•  

    Certains ont leurs Zozios, le Rotpier a ses chouettes Chouettes !

    Elles sont féminines ou masculines  et assez BCBG… quoique !

    Il leur arrive fréquemment de se voler dans les plumes sans ménagement ! 

     Elles sont, selon les circonstances, sentencieuses, drôles, percutantes, graves, irrévérencieuses, taclantes et même parfois … grivoises, mais toujours en utilisant un vocabulaire respectueux… enfin presque !

    Le Rotpier l'homme qui murmurait (2)

     

    Les hululucubrations abracadabrantesques

    des chouettes Chouettes du Rotpier

     

    xxxxxxxxxxxxxxxxxxx

    les-chouettes-chouettes-234

     

     

     

     

    Signature Rotpier

     

     

    ... Je vous chouette une bonne distraction

    ... et une bonne journée !

     

     

     


    6 commentaires
  •  

     

    Image du net bidouillée par le Rotpier

    .

    Épopée jamaïcaine,

     

    C’était un type déjanté

    qui rêvait de la Jamaïque

    d’un caractère prosaïque

    et sans conteste tourmenté.

     

    La fumette l’avait tenté

    depuis c’était systématique

    ça le rendait schizophrénique

    et ses rêves était hantés.

     

    Revenaient toujours des chimères

    parmi elles celle d’un chien

    un molosse jamaïcain

     

    S’attaquant à des vieux pépères

    en commençant par les mollets

    dès qu’il lui disait : « Bob, mors-les ! »

     

              Apostille :

    Pour éclairer votre lanterne

    Bob était le surnom du chien

    donné par un rastafarien

    un fieffé pilier de taverne !

     

    C’est une histoire peu glorieuse

    qui finira  - nom d’un pétard ! -

     par me valoir un peu plus tard

    des remontrances injurieuses.

     

    Sans m’aligner sur la comète

    et sans vouloir me défiler

    j’affirme avant que de filer :

    « Je n’ai jamais pris de fumette ! »

     

    Je suis déjà assez fantasque

    pas question d’aggraver mon cas

    ma femme se fait du tracas

    et voudrait que je porte un masque !

     

                                                                             

    Rotpier

     

     

     

     

     

    Et pis c'est tout pour aujourd'hui !

     

     

     


    7 commentaires
  •  

    Réponses pour les rébus :

    Je viens de les mettre sur le billet d'avant … « rébus » ! 

     Un grand bravo à ceux qui avaient trouvé !

    Pour les autres, un petit retour en arrière est souvent gage d'un grand sourire à venir ! 

     

    Et pis c'est tout Rotpier


    votre commentaire
  •  

    Et si l’on faisait un petit arrêt rébus ?

    Juste comme ça, pour se dégourdir

    un peu les neurones !  

    .

     

     

     

    Petite aide au rébus

    (les champions s'en passeront !) :

     

    C’est une interrogation et une grosse bêtise du Rotpier ! Il est très court et vous allez trouver sans aucun doute, mais cela n'améliora certainement pas vos épinards !

     

    2ème ligne, 1ère image: partie du visage indiquée ! ........ 2ème image: à 3H 52 du mat, il est très "- - -" ! ...  

    5ème ligne, le serpent fait toujours "s" ! .................. 2ème image : le bébé est avec son "- - - -"   ....   3ème image : le jouet imite la vache, il fait donc  "- - - -" ! ........ Dernière image : une belle paire de " - - - - - -" !

    6ème ligne, 2ème image: produit à partir du lait !

     

     

    Épicé c'est tout !

    Allez, tous en selle !    

     

    Réponse :

     

     Quand les bourses jouent au yoyo est-ce que la banque du sperme fait son beurre ?

     

     

    xxxxxxxxxxxxxxxxxxx

     

    Le second en bonus et sans aide  pour  les accros !

     

     

     

    Épicé c'est tout !

    Allez, au boulot ! J'espère que vous ferez un peu de publicité pour mon blog au lieu de vous bourrer de chocolat !

     

     

    Réponse :

    Une pub primaire réussie, c’est super. Une pub bis réussie aussi c’est au poil et cela donne très envie de bisser de nouveau ! 

     

     


    11 commentaires
  • Une fois par semaine,

    je vous propose de partager les chansons

    et les artistes que j’aime !

    Clip vidéo et paroles

     

    Cette fois-ci :

     

    « Belle »

    Comédie musicale

    https://fr.wikipedia.org/wiki/Notre-Dame_de_Paris_(com%C3%A9die_musicale)

     

     

     
    Belle
    C'est un mot qu'on dirait inventé pour elle
    Quand elle danse et qu'elle met son corps à jour
    Tel
    Un oiseau qui étend ses ailes pour s'envoler
    Alors je sens l'enfer s'ouvrir sous mes pieds
    J'ai posé mes yeux sous sa robe de gitane
    A quoi me sert encore de prier Notre-Dame
    Quel
    Est celui qui lui jettera la première pierre
    Celui-là ne mérite pas d'être sur terre
    Ô Lucifer! Oh! Laisse-moi rien qu'une fois
    Glisser mes doigts dans les cheveux d'Esméralda
    Belle
    Est-ce le diable qui s'est incarné en elle
    Pour détourner mes yeux du Dieu éternel
    Qui a mis dans mon être ce désir charnel
    Pour m'empêcher de regarder vers le Ciel
    Elle porte en elle le péché originel
    La désirer fait-il de moi un criminel
    Celle
    Qu'on prenait pour une fille de joie, une fille de rien
    Semble soudain porter la croix du genre humain
    Ô Notre-Dame! Oh! laisse-moi rien qu'une fois
    Pousser la porte du jardin d'Esméralda
    Belle
    Malgré ses grands yeux noirs qui vous ensorcellent
    La demoiselle serait-elle encore pucelle
    Quand ses mouvements me font voir monts et merveilles
    Sous son jupon aux couleurs de l'arc-en-ciel
    Ma dulcinée laissez-moi vous être infidèle
    Avant de vous avoir mené jusqu'à l'autel
    Quel
    Est l'homme qui détournerait son regard d'elle
    Sous peine d'être changé en statue de sel
    Ô Fleur-de-Lys, Je ne suis pas homme de foi
    J'irai cueillir la fleur d'amour d'Esméralda
    J'ai posé mes yeux sous sa robe de gitane
    A quoi me sert encore de prier Notre-Dame
    Quel
    Est celui qui lui jettera la première pierre
    Celui-là ne mérite pas d'être sur terre
    O Lucifer! Oh! laisse-moi rien qu'une fois
    Glisser mes doigts dans les cheveux d'Esméralda
    Esméralda

     

      

    Bon partage !

     

     

    Rotpier

     


    4 commentaires
  • Avertissement :

    « On peut rire de tout mais pas avec tout le monde »

    Pierre Desproges

     

    Montage à partir d'images du net !

     

    Epicétout pour aujourd'hui, qui s'y frotte s'y brûle ou l'inverse : c'est Quasimodo pareil !

    Et pendant ce temps-là, Macron en profite pour souffler ... peut-être sur les braises du mouvement des gilets jaunes !  Il n'y aura certainement pas de miracle à la cour !

    Le Rotpier

     

     


    7 commentaires
  • .

    Remarque :

    Je ne retiens, des cathédrales ou des églises, que l’œuvre des bâtisseurs, de ceux qui ont conçu et construit, pas de ceux qui ont ordonné.

     Pierre

     

     

     

     

     


    6 commentaires
  •  

    Réponses pour les rébus :

    Je viens de les mettre sur le billet d'avant … « rébus » ! 

     Un grand bravo à ceux qui avaient trouvé !

    Pour les autres, un petit retour en arrière est souvent gage d'un grand sourire à venir ! 

     

    Et pis c'est tout Rotpier

     


    votre commentaire
  •  

    Et si l’on faisait un petit arrêt rébus ?

    Juste comme ça, pour se dégourdir

    un peu les neurones !  

    .

     

    Petite aide au rébus

    (les champions s'en passeront !) :

    Il est un peu tordu ... comme le Rotpier !  ( 2 jeux de mots ! )

     

    1ère ligne, 2ème image : elle tombe ! Dernière image : quand on meurt, elle s'envole parait-il ?

    2ème ligne : l'articulation entre le " M " et le " L " n'est pas très facile ... j'ai aimé vous le signaler !

    3ème ligne, 2ème image et en direct : " bi " !

    4ème ligne, 2ème image : objet servant un tromper, ici c'est un poisson carnassier qui le sera ! 

    6ème ligne, 1ère image : attention, passage de  "  - - - - - "  ( pas comme dans mes rébus hein ! ) 2ème image : synonyme de "reluquer" conjugué au présent de l'indicatif !  

    7ème ligne, 1ère image et en direct : " ti " ! 4ème image : le mec a une sacrée "  - - - - " ... et pis c'est tout !

    8ème ligne, 1ère image :le mec a une sacrée " - - - - "  ... et pis c'est tout !

    9ème ligne, 2ème image : " - - - " est ce personnage ?

    10ème ligne, 2ème image : des poches de  " - - - - " pour sauver des vies ! 

    11ème ligne, 2ème image: le petit ramoneur est tout "  - - - - " !

     

    Et pis c'est tout !  

    A vous de jouer ! Après, vous pourrez aller à la messe voir si vous en voyez, encore qu'elles se font de plus en plus rares ! N'oubliez pas d'aller à confesse, vous en avez certainement nécessité ! Je termine et j'y vais directement ! N'oubliez pas les rameaux de buis !

     

     

    Réponse :

    Je n’ai jamais aimé les bigotes et leurs chapelets. Mon vieux matou, un brave minou pas pelé du tout, acquiesce mais je sens bien que ça lui fout les boules !

     

         Nota: Les jeux de mots : " chapelet "  et " chat pelé"   +  "acquiesce " et " boules "  ... vous m'avez bien entendu ou vous avez oublié de les enlever ?   


    11 commentaires
  • Une fois par semaine,

    je vous propose de partager les chansons

    et les artistes que j’aime !

    Clip vidéo et paroles

     

    Cette fois-ci :

    « Zaz »

    « Je veux »

     

    Pas mauvaise la gamine !

     

     

    ♪ Je Veux ♪

     

    Donnez-moi une suite au Ritz, je n'en veux pas
    Des bijoux de chez Chanel, je n'en veux pas
    Donnez-moi une limousine, j'en ferais quoi?

    Offrez-moi du personnel, j'en ferais quoi?
    Un manoir à Neuchâtel, ce n'est pas pour moi
    Offrez-moi la tour Eiffel, j'en ferais quoi?

    Je veux de l'amour, de la joie, de la bonne humeur
    C' n'est pas votre argent qui f'ra mon bonheur
    Moi, j'veux crever la main sur le cœur
    Allons, ensemble, découvrir ma liberté
    Oubliez donc tous vos clichés
    Bienvenue dans ma réalité

    J'en ai marre d'vos bonnes manières, c'est trop pour moi
    Moi je mange avec les mains et je suis comme ça

    Je parle fort et je suis franche, excusez-moi
    Fini l'hypocrisie, moi, je me casse de là
    J'en ai marre des langues de bois, regardez-moi
    D' toute manière, je vous en veux pas
    Et je suis comme ça, je suis comme ça

    Je veux de l'amour, de la joie, de la bonne humeur
    C' n'est pas votre argent qui f'ra mon bonheur
    Moi, j'veux crever la main sur le cœur
    Allons, ensemble, découvrir ma liberté
    Oubliez donc tous vos clichés
    Bienvenue dans ma réalité

    Je veux de l'amour, de la joie, de la bonne humeur
    C' n'est pas votre argent qui f'ra mon bonheur
    Moi, j'veux crever la main sur le cœur
    Allons, ensemble, découvrir ma liberté
    Oubliez donc tous vos clichés
    Bienvenue dans ma réalité
    Je veux de l'amour, de la joie, de la bonne humeur
    C' n'est pas votre argent qui f'ra mon bonheur
    Moi, j'veux crever la main sur le cœur
    Allons, ensemble, découvrir ma liberté
    Oubliez donc tous vos clichés
    Bienvenue dans ma réalité

     

    Bon partage !

     

    Rotpier

     


    4 commentaires
  • Préambule :

            « La plus perdue de toutes les journées est celle où l’on n’a pas ri. »

    Chamfort

            « La plus perdue de toutes les journées est celle où l’on n’a pas ri … surtout à Rouen !  »

    Rotpier

    « Le sourire et le rire ne sont pas des placebos : ils participent activement au rétablissement du patient ou, pour le moins, à un mieux être psychique. »

    Pierre Dupuis

    Partant de ces postulats, pourquoi ne pas en profiter tout de suite en étendant leur champ d’application aux équipes médicales dont la bonne humeur peut se révéler contagieuse au sein de leur service et même certainement dans les autres, voire au-delà ?

    Voici donc quelques jeux de mots et quelques saillies (qui ne sont point réservées au seul service de sexologie !) un tantinet loufoques et tournant autour de l’univers médical.

     

    Pensées loufoques sur la médecine

    Nota :

    Ne cherchez pas de logique d’enchaînement : le tout est en vrac !

    J’ai longtemps cru que « Médecins sans frontières » était la devise d’une strip-teaseuse internationale.

     

    xxxxxxxxxxxx

     

    En toute logique,  le pendant féminin de « carabin » devrait être « carabine ». Dans cette hypothèse, seraient-elles plutôt à un coup ou à répétition ?

     

    xxxxxxxxxxxx

     

    En toute logique,  le pendant féminin de « mandarin » devrait être « mandarine ». Dans cette hypothèse, seraient-elles plutôt sucrées-acides ou carrément acides ?

     

    xxxxxxxxxxxx

     

    Dans les hôpitaux, les grands mandarins parlent-ils couramment le chinois ?

     

    xxxxxxxxxxxx

     

    Les enfants conçus à partir de sperme en paillettes ne risquent-ils pas de développer une phobie des congélateurs ?

     

    xxxxxxxxxxxx

     

    Les enfants conçus à partir de sperme en paillettes ne risquent-ils pas de développer une tendance à vouloir vivre dans le luxe et faire la fête en permanence ?

     

    xxxxxxxxxxxx

     

    Tirer la langue à son oto-rhino, c’est rosse.

     

    xxxxxxxxxxxx

     

    Oncologie, ma tante aussi !

     

    xxxxxxxxxxxx

     

    Il ne faut jamais être en froid avec l’azote liquide, on peut en avoir besoin un jour ou l’autre.

     

    xxxxxxxxxxxx

     

    Un neurologue a-t-il le droit d’exercer dans le monde entier ?

     

    xxxxxxxxxxxx

     

    Le comble pour un proctologue, c’est de manquer de doigté.

     

    xxxxxxxxxxxx

     

    Un proctologue peut-il pratiquer des touchers rectaux à des natifs du verseau ?

     

    xxxxxxxxxxxx

     

    Un spéléologue de très petite taille, très habile à se faufiler dans le moindre trou, n’aura pas forcément les aptitudes nécessaires pour devenir un bon gynécologue.

     

    xxxxxxxxxxxx

     

    Le développement excessif de l’hippocampe du cerveau entraîne-t-il automatiquement une propension à avoir des fièvres de cheval ?

    xxxxxxxxxxxx

      

    Un pneumologue qui se retrouve à travailler chez Michelin a probablement eu un problème d’orientation, ou alors … c’est un type vachement gonflé.

     

    xxxxxxxxxxxx

     

    Avec le cœur à gauche, le foie à droite, le nombril au milieu et la tête et les pieds aux extrêmes, comment voulez-vous que l’homme soit bien dans son assiette lors des campagnes électorales ? 

     

    xxxxxxxxxxxx

     

    Un néphrologue ne travaille pas au pif pour diagnostiquer vos problèmes de reins.

     

    xxxxxxxxxxxx

     

    Toute gastro durant plus de 3 jours peut être considérée comme une fidèle gastro que l’on habite à la Havane ou pas.

     

    xxxxxxxxxxxx

     

    La dermatologie se pratique rarement à la maison.

     

    xxxxxxxxxxxx

     

    Si vous avez les nerfs à fleur de peau et que vous venez consulter en dermatologie, vous vous trompez de service.

     

    xxxxxxxxxxxx

     

    La sexologie n’est pas l’étude de la manière de faire l’amour chez soi.

     

    xxxxxxxxxxxx

      

    L’hématologie n’est pas un service de cours de maths à domicile.

     

    xxxxxxxxxxxx

     

    L’hépatologie n’est pas la science qui consiste à préparer les nouilles à la maison et les spécialistes italiens ne sont pas meilleurs que leurs collègues français.

     

    xxxxxxxxxxxx

     

    L’obstétrique est une spécialité assez éloignée de la sexologie… quoique, au départ il y ait un rapport certain.

     

    xxxxxxxxxxxx

     

    Si, pour des problèmes d’érection, vous venez consulter en obstétrique, vous vous trompez de service.

     

    xxxxxxxxxxxx

     

    La diététique n’a rien à voir avec la piroplasmose des chiens.

     

    xxxxxxxxxxxx

     

    Si la gastro enterre Olog, c’est qu’Olog a été mal soigné.

     

    xxxxxxxxxxxx

     

    Un rhumatologue ne pourra rien pour votre coryza chronique

    à moins que vos doigts soient dans un état tel que vous ne puissiez plus vous moucher.

     

    xxxxxxxxxxxx

     

     

    La thérapie de groupe a fait ses preuves ... celles de croupes aussi selon DSK et Dodo la Saumure ... des spécialistes en la matière ! Mais elle n'est pas encore remboursée par la Sécurité Sociale ... inutile d'aller faire un tour sur le portail d'Améli pour vérifier ! 

    xxxxxxxxxxxx

     

     

    Et pis c’est tout … pour aujourd’hui !                      

     

    Rotpier

     

    Nota : J’avais déjà publié quelques une de ces pensées loufoques en pensées ou en rébus !

     


    6 commentaires
  •  

    Préambule :

     Je m’en vais vous entretenir

    d’une chose peu ragoûtante

    je préfère vous prévenir 

    elle risque d’être odorante !

     

    Cela ne va pas m’ennoblir

    c’est une vérité criante

    pourtant pas question de mollir

    sur cette affaire percutante !

     

    On ne pourra plus me sentir

    dans les académies pédantes

    où certains sans s’en repentir

    en lâchent en étudiant Dante !

     

    Mais …

     

    Vous commencez à vous languir

    ça se sent de façon flagrante

    allez je commence le tir

    quitte à me prendre une soufflante !

     

    Image associée

     

     

    Poème dissipé,

    ou

    Ode aux pets,

     

    Je voulais vous parler des pets

    il y en a de toutes sortes

    des écrasés avec toupet

    des pointus sifflant en cohorte.

     

    Il y a les pets agrippés

    qui reste coincés à la porte

    et les pets des gens constipés

    auxquels il faut prêter main forte.

     

    Les petits pets un peu fripés

    à l’effluve malodorante

    lâchés sur fond de canapé

    par des mémés exubérantes.

     

    Les pets dantesques des pépés

    en échappée pétaradante

    à déplumer les perroquets

    et des bigotes décadentes.

     

    Il y a les émancipés

    libres et francs des transformistes

    et les pets un peu éclopés

    des sociétés d’unijambistes.

     

    Parlons aussi des pets huppés

    de ceux qui ont grosse fortune

    de ceux qui ont anticipé

    toutes les combines à thunes.

     

    Ne pas parler des pets loupés

    serait une grave lacune

    ceux de Nicole Belloubet

    qui ne m’en tiendra pas rancune.

     

    Si Castaner veut m’inculper

    que ce ne soit pas pour des prunes

    sinon qu’il ferme son clapet

    pour rouler des pelles aux brunes !

     

    Mais mon copain qui fait le pet

    me souffle : « Tu es sur écoute

    tu ne pourras pas y couper

    les perdreaux sont déjà en route ! »

     

    Pourtant je veux coûte que coûte

    parler du coup des pets dans l’eau

    qui font des bulles qui glougloutent

    et qui font rire les marmots.

     

    Je sens au-dessus de ma tête

    planer un danger j’ai du stress

    ça sent mauvais et ça entête

    comme les pets de Dame Oclès.

     

    Une femme de Syracuse

    qui en lâchait des chapelets

    sur ce je m’en vais-je m’excuse

    voilà déjà les argoulets.

     

    Je file je me carapate

    je n’aime pas ces ripoux laids

    qui vont vouloir me faire aux pattes

    je ne leur laisse que mes pets.

      

    J’en connais un de longue date

    qui est pas mal handicapé

    par des problème de prostate

    ça le rend pire qu’un roquet !

     

    Puisque j’ai mis Dante au menu

    - Oh ! La Divine Comédie ! -

    vais-je devoir pour mon salut

    entamer une parodie ?

     

    Un poème bien biscornu

    ne tenant pas dans un caddie

    et provoquant chez les barbus

    des crises de tachycardie.

     

    Et si je passe par l’enfer

    pour accéder au purgatoire

    je pense que chez Lucifer

    les gros pets sont obligatoires.

     

    Si je m’en sors j’ai des jokers

    et des masques respiratoires

    dans les poches de mon imper

    je vous raconterais l’histoire.

     

    Je vous dirais comment j’ai fait

    pour escalader tous les cercles

    pour échapper au feu aux fouets

    de tous les démons qui encerclent.

     

    Et comment je suis arrivé

    à soulever le gros couvercle

    afin de pouvoir m’échapper

    demi-cercle par demi-cercle.

     

    Je pars en vous laissant en paix

    sans la moindre cacaphonie

    je n’aurais pas eu le toupet

    de bâtir une symphonie.

     

    Je ne serais pas pétomane

    je n’en ai pas la vocation

    ce serait pourtant une manne

    pour me faire un tas de pognon.

     

    Je n’ai que l’anus d’un profane

    pas taillé pour l’exhibition

    je sais passer du coq à l’âne

    ça c’est dans mes dispositions.

        

     

     Apostilles à tout vent :

    J’ai oublié qu’on me pardonne

    je dois être un peu fatigué

    de vous parler des pets de nonne

    qui sont excellents à  croquer.

     

    Il parait même que Lennon

    en mangeait trempé dans du thé

    que Yoko Ono me pardonne

    si je manque un peu de respect.

     

    Je vous salue de mon perron

    sans pet carré et sans pet rond

    soyez bénis allez en paix

    gardez-vous bien des pets épais !  *

     

    Allez en paix et pas en guerre

    comme nous le faisions naguère

    et que le méchant Belzébuth

    n’atteigne en aucun cas son but.

     

    Vous voyez je suis éclectique

    je sais tirer sur l’élastique

    du coq à l’âne je sais passer

    quitte un jour à me ramasser.

     

    Quand je pars sur une odelette

    je me dis qu’elle est maigrelette

    j’en ajoute à ne plus finir

    certains vont jusqu’à m’agonir.

     

    Qu’ils aillent poulets ou poulettes

    se faire cuire une omelette

    vous sans jamais vous désunir

    vous avez tout lu sans faillir !

    Je vous en remercie beaucoup

    et me retire à pas de loup.

     

     

                                                             Rotpier

     

     

    * NDA :  Je me dois de porter à votre connaissance, dans un but totalement désintéressé, que Tolstoï avait des pets guère épais. C’était important pour moi d’éclairer votre lanterne, dans une optique clairement affichée de vulgarisation. Mes vers sont totalement gratuits contrairement à ceux d’Afflelou, ce qui n’impacte pas les mutuelles. Je voulais que cela soit bien clair entre-nous.

     

    Image associée

     

    Je vous en prie, pas de ça ici je vous prie ! 


    6 commentaires
  • Réponses pour les rébus :

    Je viens de les mettre sur le billet d'avant … « rébus » ! 

     Un grand bravo à ceux qui avaient trouvé !

    Pour les autres, un petit retour en arrière est souvent gage d'un grand sourire à venir ! 

     

     

    Et pis c'est tout Rotpier

     


    votre commentaire
  •  

    Et si l’on faisait un petit arrêt rébus ?

    Juste comme ça, pour se dégourdir

    un peu les neurones !  

    .

     

    Petite aide au rébus

    (les champions s'en passeront !) :

    Je sais que vous allez trouver que pour les rébus je suis assez chinois mais cela vous passera !

     

    2ème ligne, 2ème et 3ème  image : attention, c'est  "  - - - - - " bouillant !

    3ème ligne, 2ème : un " - - - - " de golf vu de l'intérieur ! 

    4ème ligne, 1ère et 3ème image : ce n'est pas la reine ! 

    5ème ligne, 3ème image : celui-ci est de montagne !

    7ème ligne, 1ère image et en direct : " ti " ! 4ème image : le mec a une sacrée "  - - - - " ... et pis c'est tout !

    8ème ligne, 1ère image : il ne faut pas prendre le père ! 2ème image : le verbe conjugué au présent ! Dernière image : après la tétée le bébé fait son " - - - " !

    11ème ligne, 2ème image: le serpent fait toujours " s " !

     

    Et pis c'est tout !  

    A vous de jouer ! Il est un peu débile, mais je suis comme ça !

     

     

    Réponse :

    Est-ce qu’un chien chow-chow se retrouve froid-froid quand il est mort-mort ? C’est la question que toute personne croquant dans un hot-dog devrait se poser.

     

             Juste une petite explication de l'explication primaire :  " Je sais que vous allez trouver que pour les rébus je suis assez chinois mais cela vous passera ! " ... Le chien chow-chow  est un chien chinois, le chinois est une passoire ( même si l'on n'a pas tiré dessus au fusil mitrailleur ! ) et une passoire est faite pour passer ! ... C'est bon ou vous passez votre tour ?

     

     

    xxxxxxxxxxxxxxxxxxx

     

    Le second en bonus et sans aide  pour  les accros !

     

     

    Épicé c'est tout !

    Allez, au boulot ! Il est costaud ! Vous allez tirer la langue

     

     

    Réponse :

    Ceux qui mettent en doute l’affirmation des spécialistes disant que : « De l’herpès labial à l’herpès génital, il n’y a que peu de place sur le doute concernant le mode de transmission » sont à classer dans la catégorie des mauvaises langues.

     

     

    Je vous avais prévenu qu'il était costaud !   


    11 commentaires
  •  

    Une fois par semaine,

    je vous propose de partager les chansons

    et les artistes que j’aime !

    Clip vidéo et paroles

     

    Cette fois-ci :

    « Jean-Jacques Goldman »

    « Puisque tu pars »

     

    Une supplique très attachante, un petit bijou !

     

    .

    Puisque Tu Pars

     

    Puisque l'ombre gagne

    Puisqu'il n'est pas de montagne

    Au-delà des vents, plus haute que les marches de l'oubli
    Puisqu'il faut apprendre
    A défaut de le comprendre
    A rêver nos désirs et vivre des ainsi-soit-il
    Et puisque tu penses
    Comme une intime évidence
    Que parfois même tout donner n'est pas forcément suffire
    Puisque c'est ailleurs
    Qu'ira mieux battre ton cœur
    Et puisque nous t'aimons trop pour te retenir
    Puisque tu pars

    Que les vents te mènent où d'autres âmes plus belles
    Sauront t'aimer mieux que nous puisque
    l'on ne peut t'aimer plus
    Que la vie t'apprenne
    Mais que tu restes le même
    Si tu te trahissais, nous t'aurions tout à fait perdu
    Garde cette chance

    Que nous t'envions en silence
    Cette force de penser que le plus beau
    reste à venir
    Et loin de nos villes
    Comme octobre l'est d'avril
    Sache qu'ici reste de toi
    comme une empreinte
    indélébile

    Sans drame, sans larme
    Pauvres et dérisoires armes
    Parce qu'il est des douleurs,
    qui ne pleurent qu'à l'intérieur
    Puisque ta maison, aujourd'hui c'est l'horizon
    Dans ton exil, essaie d'apprendre à revenir
    Mais pas trop tard

    Dans ton histoire, garde en mémoire
    Notre au revoir, puisque tu pars

    J'aurais pu fermer, oublier toutes ces portes
    Tout quitter sur un simple geste,
    mais tu ne l'as pas fait
    J'aurais pu donner tant d'amour et tant de force
    Mais tout ce que je pouvais,
    ça n'était pas encore assez
    Pas assez, pas assez, pas assez...

     

    Bon partage !

     

    Rotpier

     


    6 commentaires
  •  

    Certains ont leurs Zozios, le Rotpier a ses chouettes Chouettes !

    Elles sont féminines ou masculines  et assez BCBG… quoique !

    Il leur arrive fréquemment de se voler dans les plumes sans ménagement ! 

     Elles sont, selon les circonstances, sentencieuses, drôles, percutantes, graves, irrévérencieuses, taclantes et même parfois … grivoises, mais toujours en utilisant un vocabulaire respectueux… enfin presque !

    Le Rotpier l'homme qui murmurait (2)

     

    Les hululucubrations abracadabrantesques

    des chouettes Chouettes du Rotpier

     

    Les chouettes Chouettes 103 (1)

    Les chouettes Chouettes 103 (2)

    Les chouettes Chouettes 103 (3)

    xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx

    les-chouettes-chouettes-199

    xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx

     

     

     

     

     

    Signature Rotpier

     

     

    ... Je vous chouette une bonne distraction

    ... et une bonne journée !

     

     

     

     

     


    4 commentaires
  •  

    Préambule :

     C’était dans les années 70. En ce temps-là, j’étais chasseur de crocodiles aux îles Caïmans ou l’inverse … j’ai un peu de mal à me ramentevoir.

    Toujours est-il qu’ils n’ont pas eu ma peau, ni les crocodiles, ni les caïmans, ni les barbouzes du FBI qui marigotaient du coté de la Baie des Chochons pour organiser un débarquement piloté par Eisenhower en cheville avec la Mafia « Cosa Nostra » de Chicago.

    Il était important pour moi de replacer cette histoire dans son contexte original.

     Le Rotpier

     

    Viva Cuba ... enfin, pas le régime ... encore que cela s'améliore un peu ! 

     
     
     
    Image du net bidouillée par Rotpier

      

     

    La cubaine bien roulée,

     

    Elle était en nuisette

    et en petits chaussons.

    Moi, j’étais en disette

    d’amour et de suçons !

     

    Ma copine Louisette

    avait pris sans façon

    la poudre d’escampette

    avec un franc-maçon !

     

    Le vent, joyeux complice,

    prenait aussi son pied :

    c’était feu d’artifice

    … à part les doigts de pieds !

     

    Le tulle - Oh ! Quel délice ! -

    volant comme papier,

    montrait du cou aux cuisses

    ses trésors au quartier !

     

    Une pareille aubaine

    n’étant pas à rater,

    j’ai rejoins la sirène

    avec vélocité !

     

    « Bonjour, je suis cubaine,

    viens on va s’éclater,

    dans mon lit je t’emmène

    et je vais t’épater ! »

     

    Cubaine et bien roulée,

    la peau couleur tabac,

    sachant dans la foulée

    s’enflammer par le bas !

     

    Technique bien rôdée

    - de la maestria ! -

    la grande chevauchée,

    la grande fantasia !

    .

    Et le clou du programme,

    le truc qu’on n’oublie pas,

    qu’à deux mains on acclame :

    le salto sans les bras !

     

    Mais le lit rendit l’âme

    sous nos furieux ébats

    et nous nous retrouvâmes

    tous les deux le cul bas !

     

    Après cette gamelle,

    la fin du numéro :

    le mec de la donzelle

    arrivant tout de go !

     

    « Mais tu n’es pas fidèle !

    Là, tu me casses trop :

    dégage à tire d’aile

    avec ce rigolo !

     

    Pour ce péché de fesses,

    implore le pardon

    et va donc à confesse

    chez l’abbé Décochon !

     

    Dégage nymphomane !

    Prends donc le premier train :

    six gares de là à Vannes,

    je te voudrais plus loin ! »

     

    La cubaine est partie

    me laissant sur ma faim,

    espérance engloutie

    et le moral atteint !

     

    Dégoûté des gonzesses,

    j’ai viré ma cuti,

    me rasant en vitesse

    sur conseil d’un ami :

     

    Pour aller chez les tantes,

    rase-toi jusqu’en bas,

    met ta veste flottante

    et chez les gays, va ras !

     

    xxxxxxxx

     

    Cette histoire fumante

    n’ayant ni haut ni bas,

    n’est que la résultante

    d’un abus de tabac !

     

    Je rigole sous cape

    et je reste serein :

    des conneries du pape

    je suis encore loin !

     

                                 Rotpier

     

     

    Image du net

    Comme pour les cubaines:

    à consommer avec modération !!!

     

    Déjà publié sans le préambule, ceux qui l'avaient déjà lu n'avaient peut-être pas tout compris ?

     

     


    8 commentaires
  •  

    Réponses pour les rébus :

    Je viens de les mettre sur le billet d'avant … « rébus » ! 

     Un grand bravo à ceux qui avaient trouvé !

    Pour les autres, un petit retour en arrière est souvent gage d'un grand sourire à venir ! 

     


    votre commentaire
  •  

    Et si l’on faisait un petit arrêt rébus ?

    Juste comme ça, pour se dégourdir

    un peu les neurones !  

    .

     

    Petite aide au rébus

    (les champions s'en passeront !) :

    Il est très court et assez facile. Vous le résolvez et après vous pourrez allez à la messe où vous en verrez peut-être ? C'est une interrogation !  J'espère que vous allez vous marais !

     

    2ème ligne, 1ère image : "oui" en allemand ! ( vous devez le scinder en deux  ! ) 2ème image et en direct: " ti" ! ( L'autre aussi  mes titis ! )

    3ème ligne, 2ème image et en direct aussi : " grrrrrrrr " !

    4ème ligne, 3ème image : le cri du mouton !

    7ème ligne, 2ème image : Petitétenduedeau !

    8ème ligne, dernière image : lieu où l'on détient encore des animaux en cage ! 

        Dernière ligne, dernière image: la suite du refrain d'Antoine mais ... vous connaissez le refrain ! 

     

    Et pis c'est tout !  

    A vous de jouer, que vous soyez de Paris ou pas : pas de querelle de chapelle ! D'ailleurs je crois que c'est Henry IV, le Vert Galant,  qui avait dit : "Paris vaut bien une fesse " ... mais je n'en suis pas tout à fait certain ... ?

     

    Réponse :

     

    A Paris, il y a-t-il plus de grenouilles de bénitier dans les églises du Marais que dans celles des autres quartiers ?

     

    xxxxxxxxxxxxxxxxxxx

     

    Le second en bonus et sans aide  pour  les accros !

     

     

    Juste un tout petit coup de main aujourd'hui : l'ordinateur, ce n'est pas un PC ! Dernière image : le champ de  " - - - " !!! 

    Épicé c'est tout !

    Allez, au boulot !

    Un petit tour en politique " ça ne peut pas faire de mal " comme dirait GG ! ( GG = Guillaume Gallienne, que je vous conseille sur France Inter le samedi après-midi ... si ça vous dit ! ) 

     

     

    Réponse :

    Nathalie Loiseau a quitté le nid macronien pour voler de ses propres ailes mais on peut être certain que les fauconniers du roi ne la perdent pas de vue !

     

    PS : Sacrée nana la Nathalie Loiseau ! Née … Ducoulombier … cela ne s’invente pas !

    Lien : https://fr.wikipedia.org/wiki/Nathalie_Loiseau

     

     

     


    13 commentaires
  • .

    Une fois par semaine,

    je vous propose de partager les chansons

    et les artistes que j’aime !

    Clip vidéo et paroles

     

    Cette fois-ci :

     

    « Le surveillant général »

     « Michel Sardou »

     

    … On aime ou l’on n’aime pas Sardou, mais

    il ne laisse jamais indifférent …

     

     

    Le Surveillant Général,

    En ce temps-là
    Monsieur le surveillant des classes secondaires
    Etait un peu efféminé
    En ce temps-là
    Je lisais " Le Grand Meaulnes"
    Et après les lumières
    Je me faisais plaisir
    Je me faisais dormir
    Je m'inventais un monde
    Rempli de femmes aux cheveux roux

    J'ai dit de femmes pas de jeunes filles

    Cette année-là
    Je n'oublierai jamais le regard de vipère
    Que m'avait lancé ce vieux rat
    Cette année-là
    J'avais posé les yeux sur la croupe incendiaire
    De ma professeur de droit
    Elle avait mis le feu en moi
    J'avais avalé la lumière
    J'aurais aimé la terre entière

    Seulement les femmes pas les jeunes filles

    Pauvre de moi
    Monsieur le surveillant des classes secondaires
    Passait ses nuits à espionner
    Pauvre de moi
    Du couloir des secondes au dortoir des premières
    Comment les jeunes étaient couchés
    Bien sur le dos les bras croisés
    Sur la couverture de laine
    Des fois qu'on aurait des idées

    Pauvre taré pauvre Chimène

    C'est pourtant là
    Que durant des années j'ai rêvé d'adultère
    Que je n'ai jamais consommé
    Et que chaque nuit je tiens dans mes bras
    Une femme trop fière
    Qui se refuse à me donner
    Un peu plus que le nécessaire
    Parce que j'hésite à la défaire
    De son carcan de préjugés
    Parce que je n'ai pas la manière
    J'ai presque envie de lui confier

    Qu'en ce temps là
    J'avais un surveillant des classes secondaires
    Mais ça la ferait rigoler

      

    Bon partage !

      

    Rotpier

     


    9 commentaires
  •  

    Certains ont leurs Zozios, le Rotpier a ses chouettes Chouettes !

    Elles sont féminines ou masculines  et assez BCBG… quoique !

    Il leur arrive fréquemment de se voler dans les plumes sans ménagement ! 

     Elles sont, selon les circonstances, sentencieuses, drôles, percutantes, graves, irrévérencieuses, taclantes et même parfois … grivoises, mais toujours en utilisant un vocabulaire respectueux… enfin presque !

    Le Rotpier l'homme qui murmurait (2)

     

    Les hululucubrations abracadabrantesques

    des chouettes Chouettes du Rotpier

     

     

    Signature Rotpier

     

     

    ... Je vous chouette une bonne distraction

    ... et une bonne journée !

     


    4 commentaires
  • .

    Je vous invite ami(e)s à partager avec moi un balayage des couleurs de la vie ou, plus précisément, des tons de la vie. Ces tons qui s’associent si parfaitement à nos états d’âme.

    En premier,  je vous invite à aller vers le sombre, vers le noir.

    En second, ce sera l'inverse ... mieux vaut garder le bon pour la fin ...

    Ces poèmes ont déjà été publiés mais je les ai retouchés … juste un petit coup de pinceau çà et là.

    Bon partage,

    Pierre

    Il fait gris, il fait moche

    et mon cœur s'effiloche.

    Il en saigne et s'aigrit

    où est donc son grigri ?

     

                                                 Pierre

     

    Photo de Jean-François Simon

    Les couleurs de la vie,

     

    Je vous prends par les yeux

    comme on prend par la main,

    Balayons les couleurs, d'aujourd'hui, de demain.

     

    Là, sous nos yeux … la vie !  Toute la vie.

    Ses couleurs, ses tons … des tons à l’envie.

    Clairs au début mais … déjà  perturbés.

    Le socle et la base … déjà   plombés.

    On avance et … la lumière  s’estompe.

    On fait un vœu, on croit,      mais … on se trompe !

    Et, l’irréductible avance du temps

    nous entraîne vers les tons rebutants.

    D’ abord, quelques traits décochés  … sombres,

    avant-garde des bataillons de l’ombre.

    Vaincu, le bleu cède la place et meurt.

    Le gris, plus gris, se renforce et s’étale.

    Encore quelques lueurs qu’il avale …

    et puis … il passe un pacte avec le noir

    … son maître … inexorable laminoir !

     

    Plus de lueurs,

    toutes les peurs

    et … le trou noir.

                                                           

     

                                                     Pierre  Dupuis

     

    xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx

     

    Chose promise, chose due : je vous invite ami(e)s à refaire le chemin à l’envers.

     

    Autre petit instantané …

     

    Il avait mis des mois

     

    à sortir de l’impasse,

     

    un long chemin de croix

     

    où parfois on y passe,

     

    une purée de poix

     

    une ignoble mêlasse

     

    visqueuse comme poix :

     

    la Parque qui t’enlace.

                                           

                                                                                          Pierre

     

     

    Cliché de Jean-François Simon

     

    Les couleurs de la vie,

     

     

    L’homme était là, droit … immobile …

     détaillant chaque ton … fragile

     … encore … encore un peu.

     Il avait, sous les yeux,

     

    les couleurs traversées

     cette dernière année.

     Son regard balayait le cliché,

     de gauche à droite, il revivait

     les dernières étapes de sa vie.

     

     

    Il les revivait …une à une … intensément.

     Le sombre … le plus que sombre,

     cette poisse d’ombre

    …désespérante.

     

    Il était là … dans ce trou noir.

    Il avait perdu tout espoir.

     L’enfer ! Le fond ! La fin du rêve !

     Et tous les jours … et pas de trêve !

     

    Il n’y avait plus que le vide

     … plus que le noir … livide.

     Le temps passait … pas un éclair.

    Pourtant il savait bien le clair !

     

    Il l’avait connu … avec elle.

    Oui ! Avec elle, la belle !

     Et puis un jour … plus rien … partie !

    Sans explications ! … La folie !

     Le tunnel ! Le trou ! Le néant !

     

    Des mois dans ce gouffre béant.

    Des mois et des mois d’amertume :

    le long deuil d’un amour posthume.

     

     

    Pourtant …

     

    Un matin, dans son vieux miroir,

    il avait cru apercevoir

     une lueur … fugitive.

    Éclaircie toute relative :

    du noir … moins noir … virant au gris.

     Mais, vigilant même amaigri,

    décochant des nuées de traits sombres,

    le noir essayait le surnombre.

    Malgré cela, il reculait.

     Des escadrons, couleur de lait,

    arrivaient à faire main-basse

     sur les volumes de l’espace !

    Le bleu avançait, impérial,

    gommant tout souvenir glacial.

     

    Ayant fini son balayage,

     certain d’avoir tourné la page,

    l’homme pivota et sourit.

     

    Dans la rue, plus tard,

     son regard accrocha - surpris ! -

    le fier profil d’une passante

    à la clarté éblouissante !

                                           

                                                                                      Pierre Dupuis

     

     

    Image du net évoquant " A une passante " de Charles Baudelaire

     


    7 commentaires
  •  

    Réponses pour les rébus :

    Je viens de les mettre sur le billet d'avant … « rébus » ! 

     Un grand bravo à ceux qui avaient trouvé !

    Pour les autres, un petit retour en arrière est souvent gage d'un grand sourire à venir ! 

     

    Et pis c'est tout Rotpier


    votre commentaire
  •  

    Et si l’on faisait un petit arrêt rébus ?

    Juste comme ça, pour se dégourdir

    un peu les neurones !  

    .

     

    Petite aide au rébus

    (les champions s'en passeront !) :

    Il est très court et très facile pour ceux qui connaissent la musique ! N'y voyez aucune insinuation : je suis quelqu'un de très réservé, vous le savez pertinemment !  

     

    2ème ligne, 2ème image : lieu où se tenait la vigie sur les anciens voiliers ! Dernière image et en direct : " Ti " ... oui mes titis !

    3ème ligne, 3ème image : l'autre nom de l'arobase ! Dernière image : ce n'est pas la reine ni Brigitte !

    5ème ligne, 2ème image : le serpent fait toujours "s" !      Avant dernière image : une " - - -  " vue d'un balcon la surplombant ! Dernière image : quand son nez s'allonge, il " - - - - " !

    6ème ligne, dernière image : la fleur préférée de la dernière image de la 3ème ligne !

    Dernière ligne, 2ème image: Éole est le dieu du  " - - - - " !

     

    Et pis c'est tout !  

    A vous de jouer ! 

     

     

     

    Réponse :

    La sodomie, c’est une partition à trois notes et à deux instruments : l’un à coulisse et l’autre à vent !

     

    Nota : A défaut d’être très correct, il est musical et très imagé n’est-ce pas ?

     

    xxxxxxxxxxxxxxxxxxx

     

    Le second en bonus et sans aide  pour  les accros !

     

     

    Épicé c'est tout !

    Allez, au boulot ! Il n'est pas si facile que cela et j'espère que vous n'allez pas tout plaquer pour allez prendre l'apéro, ce qui me laisserait tout coi avec stupeur et tremblements ... sans Amélie, notons-le ! 

     

     

    Réponse :

    Il paraît qu’au lit, cette femme frivole est un véritable tremblement de chairs et que peu d’amants résistent à ses répliques. Certains l’ont surnommée « La tectonique qui plaque » !

     

     

     


    13 commentaires
  • Une fois par semaine,

    je vous propose de partager les chansons

    et les artistes que j’aime !

    Clip vidéo et paroles

     

    Cette fois-ci :

     

    Le grand Jacques :

     

    « La ville s’endormait »

     

    Quand je pense que certains ont dit que son dernier

    album n'était pas une réussite ...

    .

     

     

        

    .

    La ville s'endormait

     

    La ville s'endormait
    Et j'en oublie le nom
    Sur le fleuve en amont
    Un coin de ciel brûlait
    La ville s'endormait
    Et j'en oublie le nom
    Et la nuit peu à peu
    Et le temps arrêté
    Et mon cheval boueux
    Et mon corps fatigué
    Et la nuit bleu à bleu
    Et l'eau d'une fontaine
    Et quelques cris de haine
    Versés par quelques vieux
    Sur de plus vieilles qu'eux
    Dont le corps s'ensommeille

    La ville s'endormait
    Et j'en oublie le nom
    Sur le fleuve en amont
    Un coin de ciel brûlait
    La ville s'endormait
    Et j'en oublie le nom
    Et mon cheval qui boit
    Et moi qui le regarde
    Et ma soif qui prend garde
    Qu'elle ne se voit pas
    Et la fontaine chante
    Et la fatigue plante
    Son couteau dans mes reins
    Et je fais celui-là
    Qui est son souverain
    On m'attend quelque part
    Comme on attend le roi
    Mais on ne m'attend point
    Je sais, depuis déjà
    Que l'on meurt de hasard
    En allongeant le pas

    La ville s'endormait
    Et j'en oublie le nom
    Sur le fleuve en amont
    Un coin de ciel brûlait
    La ville s'endormait
    Et j'en oublie le nom
    Il est vrai que parfois près du soir
    Les oiseaux ressemblent à des vagues
    Et les vagues aux oiseaux
    Et les hommes aux rires
    Et les rires aux sanglots
    Il est vrai que souvent
    La mer se désenchante
    Je veux dire en cela
    Qu'elle chante
    D'autres chants
    Que ceux que la mer chante
    Dans les livres d'enfants
    Mais les femmes toujours
    Ne ressemblent qu'aux femmes
    Et d'entre elles les connes
    Ne ressemblent qu'aux connes
    Et je ne suis pas bien sûr
    Comme chante un certain
    Qu'elles soient l'avenir de l'homme

    La ville s'endormait
    Et j'en oublie le nom
    Sur le fleuve en amont
    Un coin de ciel brûlait
    La ville s'endormait
    Et j'en oublie le nom
    Et vous êtes passée
    Demoiselle inconnue
    A deux doigts d'être nue
    Sous le lin qui dansait

     

       

    Bon partage !

     

    Rotpier


    6 commentaires
  • Préface ( et alors ! … j’ai bien le droit aussi …non ? )

    Qu’est-ce qu’une idée neuve, brillante, extraordinaire ?

    Ce n’est point, comme se le persuadent les ignorants, une pensée que personne n’a jamais eue, ni dû avoir.

    C’est au contraire une pensée qui a du venir à toute le monde et que quelqu’un s’avise le premier d’exprimer.

    Boileau ( préface des « Œuvres » )

    Sans nous comparer à Boileau (d’ailleurs, moi, j’en bois assez peu !) nous pouvons quand même émettre quelques pensées pour épancher ainsi nos vies ! Sans avoir trop mal aux genoux ....... ?

    Et pis c’est tout !

    Rotpier

    Statue dans mon jardin !

    Si tout n’est pas bon,

    ne m’en veuillez pas : je me rôde, hein !

     

    1ère Pensée :

     

    Quand une marée humaine se retire, elle ne laisse derrière elle que très peu de coquillages échoués, sauf quelques vieux crabes, par-ci par-là, qui mettent plus de temps que les autres à regagner leurs trous.

     

    2ème Pensée : ( C’est un adage )

     

    Le steak à point pour ceux qui aiment la viande bien cuite, c’est bien. Le permis à points pour ceux qui aiment rouler vite, c’est chagrin ! 

     

    3ème Pensée :

     

    Il paraît que Marcel Carné était très vache avec ses acteurs, mais cela reste à prouver !

     

    4ème Pensée : ( C’est vieil adage de port de pêche qui aurait certainement bien plu au grand Jacques !  )

     

    Quand on part en goguette à la recherche de morues, on croise souvent des maquereaux !

     

     

    Et pis c’est tout pour aujourd'hui !

     

    Bonne méditation !

     

    Rotpier

     

     


    4 commentaires
  •  

    Avertissement :

    Ceux qui me suivent pourront constater que j'ai de la suite dans les idées ...

    Pierre

     

     

    Image du net

     

    Tranche de vie,

    ou

    Antichambre du néant,

     

    Clope de caniveau au bec

    ce lourd éclopé de la vie

    ne couchait plus jamais au sec

    côtoyant déjà la survie.

     

    Il s’en allait clopin-clopant

    un peu comme le vent emporte

    les quelques clochards à plein temps

    devant qui se ferment les portes.

     

    Plus aucun espoir devant lui

    un avenir sombre et humide

    plus noir qu’un crachat dans la nuit

    une fin de route turpide.

     

    Un avenir des plus obscurs

    dans le fond d’une vieille cave

    usant ses ongles sur les murs

    vivant mais aux trois quarts épave.

     

    Partageant le sombre habitat

    d’animaux vivant en cohorte

    cernant déjà son galetas :

    cloporte*  parmi les cloportes.

      

    Propension à la volvation

    dans l’ensemble déjà acquise

    un mimétisme en gradation :

    métamorphose et catalyse.

     

                                           Pierre Dupuis

     

     

    * NDA : Le mot « cloporte » est utilisé ici non défavorablement mais dans l’acception de quelqu’un qui s’isole pour échapper aux regards et aux jugements des autres.

     

     

     

     


    Images du net 

     


    6 commentaires
  •  

    Réponses pour les rébus :

    Je viens de les mettre sur le billet d'avant … « rébus » ! 

     Un grand bravo à ceux qui avaient trouvé !

    Pour les autres, un petit retour en arrière est souvent gage d'un grand sourire à venir ! 

     

    Et pis c'est tout Rotpier

     


    votre commentaire
  •  

    Et si l’on faisait un petit arrêt rébus ?

    Juste comme ça, pour se dégourdir

    un peu les neurones !  

    .

     

     

    Petite aide au rébus

    (les champions s'en passeront !) :

    Il n' est pas très facile et le dernier mot est un néologisme que j'ai créé pour l'occasion ... et n'allez pas me balancer que " l'occasion fait le larron " !  Là, je dis non !

     

     

    2ème ligne, 2ème image : " - - - " est ce personnage ? 4ème image : la moitié de ce regarde ce fripon de Titeuf !

    3ème ligne, 3ème image : l'autre nom de l'arobase ! Dernière image : Il y en a 4 de 2 personnage ! ( L'autre aussi ! )

    4ème ligne, 3ème image : ce qui sort amplifié de l’appareil ! 

    5ème ligne, 2ème image : le sein bol de la "  - - - - " !  

    7ème ligne, 1ère image : en direct: " U " !  4ème image : le marin est presqu'en haut du  " - - - " mais il ne se prénomme pas Alexandre ! 

    8ème ligne, 1ère image : un jeu que vous allez trouver tout de  " - - " ! 2ème image : petite la sale bête est lente !

    9ème ligne, 3ème image : lieu où se tenaient les marchés, il en reste de très belles !

    10ème ligne, dernière image : il n'est pas l'ami de Mowgli ! 

    11ème ligne, dernière image : la boisson favorite des rosbifs !

    12ème ligne, 1ère image : un "  - - - " , celui-ci est certainement de sable ! Dernière image: le serpent fait toujours " s" et son frangin aussi !

    13ème ligne, 1ère image : c'est ce qu'il faut payer qu'il faut retenir ou je fais un malheur !

    14ème ligne, dernière image : ce qui suit " Ci " dans le contexte !

    15ème ligne, 2ème image : le cri de la vache !

    16ème ligne, dernière image : endroit où se trouvaient les vigies sur les anciens voiliers !

    Dernière ligne : bras de terre entre deux îles ou deux continents !

     

     

    Et pis c'est tout !  ... Ouf !

    A vous de jouer ! Il y a du boulot ! 

    Dans les gens concernés, il y a pas mal de politiques ! J'espère que vous approuverez mon néologisme afin que je puisse le présenter à l'acacadémie française où je ne sais pas s'il y a des incontinents par rapport aux deux ? ... J'espère que je ne vous embrouille pas trop avec mes salades ! 

     

    Réponse :

    Il est des gens qui n’hésitent pas à tremper, voire ramper, dans de visqueux et humides marigots pour arriver à leurs fins. Je qualifierai cet état d’esprit par un néologisme : le cloportunisme.

     

    Le néologisme :

    Le cloportunisme : contraction du mot « cloporte » et du mot « opportunisme ». Situation d’un individu se complaisant dans le sombre et l’humide pour essayer de parvenir à ses fins, souvent de manière peu glorieuse ! 

     

     

    xxxxxxxxxxxxxxxxxxx

     

    Le second en bonus et sans aide  pour  les accros !

     

     

     

    Épicé c'est tout !

    Allez, au boulot ! Vous qui en avez des gros, vous allez trouver ça les doigts dans le nez ... ce qui n'est pas très beau d'ailleurs : on me l'interdisait quand j'étais petit ... hier quoi ....

     

    Réponse :

    Si ce gars-là attrape un rhume de cerveau, ce sera un tout petit, chez lui, à cet endroit, il n’y a pas grand place pour se loger ! 

     

     

     


    9 commentaires
  •  

    Une fois par semaine,

    je vous propose de partager les chansons

    et les artistes que j’aime !

    Clip vidéo et paroles

     

    Cette fois-ci :

    Maxime Le Forestier

    "Né quelque part,"

     

     

     

    Né quelque part

    On choisit pas ses parents,
    on choisit pas sa famille
    On choisit pas non plus
    les trottoirs de Manille
    De Paris ou d´Alger
    Pour apprendre à marcher
    Etre né quelque part
    Etre né quelque part
    Pour celui qui est né
    C´est toujours un hasard
    Nom´inqwando yes qxag iqwahasa {2x}

    Y a des oiseaux de basse cour et des oiseaux de passage
    Ils savent où sont leur nids, quand ils rentrent de voyage
    Ou qu´ils restent chez eux
    Ils savent où sont leurs œufs

    Etre né quelque part
    Etre né quelque part
    C´est partir quand on veut,
    Revenir quand on part

    Est-ce que les gens naissent
    Egaux en droits
    A l´endroit
    Où ils naissent

    Nom´inqwando yes qxag iqwahasa

    Est-ce que les gens naissent Egaux en droits
    A l´endroit
    Où ils naissent
    Que les gens naissent
    Pareils ou pas

    On choisit pas ses parents, on choisit pas sa famille
    On choisit pas non plus les trottoirs de Manille
    De Paris ou d´Alger
    Pour apprendre à marcher

    Je suis né quelque part
    Je suis né quelque part
    Laissez moi ce repère
    Ou je perds la mémoire
    Nom´inqwando yes qxag iqwaha.sa
    Est-ce que les gens naissent...

     

    Bon partage !

     

    Rotpier

     

     


    3 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires