•  

    .

    Du 24 juin au 18 juillet à 8H 54 : 

    Vacances dans Les Hauts-de-France,

     

    Tous les ans à la même époque,

    il n’y a là rien de baroque,

    je ferme la boutique et pars

    et je reviens un peu plus tard !

     

    Je vais du coté d’Abbeville

    et je visiterais la ville,

    la baie de Somme et un peu plus,

    je vous dirais si ça m’a plu !

     

    A nous les frites et les moules

    ( j’emmène ma petite poule ! )

    peut-être même du homard

    arrosé d’un très bon pinard !

     

    Il se peut que l’année prochaine

    on se retrouve dans la gène :

    les retraités avec Macron

    vont se retrouver les pigeons !

     

    Casquer un peu - pas de problème ! -

    mais ce qui me rend vraiment blême

    c’est que les riches et les milords

    auront le cul plus cousu d’or !

     

    Mais pour l’instant c’est les vacances,

    profitons de cette séquence,

    reportons la révolution :

    vive le peuple, à bas Macron !

      

                                     Pierre et Rotpier

     

    J'irais voir un cousin qui joue du luth au château de Bagatelle !

    Cela m'entraînera pour la dure lutte à venir ! ( pas de plaisanterie douteuses SVP ! )

     

    Pierre et Rotpier

     


    4 commentaires
  •  

    Certains ont leurs Zozios, le Rotpier a ses chouettes Chouettes !

    Elles sont féminines ou masculines  et assez BCBG… quoique !

    Il leur arrive fréquemment de se voler dans les plumes sans ménagement ! 

     Elles sont, selon les circonstances, sentencieuses, drôles, percutantes, graves, irrévérencieuses, taclantes et même parfois … grivoises, mais toujours en utilisant un vocabulaire respectueux… enfin presque !

    Le Rotpier l'homme qui murmurait (2)

     

    Les hululucubrations abracadabrantesques

    des chouettes Chouettes du Rotpier

     

     

    xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx

     

     

     

     

     Signature Rotpier

    ... Je vous chouette une bonne distraction

    ... et une bonne journée !


    4 commentaires
  •  

    Allez, j'ai hésité un peu mais je me lâche...

    Sans son  *
    et sans effluve :
    mais un poème qui fleure bon la France !


    Rotpier


    * Ni Dalila ... bien entendu ... pas plus que Dalida !




    Image du net



    Les dix commandements du pétomane,

     

    Pour amuser les braves gens :

    des haricots et du contrôle !

    Pas besoin d’être intelligent,

    il suffit d’avoir le pet drôle !

     

    Si c’est vers minuit moins le quart,

    pas besoin de beaucoup d’idées,

    il suffit de faire un pet tard

    pour faire rire une assemblée !

     

    Celui dont tu peux être fier,

    tu l’avais lâché aux aurores :

    ton bon et gros pet tôt d’hier,

    ses effluves flottent encore !

     

    Il faut de la vitalité

    pour vraiment rester dans la danse,

    si tu veux la célébrité :

    il faut que des gros pets tu lances !

     

    Il ne faut jamais le rater :

    pas de pet qui soit interlope !

    Viril et franc pour le lâcher :

    alors jamais ton pet n’est lope !

     

    Un pet se doit d’être une horreur,

    un petit pet est bien grotesque !

    Il faut qu’il soit à ton honneur :

    tant mieux si c’est un pet dantesque !

     

    Si jamais on le lâche à l’eau,

    il faut que les bulles défilent

    et s’éloignent au grand galop :

    il faut que ton gros pet d’eau file !

     

    Si les vagues se font énormes

    et arrivent chez les chinois :

    tant mieux si c’est un pet hors normes,

    tant pis si c’est un pet qui noie !

     

    Il est spectacle à lui tout seul !

    Un one-man-show ? Moi je dis chiche !

    Allez, je te prends pour filleul :

    c’est sur scène que le pet niche !

     

    Il faut honorer les anciens,

    un jeune pet naît et prospère

    sur le tracé de leur chemin :

    il faut respecter les pets pères !

     

     

                                                Rotpier

     

     

    Je vous mets un lien pour que vous soyez bien au parfum : 

    https://fr.wikipedia.org/wiki/Le_P%C3%A9tomane

     


    10 commentaires
  •  

    Réponse pour le rébus :

    Je viens de la mettre sur le billet d'avant … « rébus » ! 

     Un grand bravo à ceux qui avaient trouvé !

    Résultat de recherche d'images pour "émoticônes"

     

    Et pis c'est tout Rotpier


    votre commentaire
  •  

    Et si l’on faisait un petit arrêt rébus ?

    Juste comme ça, pour se dégourdir

    un peu les neurones !

     

     

    Petite aide au rébus

    (les champions s'en passeront !) :

     

       Il y a comme un petit parfum de campagne dans ce rébus de ... Pierre ... donc, c'est du sérieux !

    1ère ligne,   2ème image :  ce qui sort amplifié de l'engin ! 

        2ème ligne, 1ère image : un fil très doux ! Dernière image : le serpent fait  " s " ou "se ", c'est selon son humeur (les autres aussi ! )

    3ème ligne, 1ère image: sorte de pâté de tête de sanglier ou de cochon !    Dernière image et en direct: "U" ! ... c'est Super ...non ? 

        5ème ligne, 1ère image : bien insister sur la dernière lettre du mot ! Dernière image : lieu où se tenaient et se tiennent encore des marchés !

     

    8ème ligne, 1ère image : la moitié du nom du personnage ! 

    10ème ligne,  1ère image : il ne faut pas prendre le fils ! 3ème image: l’athlète "  - - - - " au présent de l'indicatif ! 

    11ème ligne, dernière image :  des poches de " - - - - " pour sauver des vies !

    Dernière ligne, 1ère image: celui-ci est sélectif ! Dernière image : lieu où l'on stocke des tonneaux de vin ou d'autre chose !  

     

     Et pis c'est tout !

    Allez, au boulot , et n'oubliez pas d'aller voter même si vous ne croiserez certainement pas ce genre de personnage ! 

     

     

     Réponse :

    Savoir s’asseoir sur sa suffisance pour se mettre à l’écoute de gens simples est un exercice que peu de personnages importants savent faire sans tricher.

     

    Je vous avais bien dit que c’était du sérieux !

     

    Qu'il dit l'animal !


    8 commentaires
  •  

    Certains ont leurs Zozios, le Rotpier a ses chouettes Chouettes !

    Elles sont féminines ou masculines  et assez BCBG… quoique !

    Il leur arrive fréquemment de se voler dans les plumes sans ménagement ! 

     Elles sont, selon les circonstances, sentencieuses, drôles, percutantes, graves, irrévérencieuses, taclantes et même parfois … grivoises, mais toujours en utilisant un vocabulaire respectueux… enfin presque !

    Le Rotpier l'homme qui murmurait (2)

     

    Les hululucubrations abracadabrantesques

    des chouettes Chouettes du Rotpier

    .

    xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx

     

     

     

     

     

     

    Signature Rotpier

     

    ... Je vous chouette une bonne distraction

    ... et une bonne journée !


    4 commentaires
  •  

    Allez,  je l'ai déjà mis celui-là mais vous allez bien

    en reprendre une petite taffe !

     Restons gais !

     

    Cigares cubains 2

    Image du net

    .

    J’en ris sous cape !

     

    Alors que j’étais à Cuba

    en vacanc' avec ma nana,

    ell’  m’a laissé - ça désarçonne ! -

    tomber pour une belle autochtone !

     

    Là, j’en suis resté sur le cul :

    en deux ans quatre fois cocu !

    Les femmes étant trop décevantes,

    je me suis tourné vers les tantes !

     

     ( Refrain à bisser ! )

    Si tu vas chez les gays

    Si tu vas chez les gays

    Si tu vas chez les gays vas ras !

     

    C’est le conseil que m’a donné

    un ami, un ancien curé,

    qui ne porte plus la soutane

    et qui habite à La Havane.

     

    Quand il a quitté son boulot,

    il m’a dit : « Les fidèles cass’  trop !

    Ils sont obèses et je précise

    qu’ils pètent les bancs des églises ! »

     

     ( Refrain à bisser ! )

    Si tu vas chez les gays

    Si tu vas chez les gays

    Si tu vas chez les gays vas ras !

     

    Si mon ami est défroqué,

    il n’a pas sa cuti viré !

    Mais il connaît bien les tapettes

    et m’a dit comprendre ma quête :

     

    « Si tu veux fair’  ton trou là-bas

    c’est mieux d’être sans poils mon gars !

    Si tu veux à tout prix séduire,

    tu dois t’épiler à la cire !

     

     ( Refrain à bisser ! )

    Si tu vas chez les gays

    Si tu vas chez les gays

    Si tu vas chez les gays vas ras !

     

    Tu n’es pas grand, t’as le cul bas :

    c’est un très bon atout pour toi !

    Tu vas les rendrent fous ces folles :

    tu va passer à la cass’ role !

     

    Ils vont vite fait t’allumer

    tu risques même de fumer !

    Tu va passer à la tournante :

    ça se pratique chez les tantes !

     

    Refrain à bisser ! )

    Si tu vas chez les gays

    Si tu vas chez les gays

    Si tu vas chez les gays vas ras !

     

    Tu vas remarquer dans le lot

    un mec surnommé Ernesto,

    en moins de deux il va te faire

    le coup du révolutionnaire !

      

    Pendant qu’il sera dans ton dos

    tu tiendras des petits drapeaux !

    Une position pas facile

    même les années bissextiles !

     

    Refrain à bisser ! )

    Si tu vas chez les gays

    Si tu vas chez les gays

    Si tu vas chez les gays vas ras !

     

    Si tu vois sans son goupillon,

    arriver l’abbé Décochon,

    un vieux copain de séminaire :

    sache qu’il connaît bien l’affaire !

     

    Il est encore un peu curé

    mais à cent pour cent bilboquet !

    Quand un garçon passe à confesse

    il faut qu’il planque bien ses fesses !

     

    Refrain à bisser ! )

    Si tu vas chez les gays

    Si tu vas chez les gays

    Si tu vas chez les gays vas ras !

     

    Maintenant je vais te quitter

    car en France il me faut rentrer

    dans le Morbihan, en Bretagne,

    j’ai déniché une compagne !

     

    En comptant l’avion et le train,

    j’aurais bien six arrêts au moins

    car en excluant les pannes,

    y a six gares de là à Vannes ! »

     

    Refrain à bisser ! )

    Si tu vas chez les gays

    Si tu vas chez les gays

    Si tu vas chez les gays vas ras !

     

      

    Moralité :

     

    Que l’on soit ici ou là-bas,

    qu’on ait le cul haut ou bien bas,

    pour éviter d’être maussade

    soignons-nous à la  rigolade !

     

    Si cette histoir’  fait un tabac

    j’espère bien que de Cuba :

    je recevrais quelques havanes,

    des purs, des vrais, sans cellophane !

     

    ( Refrain à bisser ! )

    Si tu vas chez les gays

    Si tu vas chez les gays

    Si tu vas chez les gays vas ras !

     

                                                               Rotpier

     

     

    Che Guévara

    Image du net

     


    5 commentaires
  •  

    Réponse pour le rébus :

    Je viens de la mettre sur le billet d'avant … « rébus » ! 

     Un grand bravo à ceux qui avaient trouvé !

     

    Résultat de recherche d'images pour "émoticônes"

     

    Et pis c'est tout Rotpier


    votre commentaire
  •  

    Et si l’on faisait un petit arrêt rébus ?

    Juste comme ça, pour se dégourdir

    un peu les neurones !

     

    Petite aide au rébus

    (les champions s'en passeront !) :

     

       C'est une mise au point importante du Rotpier concernant une personnalité disparue ! 

    1ère ligne,   1ère image :  le serpent fait  " s " ou "se ", c'est selon son humeur ( les autres aussi ! )  3ème image : " - - - " est ce personnage ?  ( l'autre aussi ! )

    3ème ligne, dernière image : l'assasin  " - - - " au présent de indicatif !

    5ème ligne, 2ème image : une  " - - - " vue du haut d'un balcon !

    6ème ligne, 1ère image : "  - - - " qu'il dit le centurion à César !

    7ème ligne, 2ème image : quand on meure, notre " - - - " s'envole ... si on y croit ! 

    8ème ligne, 2ème image : l'action au présent de l'indicatif ! 

    9ème ligne,  3ème image : Eole est le dieu du "  - - - - -" !   Dernière image : il ne faut pas prendre le grand !

    11ème ligne, 3ème image : une partie d'un arbre !

    Dernière ligne, avant dernière image: quand son nez s'allonge, il "  - - - - "

     

     Et pis c'est tout !

    Allez, au boulot , et il ne faut pas couler ! C'est du Rotpier cousu main !

     

     

    Réponse :

     

    Ceux qui croient que Coco Chanel était une espionne russe qui avait traversé la Manche à la nage en enlevant sa petite robe noire se trompent lourdement !   

     

     

    Qu'il dit l'animal !


    8 commentaires
  •  

    Une fois par semaine,

    je vous propose de partager les chansons

    et les artistes que j’aime !

    Clip vidéo et paroles

     

    Cette fois-ci :

     

    « Léo Ferré »

     

    «  La mémoire et la mer »

     

    Que dire ? Rien, écouter et se laisser bercer par

    la voix, la musique et les paroles ...

     

     

     

    LA MÉMOIRE ET LA MER

    La marée je l'ai dans le coeur
    Qui me remonte comme un signe
    Je meurs de ma petite soeur
    De mon enfant et de mon cygne
    Un bateau ça dépend comment
    On l'arrime au port de justesse
    Il pleure de mon firmament
    Des années-lumière et j'en laisse
    Je suis le fantôme Jersey
    Celui qui vient les soirs de frime
    Te lancer la brume en baisers
    Et te ramasser dans ses rimes
    Comme le trémail de juillet
    Où luisait le loup solitaire
    Celui que je voyais briller
    Aux doigts du sable de la terre

    Rappelle-toi ce chien de mer
    Que nous libérions sur parole
    Et qui gueule dans le désert
    Des goémons de nécropole
    Je suis sûr que la vie est là
    Avec ses poumons de flanelle
    Quand il pleure de ces temps-là
    Le froid tout gris qui nous appelle
    Je me souviens des soirs là-bas
    Et des sprints gagnés sur l'écume
    Cette bave des chevaux ras
    Au ras des rocs qui se consument
    Ô l'ange des plaisirs perdus
    Ô rumeurs d'une autre habitude
    Mes désirs dès lors ne sont plus
    Qu'un chagrin de ma solitude

    Et le diable des soirs conquis
    Avec ses pâleurs de rescousse
    Et le squale des paradis
    Dans le milieu mouillé de mousse
    Reviens fille verte des fjords
    Reviens violon des violonades
    Dans le port fanfarent les cors
    Pour le retour des camarades
    Ô parfum rare des salants
    Dans le poivre feu des gerçures
    Quand j'allais géométrisant
    Mon âme au creux de ta blessure
    Dans le désordre de ton cul
    Poissé dans les draps d'aube fine
    Je voyais un vitrail de plus

    Et toi fille verte mon spleen

    Les coquillages figurants
    Sous les sunlights cassés liquides
    Jouent de la castagnette tant
    Qu'on dirait l'Espagne livide
    Dieu des granits ayez pitié
    De leur vocation de parure
    Quand le couteau vient s'immiscer
    Dans leur castagnette figure
    Et je voyais ce qu'on pressent
    Quand on pressent l'entrevoyure
    Entre les persiennes du sang
    Et que les globules figurent
    Une mathématique bleue
    Dans cette mer jamais étale
    D'où nous remonte peu à peu
    Cette mémoire des étoiles

    Cette rumeur qui vient de là
    Sous l'arc copain où je m'aveugle
    Ces mains qui me font du flafla
    Ces mains ruminantes qui meuglent
    Cette rumeur me suit longtemps
    Comme un mendiant sous l'anathème
    Comme l'ombre qui perd son temps
    À dessiner mon théorème
    Et sur mon maquillage roux
    S'en vient battre comme une porte
    Cette rumeur qui va debout
    Dans la rue aux musiques mortes
    C'est fini la mer c'est fini
    Sur la plage le sable bêle
    Comme des moutons d'infini
    Quand la mer bergère m'appelle

     

    Bon partage !

     

    Rotpier


    7 commentaires
  •  

     

    Certains ont leurs Zozios, le Rotpier a ses chouettes Chouettes !

    Elles sont féminines ou masculines  et assez BCBG… quoique !

    Il leur arrive fréquemment de se voler dans les plumes sans ménagement ! 

     Elles sont, selon les circonstances, sentencieuses, drôles, percutantes, graves, irrévérencieuses, taclantes et même parfois … grivoises, mais toujours en utilisant un vocabulaire respectueux… enfin presque !

    Le Rotpier l'homme qui murmurait (2)

     

    Les hululucubrations abracadabrantesques

    des chouettes Chouettes du Rotpier

    .

    xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx

     

     

     

    Signature Rotpier

     

    ... Je vous chouette une bonne distraction

    ... et une bonne journée !


    4 commentaires
  •  

     

    Image du net

     

    L’emprise du mammaire sur le maire,

    ou

    Une affaire bien en main,

     

    Elle avait décidé un jour

    de séduire le nouveau maire,

    elle connaissait son affaire,

    pour elle c’était du velours !

     

    Elle avait collé sans détour

    ses protubérances mammaires

    - chose pas très protocolaire ! -

    sous ses yeux et c’était du lourd !

     

    Sans opposer de résistance

    il s’écria « mais c’est Byzance ! »

    et il la suivit dans son lit !

     

    Pour lui montrer son savoir-faire

    elle prit sans à priori

    bien en main les choses du maire !

     

                   Résultat :

    Ah ! Que c’est bon lui dit l’édile,

    j’aurais été un imbécile

    de refuser pareil cadeau :

    ton corps est un eldorado !

     

    Plutôt que de gérer la ville

    avec tous ces gens versatiles,

    je vais donner ma démission

    pour assouvir notre passion !

     

    Ce n’était pas qu’une promesse,

    il quitta de façon expresse

    sa charge de premier élu !

     

    Bien sûr il y eu des commères

    pour parler d’histoire de cul

    … ce qui fit rire l’ex-maire !

     

                 Epilogue :

    Et ils eurent beaucoup d’enfants

    même que l’un devenu grand

    s’empara du fauteuil de maire

    à la grande joie de son père !

     

    Sa mère lui dit « Bien mon grand,

    je trouve cela épatant

    mais je vois que ta secrétaire

    est bien dotée coté mammaire !

     

    Cela ne m’étonnerait pas

    qu’en voyant de pareils appas

    tu laisses tomber la mairie ! »

     

    Et sa mère avait bien raison,

    pour s’occuper de l’égérie

    il rédigea sa démission !

     

              Moralité :

    Que l’on soit curé ou bien maire,

    on ne peut pas tout assumer :

    sa charge et aussi s’occuper

    de tout ce qui touche au mammaire !

     

    On se défroque, on démissionne,

    et l’on passe de Saints à seins,

    de l’écharpe aux tentant tétins

    … pour les beaux yeux d’une mignonne !

     

    Certains ne suivent pas l’adage,

    ils font les deux chose à la fois,

    je suis peut-être un pisse-froid

    mais je dis : «  C’est du bricolage ! »

     

                                                                 Rotpier

     


    7 commentaires
  •  

    Réponse pour le rébus :

    Je viens de la mettre sur le billet d'avant … « rébus » ! 

     Un grand bravo à ceux qui avaient trouvé !

    Résultat de recherche d'images pour "émoticônes"

     

    Et pis c'est tout Rotpier


    votre commentaire
  •  

    Et si l’on faisait un petit arrêt rébus ?

     

    Juste comme ça, pour se dégourdir

     

    un peu les neurones !

     

    rebus 324 (1)

    rebus 324 (2)

    rebus 324 (3)

    Petite aide au rébus

    (les champions s'en passeront !) :

     

      C'est un rébus tout mignon ... ce qui n'est pas dans les habitudes du Rotpier !

    1ère ligne,   3ème image :  une sale bête qui adore les têtes  ! 

    2ème ligne, 1ère image : celui-ci est de gare ... OK ?  Dernière image : il ne faut pas prendre le mou ! 

    3ème ligne, dernière image : c'est le volume qu'il faut retenir !

    4ème ligne, 1ère image : c'est la position qu'il faut retenir !  4ème image : représente une des 4 saisons avec ou sans Vivaldi ! 

    6ème ligne, 1ère image : 0,5 Km / h , c'est très  "  - - - - "  !  Dernière image : celui-ci est de montagne ! 

    7ème ligne, 2ème image : en direct " ti "!  

    8ème ligne, 1ère image : le serpent fait toujours  "s " !

    9ème ligne, 2ème image : 5 ct d'euro ce n'est pas grand chose mais un " - - -  " c'est un "  - - - "  !   3ème image : Eole est le dieu des "  - - - - - " !   Dernière image : il ne faut pas prendre le grand !

    1oème ligne, 1ère image : c'est la marque qu'il faut retenir, hein mes p'tits bouts ! 2ème image : le petit de la biche ... ça biche pour vous ?  3ème image : " - - - " est ce personnage ?

    11ème ligne, 1ère image : le produit du vers du mûrier ! 

     

    Allez, au boulot , il est long mais mignon ... comme le Rotpier ! 

     

    Et pis c'est tout !  

     

     

    Réponse :

    Quand un pou pond quelle est la durée de l'incubation ? Est-elle rapide ou lente? C'est la question que se posent souvent les petits enfants qu'ils soient papous ou pas !

     

    Je vous avais bien dit que c'était mignon ! 

     

     

    Qu'il dit l'animal !


    7 commentaires
  •  

    Une fois par semaine,

    je vous propose de partager les chansons

    et les artistes que j’aime !

    Clip vidéo et paroles

     

    Cette fois-ci :

     

    "Richard Cocciante"

    « Avec simplicité »

     

    Pour écrire d'aussi belles chansons, je pense qu'il a un Cocciante intellectuel au dessus de la moyenne ... quand pensez-vous?

     
     
     

     
     
     
     

    Avec Simplicité :


    Tu m'as dit des mots d'amitié, l'amour s'est glissé en moi
    Avec simplicité
    De tous petits mots parfumés d'oiseaux sont tombés du ciel
    Avec simplicité
    Je ne crierai plus au secours
    Le chagrin d'hier tourne court
    C'est toi qui l'as tué
    Avec simplicité

    Je t'emporte dans ma chanson d'amour inventée pour toi
    Avec simplicité
    Quelle soit belle ou non, ma chanson, elle suit le fil de ta voix
    Avec simplicité
    Je n'ai plus de fête sans toi
    La seule fête pour moi
    C'est seulement de t'aimer
    Avec simplicité
    Et je sais très bien désormais
    Pour qui j'ai envie de chanter

    Tu me quittes une heure, je suis mort
    Je n'ai plus ni cœur ni corps, je suis désenchanté
    Par une ombre aux yeux de soleil
    Qui a cambriolé presque tout mon sommeil
    Avec simplicité
    Il y a ton orage dans l'air
    Il y a ton sourire sur la mer
    Il y a ton éclair, ton électricité

    Le printemps peut battre tambour
    La fleur qui fait mon cœur moins lourd
    C'est toi qui l'as semé
    Avec simplicité
    Et je sais pour qui désormais
    Le soir j'ai envie de chanter

    Je n'existe plus quand tu sors
    J'ai toute ma vie dehors, je suis désenchanté
    Par une ombre au cœur qui sommeille
    Qui a cambriolé presque tout mon soleil
    Avec simplicité
    Il y a ton parfum doux amer
    Cette eau pure au cœur du désert
    Il y a chaque nuit sur mes nerfs
    Cette éventualité
    De ta simplicité

      

      

    Bon partage ... tout en simplicité !

     

    Rotpier


    1 commentaire
  • .

    Certains ont leurs Zozios, le Rotpier a ses chouettes Chouettes !

    Elles sont féminines ou masculines  et assez BCBG… quoique !

    Il leur arrive fréquemment de se voler dans les plumes sans ménagement ! 

     Elles sont, selon les circonstances, sentencieuses, drôles, percutantes, graves, irrévérencieuses, taclantes et même parfois … grivoises, mais toujours en utilisant un vocabulaire respectueux… enfin presque !

    Le Rotpier l'homme qui murmurait (2)

     

    Les hululucubrations abracadabrantesques

    des chouettes Chouettes du Rotpier

    .

     

    xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx

     

     Signature Rotpier

     

    ... Je vous chouette une bonne distraction

    ... et une bonne journée !


    4 commentaires
  •  

     

    Je vous invite ami(e)s à partager avec moi un balayage des couleurs de la vie ou, plus précisément, des tons de la vie. Ces tons qui s’associent si parfaitement à nos états d’âme.

    En premier,  je vous invite à aller vers le sombre, vers le noir.

    En second, ce sera l'inverse ... mieux vaut garder le bon pour la fin ...

    Ces poèmes ont déjà été publiés mais je les ai retouchés … juste un petit coup de pinceau çà et là.

    Bon partage,

    Pierre

    Il fait gris, il fait moche

    et mon cœur s'effiloche.

    Il en saigne et s'aigrit

    où est donc son grigri ?

    Pierre

     

    Photo de Jean-François Simon

    Les couleurs de la vie,

     

    Je vous prends par les yeux

    comme on prend par la main,

    Balayons les couleurs, d'aujourd'hui, de demain.

     

    Là, sous nos yeux … la vie !  Toute la vie.

    Ses couleurs, ses tons … des tons à l’envie.

    Clairs au début mais … déjà  perturbés.

    Le socle et la base … déjà   plombés.

    On avance et … la lumière  s’estompe.

    On fait un vœu, on croit,      mais … on se trompe !

    Et, l’irréductible avance du temps

    nous entraîne vers les tons rebutants.

    D’ abord, quelques traits décochés  … sombres,

    avant-garde des bataillons de l’ombre.

    Vaincu, le bleu cède la place et meurt.

    Le gris, plus gris, se renforce et s’étale.

    Encore quelques lueurs qu’il avale …

    et puis … il passe un pacte avec le noir

    … son maître … inexorable laminoir !

     

    Plus de lueurs,

    toutes les peurs

    et … le trou noir.

     

                                                           Pierre  Dupuis

     

    xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx

     

    Chose promise, chose due : je vous invite ami(e)s à refaire le chemin à l’envers.

     

    Autre petit instantané …

     

     

    Il avait mis des mois

    à sortir de l’impasse,

     un long chemin de croix

    où parfois on y passe,

     une purée de poix

    une ignoble mêlasse

    visqueuse comme poix :

     la Parque qui t’enlace.

     

                                           Pierre

     

    Cliché de Jean-François Simon

     

     

    Les couleurs de la vie,

     

     

    L’homme était là, droit … immobile …

     détaillant chaque ton … fragile

     … encore … encore un peu.

     Il avait, sous les yeux,

     

    les couleurs traversées

     cette dernière année.

     Son regard balayait le cliché,

     de gauche à droite, il revivait

     les dernières étapes de sa vie.

      

     

    Il les revivait …une à une … intensément.

     Le sombre … le plus que sombre,

     cette poisse d’ombre

    …désespérante.

     

    Il était là … dans ce trou noir.

    Il avait perdu tout espoir.

     L’enfer ! Le fond ! La fin du rêve !

     Et tous les jours … et pas de trêve !

     

    Il n’y avait plus que le vide

     … plus que le noir … livide.

     Le temps passait … pas un éclair.

    Pourtant il savait bien le clair !

     

    Il l’avait connu … avec elle.

    Oui ! Avec elle, la belle !

     Et puis un jour … plus rien … partie !

    Sans explications ! … La folie !

     Le tunnel ! Le trou ! Le néant !

     

    Des mois dans ce gouffre béant.

    Des mois et des mois d’amertume :

    le long deuil d’un amour posthume.

     

     

    Pourtant …

     

    Un matin, dans son vieux miroir,

    il avait cru apercevoir

     une lueur … fugitive.

    Éclaircie toute relative :

    du noir … moins noir … virant au gris.

     Mais, vigilant même amaigri,

    décochant des nuées de traits sombres,

    le noir essayait le surnombre.

    Malgré cela, il reculait.

     Des escadrons, couleur de lait,

    arrivaient à faire main-basse

     sur les volumes de l’espace !

    Le bleu avançait, impérial,

    gommant tout souvenir glacial.

     

    Ayant fini son balayage,

     certain d’avoir tourné la page,

    l’homme pivota et sourit.

     

    Dans la rue, plus tard,

     son regard accrocha - surpris ! -

    le fier profil d’une passante

    à la clarté éblouissante !

     

     

                                            Pierre Dupuis

     

    Image du net évoquant " A une passante " de Charles Baudelaire

     


    6 commentaires
  •  

    Réponse pour le rébus :

    Je viens de la mettre sur le billet d'avant … « rébus » ! 

     Un grand bravo à ceux qui avaient trouvé !

    Résultat de recherche d'images pour "émoticônes"

     

    Et pis c'est tout Rotpier


    votre commentaire
  •  

    Et si l’on faisait un petit arrêt rébus ?

    … Juste comme ça, pour se dégourdir un peu les neurones !

     

     

    Petite aide au rébus (les champions s'en passeront !) :

    .

    C’est un rébus qui a un certain rapport avec la fête des mères mais il est mijoté par le Rotpier ... ça crève les yeux ! Enfin, surtout après le déchiffrage !

     

    3ème ligne, 4ème image : la moitié de Coco comme d'hab !

    Dernière image: boisson favorite des anglais !

    5ème ligne, 1ère image: lieu où se tenaient les marchés dans le temps ! Dernière image : des poches de  " - - - - " pour sauver des vies !

    6ème ligne, 1ère image : ça ne fait pas lourd, mais 5 " - - - - " c'est 5 " - - - - "  ! ( son à enchaîner avec l'image d'avant ! )  2ème image : il ne faut pas prendre le court ! 

    Entre la dernière image de la 8ème ligne et la première de la 9ème, l’enchaînement n'est pas facile ! 

    9ème ligne, dernière image  " - - - " est ce personnage ? ( ne pas tenir compte du point au milieu ... un point c'est tout ! )

    Dernière ligne : il ne faut pas prendre le mou ! 

     

     Et pis c'est tout !

     

    Allez, au boulot et ne posez pas trop de question: moi,  je ne suis pas certain de pouvoir y répondre !  

     

     Réponse :

    Le complexe d’Œdipe a un coté paradoxal dans le sens où l’on peut considérer que c’est l’effet mère qui dure !

               Nota :  Je vous vous avais bien dit qu'il y avait un rapport avec la fête des mères ! 

     

     

    Ça, c’est juste la signature ! 


    7 commentaires
  • Une fois par semaine,

    je vous propose de partager les chansons

    et les artistes que j’aime !

    Clip vidéo et paroles

     

    Cette fois-ci :

     

    « Didier Barbelivien »

     

    « Elsa »

     

    … souvenirs, souvenirs…

    . 

     

    ♪ Elsa ♪

    Elsa, les manèges de Berlin tournaient dans tes bras,
    Elsa, la chanson des marins pleurait dans ta voix
    Elsa, le soleil du matin s'allumait sur toi
    Elsa, le printemps qui revient ne me guérit pas.

    Je me souviens de ces yeux là, la la la, la la la
    Moitié bleu moitié lilas, la la la, la la la
    Beaux comme un air d'opéra, la la la, la la la
    Je ne voyais plus que ça

    Je me souviens de ces yeux là, la la la, la la la
    Sur ton visage en delta, la la la, la la la
    Même à des années de toi, la la la, la la la
    Je vis mais je ne dors pas.

    Elsa, les violons des tziganes se battaient pour toi
    Elsa, le sourire des nomades subissait ta loi
    Elsa, les nuits de Schéhérazade se moquaient du froid
    Elsa, dans mes longues promenades quand je pense à toi.

    Je me souviens de ces yeux là, la la la, la la la
    Moitié bleu, moitié lilas, la la la, la la la
    Même à des années de toi, la la la, la la la
    Je vis mais je ne dors pas.

    Elsa, les manèges de Berlin tournent dans le froid
    Elsa, la chanson des marins n'a plus rien de toi
    Elsa, le soleil ce matin ne brille pas pour moi
    Elsa, le printemps qui revient ne me guérit pas.

    Je me souviens de ces yeux là, la la la, la la la
    Moitié bleu, moitié lilas, la la la, la la la
    Beaux comme un air d'opéra, la la la, la la la
    Je ne voyais plus que ça

    Je me souviens de ces yeux là, la la la, la la la
    Sur ton visage en delta, la la la, la la la
    Même à des années de toi, la la la, la la la
    Je vis mais je ne dors pas, la la la, la la la

    La la la la la la la la la la la la la la
    La la la la la la la la la la la la la la

      

    Bon partage !

     

    Rotpier


    2 commentaires
  • .

    Certains ont leurs Zozios, le Rotpier a ses chouettes Chouettes !

    Elles sont féminines ou masculines  et assez BCBG… quoique !

    Il leur arrive fréquemment de se voler dans les plumes sans ménagement ! 

     Elles sont, selon les circonstances, sentencieuses, drôles, percutantes, graves, irrévérencieuses, taclantes et même parfois … grivoises, mais toujours en utilisant un vocabulaire respectueux… enfin presque !

    Le Rotpier l'homme qui murmurait (2)

     

    Les hululucubrations abracadabrantesques

    des chouettes Chouettes du Rotpier

    .

    xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx

     

     Signature Rotpier

    ... Je vous chouette une bonne distraction

    ... et une bonne journée !


    4 commentaires
  • .

    Allez, un peu de poésie, de la vraie, pour

    adoucir de ce monde de brutes !

    Image du net !

    .

    Bouquet de mots,

     

    J’avais cueilli des petits mots

    des mots gentils sur les rameaux

    d’un arbre qui m’avait souri

    sans savoir qui j’étais … si, si !

     

    Le soleil les avait dorés,

    je les ai de suite adorés,

    je les ai mis tous bout à bout

    ils m’ont dit « Oh ! Le touche à tout » !

     

    Comme je suis très bricoleur,

    j’ai fabriqué avec bonheur

    une tige pour chacun d’eux

    ce qui les a rendu heureux !

     

    Ils ont sauté tous à pieds joints

    dans un vase et j’ai des témoins :

    mon chat Gaston, un angora,

    ainsi que sa copine Elsa !

     

    Ils ont formé un gros bouquet,

    selon le sens où l’on se met

    leurs messages sont différents

    sans jamais être indifférents !

     

    Aux gens qui sont toujours grincheux

    ils ne font pas dans le moelleux !

    Les joyeux ont tous leurs égards :

    ils leur parlent parfois fort tard !

     

    Je fais partie de ces derniers,

    vous aviez pour sûr deviné

    et quand je veux aller au lit

    ils crient tous au casus belli !

     

    Mais quand ils voient mes yeux cernés

    ils prennent soin de ma santé

    et me disent : « Allez, dodo :

    tu rates tous tes jeux de mots ! »

     

    Le jour de mon dernier écueil

    je les voudrais dans mon cercueil :

    le temps doit paraître très long

    sans la moindre conversation !

     

    J’avais cueilli des petits mots

    des mots gentils sur les rameaux

    d’un arbre qui m’avait souri

    il en reste plein … allez-y !

     

    Ne les laissez pas se flétrir

    même les mots peuvent mourir

    si l’on ne leur tend pas la main :

    les mots sont comme les humains !

                                      

                                                             

                                                                         Pierre Dupuis    

     


    4 commentaires
  •  

    Réponse pour le rébus :

    Je viens de la mettre sur le billet d'avant … « rébus » ! 

     Un grand bravo à ceux qui avaient trouvé !

    Résultat de recherche d'images pour "émoticônes"

     

    Et pis c'est tout Rotpier


    votre commentaire
  •  

     

    Et si l’on faisait un petit arrêt rébus ?

    … Juste comme ça, pour se dégourdir un peu les neurones !

     

    Petite aide au rébus (les champions s'en passeront !) :

    .

    C’est une connerie assez tordue et à double sens : il est malin comme un singe le Rotpier !

    C'est, en quelque sorte, à double détente comme disait mon oncle qui n'était pas tante du tout !

    Il y a d'abord une affirmation et ensuite une interrogation ! 

    Elle est, il est vrai, un peu raide celle-là et aurait bien plu au bon vieux Georges qui pensait souvent à Fernande !

     

    3ème ligne, dernière image: boisson favorite des anglais !

    4ème ligne, 2ème image: ce n'est pas un homme !  ... 3ème image: vue intérieure d'un "- - - -" de golf ! ... Dernière image: "- - - - -" à tout faire !

    5ème ligne, 2ème image: c'est un "- - - -" mec ! Avant dernière image: la moitié de Coco comme d'hab !

     

     Et pis c'est tout: je vous ai assez aidé avant !

     

    Allez, au boulot et ne faites pas bande à part !

     

    Réponse :

              Au début du siècle passé certaines femmes trouvaient Bonnot beau !  A cause de sa bande légendaire ?

     

    Petit amusement avec « Bonnot beau » (  les singes bonobos ! )

    Bande … à Bonnot ou autre type de bande !

    Bref, que du sérieux de la part du Rotpier !

     

    Ça, c’est juste la signature ! 


    5 commentaires
  •  

    .

    Une fois par semaine,

    je vous propose de partager les chansons

    et les artistes que j’aime !

    Clip vidéo et paroles

     

    Cette fois-ci :

     

    Barbara :

    « Dis, quand reviendras-tu ?»

     

     

    Dis, quand reviendras-tu ?

    Voilà combien de jours, voilà combien de nuits,
    Voilà combien de temps que tu es reparti,
    Tu m'as dit cette fois, c'est le dernier voyage,
    Pour nos cœurs déchirés, c'est le dernier naufrage,
    Au printemps, tu verras, je serai de retour,
    Le printemps, c'est joli pour se parler d'amour,
    Nous irons voir ensemble les jardins refleuris,
    Et déambulerons dans les rues de Paris,

    Dis, quand reviendras-tu,
    Dis, au moins le sais-tu,
    Que tout le temps qui passe,
    Ne se rattrape guère,
    Que tout le temps perdu,
    Ne se rattrape plus,

    Le printemps s'est enfui depuis longtemps déjà,
    Craquent les feuilles mortes, brûlent les feux de bois,
    A voir Paris si beau dans cette fin d'automne,
    Soudain je m'alanguis, je rêve, je frissonne,
    Je tangue, je chavire, et comme la rengaine,
    Je vais, je viens, je vire, je me tourne, je me traîne,
    Ton image me hante, je te parle tout bas,
    Et j'ai le mal d'amour, et j'ai le mal de toi,

    Dis, quand reviendras-tu,
    Dis, au moins le sais-tu,
    Que tout le temps qui passe,
    Ne se rattrape guère,
    Que tout le temps perdu,
    Ne se rattrape plus,

    J'ai beau t'aimer encore, j'ai beau t'aimer toujours,
    J'ai beau n'aimer que toi, j'ai beau t'aimer d'amour,
    Si tu ne comprends pas qu'il te faut revenir,
    Je ferai de nous deux mes plus beaux souvenirs,
    Je reprendrai la route, le monde m'émerveille,
    J'irai me réchauffer à un autre soleil,
    Je ne suis pas de celles qui meurent de chagrin,
    Je n'ai pas la vertu des femmes de marins,

    Dis, quand reviendras-tu,
    Dis, au moins le sais-tu,
    Que tout le temps qui passe,
    Ne se rattrape guère,
    Que tout le temps perdu,
    Ne se rattrape plus...

      

    Bon partage !

     

    Rotpier


    4 commentaires
  • .

    Certains ont leurs Zozios, le Rotpier a ses chouettes Chouettes !

    Elles sont féminines ou masculines  et assez BCBG… quoique !

    Il leur arrive fréquemment de se voler dans les plumes sans ménagement ! 

     Elles sont, selon les circonstances, sentencieuses, drôles, percutantes, graves, irrévérencieuses, taclantes et même parfois … grivoises, mais toujours en utilisant un vocabulaire respectueux… enfin presque !

    Le Rotpier l'homme qui murmurait (2)

     

    Les hululucubrations abracadabrantesques

    des chouettes Chouettes du Rotpier

    .

     

     

     Signature Rotpier

    ... Je vous chouette une bonne distraction

    ... et une bonne journée !


    4 commentaires
  •  

     

    Images du net ( la 1ère est un peu bidouillée ... je n'ai pas voulu que l'on me reconnaisse ...)

     

           Exorde :

    Filles, marins et capitaines

    se retrouvent dans tous les ports,

    leurs aventures incertaines

    forgent les légendes du bord.

     

    Au sein de la pêche hauturière

    et sachant manier le filet,

    se glissent des aventurières

    au scénario très bien rôdé !

     

           Fable,

     

    Morues, marins et capitaines …

     

    Il avait fait sa connaissance

    à Terre-Neuve au Canada,

    partageant sa concupiscence

    il était tombé dans ses bras.

     

    Après trois semaines de pêche

    à bord d’un très gros morutier

    quand on débarque on se dépêche

    pour oublier le chalutier.

     

    Exit l’odeur de la morue,

    du chalut et de ses filins,

    au revoir le port et les grues,

    vive la fête et les câlins !

     

    Et quoi de mieux que cette fille

    pour oublier ce dur labeur,

    toujours prête et toujours gentille :

    que de la joie et du bonheur !

     

    Jusqu’à ce que la sauterelle

    ne soit plus au creux de son lit,

    la belle s’était fait la belle

    avec son larfeuil bien garni !

     

    Passer de morue à morue

    voila les risques du métier,

    laisser les grues pour une grue :

    vraiment pas de quoi pavoiser !

     

    Il regagna la tête basse

    son poste sur le grand bateau,

    il était tombé dans la nasse

    d’une fille et d’un maquereau !

     

    Une aventure bien amère

    ne manquant pas du tout de sel,

    une liaison éphémère

    orchestrée par un demi-sel !

     

    Il apprit que le capitaine

    avait subit le même sort

    avec une demi-mondaine :

    il n’était plus le seul à bord !

     

    Il en retrouva le sourire

    quelque soit le statut social,

    les hommes se laissent séduire :

    le procédé est bien trivial !

     

                Moralité :

    Les marins et les capitaines

    se font piéger pareillement,

    les morues ne sont pas les mêmes

    mais c’est les mêmes arguments !

     

    Souvent la facture est salée,

    ils en gardent un mauvais goût :

    une morue bien dessalée

    peut vous rouler de bout en bout !

     

    Rien de nouveau en ce bas monde

    le piège à toujours fonctionné,

    n’importe où sur la mappemonde

    des gogos se font pigeonner !

    .

    Même de très grands se font prendre,

    ils redeviennent des gamins,

    ils ne savent pas se reprendre

    quand passe un joli popotin !

     

                Péroraison :

     

    Élargissons l’horizon…

     

    Ne croyez pas que la marine

    soit le seul milieu concerné,

    partout c’est la même combine :

    c’est bonnet blanc et blanc bonnet !

     

    Allusion à la politique,

    décidément on tourne en rond,

    en ce moment plutôt critique

    mieux vaut éviter les ronrons !

     

    Je connais une autre Marine

    ( majuscule en début de mot ! )

    qui a roulé dans la farine

    toute une flopée de gogos !

     

    Sans la classer dans les morues,

    ( bien sûr chacun fait ce qu’il veut ! )

    elle sait arpenter les rues

    en bavant des discours visqueux !

     

    Mine de rien elle racole

    et pas seulement des marins,

    monde ouvrier et agricole

    sont prêts à lui suivre le train !

     

    C’est une femme et elle en joue,

    pour une tranche d’électeurs

    ça compte beaucoup, ils l’avouent :

    « Vive Marine et son valseur ! »

     

    C’est encore heureux que la nièce

    ait renoncé à  ses mandats

    car du coté minois et fesses

    y a pas photo avec tata !

     

                                              Pierre Dupuis


    3 commentaires
  •  

    Réponse pour le rébus :

    Je viens de la mettre sur le billet d'avant … « rébus » ! 

     Un grand bravo à ceux qui avaient trouvé !

    Résultat de recherche d'images pour "émoticônes"

     

    Et pis c'est tout Rotpier


    votre commentaire
  • .

    Et si l’on faisait un petit arrêt rébus ?

    … Juste comme ça, pour se dégourdir un peu les neurones !

     

     

    Petite aide au rébus (les champions s'en passeront !) :

    C'est un rébus très tranchant !

    1ère ligne, 1ère image : prendre la moitié du nom du volatile ! ( même manoeuvre, plus tard, pour tintin ! ) Dernière image : à 3 H 52 du mat, il est très "- - -" ( pour l'autre aussi ... si  !!!!!!!!!!!!! )

    3ème ligne, 1ère image : quand elle est petite, la bête est lente ! Avant dernière image: il y en a quatre ! Dernière image : c'est la marque qu'il faut retenir !

    4ème ligne, 4ème image : en gare, au bord d'un fleuve ou de la mer ! ... OK ?

    6ème ligne, 3ème image: Chirac aimait bien sa tête !

     7ème ligne, dernière image : boisson favorite des rosbifs !

     

    Et pis c'est tout !

     

    Au boulot brav' gens ... il est court et c'est à vous de trancher ! 

     

     Réponse :

    Comme on dit au Mexique pour trancher le lard de quelqu’un rien ne vaut un couteau aztèque !

    ... c'est un rébus très affûté ... non ?

    Ça, c’est juste la signature !


    12 commentaires
  •  

    .

    Une fois par semaine,

    je vous propose de partager les chansons

    et les artistes que j’aime !

    Clip vidéo et paroles

     

    Cette fois-ci :

     

    « Serge Lama »

     

    « l’Algérie »

     

    … Cette aventure don on ne voulait pas …

     

      

     

     

    L'Algérie,

    Dans ce port nous étions des milliers de garçons 
    Nous n'avions pas le cœur à chanter des chansons 
    L'aurore était légère, il faisait presque beau 
    C'était la première fois que je prenais le bateau 

    L'Algérie 
    Ecrasée par l'azur 
    C'était une aventure 
    Dont on ne voulait pas 
    L'Algérie 
    Du désert à Blida 
    C'est là qu'on est parti jouer les p'tits soldats 
    Aux balcons séchaient draps et serviettes 
    Comme en Italie 
    On prenait de vieux trains à banquettes 
    On était mal assis 
    L'Algérie 
    Même avec un fusil 
    C'était un beau pays 
    L'Algérie 

    Ce n'était pas un port à faire du mélo 
    Et pourtant je vous jure que j'avais le coeur gros 
    Quand ils ont vu le quai s'éloigner, s'éloigner 
    Y en a qui n'ont pas pu s'empêcher de pleurer 

    L'Algérie 
    Ecrasée par l'azur 
    C'était une aventure 
    Dont on ne voulait pas 
    L'Algérie 

    Du désert à Blida 
    C'est là qu'on est parti jouer les p'tits soldats 
    Nos fiancées nous écrivaient des lettres 
    Avec des mots menteurs 
    Le soir on grillait des cigarettes 
    Afin d'avoir moins peur 
    L'Algérie 
    Même avec un fusil 
    C'était un beau pays 
    L'Algérie 

    Un port ce n'est qu'un port, mais dans mes souvenirs 
    Certains soirs malgré moi je me vois revenir 
    Sur le pont délavé de ce bateau prison 
    Quand Alger m'a souri au bout de l'horizon 

    L'Algérie 
    Ecrasée par l'azur 
    C'était une aventure 
    Dont je ne voulais pas 
    L'Algérie 
    Du désert à Blida 
    C'est là que j'étais parti jouer les p'tits soldats 
    Un beau jour je raconterai l'histoire 
    A mes petits enfants 
    Du voyage où notre seule gloire 
    C'était d'avoir vingt ans 
    L'Algérie 
    Avec ou sans fusil 
    ça reste un beau pays 
    L'Algérie

     

     

    Bon partage !

     

    Rotpier


    5 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires