•  

    Il ne faut pas blâmer ceux qui croient en un dieu sauf s’ils méprisent ceux qui croient en un autre ou ceux qui ne croient pas du tout.

    Pirus Deprieu

     

    I  mage du net.

     

    L’éloge de l’athéisme,

    ou

    Le piège des religions,

     

    Je n’ai pas eu de rois penchés sur mon berceau

    peut-être n’ont-ils pas trouvé la bonne adresse,

    l’étoile du berger peut s’avérer traîtresse

    comme de s’aligner sur un vol de corbeaux.

     

    Un petit peu plus tard sur les fonts baptismaux,

    un dimanche matin juste après la grand messe,

    un homme tout en noir m’a fait une promesse :

    son dieu me guiderait pour éviter les maux.

    Mais en grandissant…

     Je me suis aperçu très vite que la vie

    suivait sans trop de mal la direction choisie

    … Par soi !

    tout le reste n’étant que sujet à caution !

     Comme quoi…

    Ayons confiance en nous, forçons la destinée,

    évitons à tout prix les attrape-couillons :

    restons ou devenons profondément athées !

     

    Parce que…

     

    L’athéisme est un lien, un adjuvant en somme,

    comme l’isthme est un lien entre deux continents,

    oublions tous les dieux, soyons impertinents

    sachant qu’ils ont été inventés par les hommes !

     

    Dans le but évident

    d’accéder au pouvoir,

    de tenir des comptoirs

    pour recruter des gens.

     

    C’est la course au bilan

    comme en toute entreprise :

    pour étendre l’emprise

    il faut plus de clients.

     

    Ils ont de bons lobbyistes

    pour vendre leur produit :

    ils vendraient du cambouis

    à de faux garagistes !

     

    Tous leurs prêchi-prêcha

    sont préparés d’avance,

    ils ont un goût de rance

    ou de téléachat.

     

    Il faut démystifier

    ces marchands de promesses

    qui à coup de grand messe

    vous font pieds et poings liés.

     

    Amis du monde entier

    refusez de les croire

    il n’y a pas de gloire

    au bout de leurs sentiers !

      

                                                    Pierre Dupuis

     


    5 commentaires
  •  

    Réponse pour le rébus :

    Je viens de la mettre sur le billet d'avant … « rébus » ! 

     Un grand bravo à ceux qui avaient trouvé !

     

    Et pis c'est tout Rotpier


    votre commentaire
  •  

    Et si l’on faisait un petit arrêt rébus ?

    Juste comme ça, pour se dégourdir

    un peu les neurones !

     

     

    Petite aide au rébus

    (les champions s'en passeront !) :

     

    C'est une question existentielle que se pose le Rotpier. Si vous avez la réponse, vous seriez bien urbains de la lui communiquer.

    Pour ma part, je vous prie ( vous partez peut-être à la messe ? ) d'excuser le coté scatologique de ce rébus pas très catholique mais, somme toute, emprunt d'une évidente logique. 

    Pierre

     

     

    1ère ligne, 3ème image : en direct, le symbole de la "vie" !

    2ème ligne, 1ère image : "oui" en russe !  2ème image : ce qui sort, amplifiée, de l'appareil !  3ème image: organe filtreur en coupe !  4ème image: prendre la moitié de la marque ... hein les filles ! 

    3ème ligne, 1ère image : ils sont à poil, donc tout " - - - " ! 2ème image : le serpent fait toujours " s " ! Dernière image : le cinéma en est le 7ème !  

     4ème ligne, 1ère image : en direct : " ti " !

    6ème ligne, 1ère image : il ne faut pas prendre le court !

    7ème ligne,1ère image : il faut retenir le volume ... ce n'est pas une connerie !

    8ème ligne, 3ème image : en direct: "che " ... va l'dire à Mamère ! dernière image : un diagramme de "  - - - " pas fait pour les bourricots ! 

    Dernière ligne, 2ème image : le symbole de la " - - - - " ... mal barrée sur bien des continents par des incontinents du verbe ou du tweet !  ( j'aime bien ma formule: je me félicite moi-même, c'est plus sûr ! ) . Qu'elle soit avec vous et avec votre esprit !

     

    Et pis c'est tout !

    A vous de jouer ! Il est court , un peu sifflant ... pour peu qu'il ne soit pas écrasé !

     

     Réponse :

    Quand on vient d’avoir un anus artificiel est-ce que l’on se reconnaît quand on lâche son premier pet ?

     

    Nota :

    Je vous avais bien dit que c’était une question existentielle … non mais !

     

     

     

     


    7 commentaires
  •  

    Une fois par semaine,

    je vous propose de partager les chansons

    et les artistes que j’aime !

    Clip vidéo et paroles

     

    Cette fois-ci :

     

    « Quelque chose de Tennessee »

     

    « Johnny Hallyday  »

     

    … Une parmi tant d’autre …

    Paroles de Michel Berger

     

     

    Quelque chose de Tennessee

    A vous autres, hommes faibles et merveilleux
    Qui mettez tant de grâce a vous retirer du jeu
    Il faut qu'une main posée sur votre épaule
    Vous pousse vers la vie, cette main tendre et légère

    On a tous quelque chose en nous de Tennessee
    Cette volonté de prolonger la nuit
    Ce désir fou de vivre une autre vie
    Ce rêve en nous avec ses mots à lui

    Quelque chose de Tennessee
    Cette force qui nous pousse vers l'infini
    Y a peu d'amour avec tell'ment d'envie
    Si peu d'amour avec tell'ment de bruit
    Quelque chose en nous de Tennessee

    Ainsi vivait Tennessee
    Le cœur en fièvre et le corps démoli
    Avec cette formidable envie de vie
    Ce rêve en nous c'était son cri à lui

    Quelque chose de Tennessee
    Comme une étoile qui s'éteint dans la nuit
    A l'heure où d'autres s'aiment à la folie
    Sans un éclat de voix et sans un bruit
    Sans un seul amour, sans un seul ami

    Ainsi disparut Tennessee
    A certaines heures de la nuit
    Quand le cœur de la ville s'est endormi
    Il flotte un sentiment comme une envie
    Ce rêve en nous, avec ses mots à lui

    Quelque chose de Tennessee
    Oh oui Tennessee
    Y a quelque chose en nous de Tennessee

     

     

    Bon partage !

     

     

    Rotpier

     

    Tennessee Williams, un petit rappel est toujours bon à prendre :    https://fr.wikipedia.org/wiki/Tennessee_Williams

     


    2 commentaires
  •  

    Avertissement:

    Tout ceci n'est qu'une fiction et non une incitation à la consommation ...

    Pierre

     

    Image du net

     

    Ah ! Chiche !

    ou

    Hippie pipe pourra !

     

    Elle avait la fibre écolo

    d’où un doux penchant pour le chanvre,

    elle en consommait dans sa chambre

    en corrigeant de la philo.

     

    C’est lors d’un voyage au Népal

    qu’elle avait pris cette habitude,

    petit voyage en altitude

    à la recherche du Saint-Graal.

     

     Un petit ami népalais

    l’avait initié à la chose,

    là-bas la vie y est morose

    sauf à fréquenter les palais !

     

    Question de s’envoyer en l’air

    elle avait bien d’autres méthodes

    que d’escalader la commode

    à l’endroit ou bien à l’envers !

     

    Il y a pétard et pétard,

    elle en avait un callipyge

    qui aurait pu, beauté oblige,

    servir de modèle aux beaux-arts !

      

    Elle maîtrisait aussi l’art

    dont je tairais pour la censure

    le nom évoquant la luxure :

    je ne suis pas un vil pendard !

     

    Il y a pendard et pendard,

    il faut en prendre la mesure :

    pour que flottent les étendards

    il faut des mats durs à l’usure !

     

    C’est fou ce que l’Himalaya

    peut dégourdir les jeunes filles

    à Katmandou les yeux pétillent

    que l’on sache ou non les védas.

     

    En redescendant sur Patna

    elle avait traversé le Gange,

    elle avait tutoyé les anges :

    haschich rime avec nirvana.

     

    Elle en gardait un souvenir

    tout à la fois précis et vague,

    comme un ressac, comme une vague

    que l’on n’aurait pas vu venir.

     

    Sans vraiment être une hippie

    elle en avait été très proche,

    son moi lui avait dit « raccroche 

    ou tu vas aller au tapis ! »

     

    Son moi ou bien… ou bien quelqu’un,

    elle avait un trou de mémoire,

    souvenirs au fond d’une armoire

    comme on garde des vieux bouquins.

     

    Elle était rentrée du Népal

    et avait repris ses études

    mais gardé quelques habitudes

    … pas de sevrage trop brutal.

     

         

             Péroraison :

    Elle rêvait que sur le tard

    elle irait en pèlerinage

    sur les traces de son jeune âge

    … de son passé soixante-huitard.

     

    Elle étudierait le sanskrit

    pour mieux comprendre les mystères

    des ruines et des monastères

    au travers des anciens écrits.

     

    En attendant … en attendant,

    elle s’offrait de courts voyages

    entourée de petits nuages

    qu’elle goûtait béatement.

     

    Elle avait la fibre écolo

    d’où un doux penchant pour le chanvre,

    elle en consommait dans sa chambre

    en corrigeant de la philo.

                     

                                       Rotpier

     

    Image du net . N'y voir aucune incitation !

     

     


    7 commentaires
  •  

    Réponse pour le rébus :

    Je viens de la mettre sur le billet d'avant … « rébus » ! 

     Un grand bravo à ceux qui avaient trouvé !

     

    Et pis c'est tout Rotpier

     


    votre commentaire
  •  

    Et si l’on faisait un petit arrêt rébus ?

    Juste comme ça, pour se dégourdir

    un peu les neurones !

     

     

    Petite aide au rébus

    (les champions s'en passeront !) :

     

    C'est un rébus du Rotpier, qui ne ménage ni la chèvre ni le chou et qui est bien, encore une fois d'actualité !

     

    1ère ligne, 1ère image : petite, la sale bête est lente !  2ème image : il est en coupe, je ne vous dirais rien de plus !

    2ème ligne, 1ère image : petite étendue d'eau !

    3ème ligne, 2ème image : la moitié du nom du personnage ! 3ème image : l' " - - - - - " de Vitruve par le grand Léonard !  

     4ème ligne, 2ème image : la sale bête pompe le sang et colle des maladies ! 4ème image et en direct: le symbole de la "vie"!  

    5ème ligne, 1ère image et 2ème image = le nom d'un homme politique prénommé Julien ! 3ème image : lieu où l'on entrepose des fûts !

    6ème ligne, 2ème image : " - - - " est ce personnage ? ( l'autre aussi ! )

    7ème ligne, 3ème image : elle sort amplifiée de l'appareil ! 

    Dernière ligne, dernière image : il fait toujours "S" le serpent ! Et, quand ce qui sert pend, c'est qu'il est temps de prendre un peu de repos ! ( C'est un vieux dicton plein de sagesse du Rotpier ! )

     

     

    Et pis c'est tout !

    A vous de jouer ! Il est court et je suis certain que vous ne le deviendrez pas pour si peu !

     

     Réponse :

    Pour un simple maroquin certains hommes politiques deviendraient chèvre quitte à se faire avoir par le premier bouc qui passe !

     

    PS :   Je vous prie de ne faire aucune relation avec des personnages existants ... encore qu' en politique on puisse trouver quelques similitudes ... mais, chut: pas de noms ! 

     

     

     


    8 commentaires
  •  

    Une fois par semaine,

    je vous propose de partager les chansons

    et les artistes que j’aime !

    Clip vidéo et paroles

     Cette fois-ci :

     

    Michel Berger

    « Chanter pour ceux qui sont loin de chez eux »

    Nota:  Je l'ai déjà mise au moins deux fois,

    mais quand on aime ... on ne compte plus !

     

     

     

    Chanter pour ceux qui sont loin de chez eux,

     

    Celui-là passe toute la nuit
    A regarder les étoiles
    En pensant qu´au bout du monde
    Y a quelqu´un qui pense à lui
    Et cette petite fille qui joue
    Qui ne veut plus jamais sourire
    Et qui voit son père partout
    Qui s´est construit un empire
    Où qu´ils aillent
    Ils sont tristes à la fête
    Où qu´ils aillent
    Ils sont seuls dans leur tête

    {Refrain:}
    Je veux chanter pour ceux
    Qui sont loin de chez eux
    Et qui ont dans leurs yeux
    Quelque chose qui fait mal
    Qui fait mal
    Je veux chanter pour ceux
    Qu´on oublie peu à peu
    Et qui gardent au fond d´eux
    Quelque chose qui fait mal
    Qui fait mal

    Qui a volé leur histoire?
    Qui a volé leur mémoire?
    Qui a piétiné leur vie
    Comme on marche sur un miroir?
    Celui-là voudra des bombes
    Celui-là comptera les jours
    En alignant des bâtons
    Comme les barreaux d´une prison
    Où qu´ils aillent
    Ils sont tristes à la fête
    Où qu´ils aillent
    Ils sont seuls dans leur tête

    {au Refrain}

    Quand je pense à eux
    Ça fait mal ça fait mal
    Quand je pense à eux
    Ça fait mal ça fait mal

    .

    Bon partage !

     

    Rotpier

     


    4 commentaires
  •  

    Certains ont leurs Zozios, le Rotpier a ses chouettes Chouettes !

    Elles sont féminines ou masculines  et assez BCBG… quoique !

    Il leur arrive fréquemment de se voler dans les plumes sans ménagement ! 

     Elles sont, selon les circonstances, sentencieuses, drôles, percutantes, graves, irrévérencieuses, taclantes et même parfois … grivoises, mais toujours en utilisant un vocabulaire respectueux… enfin presque !

    Le Rotpier l'homme qui murmurait (2)

     

    Les hululucubrations abracadabrantesques

    des chouettes Chouettes du Rotpier

     

     

     

     

    Signature Rotpier

    ... Je vous chouette une bonne distraction

    ... et une bonne journée !

     

     

     


    4 commentaires
  •  

     

    Image du net bidouillée par mes soins

    pour que l'on ne reconnaisse pas Sœur Agnès, la délectable.

     

    Sa foi était inébranlable,

     

    Sœur Agnès était adorable,

    ça se voyait rien qu’à son nez

    mutin et un peu retroussé

    et elle était très abordable.

     

    Sa foi était inébranlable

    comme celle du jeune abbé

    qu’elle avait croisé et frôlé

    un soir derrière le retable.

     

    Leur émotion était palpable

    et ils se sont vite palpés,

    ils ne purent s’en empêcher :

    leurs mains étaient incontrôlables !

     

    Fatalement l’irréparable

    c’était produit, bien obligé,

    comment peut-on désamorcer

    une attirance insurmontable !

     

    « Seigneur aux voies impénétrables

    vous m’avez laissé pénétrer

    sœur Agnès sans m’en empêcher :

    vous avez été formidable ! »

     

    Voilà la pensée fort plaidable

    qui vint à notre jeune abbé

    qu’il s’empressa de partager

    avec Agnès, la délectable.

     

    Partant de ce constat amiable

    ils ne cessèrent de s’aimer

    se considérant assurés

    du pardon d’un dieu charitable.

     

    Mais la position lamentable

    de l’église sur le sujet

    les obligèrent à abriter

    leurs amours déclarés coupables !

     

     

    Péroraison-bénédiction :

     

    Que le seigneur soit consensuel

    et qu’ils montent tout droit au ciel

    quand sur terre ils auront fini

    de jouer à touche pipi !

     

    Ils ont souvent fait le voyage

    de celui du septième étage,

    pourvu que le premier soit bien :

    dans la vie on est sûr de rien !

      

                                           Rotpier

     


    5 commentaires
  •  

    Réponse pour le rébus :

    Je viens de la mettre sur le billet d'avant … « rébus » ! 

     Un grand bravo à ceux qui avaient trouvé !

     

    Et pis c'est tout Rotpier


    votre commentaire
  •  

     

    Et si l’on faisait un petit arrêt rébus ?

    Juste comme ça, pour se dégourdir

    un peu les neurones !

     

     

    Petite aide au rébus

    (les champions s'en passeront !) :

     

    C'est une grosse connerie du Rotpier, mais on ne fait pas d'omelette sans casser d’œufs ! 

     

    1ère ligne, 3ème image : c'est le métal qu'il faut retenir !

    2ème ligne, 2ème image : celui-ci est de sable !

    3ème ligne, dernière image : poisson très prisé et il y en a des rouges ! 

     4ème ligne, 3ème image : en direct "ti" , oui mes titis !

    5ème ligne, 1ère image : "  - - - " est ce personnage ? 2ème image : lieu où se tenaient les marchés autrefois, il y en a encore de très belles !

    6ème ligne, 1ère image : le petit de la vache ! 3ème image: mieux vaut en avoir un bon ! 

    7ème ligne, première image : le verbe "aller" à l’impératif !  Dernière image: le serpent fait toujours "s" et ses potes aussi !

    8ème ligne, 1ère image : ce dont parle ce rébus est considéré comme le 7ème !

     9ème ligne, 4ème image : endroit où se tenait la vigie sur les anciens voiliers !

     10ème ligne, 3ème image : l'as à seins " - - - " au présent de l'indic tifs, un mouchard à long cheveux !

     

    13ème ligne, 1ère image : il y a 2 personnages par "  - - - - " ! 2ème image : la moitié du nom du personnage ! 3ème image : le kangourou fait des "  - - - - - " !

     

     

    Et pis c'est tout !

    A vous de jouer ! Il est un peu salé mais pas trop long ! Et je répète que l'on ne fait pas d'omelette sans casser d’œufs ... comme le disait si bien la mère Poulard à l'Archange St Michel ! 

     

     Réponse :

    En dehors du hashtag « BalancetonPorc » un type qui a le cerveau au niveau des valseuses risque aussi une fracture du crâne s’il se prend un bon coup de pied dedans !

     

    … Bien d’actualité n’est-pas ? La petite aide supplémentaire était : « On ne fait pas d’omelette sans casser d’œufs ! »

     

     

     


    7 commentaires
  •  

    Une fois par semaine,

    je vous propose de partager les chansons

    et les artistes que j’aime !

    Clip vidéo et paroles

     

    Cette fois-ci :

     

    « Richard Cocciante »

    « Marguerite »

     

    Je sais, ce n'est pas l'époque mais je vous l'offre quand même !

    J'ai bien connu une Marguerite qui était effeuilleuse

    mais ... cela est une toute autre affaire,

    je vous la raconterai un jour ... peut-être ?

     

     

     

    Marguerite,

     

    Surtout ne m'en voulez pas trop
    Si ce soir je rentre chez moi
    J'ai tellement de choses faire
    Avant que le jour se lve
    Et pendant qu'elle dormira
    Moi, je lui construirai des rves
    Pour que plus jamais au rveil
    Elle ne se lve les yeux en pleurs

    Et pour que cette longue nuit
    Ne soit plus jamais noire et profonde
    Je demanderai la lune
    De remplir le ciel tout entier
    Et pour que je puisse encore avoir
    Le sourire comme avant
    Je demanderai au solleil
    De brler mme en plein hiver

    Et pour qu'elle puisse encore chanter
    Les chansons de notre Bohme
    Je construirai un silence
    plus grand que ceux des cathdrales
    J'irai rveiller les amants
    Je parlerai des heures entires
    Et je sais qu'ils me suivront
    Tant que nous resterons amants

    Alors on se promnera
    Tous ensemble on dansera
    D'incroyables sarabandes
    Et elle oubliera sa peine
    Et pour que la ville danse
    Et pour que la ville chante
    On inventera des couleurs
    Et elle oubliera ses larmes

    Nous irons dans les campagnes
    Pour cueuillir des fleurs des champs
    Et en faire un grand lit blanc
    O l'on s'aime tendrement
    Et puis nous irons au bord du ciel
    Pour lui choisir une toile
    Parce que Marguerite est belle
    Parce que Marguerite est belle

    Parce que Marguerite est frle
    Parce que Marguerite est douce
    Parce que Marguerite m'aime
    Moi je ne vis que pour elle
    Marguerite est ma raison
    Mon lendemain mon idal
    Marguerite qui est le vent
    Ne sais pas qu'elle peut me faire mal

    Parce que Marguerite est celle
    Que je veux toujours prs de moi
    Marguerite est Marguerite
    Marguerite est tout pour moi
    Marguerite est tout pour moi

     

     

    Bon partage !

     

    Rotpier

     

     


    3 commentaires
  •  

    Certains ont leurs Zozios, le Rotpier a ses chouettes Chouettes !

    Elles sont féminines ou masculines  et assez BCBG… quoique !

    Il leur arrive fréquemment de se voler dans les plumes sans ménagement ! 

     Elles sont, selon les circonstances, sentencieuses, drôles, percutantes, graves, irrévérencieuses, taclantes et même parfois … grivoises, mais toujours en utilisant un vocabulaire respectueux… enfin presque !

    Le Rotpier l'homme qui murmurait (2)

     

    Les hululucubrations abracadabrantesques

    des chouettes Chouettes du Rotpier

    xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx

    xxxxxxxxxxxxxxxxxxxx

    xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx

     

    Signature Rotpier

    ... Je vous chouette une bonne distraction

    ... et une bonne journée !

     

     


    3 commentaires
  • Choisir une compagne

    en fonction de son signe astral,

    n’est pas chose facile !

    Il serait fort dommage de vous priver de l'avis de l'expert que je suis en matière de compétences astrales, moi qui aie fort bien connu Madame Irma et été son disciple...

    Rotpier

     

    Image du net

     

    Les douze signes et le vilain petit canard,

     

    Vous vous posez maintes questions

    quand il vous faut choisir un signe

    pour construire une relation

    qui ne vire pas à la guigne !

     

    Je vous propose une excursion

    mais sans vous donner de consigne ! -

    au pays de mes réflexions

    que dans ces quelques vers j’aligne !

     

    xxxxxxx

     

    Si je m’entiche d’un Bélier

    dont le papa est capricorne,

    finirais-je tout humilié

    affublé de très longues cornes ?

     

    Si je craque pour un Taureau,

    tomberais-je sur une vache ?

    Comme le dit l’ami Roro :

    certaines sont vraiment des taches !

     

    Si je tombe sur un Gémeaux

    qui, parait-il, n’est pas facile,

    aurais-je avec elle des mots ?

    Ce serait vraiment imbécile !

     

    Si je brulais pour un Cancer,

    combien de temps aurais-je à vivre ?

    Combien de temps avant les vers ?

    Ce n’est pas écrit dans les livres !

     

    Si je fais l’amour à un Lion,

    la tiendrais-je par la crinière

    pour éviter sa rébellion

    quand je ferais un tour derrière ?

     

    Si par un miracle accompli,

    je tombais sur une vraie Vierge,

    cela ne ferait pas un pli,

    mais aurais-je besoin d’un cierge ?

     

    Pourtant le summum des fléaux

    ce serait bien qu’une Balance

    m’offre son amour sur plateau

    et me colle une chaude … offense !

     

    Si je me piquais d’un Scorpion :

    combien de jours avant la tombe ?

    Rien à voir avec les morpions :

    sitôt piqué, sitôt tu tombes !

     

    Si je tombais, tout par hasard,

    sur une femme Sagittaire,

    pourrais-je sans trop de bazar

    arriver à la faire taire ?

     

    Et si j’avais un coup de cœur

    pour une jolie Capricorne,

    aurais-je beaucoup de bonheur

    ou bien une vie des plus mornes ?

     

     

    Si je séduis une mignonne

    qui soit du signe du Verseau,

    voudra-t-elle en bonne amazone

    sacrifier au recto verso ?

     

    Et si je ferrais un Poisson,

    à la messe ou bien dans la rue,

    je sais que j’aurais des soupçons :

    entre l’ange ou bien la morue !

     

    xxxxxxxxxxx

     

    Je ne sais pas si vous avez

    choisi parmi ces douze strophes,

    un signe qui pourrait coller

    pour limiter la catastrophe !

     

    Mais il faut bien un jour choisir

    car même si l’on vire tante,

    les signes restent et le désir

    c’est de pouvoir planter sa … tente !

     

    Voilà le grand panorama,

    le tour complet de l’horoscope,

    je rentre dans l’anonymat

    avant que l’on me télescope !

     

     

    Rotpier

     

     

    Le faux mage complètement rappé :

     

     

    Image bidouillée par le Rotpier

    ... ça fout les boules, pas vrai ?

     

     


    5 commentaires
  •  

    Réponse pour le rébus :

    Je viens de la mettre sur le billet d'avant … « rébus » ! 

     Un grand bravo à ceux qui avaient trouvé !

     

    Et pis c'est tout Rotpier


    votre commentaire
  •  

    Et si l’on faisait un petit arrêt rébus ?

    Juste comme ça, pour se dégourdir

    un peu les neurones !

     

     

    Petite aide au rébus

    (les champions s'en passeront !) :

     

    C'est un rébus (est-il bien tourné ? ) du Rotpier qui est plutôt ... euh ... à vous de le dire !

     

    1ère ligne, dernière image : bien détacher les deux syllabes ... sans prendre du K2R pour autant !

     4ème ligne, 2ème image : votre réponse ne tient qu'à un " - - - " ! ( l'autre aussi ! ) 3ème image: le bruit qui sort de la boite ( on n'en vois plus de ces truc-là ! ) Nota: il y a deux autres syllabes identiques  mais sous une autre forme de dessin ! Les desseins du Rotpîer sont impénétrables !

    6ème ligne, dernière image : petite, la sale bête est lente !

    7ème ligne, dernièr image : je vous l'ai déjà dit ! Si vous ne suivez pas, vous allez aller au coin coin, vilains petits canards !

    8ème ligne, 1ère image : ce dont parle ce rébus est considéré comme le 7ème !

     9ème ligne, 1ère image : une petite bête qui bouffe tout et qui dort beaucoup ! 3ème image: il n'est pas Dingo ! ( moi si, un peu, mais pas lui ! )

    10ème ligne, 3ème image : endroit où se tenait la vigie sur les anciens voiliers !

    11ème ligne, 3ème image : le verbe à l'infinitif de l'action du bébé !

    12ème ligne, 2ème image : " - - -  " est ce personnage ?

    13ème ligne, dernière image : il faut bien décomposer et ne pas faire cela au pif !

    Dernière ligne, 3ème image : le marin est presque en haut du "  - - -  "  ... comme Alexandre ! Dernière image : il est comme l'histoire ... tiens tiens, il y aurait bien une corrélation !

     

     

    Et pis c'est tout !

    A vous de jouer, les cinéphiles auront un avantage certain pour le décryptage de ce rébus ! Ceux qui trouveront auront droit à mes considérations distinguées et à une sucette au parfum de leur choix ! 

     

     Réponse :

    Au cinéma, la nouvelle version d’un film ancien s’appelle un remake. Pour un film hard, j’emploierai plutôt le terme « une resucée » ce qui me parait plus fun et plus imagé !

     

    ... Qu'en pensez-vous ?

      

     

     


    7 commentaires
  •  

     

    Une fois par semaine,

    je vous propose de partager les chansons

    et les artistes que j’aime !

    Clip vidéo et paroles

     

    Cette fois-ci :

     

    « Pierre Perret »

    « Mon p’tit lou »

     

    La remarque :

    La facette tendre de l’artiste !

     

     

    Mon p´tit loup

     

    {Refrain:}
    T´en fais, pas mon p´tit loup,
    C´est la vie, ne pleure pas.
    T´oublieras, mon p´tit loup,
    Ne pleur´ pas.

    Je t´amèn´rai sécher tes larmes
    Au vent des quat´ points cardinaux,
    Respirer la violett´ à Parme
    Et les épices à Colombo.
    On verra le fleuve Amazon´
    Et la vallée des Orchidées
    Et les enfants qui se savonn´nt
    Le ventre avec des fleurs coupées.

    {Refrain}

    Allons voir la terre d´Abraham.
    C´est encore plus beau qu´on le dit.
    Y a des Van Gogh à Amsterdam
    Qui ressemblent à des incendies.
    On goût´ra les harengs crus
    Et on boira du vin d´Moselle.
    J´te racont´rai l´succès qu´j´ai eu
    Un jour en jouant Sganarelle.

    {Refrain}

    Je t´amèn´rai voir Liverpool
    Et ses guirlandes de Haddock
    Et des pays où y a des poul´s
    Qui chant´nt aussi haut que les coqs.
    Tous les livres les plus beaux,
    De Colette et d´Marcel Aymé,
    Ceux de Rab´lais ou d´Léautaud,
    Je suis sûr qu´tu vas les aimer.

    {Refrain}

    J´t´apprendrai, à la Jamaïque
    La pêche´ de nuit au lamparo
    Et j´t´emmènerai faire un pique-nique
    En haut du Kilimandjaro
    Et tu grimperas sur mon dos
    Pour voir le plafond d´la Sixtine.
    On s´ra fasciné au Prado
    Par les Goya ou les Menine.

    {Refrain}

    Connais-tu, en quadriphonie,
    Le dernier tube de Mahler
    Et les planteurs de Virginie
    Qui ne savent pas qu´y a un hiver.
    On en a des chos´s à voir
    Jusqu´à la Louisiane en fait
    Où y a des typ´s qui ont tous les soirs
    Du désespoir plein la trompett´.

    T´en fais pas, mon p´tit loup,
    C´est la vie, ne pleur´ pas.
    Oublie-les, les p´tits cons
    Qui t´ont fait ça.
    T´en fais pas, mon p´tit loup,
    C´est la vie, ne pleur´ pas.
    J´t´en supplie, mon p´tit loup,
    Ne pleure pas.

     

    Bon partage !

     

    Rotpier

     

     


    5 commentaires
  •  

    Certains ont leurs Zozios, le Rotpier a ses chouettes Chouettes !

    Elles sont féminines ou masculines  et assez BCBG… quoique !

    Il leur arrive fréquemment de se voler dans les plumes sans ménagement ! 

     Elles sont, selon les circonstances, sentencieuses, drôles, percutantes, graves, irrévérencieuses, taclantes et même parfois … grivoises, mais toujours en utilisant un vocabulaire respectueux… enfin presque !

    Le Rotpier l'homme qui murmurait (2)

     

    Les hululucubrations abracadabrantesques

    des chouettes Chouettes du Rotpier

     

    xxxxxxxxxxxx



     

    Signature Rotpier

    ... Je vous chouette une bonne distraction

    ... et une bonne journée !

     

     


    4 commentaires
  •  

    Allez, un petit tout frais tapé ! 

     

    Image du net

     

    Fantaisie décousue,

     

    Elle aimait les lupins

    et plus encore Arsène

    qui volait les rupins !

     

    C’est pour gagner son pain

    que le long de la Seine

    ell’ faisait le tapin !

     

    Elle avait un copain

    qui sans la moindre gêne

    lui posait des lapins !

     

    Elle aimait ce vaurien

    elle l’adorait même

    et mangeait dans sa main !

     

    Elle aimait bien Chopin

    et puis aussi Verlaine

    mais pas le sacristain !

     

    Ce gros porc calotin

    enflé de la bedaine

    la traitait de putain !

     

    Lui c’était un malsain

    à la mauvaise haleine

    qui coursait les gamins !

     

    Un jour il faudrait bien

    proprement et sans haine

    castrer ce gros sanguin !

     

    Le curé dans les coins

    la trouvait très amène

    et lui tâtait les seins !

     

    Lui c’était un horsain

    mais de très bonne graine

    graine qu’il semait bien !

     

    Et son petit jardin

    une fois par semaine

    ell'  lui prêtait pour rien !

     

    Mais son plus grand dessein

    c’était d’être sur scène

    et elle y comptait bien

     

    Ah ! Quitter le turbin

    jouer comme une reine

    même du popotin !

     

    C’était là son destin

    ell’ faisait des neuvaines

    le dimanche matin !

     

    Un bon samaritain

    ou un riche mécène

    scellerait son destin !

     

    Ah ! En agripper un

    ce serait de la veine

    elle le tiendrait bien !

     

    En attendant Scapin

    sur le bord de la Seine

    elle faisait le tapin !

     

    Et ell’ le faisait bien

    son joli bas de laine

    enflait tout les matins !

     

    Elle n’aurait pas faim

    si par manque de veine

    elle ratait Scapin !

     

                                    Rotpier

     


    4 commentaires
  • Réponse pour le rébus :

    Je viens de la mettre sur le billet d'avant … « rébus » ! 

     Un grand bravo à ceux qui avaient trouvé !

     

    Et pis c'est tout Rotpier

     


    votre commentaire
  •  

     

    Et si l’on faisait un petit arrêt rébus ?

    Juste comme ça, pour se dégourdir

    un peu les neurones !

     

     

    Petite aide au rébus

    (les champions s'en passeront !) :

     

    C'est un rébus d'actualité du Rotpier, l'empereur des rébus tordus !

     

    Nota (comme disait Nicole ) : l'articulation entre la dernière image de la 1ère ligne et la 1ère image de la seconde ligne n'est pas si évidente que cela : j'en suis tout contrit !

    2ème ligne, 4ème image : le mec a la crève et une sacrée  " - - - - " et pis c'est tout ! Dernière image : le serpent fait toujours " s " ! ( l'autre aussi, c'est son frère ! )

    3ème ligne, 2ème image :  " - - - " est ce personnage ! Dernière image : un diagramme de  " - - - " ... pas fait pour les ânes ! 

    4ème ligne, 1ère image : c'est ce qui est surligné qu'il faut retenir ! 2ème image : lieu où se tenaient les marchés  ( il y en a encore de fort belles ! )

    5ème ligne, dernière image : tout le monde n'est pas à mettre dans le même ! 

    7ème ligne, dernièr image : le plus petit des Dalton !

     

    9ème ligne, 2ème image : quand son nez s'allonge, il " - - - - " ! 3ème image : attention, c'est "  - - - - " bouillant ! 4ème image : des poches de  " - - - - " pour sauver des vies ! Dernière image : petite, la sale bête est lente !

     10ème ligne, 1ère image : quand il a fini de téter, le bébé fait son  " - - - " ... comme le Rot pier ! 2ème image : la sale bête pique et ça fait mal ! 4ème image : le cri du mouton ! Dernière image : instrument de musique !

    11ème ligne, 1ère image : 0,5 Km/h, c'est très "  - - - - " !  2ème image : celui-ci est de sable ! Dernière image : cette bestiole là pique aussi et donne des maladies ! 

    12ème ligne, dernière image : Titeuf regarde son "  - - - - "  ... si !

    13ème ligne, 3ème image : il y en a dans le Coca ! Dernière image : en direct " U " ... cocotte !

     

     

    Et pis c'est tout !

    A vous de jouer et je reconnais volontiers qu'il ne faut pas l'être pour tout déchiffrer ! 

     

     Réponse :

    Si l’on coupait les mains de tous ceux qui sont pris à les mettre dans le sac, cela ferait de jolies colonies de manchots sans pour autant embellir l’antarctique ni faire plaisir à Nicolas Hulot !

     

     

     


    9 commentaires
  •  

    Une fois par semaine,

    je vous propose de partager les chansons

    et les artistes que j’aime !

    Clip vidéo et paroles

     

    Cette fois-ci :

     

    « Ian Dayeur »

     

    « Jaurès »

     

    Nous sommes le 11 novembre et cette chanson du grand

    Jacques évoque la grande boucherie de 14-18.

    J’aurais voulu mettre l’originale mais elle n’est plus

    disponible sur Youtube !

     

     

    Jaurès,

    Ils étaient usés à quinze ans
    Ils finissaient en débutant
    Les douze mois s'appelaient décembre
    Quelle vie ont eu nos grands-parents
    Entre l'absinthe et les grand-messes
    Ils étaient vieux avant que d'être
    Quinze heures par jour, le corps en laisse
    Laissent au visage un teint de cendre
    Oui notre Monsieur, oui notre bon Maître

    Pourquoi ont-ils tué Jaurès ?
    Pourquoi ont-ils tué Jaurès ?

    On ne peut pas dire qu'ils furent esclaves
    De là à dire qu'ils ont vécu
    Lorsque l'on part aussi vaincu
    C'est dur de sortir de l'enclave
    Et pourtant l'espoir fleurissait
    Dans les rêves qui montaient aux cieux
    Des quelques ceux qui refusaient
    De ramper jusqu'à la vieillesse
    Oui notre bon Maître, oui notre Monsieur

    Pourquoi ont-ils tué Jaurès ?
    Pourquoi ont-ils tué Jaurès ?

    Si par malheur ils survivaient
    C'était pour partir à la guerre
    C'était pour finir à la guerre
    Aux ordres de quelque sabreur
    Qui exigeait du bout des lèvres
    Qu'ils aillent ouvrir au champ d'horreur
    Leurs vingt ans qui n'avaient pu naître
    Et ils mouraient à pleine peur
    Tout miséreux, oui, notre bon Maître
    Couverts de prêles, oui, notre Monsieur

    Demandez-vous, belle jeunesse
    Le temps de l'ombre d'un souvenir
    Le temps de souffle d'un soupir :

    Pourquoi ont-ils tué Jaurès ?
    Pourquoi ont-ils tué Jaurès ?

     

    Bon partage !

     

    Rotpier

     

    Avec un bonus pour ceux qui ne me suivaient pas encore :

     

    C’était il y a 103 ans et …

     Ils partaient la fleur au fusil !

     

    Image du net

     

    Après … 4 années d’enfer !

     

     

     Images du net

     

     

    En premier : le poème « Verdun »

     

    A Verdun,

     

    Et la boue et les rats

    et les gaz scélérats,

    tous les jours la tuerie

    tous les jours l’incurie.

     

    De boyaux en boyaux

    encombrés de boyaux,

    de tranchées en tranchées

    les jambes arrachées.

     

    Et tous ces trous d’obus

    et tous ces tirs au but

    ces crêtes qui s’écrêtent

    et ces corps sans leur tête.

     

    Et ces grands officiers

    aux orgueils outranciers,

    aux visages tout glabres

    et agitant leur sabres.

     

    Et l’alcool avalé

    et les  assauts zélés,

    les discours, les harangues,

    les cadavres exsangues.

     

    La raison n’a plus cours

    on attaque on y court

    on tire on coupe on tranche

    baïonnette à la hanche.

     

    Et …

     

    Et cet éclat d’obus

    sur un coup droit au but

    et l’horrible souffrance

    et la mort pour la France

     

                 Pierre Dupuis

    En second : 

     

    Le jugement guerrier,

     

    Ils étaient partis à la guerre

    une fleur au bout du fusil,

    la der des ders - sûr, la dernière ! -

    après ça ce serait fini.

     

    Ils ont creusé profond la terre

    tel les autres en face aussi,

    pas question de se laisser faire :

    c’était parti pour le gâchis !

     

    Dégoûtés par le grand carnage,

    certains ont dit « On n’y va plus ! »

    arc-boutés et bien résolus.

     

    Jugés pour manque de courage,

    ils ont fini au champ d’horreur

    une fleur à l’endroit du cœur.

     

                                       Pierre Dupuis

     

    Image du net

     

     

    Bon partage !

     

    Pierre

     


    9 commentaires
  •  

    Certains ont leurs Zozios, le Rotpier a ses chouettes Chouettes !

    Elles sont féminines ou masculines  et assez BCBG… quoique !

    Il leur arrive fréquemment de se voler dans les plumes sans ménagement ! 

     Elles sont, selon les circonstances, sentencieuses, drôles, percutantes, graves, irrévérencieuses, taclantes et même parfois … grivoises, mais toujours en utilisant un vocabulaire respectueux… enfin presque !

    Le Rotpier l'homme qui murmurait (2)

     

    Les hululucubrations abracadabrantesques

    des chouettes Chouettes du Rotpier

     

    xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx

     

     

    Signature Rotpier

    ... Je vous chouette une bonne distraction

    ... et une bonne journée !

     

     


    5 commentaires
  •  

    J’ai écrit ce poème après avoir lu le Goncourt 2013 « Au revoir là-haut » de Pierre Lemaitre qui traite en partie de ce drame.

    Si vous ne l’avez pas lu, je vous le conseille et vous met un lien pour un résumé plutôt bien fait :   http://blogs.lexpress.fr/les-8-plumes/2013/11/26/au-revoir-la-haut-de-pierre-lemaitre-prix-goncourt-2013/

    Un film vient d'en être tiré et les premières critiques sont bonnes : 

    https://fr.wikipedia.org/wiki/Au_revoir_l%C3%A0-haut_(film)

    http://www.allocine.fr/video/player_gen_cmedia=19573528&cfilm=230699.html

     

     

    Guerre 14-18 (4)

    Images du net

    Gueule cassée

     

    La mort a le grand avantage de ne point

    laisser de séquelles à ceux qui la rencontre …

    Pierre Dupuis

     

    Souvenirs et regrets d’une gueule cassée,

     

    Pourquoi donc ne suis-je pas mort

    quand cet obus venu du nord

    a emporté, mon sang se glace,

    presque la moitié de ma face.

     

    Je veux bien aller en enfer,

    j’ai connu le feu et le fer,

    que peut-il arriver de pire,

    J’aimerais bien l’entendre dire !

     

    Et les officiers sabre au clair,

    les explosions et les éclairs,

    les tranchées, les rats et la boue,

    les vieilles barbes sur les joues !

     

    Et les assauts et les reculs

    et les sombres et froids calculs

    pour gagner quelques hectomètres

    et obligés de se soumettre !

     

    Les gazés et les fusillés,

    les braves qui avaient osé

    dire à la maréchalerie :

    « Assez de cette boucherie ! »

     

    Les copains désarticulés

    et tous les regards affolés

    et la mitraille et la mitraille

    laissant de fumantes entrailles !

    .

    Les infirmiers et les brancards,

    les jeunes et les vieux briscards,

    les chirurgiens coupant des membres,

    les corps torturés qui se cambrent !

     

    Ceux d’en face tout comme nous,

    terrés aussi aux fond des trous

    et obligés sous la mitraille

    de s’élancer vaille que vaille !

     

    Les mêmes de chaque coté

    à ordonner, à exiger,

    d’aller se faire ouvrir les trippes

    au nom des sacrés grands principes !

     

    Pourquoi donc ne suis-je pas mort ?

    J’aurais dû, j’en ai grand remords,

    en terminer là-bas sur place

    pour ne plus me voir dans la glace !

     

    Mais que peut-on faire bon sang

    quand on s’est vidé de son sang

    et que l’on n’est plus qu’une loque,

    une proie pour staphylocoques !

     

                   Après …

    Après, affronter les regards

    avec les yeux plein de brouillard

    des amis et de la famille

    et pire encore ceux des filles !

     

    Au début de la compassion,

    ensuite de la répulsion

    et parfois même une grimace

    … ferais-je mieux, moi, à leur place ?

     

    Pourquoi donc ne suis-je pas mort

    quand cet obus venu du nord

    a emporté, mon sang se glace,

    presque la moitié de ma face ?

     

                                             Pierre Dupuis

     

     


    4 commentaires
  •  

    Réponse pour le rébus :

    Je viens de la mettre sur le billet d'avant … « rébus » ! 

     Un grand bravo à ceux qui avaient trouvé !

     

    Et pis c'est tout Rotpier

     


    votre commentaire
  •  

     

    Et si l’on faisait un petit arrêt rébus ?

    Juste comme ça, pour se dégourdir

    un peu les neurones !

     

     

    Petite aide au rébus

    (les champions s'en passeront !) :

     

    C'est un rébus du Rotpier à triple détente !

     

    4ème ligne, 4ème image : endroit où se tenait la vigie sur les anciens voiliers !

    6ème ligne, 3ème image : le marin est presque en haut du "  - - - " ... comme Alexandre !

    5ème ligne, 2ème image : quand il a finit de téter, le bébé fait son " - - - " !

    7ème ligne, dernière image et en direct " ch " !

    8ème ligne, 1ère image : il parait qu'elle s'envole lorsque l'on meurt !

    9ème ligne, 3ème image : il y a 4 "  - - - - - " de 2 personnages !

     10ème ligne, 2ème image : il ne faut pas prendre le court ! 

    14ème ligne, 2ème image : le serpent fait "s" ! ( l'autre aussi ! )

    15ème ligne, 1ère image : trop de   " - - - - - " peut rendre sourd ! 

     

     

    Et pis c'est tout !

    Ceux qui ne trouveront pas seront privés de désert ! Les autres se verront offrir mes chaleureuses félicitations et un paquet de dattes à retirer sur le grand marché de Marrakech chez Ali, le 14 décembre prochain. Le créneau est assez serré mais on n'a pas toujours le choix dans la date ! Et quand on l'a, ce n'est pas encore entièrement gagné ! 

     

     Réponse :

    Si je disais qu’une femme enceinte de jumeaux a une propension à devenir chameau je comprendrais que l’on dise que je déblatère et que cela fasse du bruit dans les baraques !

     

    Un petit éclairage pour ceux qui auraient un peu de mal à suivre l’esprit tordu du chameau de Rotpier :

    • Femme enceinte de jumeaux : double bosse !

    • Déblatère : le chameau blatère, c’est son cri !

    • Baraque : quand le chameau (ou le dromadaire) s’accroupit, il baraque ! … Et quand il se prend une gamelle, il casse la baraque !

    Eh oui ! Difficile à suivre le Rotpier hein ?

      

     

     


    12 commentaires
  •  

    Allez, je vous ressers un petit … pastiche !

    A la vôtre !

    « Que c'est triste Venise »

    de Charles Aznavour

    qui devient :

    « Qu'elle est triste Denise »

    de Rotpier

     

    Recette pour bien le déguster :

    1) On écoute religieusement l’artiste !

    3) On descend et l’on chante sur les paroles de l’affreux jojo de Rotpier !

    Et… si ça plait : on recommence jusqu’à ce que le voisin commence à hurler !

    Donc : on écoute !

     

     

    Voici donc le chef-d’œuvre tant attendu :

    un pastiche de Venise qui est beaucoup plus

    relevé qu'un pastiche de Marseille... ne l'oublions pas !

     

      

     

    Photo du net bien bidouillée par le Rotpier !

       

    Qu’elle est triste Denise,

     

    Qu’elle est triste Denise

    avec tout’ ses peaux mortes

     qu’elle est triste Denise

    et en plus elle pue.

     

    Je lui dis des gros mots

    en lui montrant la porte

    elle en à rien à s’couer

    et moi je n’en peux plus.

     

    Qu’elle est triste Denise

    ses bas qui dégringolent

    ne font que souligner

    ses genoux tout cagneux.

     

    Et mes lèvres se serrent

    quand elle se gondole

    je pourrais ô malheur

    gerber au moins pour deux.

     

    Qu’elle est triste Denise

    avec tout’ ses peaux mortes

     qu’elle est triste Denise

    et en plus elle pue.

     

    Les musées les églises

    lui ont fermé leurs portes

    les tourist’  apeurés

    s’enfuyaient dans les rues.

     

    Qu’elle est triste Denise

    c’est bien mon infortune

    et je voudrais demain

    aller à son trépas.

     

    Et quand elle ironise

    plus conne que la lune

    je voudrais l’oublier

    mais elle est toujours là.

     

    Je suis bien un pigeon

    un dindon un cloporte

    je ne sais plus sourire

    je suis plus que perdu.

     

    Y en a marr’  de Denise

    je la voudrais bien morte

    y en a marr’ de Denise

    c’est demain que j’ la tue.

     

    La la la la la la

    la la la la la la

    la la la la la la

    la la la la la la.

     

     

                                 Rotpier


    4 commentaires
  •  

    Certains ont leurs Zozios, le Rotpier a ses chouettes Chouettes !

    Elles sont féminines ou masculines  et assez BCBG… quoique !

    Il leur arrive fréquemment de se voler dans les plumes sans ménagement ! 

     Elles sont, selon les circonstances, sentencieuses, drôles, percutantes, graves, irrévérencieuses, taclantes et même parfois … grivoises, mais toujours en utilisant un vocabulaire respectueux… enfin presque !

    Le Rotpier l'homme qui murmurait (2)

     

    Les hululucubrations abracadabrantesques

    des chouettes Chouettes du Rotpier

     

    xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx

     

     

    Signature Rotpier

    ... Je vous chouette une bonne distraction

    ... et une bonne journée !

     

     

     


    5 commentaires
  •  

    Aux

    Les trois images proviennent du net !

    Clin d’œil aux iris,

     

    Je ne vais pas malgré ce titre

    vous parler du grand Osiris,

    ne maîtrisant pas le chapitre

    je me bornerais aux iris !

     

    Pourtant je sais et je l’affirme

    - je n’ai pas l’esprit béotien ! -

    que l’iris, je vous le confirme,

    était aimé des Egyptiens !

     

    J’aime cette fleur à rhizomes

    et cela depuis très longtemps,

    je me souviens quand j’étais môme

    d’en avoir cueilli aux étangs.

     

    Ils ont des fleurs hermaphrodites,

    ne cherchez pas chez les iris

    à séparer un soir de cuite

    les zizis et les clitoris !

     

    Le peintre à l’oreille coupée

    en a couché sur un tableau :

    il y en a une flopée

    qui valent très cher au kilo !

     

    Ce n’est pas avec ma retraite

    que je pourrais me les payer :

    ma fortune est des plus abstraite

    mais je ne vais pas larmoyer !

     

    Si je n’ai aucun dividende,

    j’ai un jardin où j’ai planté

    plein de bulbes en plate-bande

    et ce sera beau cet été !

     

    J’ai choisi la variété « Tourne »,

    c’est un papy en rocking-chair

    qui m’a dit : « Mon gars, l’iris « Tourne »,

    c’est vraiment l’iris le moins cher ! »

     

    Et grâce à cette économie

    j’en ai pris d’autres, des « Olés »,

    renommés en gastronomie :

    rien ne vaut les iris « Olés » !

     

    C’est une drôle de cuisine

    que je vous ai mijoté-là,

    Je ne vais pas prendre racine

    je pars et vous salue bien bas !

     

    Ma bonté étant légendaire,

    des droits d’auteur je fais mon deuil,

    rangez votre carte bancaire :

    vous avez mes iris à l’œil !

      

                               Pierre Dupuis


    2 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires