• Parce que la négritude*  provoque encore dans le monde, y compris la France, de déplorables attitudes dignes des anciens négriers …

     *  https://fr.wikipedia.org/wiki/N%C3%A9gritude

     « Mieux vaut être noir de peau que d’âme, c'est plus noble. »

    Pierre

     

    Un de mes tissages de vers

    sur les couleurs de peau ...

     
     

     
    Image du net

    .

     

     ;

    Harmonie d’espoir,

     

    Des mains noires

    des mains blanches.

    Des mains noires

    sur des blanches

    … ça dérange !

     

    Des mains blanches

    sur des noires

    … ça dérange

    c’est notoire !

     

    Des mains noires

    sur des hanches

    sans peignoir 

    et bien blanches :

    quelle histoire !

     

    Des mains blanches

    sur dos noir

    qui louangent

    dans le noir :

     libre échange !

     

    Et mes mains

     qui pianotent

    quelques notes

    pour demain

    touches blanches

    touches noires

    un mélange

    encensoir !

     

    Qui pianotent

    quelques notes

    sur un air

    plein d’espoir !

     

                          Pierre Dupuis

     

    Image du net modifiée


    5 commentaires
  • Réponses pour les rébus :

    Je viens de les mettre sur le billet d'avant … « rébus » ! 

     Un grand bravo à ceux qui avaient trouvé !

    Pour les autres, un petit retour en arrière est souvent gage d'un grand sourire à venir ! 

     

    .

     


    votre commentaire
  •  

    Et si l’on faisait un petit arrêt rébus ?

    Juste comme ça, pour se dégourdir

    un peu les neurones !

     

     

     

     

     

     

    Petite aide au rébus

    (les champions s'en passeront !) :

     

    C'est un rébus assez et sérieux de Pierre ! 

    2ème ligne, 2ème image : le verbe à l'infinitif

    3ème ligne, 1ère image : Sorte de pâté de tête de sanglier ou de cochon !  2ème image : un diagramme de " - - - " et pas pour les bourricot ! ( l'autre aussi ! ) Dernière image : la sorcière lance un  " - - - - " !

    4ème ligne, 2ème image : la moitié du personnage ! ( l'autre aussi ! ) 

    5ème ligne, dernière image : Quand son nez s'allonge, il  "  - - - - " ! quand c'est autre chose, on ne sait pas !

    7ème ligne, 3ème image : c'est la matière qu'il faut prendre !

    9ème ligne, 1ère image : c'est la marque qu'il faut prendre !

    11ème ligne, 1ère image : lieu où se tenait le vigie en haut du mat des anciens voiliers !  3ème image et en direct: " ti " ... oui mes titis !

    Dernière ligne, 1ère image : l'assassin "  - - - "  conjugué au présent de l'indicatif !

     

    Et pis c'est tout !

    A vous de jouer ! Si vous ne trouvez pas, vous n'êtes pas obliger de chialer !

     

    Réponse :

    Chacun peut pleurer sur son sort. Certains le font infiniment plus que d’autres alors qu’ils ne sont pas les plus à plaindre, c’est une question d’honnêteté intellectuelle.

     

     

     

    xxxxxxxxxxxxxxxxxxx

     

    Le second en bonus et sans aide  pour  les accros !

    C'est une interrogation existentielle que je me pose ! 

     

    Correctif ( comme dit mon coiffeur ! ) :

    6ème ligne, 2ème image : je ne sais pas ce que vient faire le nid ici et je n'ai pas le temps de corriger, alors oubliez le nid et mettez à la place:    " gne " 

     

     

    Allez, au boulot brav' gens ! Bon vent à vous !

    Et pet c'est tout !   

     

    Réponse :

    Je m’interroge : une grosse dépression atmosphérique s’accompagne généralement de vents très forts, est-ce qu’une grosse dépression humaine engendre le même phénomène ? 

     

     


    12 commentaires
  •  

    Une fois par semaine,

    je vous propose de partager les chansons

    et les artistes que j’aime !

    Clip vidéo et paroles

     

    Cette fois-ci :

     

    « Alain Souchon »

    « Un terrain en pente »

     

    Du beau, de bon, du Souchon !

     

     

     

    Un terrain en pente

     

    Un terrain en pente au-dessus de la ville
    Des vieux matelas, des plantes et des bidons d'huile
    Je monte là-haut m'asseoir
    Quand la ville s'allume
    Je regarde le soir
    Et je fume

    Je vois le cours de danse
    À côté de la piscine
    Et des dames qui pensent
    Dans leur cuisine
    Elles pensent aux actrices
    Dans les halls monumentaux
    Les brassées d'Iris
    Et les beaux manteaux

    Moi et mon ennui
    On va tous deux là-haut
    On attend la nuit
    On voit tout de là-haut

    De mon belvédère
    Je regarde la France
    Avec ses lumières
    Ses souffrances
    Je vois au bord de l'Eure
    Une usine qu'on vend
    Et des hommes qui pleurent
    Devant

    Plus loin les Anglisses
    Et Rouen derrière
    Et le fleuve qui qui glisse
    Dans la mer

    Moi et mon ennui
    On va tous deux là-haut
    On attend la nuit
    On voit tout de là-haut

    Au bord du canal
    Il y a des campeurs
    Des gens qui leur parlent
    Et qu'ont peur
    Un monsieur de dos
    À la découverte
    De l'Eldorado
    Dans une poubelle verte

    Fanions, bannières
    Plaisir et souffrance
    Entre les barrières
    Passe le Tour de France
    La gloire a des chemins
    Durs et abruptes
    Pour monter le machin
    Faut prendre des trucs

    Moi et mon ennui
    On va tous deux là-haut
    On attend la nuit
    On voit tout de là-haut

    Un terrain en pente au-dessus de la ville
    Des vieux matelas, des plantes et des bidons d'huile
    Je monte là-haut m'asseoir
    Quand la ville s'allume
    Je regarde le soir
    Et je fume

     

    Bon partage !

    Rotpier

     

     


    2 commentaires
  • Préface ( et alors ! … j’ai bien le droit aussi …non ? )

    Qu’est-ce qu’une idée neuve, brillante, extraordinaire ?

    Ce n’est point, comme se le persuadent les ignorants, une pensée que personne n’a jamais eue, ni dû avoir.

    C’est au contraire une pensée qui a du venir à toute le monde et que quelqu’un s’avise le premier d’exprimer.

    Boileau ( préface des « Œuvres » )

    Sans nous comparer à Boileau (d’ailleurs, moi, j’en bois assez peu !) nous pouvons quand même émettre quelques pensées pour épancher ainsi nos vies ! Sans avoir trop mal aux genoux ....... ?

    Et pis c’est tout !

    Rotpier

     

    Statue dans mon jardin !

    Si tout n’est pas bon,

    ne m’en veuillez pas : je me rôde, hein !

     

    xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx

    1ère pensée (sérieuse !) :

     

    " L'humanité produit toutes sortes d’hommes, les meilleurs et les pires. Leurs caractères et leurs orientations dépendent le plus souvent du creuset qui les a vu naître et grandir "

     

    2ème pensée :

     

    Pour faire de la politique à haut niveau, il faut :

    • Savoir parier

    • savoir lécher

    • Savoir poignarder

    • Savoir retourner sa veste

    • savoir ramasser des savonnettes

     

    Pour résumer, il faut être prêt à tout !

    Un vrai métier d’équilibriste et parfois sans filet ( ah ah ah ! )

    Bref, une vie normale quoi !

    Et pour faire tout cela, il y en a bon nombre qui passe par l’ENA.

    A croire qu’il y a des cours qui préparent à tout cela à la fabrique à énarques !

    Etant curieux par nature, je voudrais bien pouvoir assister ( juste pour observer ! ) à une séance de cours pratiques sur le ramassage de savonnettes ! 

     

    Question subsidiaire :

    Il y a-t-il eu une promotion « Catulle » ou « Sappho » à l’ENA ?

     

    xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx

    Pour terminer, une petit énigme :

    C'est une expression qu'il faut trouver et j'espère que vous ne l'aurez pas !

     

     

    Oh ! Le vilain Rotpier !

     xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx

    xxxxxxxxxxxxxxxxx

     

    Épicétou !

     Sur ce, le Rotpier vous salue bien !

     

     

    7 commentaires
  • C’est un poème très ancien mais l’actualité

    qui le sous-tend revient, hélas, régulièrement.

    A vous, les victimes de ces monstres.

    Image du net

    Je ne te connaissais même pas Valérie,

     

    Deux …

    Ils étaient deux.

    Si seulement tu avais vu leurs yeux …

    si seulement tu avais pu voir leurs yeux !

     

    Du haut de tes dix sept ans,

    tu baladais avec l’insouciance

    de l’encore adolescence

    les pleins et les déliés

    de ton corps de presque femme.

    Eux, avaient vu …

    en filigrane.

     

    Si seulement tu avais vu leurs yeux …

    Peut-être aurais-tu pu faire demi tour ?

    Ne pas suivre, docile,

    la petite route menant à la haute ville :

    le chemin que tu empruntais depuis des années,

    tranquille.

    Eux … savaient.

    Ils étaient les chasseurs,

    toi … le gibier.

    Saloperie !  

    Saloperie de vie !

    On t’a retrouvée … nue.

    Peut-être les as-tu reconnus ?

    Ces salauds qui t’ont  - après-  lardée de coups de couteau.

    Aucun n’était mortel.

    Tu as dû souffrir …

    Comme tu as dû souffrir…

    Avec ton doigt, ton doigt plein de sang,

    tu as eu le temps d’écrire :

    « Pas … ceux … d’en … bas … »

    Saloperie !    Saloperie de vie !

     

    Depuis  - depuis -  j’erre.

    J’erre sur la petite route qui mène à la haute ville.

    Je cherche … Je cherche … même si c’est imbécile !

    Je n’ai plus grand chose à faire,

    je suis à la retraite et … sept fois grand-père.

     

    Je ne te connaissais même pas Valérie.

    Mais je voudrais confondre ces deux-là,

    ces deux-là qui t’ont salie, ces deux-là qui ont pris ta vie.

    Je voudrais coincer les salauds qui t’ont fait ça !

     

     

                                                                     Pierre Dupuis

     

     


    8 commentaires
  • Réponses pour les rébus :

    Je viens de les mettre sur le billet d'avant … « rébus » ! 

     Un grand bravo à ceux qui avaient trouvé !

    Pour les autres, un petit retour en arrière est souvent gage d'un grand sourire à venir ! 

     

    .

     


    votre commentaire
  •  

    Et si l’on faisait un petit arrêt rébus ?

    Juste comme ça, pour se dégourdir

    un peu les neurones !

     

     

     

    Petite aide au rébus

    (les champions s'en passeront !) :

     

    C'est un rébus court et sérieux ! 

     

    1ère ligne, 2ème image : il ne faut pas prendre le petit ! Dernière image : ce qui sort amplifié de l"appareil !

    2ème ligne, 3ème image : quand la sale bête pique, ça fait mal !

    3ème ligne, 1ère image : il ne faut pas prendre le fils ... ni le Saint Esprit ! ( l'autre aussi ! ) 3ème image : le verbe conjugué au présent de l'indicatif !

    4ème ligne, 2ème image : la vache est dedans ... l'amour aussi parait-il !

    6ème ligne, 2ème image : Quand son nez s'allonge, il  "  - - - - " ! quand c'est autre chose, on ne sait pas !

    Dernière ligne, 1ère image : Un " - - - - - -  " pour attraper des carnassiers à la pêche, cela les trompe énormément ! ( l'autre aussi ! )

     

    Et pis c'est tout !

    A vous de jouer ! Après, vous vous reposez : hors de question de faire la lessive, c'est dimanche aujourd'hui !

     

     Réponse :

    Au grand lavoir du temps, les personnages, même importants, perdent énormément de leurs couleurs.

     

     

    xxxxxxxxxxxxxxxxxxx

     

    Le second en bonus et sans aide  pour  les accros !

    C'est un rébus pas trop bordélique à trouver ! 

     

     

     

    Allez, au boulot brav' gens ! Et après, n'allez pas dire que j'ai une tête à claques !   

     

    Réponse :

    L’idéal pour un tenancier de lupanar, c’est d’avoir une tête à claque. Cela lui permet de se fondre dans le lieu pour exercer son activité !

     

     

     


    6 commentaires
  •  

    Une fois par semaine,

    je vous propose de partager les chansons

    et les artistes que j’aime !

    Clip vidéo et paroles

     

    Cette fois-ci :

     

    « Nino Ferrer »

    « Le sud »

     

    Un grand classique !

     

     

    Le sud,

     

    C´est un endroit qui ressemble à la Louisiane
    A l´Italie
    Il y a du linge étendu sur la terrasse
    Et c´est joli

    On dirait le Sud
    Le temps dure longtemps
    Et la vie sûrement
    Plus d´un million d´années
    Et toujours en été.

    Il y a plein d´enfants qui se roulent sur la pelouse
    Il y a plein de chiens
    Il y a même un chat, une tortue, des poissons rouges
    Il ne manque rien

    On dirait le Sud
    Le temps dure longtemps
    Et la vie sûrement
    Plus d´un million d´années
    Et toujours en été.

    Un jour ou l´autre il faudra qu´il y ait la guerre
    On le sait bien
    On n´aime pas ça, mais on ne sait pas quoi faire
    On dit c´est le destin

    Tant pis pour le Sud
    C´était pourtant bien
    On aurait pu vivre
    Plus d´un million d´années
    Et toujours en été.

     

    Bon partage et bon soleil !

    Rotpier

     


    5 commentaires
  •  

    Bonjour à toutes et à tous !

    Me voilà de retour chez moi après 9 jours d’hosto + 1 jour d’urgence en bonus et tout cela à cause d’un problème soudain de tuyauteries bouchées en sous-sol !

    Occlusion intestinale aiguë et plus précisément « volvulus du grêle » qu’ils appellent ça dans ma sphère médicale. Pour faire simple : un nœud à l’intestin grêle alors que nous ne sommes même plus en mars !

     

    Petite révision anatomique ! ( image du net )

    Cela peut servir : je ne me souvenais plus beaucoup de ce que j'avais appris en primaire sur les grandes cartes accrochées au tableau !

     

    Pas rigolo du tout l’affaire !

    Jolie boutonnière sur le bedon et des tuyaux entrants et sortants dont un aspirant : un vraie usine à gaz quoi !

    5  jours sans boire, 7  jours sans manger et 3,2 kilos en moins : je deviens de plus en plus tolstoïen ( guère épais… ) !

    Là,  je commence à refaire surface et cela fait du bien !

    Suivi par une infirmière à domicile pour les soins et les piqûres encore une semaine ½ environ.

    Je reviendrais sur les blogs certainement la semaine prochaine si tout va bien et cela sera … épicétout !

     

    Pierre

                                           et

                                                                

     

           

    PS : Merci à ceux qui se sont inquiétés de mon absence,  je suis prêt à fournir des billets d’excuses aux chicaniers ! 

     


    7 commentaires
  • Préface ( et alors ! … j’ai bien le droit aussi …non ? )

    Qu’est-ce qu’une idée neuve, brillante, extraordinaire ?

    Ce n’est point, comme se le persuadent les ignorants, une pensée que personne n’a jamais eue, ni dû avoir.

    C’est au contraire une pensée qui a du venir à toute le monde et que quelqu’un s’avise le premier d’exprimer.

    Boileau ( préface des « Œuvres » )

    Sans nous comparer à Boileau (d’ailleurs, moi, j’en bois assez peu !) nous pouvons quand même émettre quelques pensées pour épancher ainsi nos vies ! Sans avoir trop mal aux genoux ....... ?

    Et pis c’est tout !

    Rotpier

     

    Statue dans mon jardin !

    Si tout n’est pas bon,

    ne m’en veuillez pas : je me rôde, hein !

    xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx

    1ère  Rotpierrerie :

     Toute femme frileuse en amour n’est pas forcément frigide : il suffit souvent, pour la dégeler, de prononcer une formule tournant autour du terme « hostas » (famille de plantes que je cultive ) pour qu’elle se réchauffe rapidement et qu’elle s’ouvre comme une fleur !

     Rotpier, un peu magicien, un peu frigoriste, un peu botaniste, un peu fumiste mais pas du tout rigoriste !

      

    2ème Rotpierrerie :

     Les femmes faciles sont comme les cols de 1ère catégorie : on commence l’escalade à fond et on a les jambes coupées avant d’avoir atteint le sommet !

      

    3éme  Rotpierrerie :

     Ce passager venant du Larzac et qui sentait fort la chèvre, faisait régulièrement le bonheur de bon nombre de  voyageuses : c’était un infatigable broute-en-train !

     Rotpier certifie que le passager en question n’a rien à voir avec José Bové ! ……. Bien que la moustache soit un plus indéniable dans ce genre d’exercice !

     

    4éme  Rotpierrerie basée sur la logique :

     Une personne prend une claque et ne la rend pas.

    Deux hypothèses s’offrent à nous pour analyser la situation :

    1ère hypothèse : la personne est lâche.

    2ème hypothèse : la personne est adepte de la non-violence dans la lignée de Martin Luther King ou du Mahatma Gandhi.

    Une 3ème hypothèse, bien quelle soit rarissime, peut-être retenue : cette personne est manchote !

      

    Bon, allez, je vous lâche les baskets parce que vous en avez peut-être votre claque du Rotpier !

    xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx

    Pour terminer, je vous laisse quand même une petite énigme qui ne fera guère plaisir à Jérôme Garcin de France Inter :

     

     

    Oh ! Le vilain Rotpier !

     xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx

     

    xxxxxxxxxxxxxxxxx

     

    Épicétou !

     Sur ce, le Rotpier vous salue bien !

     

     

    7 commentaires
  • Avertissement :

    C'est une odelette pas très morale, mais on ne fait pas, comme on dit chez la Mère Poulard, d'odelette sans casser d’œufs !

    Le Rotpier

     

    Image du net

     

     Introduction :

    Sans encenser la chose,

    l’escamoter serait insensé

    … dévoilons-la donc …

      

    Une saine petite entreprise,

    ou

    A la santé de la veuve qui clôt,

     

    Elle avait le cœur accueillant

    et le reste était chaud bouillant

    une vraie cocotte minute

    une reine de la culbute.

     

    Bref ça bouillonnait de partout

    chaud les marrons pour les loulous

    qui se pressaient sous sa fenêtre

    rêvant de la voir apparaître.

     

    Sylphide nimbée de soleil

    vêtue du plus simple appareil

    pas même le plus petit voile

    plus Vénus que Vénus sur toile.

     

    Elle avait aussi un cerveau

    qui n’était pas du mou de veau

    sans aucune intention perverse

    elle en fit son fond de commerce.

     

    Pourquoi passer par un taulier

    qui peut vous faire pieds et mains liés

    ou pire comme l’on raconte :

    mieux vaut s’établir à son compte.

     

    Elle pluma de beaux pigeons

    venus de tous les horizons

    rentiers banquiers même notaires

    et ouvrit sa petite affaire.

     

    Un gentil petit lupanar

    puis arriva Marthe Richard

    la veuve qui a clôt les claques

    alors qu’elle sortait du cloaque !

     

    Venait le temps de se ranger

    avant de se faire piéger

    si l’on insiste l’on s’enferre :

    elle laissa tomber l’affaire.

     

    Du blé elle en avait beaucoup

    elle pouvait tenir le coup

    sans une pension de vieillesse

    ça rapporte à tout va les fesses !

     

    Elle acheta une villa

    sur les hauteurs de La Ciota

    bien à l’abri des commérages

    elle y déposa ses bagages.

     

    Ne voulant pas perdre la main

    elle allait souvent au jardin

    son jardinier homme à tout faire

    avait de quoi la satisfaire.

     

    Ce n’était pas dans son contrat

    c’était juste quelques extras

    trois ou quatre fois par semaine

    et il aimait bien ces fredaines.

     

    Entre les salades et les choux

    dans la cabane un peu partout

    tous les deux y trouvaient leur compte :

    un jardinier vaut un vicomte !

     

    Ils trinquaient le soir parfois tard

    à la santé de la Richard

    cette racoleuse authentique

    devenue femme politique !

     

    Surnommée la veuve qui clôt

    qui se créa ex nihilo

    une légende contestable

    à coup de récits non prouvables !

     

                 Mais elle…               

    Elle n’avait jamais triché

    quand elle menait son clandé

    jamais recouru au chantage

    jamais non plus à l’abattage !

     

    C’était un commerce sérieux

    comme on en voit sous tous les cieux

    pas complètement honorable

    mais dans le fond très charitable !

     

    Dès lors qu’il y a un marché

    l’ignorer serait un pêché

    à la ville ou à la campagne

    pourquoi en faire une montagne ?

     

    L’important c’est qu’aux additions

    il y ait participation

    un honorable pourcentage

    sans triche ni escamotage.

     

     

          Premier adage :

    « Mieux vaut une honnête taulière

    qu’une déloyale banquière

    une arnaqueuse de clients

    une vrais pompeuse d’argent ! »

     

    Second adage, à ne pas mettre entre toutes les mains :

     

    « Qu’elle soit du peuple ou comtesse

    la femme a pour elle ses fesses

    sérieux joker notable atout

    c’est comme ça et pis c’est tout ! »

     

                                   Le Rotpier


    2 commentaires
  • Réponses pour les rébus :

    Je viens de les mettre sur le billet d'avant … « rébus » ! 

     Un grand bravo à ceux qui avaient trouvé !

    Pour les autres, un petit retour en arrière est souvent gage d'un grand sourire à venir ! 

     

    .

     


    votre commentaire
  •  

    Et si l’on faisait un petit arrêt rébus ?

    Juste comme ça, pour se dégourdir

    un peu les neurones !

     

     

     

    Petite aide au rébus

    (les champions s'en passeront !) :

     

    C'est un rébus assez court : vous pouvez y aller sans vous faire de bile ! 

     

    2ème ligne, 1eme image : le cri de la vache !

    3ème ligne, 3ème image et en direct : " bi " ! ( l'autre aussi ! )

    4ème ligne, 2ème image : la vache est dedans ... l'amour aussi parait-il !

    6ème ligne, 1ère image : la moitié de ce que regarde ce garnement de Titeuf ! ( l'autre aussi ! )

    8ème ligne, dernière image : des poches de  " - - - - " pour sauver des vies !

    9ème ligne, dernière image : il faut rattacher la 1ère lettre à l'image d'avant et dissocier le reste !

    10ème ligne, 1ère image : sorte de pâté de tête de sanglier ou de cochon !

    11ème ligne, 3ème image :  "  - - - " est ce personnage !

     

     

    Et pis c'est tout !

    A vous de jouer ! J'espère que ça va rouler pour vous !

     

     Réponse :

    Je m’interroge et je me fais de la bile : après l’ablation de la vésicule, peut-on encore conduire sans vésicule et sur combien de kilomètres ?

     

     

    xxxxxxxxxxxxxxxxxxx

     

    Le second en bonus et sans aide  pour  les accros !

    C'est un rébus très court après, vous pourrez filer à la messe !  

     

     

     

     

     

    Allez, au boulot brav' gens ! Je ne vous mets pas la pression : inutile de vous accrocher ! 

    Réponse :

    Le Velcro a tué le bouton-pression aussi sûrement que la pénicilline a eu raison de la vérole en son temps !

     

     

     


    7 commentaires
  •  

    Une fois par semaine,

    je vous propose de partager les chansons

    et les artistes que j’aime !

    Clip vidéo et paroles

     

    Cette fois-ci :

    Georges Moustaki

    « Le métèque »

     

    ...  Avec la tête de l'emploi en prime !

     

     

    Le métèque

    Avec ma gueule de métèque
    De Juif errant, de pâtre grec
    Et mes cheveux aux quatre vents
    Avec mes yeux tout délavés
    Qui me donnent l´air de rêver
    Moi qui ne rêve plus souvent
    Avec mes mains de maraudeur
    De musicien et de rôdeur
    Qui ont pillé tant de jardins
    Avec ma bouche qui a bu
    Qui a embrassé et mordu
    Sans jamais assouvir sa faim

    Avec ma gueule de métèque
    De Juif errant, de pâtre grec
    De voleur et de vagabond
    Avec ma peau qui s´est frottée
    Au soleil de tous les étés
    Et tout ce qui portait jupon
    Avec mon cœur qui a su faire
    Souffrir autant qu´il a souffert
    Sans pour cela faire d´histoires
    Avec mon âme qui n´a plus
    La moindre chance de salut
    Pour éviter le purgatoire

    Avec ma gueule de métèque
    De Juif errant, de pâtre grec
    Et mes cheveux aux quatre vents
    Je viendrai, ma douce captive
    Mon âme sœur, ma source vive
    Je viendrai boire tes vingt ans
    Et je serai prince de sang
    Rêveur ou bien adolescent
    Comme il te plaira de choisir
    Et nous ferons de chaque jour
    Toute une éternité d´amour
    Que nous vivrons à en mourir

    Et nous ferons de chaque jour
    Toute une éternité d´amour
    Que nous vivrons à en mourir

     

    Bon partage !

     

    Rotpier

     

     

     


    3 commentaires
  • Préface ( et alors ! … j’ai bien le droit aussi …non ? )

    Qu’est-ce qu’une idée neuve, brillante, extraordinaire ?

    Ce n’est point, comme se le persuadent les ignorants, une pensée que personne n’a jamais eue, ni dû avoir.

    C’est au contraire une pensée qui a du venir à toute le monde et que quelqu’un s’avise le premier d’exprimer.

    Boileau ( préface des « Œuvres » )

    Sans nous comparer à Boileau (d’ailleurs, moi, j’en bois assez peu !) nous pouvons quand même émettre quelques pensées pour épancher ainsi nos vies ! Sans avoir trop mal aux genoux ....... ?

    Et pis c’est tout !

    Rotpier

     

    Statue dans mon jardin !

    Si tout n’est pas bon,

    ne m’en veuillez pas : je me rôde, hein !

    xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx

    Petit exercice comparatif :

    Entre mai ( à la vanille ) 68 et mai 2020

    En mai 68, il y avait déjà :

    A Caen, Mai 68 dès janvier - Les Utopiques

     Les gestes barrière ! 

     

    CRS masqués

    Les masques de protection !

     

    Dany, l'opportuniste… | Penserailleurs

    Dany le rouge rigolait déjà !

     

    En 2020, il rigole toujours même

    s'il est passé du rouge au vert sans cocher la case orange !

    Européennes : Daniel Cohn-Bendit appelle à voter LREM - L'Express

    Elle est pas belle la vie  ?

     

    Nota :

    En mai 68, j’avais 22 ans, je travaillais en usine et nous avons fait 5 semaines de grève avec occupation de notre outil de travail.

    Les jours s’annonçaient meilleurs pour les travailleurs et ils l’ont été mais … encore plus pour les actionnaires … cherchez l’erreur !

     

    Qu’en sera-t-il de l’après mai 2020 ?

    Sans boule de cristal, difficile de le dire

    … tu en penses quoi, toi le Rotpier, le faux mage de Normandie ?

     

    ... Aïe, aïe, aïe pas coulant le faux mage de Normandie !

    Nota  ( comme dit Nicole ) :  Toutes les image proviennent du net, même une partie du bidouillage !

    xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx

    Pour terminer, une petit énigme à compléter : comme on dit chez les chevaliers de la tringle :

    Ce sera bientôt   - - -     - - - -      - -    - - -  !

     

    Oh ! Le vilain Rotpier !

     xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx

     

    xxxxxxxxxxxxxxxxx

    Épicétou !

     Sur ce, le Rotpier vous salue bien !

     

     

     


    9 commentaires
  •  

    La parité, c'est bien en politique, mais à la maison, parfois c'est compliqué à appliquer ...

     

    Il y a des moments dans la vie où il faut

    quand même bien recadrer les choses

    et où il est nécessaire de remettre en avant

    son statut de mâle dominant !

    Sinon, où va-t-on ?

     

     

    Image du net

     

    Il faut quand même fierté garder… non ?

     

    Dis … tu crois que le tonton

    il la saute encore la tata ?

    Je voudrais bien le voir sur le tas !

     

    Et leur fils, le Léon,

    … il ne serait pas un peu tata des fois ?

    En tous cas, chez lui ça ne tourne pas rond !

    Et ta cousine,

    la grande bécassine,

    elle n’aurait pas une copine ?

    On ne la voit jamais avec un mec !

    … si ça se trouve elle roule à sec !

    C’est pas pour critiquer

    mais je me pose des questions :

    c’est pas tout net astiqué

    le genre de situation !

     

    Tiens, ce matin,

    pour changer de conversation,

    j’ai croisé le voisin,

    tu sais le gros con avec son abruti de chien

    eh bien … ils ne s’arrangent pas les crétins !

    … Ni le maître, ni le chien !

    Faut dire qu’avec la bonne femme

    qu’ils ont à la maison,

    tous comptes faits, je les plains !

    Une vraie vie de chien … tous les deux !

    C’est pas rien !

     

    Et le proprio,

    avec sa grosse bagnole

    et sa tête de maquereau !

    Il se tape la bignole

    et la gonzesse du haut,

     la pétasse à chapeau !

    Sûr qu’il va se la chopper la vérole

    ou la chtouille espagnole !

     

    Et pis ta sœur ?

    Elle va venir encore longtemps ta sœur

    avec son abruti de prince charmant ?

    Prince charmant de mes deux oui !

    Il est aussi débile que bigleux !

    Quoi ?… Il fait presque deux mètres ?

    Heu… oui ! Et en plus il fait du karaté l’empaffé !

    Même si je ne suis pas d’accord

    je ne peux pas le foutre dehors !

    En plus … en plus il te reluque

    le trou duc !

    Là, il faut que je trouve un truc !

     

    … Oui ?... Quoi ?... Les poubelles ?

    … Quoi ! La ferme et va aux poubelles !

    Ouais ! Ouais !… j’y vais aux poubelles !

    Ça m’ détendra les poubelles !

    J’ les descends les poubelles !

    Et pis en plus, je ne vais pas me gêner

    pour cracher sur le paillasson

    de la gonzesse du second

    qui me traite de pauvre con !

    Même qu’en bouchant le judas

    je pisserais peut-être sur sa porte … en bas !

     

    Et même encore que si je croise le proprio

    qui monte chez la pétasse du haut,

    je lui ferais un pied de nez … dans l’ dos !

    Faudrait pas me prendre pour un couillon !

    Il faut quand même fierté garder … non ?

    Qui c'est le patron ? 

     

                                                                 Rotpier

     

    Et pis c'est tout !

     

     


    2 commentaires
  • Réponses pour les rébus :

    Je viens de les mettre sur le billet d'avant … « rébus » ! 

     Un grand bravo à ceux qui avaient trouvé !

    Pour les autres, un petit retour en arrière est souvent gage d'un grand sourire à venir ! 

     

    .

     

     

     


    votre commentaire
  •  

    Et si l’on faisait un petit arrêt rébus ?

    Juste comme ça, pour se dégourdir

    un peu les neurones !

     

     

     

    Petite aide au rébus

    (les champions s'en passeront !) :

     

    C'est un rébus très court et sérieux qui apostrophe énergiquement ! Onomatopées répétitives, donc: moins de boulot !

     

     

    1ère ligne, dernière image : un  "  - - -  " de sable ou d'autre chose !      ( les autres aussi ! )

    2ème ligne, 1ère image et en direct : " ti " ... oui mes titis !  ( les autres aussi ! )

    6ème ligne, dernière image : celui-ci est de gare ferroviaire,  parfois il est dans la brume ! 

    8ème ligne, dernière image : l'assassin  " - - - " au présent de l'indicatif !

     

     

    Et pis c'est tout !

    A vous de jouer ! Il est possible que vous puissiez le ressortir dans une conversation animée !

    Réponse :

    Et patati et patata, et patati et patata, OK ! Mais à part le blabla tu fais quoi ?

     

     

     

    xxxxxxxxxxxxxxxxxxx

     

    Le second en bonus et sans aide  pour  les accros !

    C'est un rébus assez costaud et un tantinet politique !   

     

    Juste un petite aide : avant dernière ligne, 3ème image : ce n'est pas un PC !

     

     

    Allez, au boulot brav' gens ! Il s'agit de trancher dans le vif ... au bistouri !

     

     Réponse :

    Un abcès, il faut le crever sous peine de graves complications et d’y rester. Quand on sait que cet abcès, en Amérique, s’appelle Trump, on se dit que cela va gicler et éclabousser un max !

     

     

           


    5 commentaires
  •  

     

    Une fois par semaine,

    je vous propose de partager les chansons

    et les artistes que j’aime !

    Clip vidéo et paroles

     

    Cette fois-ci :

     

    « Bernard Lavilliers »

     

    « Betty »

     

    Du grand Lavilliers !

    Vous trouverez ici quelques informations sur cette chanson : 

    https://www.letemps.ch/culture/bernard-lavilliers-finis-croire-chante

     

    ♪ Betty ♪

    Tu n'as pas sommeil
    Tu fumes et tu veilles
    T'es toute écorchée
    T'es comme un chat triste
    Perdu sur la liste
    Des objets trouvés
    La nuit carcérale
    Tombant sur les dalles
    Et ce lit glacé
    Aller et venir
    Soleil et sourire
    Sont d'l'autre côté

    Ces murs, ces grillages
    Ces portes et ces cages
    Ces couloirs, ces clés
    Cette solitude
    Si dure et si rude
    Qu'on peut la toucher
    Ce rayon de lune
    Sur le sol allume
    Visage oublié
    De celui que t'aimes
    Qui tire sur sa chaîne

    Comme un loup blessé

    Betty faut pas craquer
    Betty faut pas plonger

    Je sais, ils t'on couchée là
    Et puis ils ont fermé leurs barreaux d'acier

    Betty faut pas pleurer

    Betty faut pas trembler
    Je sais, tu vas rester là
    T'aimerais plus t'réveiller, plus jamais rêver

    Je te dis je t'aime
    Dans ce court poème
    Dans ce long baiser
    Tu es ma frangine
    Juste une féminine
    Que j'avais rimée
    Je te donne ma force
    Mes mots et mes notes

    Pour te réchauffer
    Je haie la morale
    Les prisons centrales
    Les maisons d'arrêt

    Je n'ai pas sommeil
    Je fume et je veille
    Et j'ai composé
    Une chanson d'amour
    Une chanson secours
    Pour l'autre côté
    Pour ceux que l'on jette

    Dans les oubliettes
    Dans l'obscurité
    Pendant qu'les gens dorment
    Au fond du conforme

    Sans se réveiller

    Betty faut pas craquer
    Betty faut pas plonger
    Je sais, ils t'ont couchée là
    Et puis ils ont fermé leurs barreaux d'acier
    Betty faut pas pleurer
    Betty faut pas trembler
    Tu sais, on s'retrouvera, là
    Ailleurs, en plein soleil ...

     

    Bon partage !

     

    Rotpier

     


    7 commentaires
  • Préface ( et alors ! … j’ai bien le droit aussi …non ? )

    Qu’est-ce qu’une idée neuve, brillante, extraordinaire ?

    Ce n’est point, comme se le persuadent les ignorants, une pensée que personne n’a jamais eue, ni dû avoir.

    C’est au contraire une pensée qui a du venir à toute le monde et que quelqu’un s’avise le premier d’exprimer.

    Boileau ( préface des « Œuvres » )

    Sans nous comparer à Boileau (d’ailleurs, moi, j’en bois assez peu !) nous pouvons quand même émettre quelques pensées pour épancher ainsi nos vies ! Sans avoir trop mal aux genoux ....... ?

    Et pis c’est tout !

    Rotpier

     

    Statue dans mon jardin !

    Si tout n’est pas bon,

    ne m’en veuillez pas : je me rôde, hein !

    xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx

    .

    Quelques rotpierreries en vrac :

     

    1ère  Rotpierrerie :

      

    Toutes les études montrent que la femme est plus sobre que l’homme. Ce doit être pour cela qu’elle est plus chameau.

     

    Le Rotpier qui refuse d’être privé de désert.

     

     

    Toutes les images proviennent du net !

     

    2ème Rotpierrerie :

     

    J’ai souvent donné ma langue au chat … à sa femelle aussi … si !

     

     

     

    3éme  Rotpierrerie :

     

    Dans ma jeunesse (c’était il y a très longtemps !) j’ai connu des filles très pauvres. Alors, je me comportais avec elles en bon petit diable et ça roulait pour moi.

     

     

     

     

    Pour terminer, deux pensées sérieuses :

    1ère  Pensée :

    L’information tue l’information. Quand il y a pléthore d’hypothèses, comment voulez-vous que le commun des mortels s’y retrouve alors que les spécialistes mènent des combats de tranchées pour pilonner leurs théories ? C’est Verdun après coup et la grosse Berta qui siffle aux oreilles ! Mais restons philosophes et allons nous aérer l’esprit … sur le Chemin des Dames, par exemple, devenu un lieu paisible maintenant.

     

    2ème Pensée :

    Le mode de fonctionnement des religions relève plus de la dictature que de la démocratie. Le PDG est nommé à vie par un cercle restreint de hauts dignitaires magouillant entre eux. Si un jour il était élu au suffrage universel pour une durée déterminée, il y aurait de grands changements au sein de ces entreprises basées sur le commerce du vent et produisant, non de l’électricité mais de l’illusion.

     

     xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx

     

     

    xxxxxxxxxxxxxxxxx

     

    Épicétou !

     Sur ce, le Rotpier vous salue bien !

     

    5 commentaires
  • Samedi dernier c'était le " Baiser " d'Alain Souchon. Aujourd'hui, c'est " Le baiser " du Rotpier ou si vous préférez:  " La pelle du 19 mai 2020 " !

    Cent fois sur le métier, remettez votre ouvrage ...

     

    J'espère que cela roulera pour vous !

     

    Image du net : Ah! Que c'est bon ! Touche mon pompon !

     

    Le baiser,

     

    Le baiser, le vrai !

    Le vrai de vrai !

     

    Pas le petit bécot

    qu’on s’ fait dans le métro,

    pas la petite touche

    sur le coin de la bouche,

    le truc du bout des lèvres

    tout mou et des plus mièvres

    qui fait autant d’effet

    qu’un ersatz de café !

    Ne parlons pas de ça,

    ça c’est à mettre au tas !

     

    Parlons du vrai de vrai,

    de celui qui effraie

    les nones du couvent

    qui se touchent pourtant !

     

    Celui d’ l’Hôtel de Ville,

    figure de haut style,

    capturé par Doisneau

    avec son p’tit oiseau,

    même un peu arrangé

    il a fait saliver

    avec application

    bien des générations !

      

    Laissons toute pudeur

    et comme dit ma sœur :

    « Quand il est l’heur’ c’est l’heure

    il faut battre le beurre ! »

    Le baiser qui dégèle,

    celui qui interpelle,

    qui vous coupe le souffle,

    pas le baiser pignouf !

    Le patin sans pantoufle

    bien roulé sans esbroufe !

    La superbe gamelle

    et pas d’ la béchamel !

    Foin du bécot chameau

    plus mou que le mou d’ veau !

    Pas le palot pâlot :

    le gros méli-mélo !

     

    La pelle que l’on roule

    en se mettant en boule,

    le baiser qui secoue

    de la tête aux genoux,

    qui dénoue le cordon

    du p’ tit string pour de bon

    et qui très bien mené

    conduit tout droit au pied !

     

    Bref !

    Je parle du baiser,

    du gros, du bon, du vrai

    pas du baiser distrait

    qui est plus ou moins frais !

     

    Ce baiser-là, mon gars,

    il faut le savourer

    sans arrière pensée

    et aller jusqu’au bout :

    c’est cadeau avant tout !

     

     Pas se prendre le chou

     ne rien signer du tout, 

    mais si la raison tangue

    au mélange des langues

    c’est qu’ t’es bien accroché

    et tu n’es pas couché !

     

    Ça va finir au pieu

    en ébats licencieux

    pendant que Cupidon

    qui porte bien son nom

    mat’ ra sous tout les angles

    en jouant du triangle

    ce qui en fera deux

    qui seront sur les lieux !

     

                                             Rotpier

     

    Le baiser de l'Hôtel de Ville de Doisneau, image du net  *

    * Lien:   https://www.timeout.fr/paris/art/5-choses-a-savoir-sur-le-baiser-de-lhotel-de-ville-de-robert-doisneau

     

     


    7 commentaires
  •  

    Réponses pour les rébus :

    Je viens de les mettre sur le billet d'avant … « rébus » ! 

     Un grand bravo à ceux qui avaient trouvé !

    Pour les autres, un petit retour en arrière est souvent gage d'un grand sourire à venir ! 

     

    .

     


    votre commentaire
  •  

    Et si l’on faisait un petit arrêt rébus ?

    Juste comme ça, pour se dégourdir

    un peu les neurones !

     

     

    Petite aide au rébus

    (les champions s'en passeront !) :

     

    C'est un rébus-adage tout à fait correct et sans embrouille que je trouve très comme il faut ... car soufflé par Pierre !

     

    2ème ligne, avant-dernière image : il ne faut pas prendre le grand !

    3ème ligne, 1ère image et en direct " " brrrr " le personnage a froid ! ( l'autre aussi ! )

    5ème ligne, 1ère image et en direct : " vie " troisième image :  " - - - " est ce personnage ? ( l'autre aussi !

     

     

    Et pis c'est tout !

    A vous de jouer ! Celui-là, vous pouvez le partager ... même avec les enfants ou les petits enfants, ce qui n'est pas toujours le cas, je le reconnais !

     

    Réponse :

    Il n’y a pas d’amour sans petites brouilles et elles évitent qu’il ne se rouille. L’important c'est qu’il n’y ait pas d’embrouille.

     

     

     

     

    xxxxxxxxxxxxxxxxxxx

     

    Le second en bonus et sans aide  pour  les accros !

    C'est un rébus fantaisiste et romancé qui vous conduire peut-être à à un petit déjeuner chez Stéphanie ...allez savoir !   

     

    Juste un petite aide : 9ème ligne, 1ère image : le vilain personnage lance un  " - - - - "  !

     

     

     

     

    Allez, au boulot brav' gens !

       J'avoue de sang-froid qu'il est costaud, mais vous connaissant, je sais que vous allez le décortiquer sans trop de mal : fasse le Très Saint que mes prières soient exaucées et qu'il ne vous fasse pas la traversée de l'été ! ... Allez en paix mes sœurs et mes frères comme vous ne pourrez pas encore aller à la messe alors autant vous y coller tout de suite ! 

     

     

    Réponse :

    J’ai longtemps pensé que Truman Capote était le surnom d’un américain homosexuel qui sortait toujours couvert. Eh bien non, pas que, je l’avoue de sang-froid.

     

    Nota:

    Truman Capote, écrivain américain.   https://fr.wikipedia.org/wiki/Truman_Capote

     

     

      


    7 commentaires
  •  

    Une fois par semaine,

    je vous propose de partager les chansons

    et les artistes que j’aime !

    Clip vidéo et paroles

     

    Cette fois-ci :

    « Alain Souchon »

     

    « Le baiser »

     

     

    Le baiser,

    Je chante un baiser
    Je chante un baiser osé
    Sur mes lèvres déposé
    Par une inconnue que j'ai croisée
    Je chante un baiser
    Marchant dans la brume
    Le cœur démoli par une
    Sur le chemin des dunes
    La plage de Malo Bray-Dunes
    La mer du Nord en hiver
    Sortait ses éléphants gris vert
    Des Adamo passaient bien couverts
    Donnant à la plage son caractère, naïf et sincère
    Le vent de Belgique
    Transportait de la musique
    Des flonflons à la française
    Des fancy-fair à la fraise
    Elle s'est avancée
    Rien n'avait été organisé
    Autour de moi elle a mis ses bras croisés
    Et ses yeux se sont fermés fermés
    Jugez ma fortune
    Sous l'écharpe les boucles brunes
    C'est vrai qu'en blonde j'ai des lacunes
    En blonde j'ai des lacunes
    Oh le grand air
    Tournez le vent la dune à l'envers
    Tournez le ciel et tournez la terre
    Tournez tournez le grand air
    La Belgique locale
    Envoyait son ambiance musicale
    De flonflons à la française
    Des fancy-fair à la fraise
    Toi qui as mis
    Sur ma langue ta langue amie
    Et dans mon cœur un décalcomanie
    Marqué liberté liberté chérie
    Je donne des parts
    Pour ce moment délicieux hasard
    Adamo, MC Solaar
    Oh! Tous les milliards de dollars
    Le vent de Belgique
    Envoyait mélancolique
    Ses flonflons à la française
    Des fancy-fair à la fraise
    Si tout est moyen
    Si la vie est un film de rien
    Ce passage-là était vraiment bien
    Ce passage-là était bien
    Elle est repartie
    Un air lassé de reine alanguie
    Sur la digue un petit point parti
    Dans l'Audi de son mari
    Ah! Son mari
    Je chante un baiser
    Je chante un baiser osé
    Sur mes lèvres déposé

     

    Bon partage !

     

    Rotpier

     


    7 commentaires
  • Préface ( et alors ! … j’ai bien le droit aussi …non ? )

    Qu’est-ce qu’une idée neuve, brillante, extraordinaire ?

    Ce n’est point, comme se le persuadent les ignorants, une pensée que personne n’a jamais eue, ni dû avoir.

    C’est au contraire une pensée qui a du venir à toute le monde et que quelqu’un s’avise le premier d’exprimer.

    Boileau ( préface des « Œuvres » )

    Sans nous comparer à Boileau (d’ailleurs, moi, j’en bois assez peu !) nous pouvons quand même émettre quelques pensées pour épancher ainsi nos vies ! Sans avoir trop mal aux genoux ....... ?

    Et pis c’est tout !

    Rotpier

     

    Statue dans mon jardin !

    Si tout n’est pas bon,

    ne m’en veuillez pas : je me rôde, hein !

    xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx

    .

    Quelques conneries en vrac :

     

    1ère  Connerie :

     

    J’ai réussi à percer un mystère mais maintenant je suis très emmerdé : il fuit ! Quelle connerie la curiosité !

     

    2ème Connerie :

     

    Quand il a pris connaissance du tarif de la belle de nuit, il s’est gratté l’occiput !

     

    3éme  Connerie :

     

    A boire du rhum à gogo, on finit par l’avoir dans le baba !

     

    4éme  Connerie + contrepet :

     

    Ne pas confondre Vladimir Poutine et Vladimir  T - - - - - e!

     

    Mais on peut dire : V’ la dix mires T - - - - - e …. si l’on est dans un lupanar ! ( Pierre s’excuse, le Rotpier …  non ! )

     

    Dernière  Connerie :

     J’ai bien connu une hôtesse de l’air allemande (une ancienne d’Allemagne de l’est) qui s’appelait Tanza. Elle s’envoyait en l’air avec le premier venu : elle était complètement louf Tanza !

     

     

    Pour terminer, la petite pensée du matin cueillie à la rosée :

     Le fait de pouvoir porter un masque légitimement avantage une communauté notable : celle des gens qui avancent masqués. J’ai nommé la communauté des faux-culs. Ne voyez pas en moi un quelconque esprit de communautarisme mais simplement un esprit d’observation.

     

     

     xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx

     

     

    xxxxxxxxxxxxxxxxx

     

    Épicétou !

     Sur ce, le Rotpier vous salue bien !

     

    1 commentaire
  •  

    Un peu à cause de cela:

    https://fr.wikipedia.org/wiki/D%C3%A9mographie_de_l%27Allemagne

    Vous savez, moi ,quand ça fait tilt, ça fait tilt !

    Et, pour faire un peu écho à la chanson de samedi ... alors lisez ... si ça vous dit ! 

     

     

    Les photos sont du net !

    Sonnet premier :

    Mais que font les Lily Marlène ?

     

    Elle n’avait pas eu d’enfant,

    une situation choisie,

    elle voulait vivre sa vie

    sans entrave et très librement.

     

    Elle avait pris quelques amants

    pour satisfaire ses envies,

    juste des pulsions assouvies

    mais pas d’homme à elle vraiment.

     

    A l’aube de la cinquantaine

    elle n’était plus si certaine

    d’avoir choisi le bon chemin.

     

    Alors les deux mains sur la tête,

    dans son grand studio de Berlin,

    elle pleurait : c’était trop bête.

     

     

    Sonnet second :

    Pour ne pas aller dans le mur,

     

    Beaucoup de femmes allemandes

    des Gretchen, Marlène ou Eva

    quand l’âge avance se demandent :

    « Comment en suis-je arrivée là ? »

    .

    Ni contrainte ni propagande

    pour pousser à ce résultat,

    de l’égoïsme en opérande ?

    Une grosse erreur de l’état ?

     

    Mais peu importe la réponse,

    peu à peu la nation s’enfonce

    dans l’ère des gens plus que mûrs.

     

    A moins d’un sursaut teutonique,

    Berlin ira droit dans le mur :

    fin du grand rêve germanique !

     

     

    Péroraison :

    Allez teutons, allez teutonnes

    si vous voulez des autochtones

    il faut vous remettre au boulot,

    il faut refaire des marmots !

     

    L’heure n’est plus à l’égoïsme

    mais bel et bien à l’altruisme :

    pas de relève à l’horizon

    suffisante pour la nation.

     

    Allez Lily, allez Marlène

    beaucoup de joie, un peu de peine,

    il faut refaire des teutons

    au grand jour ou bien à tâtons !

     

    Votre pays a pris conscience

    de l’importante déficience

    au plan de la natalité :

    il prône la maternité !

     

    Mettez de coté la pilule,

    laissez tomber tous les scrupules :

    trouvez de consentants papas

    qui cèderont à vos appas !

     

    A défaut de compatriotes

    sans trop de fibre patriote

    vous pouvez tout à fait compter

    sur les jeunes gens d’à coté !

    .

    Il y a hors de vos frontières

    qui n’ont plus guère de barrières

    des hommes prêts à vous aimer

    et à vous faire des bébés !

     

    Remettez au travail vos ventres,

    il me plairait d’être le chantre,

    du renouveau le laudateur,

    allez soyez à la hauteur !

     

    Pas de conseils à sens unique,

    des Karl, des Franz et des Ulrich

    peuvent suivre le mouvement

    et trouver de belles mamans !

     

    Mais… Oh ! Bonjour Fräulein Marlène…

     

    Vous souriez à mes poèmes

    … on dirait même, on dirait même

    que vous avez anticipé :

    votre ventre semble occupé !

     

    A mon âge on peut se permettre

    sans risque de se compromettre

    un langage très familier

    tant qu’il n’est pas trop cavalier !

     

    Alors bravo Fräulein Marlène

    pour le beau rond de ta bedaine :

    tu as choisi la bonne option

    pour toi-même et pour ta nation !

     

    Je m’accorde le privilège

    du tutoiement qui désagrège

    bien des murs et des sortilèges

    et qu’Artémise te protège !

     

    Pardonne-moi pour mon sans-gêne

    je ne crois pas que ça te gène,

    sans rancune et à la prochaine

    aufwiedersehen fräulein Marlène !

     

    Aufwiedersehen,  aufwiedersehen…

     

                                                              Pierre Dupuis

     

    Et si après cela, l’Allemagne ne me décore pas de la médaille de la natalité, où va-t-on chez les teutons ?

     

     


    5 commentaires
  •  

    Réponses pour les rébus :

    Je viens de les mettre sur le billet d'avant … « rébus » ! 

     Un grand bravo à ceux qui avaient trouvé !

    Pour les autres, un petit retour en arrière est souvent gage d'un grand sourire à venir ! 

     

    .

     


    votre commentaire
  •  

    Et si l’on faisait un petit arrêt rébus ?

    Juste comme ça, pour se dégourdir

    un peu les neurones !

     

     

    Petite aide au rébus

    (les champions s'en passeront !) :

     

    C'est un rébus sonnant et odorant du Rotpier ... bon appétit !

     

    5ème ligne, 2ème image : c'étai le moment des "  - - - - -  " ... un peu mon n' veu ! Dernière image : un  " - - - " de sable ou d'autre chose ! 

    6ème ligne, 2ème image : des lingots d ' "  - -  " ! 

    7ème ligne, 2ème image : le serpent fait toujours " s " ( l'autre aussi, y pas d' raison mon colon ! ) 

    8ème ligne, 3ème image : il ne faut pas le perdre !

    9ème ligne, 3ème image : " - - - " est ce personnage ? 

    11ème ligne, dernière image : des poches de  " - - - - " pour sauver des vies !

     

     

    Et pis c'est tout !

    A vous de jouer ! Il n'est pas trot long et il aurait bien moins sonné avec  " gas-oil " !

     

     Réponse :

    Quand il buvait, il appelait ça « faire le plein ». Il devenait alors si obscène que l’on aurait juré qu’il avait fait le plein d’indécence !

     

     

     

    xxxxxxxxxxxxxxxxxxx

     

    Le second en bonus et sans aide  pour  les accros !

    C'est un rébus assez salé et mieux vaut ne pas l'avoir au bout de la langue  !   

     

     

     

     

     

    Allez, au boulot brav' gens !

            J'avoue qu'il est costaud, mais je suis certain que cela va vous démanger au plus haut point de le résoudre  

    Réponse :

    Ne pourrait-on pas qualifier un herpès, un gros, un très gros, qu’il soit situé n’importe où, d’herpès zénithal ? C’est une extrapolation qui peut en boucher un coin à certains ou à certaines, ne pensez-vous pas ?

     

     


    6 commentaires
  • Une fois par semaine,

    je vous propose de partager les chansons

    et les artistes que j’aime !

    Clip vidéo et paroles

     

    Cette fois-ci :

     

    « Patricia Kaas »

     

    « D’Allemagne »

     

    … Une petite préparation aux poèmes

    de mardi prochain …

     

     

    D'Allemagne,

     D'Allemagne où j'écoute la pluie en vacances 
    D'Allemagne où j'entends le rock en silence 
    D'Allemagne où j'ai des souvenirs d'en face 
    Où j'ai des souvenirs d'enfance 
    Lénine Place et Anatole France 

    D'Allemagne l'histoire passée est une injure 
    D'Allemagne l'avenir est une aventure 
    D'Allemagne je connais les sens interdits 
    Je sais où dorment les fusils 
    Je sais où s'arrête l'indulgence 

    Auf wiedersehen Lili Marlène 
    Reparlez-moi des roses de Göttingen 
    Qui m'accompagnent dans l'autre Allemagne 
    A l'heure où colombes et vautours s'éloignent 
    De quel côté du mur la frontière vous rassure 

    D'Allemagne 
    J'ai des histoires d'amour sincères 
    Je plane sur des musiques d'Apollinaire 
    D'Allemagne 
    Le romantisme est plus violent 
    Les violons jouent toujours plus lent 
    Les valses viennoises ordinaires 

    Ich habe eine kleine wild Blume 
    Eine Pflanze die zwischen den Wolken blühte 
    D'Allemagne 
    J'ai une petite fleur dans l'coeur 
    Qui est comme l'idée du bonheur 
    Qui va grandir comme un arbre 

    Auf wiedersehen Lili Marlène 
    Reparlez-moi des roses de Göttingen

     

     

    Bon partage !

     

    Rotpier

     

     


    7 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires