte,

    à l’oppidum il faisait frais,

    ça soulageait ma cataracte !

     

    Vercingétorix y avait

    réuni les tribus gauloises,

    qui ne faisaient pas dans leurs brais

    et chantaient des chansons grivoises !

     

    Un peu plus tard à Alésia

    César leur a mis la pâtée,

    en ce temps-là pas de média

    pour filmer la déculottée !

      

    A Vézelay Viollet-le-Duc

    a restauré la basilique

    au grand désespoir des grands-ducs

    qui trouvaient les ruines pratiques !

     

    J’ai mis deux cierges sans raison,

    juste pour voir, j’aime les flammes,

    je suis athée c’est mon blason,

    mon seul drapeau, mon oriflamme !

     

    Si j’admire les bâtisseurs

    d’églises ou de cathédrales

    je sais aussi tous les malheurs

    des gueux aux heures féodales !

     

    « Si dieu n’avait pas existé »

    comme a écrit jadis Voltaire,

    « il aurait fallu l’inventer »

    … Ludovine vas-tu te taire !

     

    Le Morvan c’est chouette allez oust,

    viens faire un tour, quitte Versailles,

    pas de danger que tu trésailles :

    il y a des massifs pour tous !

     

    Laisse Versailles à Macron,

    c’est le genre de petit home

    qu’il adore et pour qui il fond

    … le château, pas le Jeu de Paume !

     

    Il prendra le Grand Trianon

    pour y installer sa Brigitte,

    nous on sortira les bâtons

    … pas de bois mais de dynamite !

     

    Tu ne dépareilleras pas :

    du rocher et de La Rochère,

    ça se marient comme des bas :

    le Morvan te siéra ma chère !

      

    C’est le royaume du sapin,

    il y en a plein les collines,

    c’est d’ailleurs un bon gagne-pain

    que l’on s’appelle ou non Corine !

     

    Toutes les années pour Noël

    on arrache et on expédie,

    un véritable carrousel

    merci merci petit Messie !

     

    Sans rouler à tombeau ouvert

    on a atteint Quarré-les-Tombes,

    des sarcophages très divers

    nous attendaient depuis des plombes !

     

    Nécropole ou bien entrepôt

    cela reste des hypothèses,

    les historiens à ce propos

    restent le cul entre deux chaises !

     

    J’en aurais bien pris un pour moi

    mais j’ai eu peur que l’on m’engueule,

    pour mon enterrement ma foi

    cela aurait eu de la gueule !

     

    Je vois la tête des porteurs :

    au lieu du sapin de la pierre !

    Pour leurs dos un sacré malheur,

    de quoi maudire tous les Pierre !

     

    Et pas question de crémation

    la pierre ne brûle pas vite,

    c’est huit heures de combustion

    pour que le calcaire s’effrite !

     

    Alors bonjour la pollution

    c’est très mauvais pour la planète

    mais … qu’ouïs-je ? Faites attention !

    Qui a craqué une allumette ?

     

    Je ne suis pas encore fou

    mais un jour ça viendra peut-être,

    en attendant de moi à vous

    j’ai encore toute ma tête !

     

    Moralité philosophique … bien cuisinée ?

     

    A trop cultiver le sérieux

    on oublie tout à fait de rire,

    on prend un sacré coup de vieux

    et l’on s’éteint comme un lampyre !

     

    Alors rillons encore un peu,

    mijotons la bonne cuisine

    des jeux de mots en maître queux

    il ne faut pas que l’on lésine !

     

    Et tant mieux si la sauce prend,

    mieux vaut qu’ell’ ne soit pas trop grasse

    mais si ell’ l’est de temps en temps

    ne m’en veuillez pas trop de grâce !

     

    Les coincés, les collets montés,

    n’ont qu’à continuer leur route,

    ils me trouvent trop effronté

    et bien tant pis moi j’en rajoute !

     

    Vous conviendrez que j’aurais pu

    cuisiner d’autres rimes en « route »

    je sais faire, j’y suis rompu :

    j’aime beaucoup les doubles routes !

     

    Bon prince je m’arrête ici

    pour ceux n’aimant pas les épices,

    pour les autres pas de souci,

    ce n’est qu’un petit armistice !

     

    Soyons fiers d’avoir hérité

    de Rabelais, la truculence

    et gardons cette faculté

    de se moquer des idées rances !

     

    Gloire à Alcofribas Nasier

    qui a défié dans ses ouvrages

    l’ordre bien pensant des curés

    la faculté était en rage !

     

    Religion et rigidité

    vont de pair, c’est un héritage,

    l’intégrisme et la charité

    n’ont jamais fait très bon ménage !

     

    Je respecte les religions

    qui ne sont pas hégémoniques

    et qui n’ont pas la prétention

    de régenter la politique !

     

    Elles sont rares car hélas

    des individus s’en emparent

    pour, aux quatre coins de l’atlas,

    assouvir leurs rêves barbares.

     

    Si l’on remonte dans le temps

    l’actuelle église catholique

    et ses croisades en orient

    en sont un exemple typique.

     

    En ajoutant l’inquisition,

    - allons faisons bonne mesure ! -

    où sont les méchants et les bons

    … à vous la charge de conclure !

                             

                                                                   Pierre Dupuis, alias Rotpier

     

     

     

     

    « Rébus : réponse au petit rébus dominical de ... Rotpier ! Les hululucubrations des chouettes Chouettes du Rotpier : un poil d'humour à plumes ! »

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    1
    Mardi 3 Octobre à 17:27

    alors ? as-tu trouvé une religion à respecter ?glasses

    Tu t'es fait Solutré ? t'as encore le mollet agile

    Ps :si t'as vraiment la cataracte ,fais comme moi :2 implants et t'as 20 ans

      • Mercredi 4 Octobre à 09:35

        Salut Durdan !

         

        Non, je cherche encore !

        Non, pas de Roche de Solutré, c’est sur Mâcon et c’était un peu loin !

        La cataracte, c’était juste pour la rime, car elles sont peu nombreuses

        les rimes en " acte " !

        Tout va bien coté yeux !  yes

        Toi, tu es à égalité avec Noël Mamère :

        il a deux prothèses Mamére !   yes  yes  he

         

        Et pis c’est tout !

         

        Bonne journée !

         

        Le Rotpier 

         

        http://rotpier.eklablog.com/

         

         

    2
    Mercredi 4 Octobre à 15:55

    et Tonton ,i s'promenait où ?au bord de l'Yonne

      • Mercredi 4 Octobre à 17:13

        Autour du mont qui surplombe Château-Chinon, environ 4 ou 5 km !  yes  yes  he 

    3
    Mercredi 4 Octobre à 17:30

    Toc toc, j'peux entrer ? j'vous dérange pas tous les deux ? sinon j'peux revenir plus tard ? bon je reste.
    J'ai tout lu ... pffff, et après on dit que les femmes sont bavardes, par écrit les hommes nous devancent largement.

    Pour ce qui est religion, je suis en parfait accord avec toi. Dans ma famille, sept sont entrés dans la religion, curé, moine, carmélite, soeur de charité etc ... et en plus tout l'monde allait à la messe, qué corvée, pas moyen de faire la grasse matinée le dimanche. On m'a mis 14 ans chez les sœurs ! galère totale ... Je crois bien qu'à mon baptême je hurlais déjà que je ne voulais pas être baptisée ! à moins que ce ne soit à cause de la flotte trop froide versée sur ma mignonne frimousse ?  bref, je suis la seule d'une grande famille à ne pas avoir adhéré à la religion.

    Les cathédrales et milliards d'églises ont en fait donné du boulot aux gens. Par contre, grande différence entre les gens des châteaux et les manants, c'est vrai. Et vlà-t-y pas que l'Macaron d'Amiens nous envoient plein de tuiles sur la tête (Macarons et tuiles sont des spécialités amiénoises comme chacun sait) et que donc, nous retournons à une vie moyenâgeuse. Malin.

    Bravo pour ce long récit si bien écrit, j'admire ton vocabulaire, tes jeux de mots et tout çà, bravo !

    Moi aussi il m'arrive (rarement) d'allumer un cierge, pour la flamme, comme une gamine. Je dis ce que veux à Jenesaisqui?  et chaque fois ou presque, pof, je suis exaucée. Coquinou de Jenesaisqui ...

    Voilà, moi aussi je sais être bavarde. Et na !
    Gros bisous

      • Jeudi 5 Octobre à 13:27

        Bonjour Annick !

        Ça, pour être bavarde, tu es bavarde mais c’est bien !

        Quelques siècles plus tôt, ta famille t’aurait dénoncée

        et tu aurais eu droit à l’inquisition et au bûcher !

        Grillée comme une merguez comme Jeanne d’Arc ! yes  yes  he

         

        Bonne journée !

         

        Pierre 

         

        http://rotpier.eklablog.com/

         

         

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :