• "Le monte-en-l’air sentimental," un poème de Rotpier qui se conservera bien... je crois !

     

    Image du net !

     

    L’histoire se passe en début de siècle dernier …

     

    Le monte-en-l’air sentimental,

     

    C’était il y a très longtemps,

    il vivait de cambriolages

    lui l’homme à la force de l’âge

    et elle au fort tempérament.

     

    Il en était fou amoureux

    mais elle était cuisse légère

    ses aventures passagères

    le rendaient vraiment fou furieux.

     

    Et un jour le drame arriva,

    il serra fort une lanière

    autour du cou de sa bergère :

    en peu de temps elle expira.

     

    Il la découpa en morceaux

    de façon vraiment méthodique,

    une manière bien pratique

    pour désorienter les perdreaux.

     

    Il savait manier le hachoir,

    les couteaux ainsi que les scies,

    il avait une décennie

    derrière lui en abattoir.

      

    Après trois mois de flottement

    il avait expurgé sa peine

    ainsi que le reste de haine,

    il n’avait plus trop de tourments.

     

    Il avait repris le métier

    de monte-en-l’air par habitude,

    il le faisait sans inquiétude,

    tranquillement en vieux routier.

     

    Dans le genre Arsène Lupin

    un peu moins élégant quand même,

    vivant de façon plus bohème

    mais gagnant largement son pain.

     

    En souvenir de son amour

    et afin de penser à elle

    de manière très solennelle

    il gardait dans son sac toujours …

     

    … à portée de main un tibia

    taillé d’un bout en pied de biche

    qu’il utilisait chez les riches

    quand il faisait une razzia.

     

    Un outil vraiment idéal

    pour forcer fenêtres et portes

    et toute la joie qu’il apporte

    pour quelqu’un de sentimental.

     

    On peut bien être monte-en-l’air

    et s’enticher d’une friponne

    au point que son cœur s’enjuponne

    et que l’on commette un impair.

     

    Et un jour il en commit un

    alors qu’il forçait une porte

    avec le tibia de la morte

    il ne vit pas les argousins.

      

    Ils lui tombèrent sur le dos

    alors qu’il rêvait à sa belle,

    il passa en correctionnelle

    et se prit vingt ans à Clairvaux.

     

            Moralité :

    Quand on pratique ce métier

    qui est assez funambulesque

    on évite le romanesque :

    pas la peine d’en rajouter !

     

    En lieu et place d’un tibia

    il aurait pu, sur l’étagère,

    dans le formol et solitaire

    garder son plus joli ténia.

     

      

                                                     Rotpier

     

     

     

    Image du net !

    Je ne suis pas certain que cela soit un ténia.

    Ce dont je suis persuadé c'est que cela ne doit pas être très bon à manger !

     

    Ah ! Poésie, quand tu nous tiens !

     

    « Rébus : réponse au petit rébus dominical de ... Rotpier ! L'actualité vue par le Rotpier ... suite des chouettes de jeudi dernier ! »

    Tags Tags : , , ,
  • Commentaires

    1
    Mercredi 18 Avril à 14:50

    Çà  c'est d'la poésie pure et dure ! lol ! sarcastic c'est une histoire trèèèèèès romantique ! nom d'une grenouille
    En voilà du romantisme, une grenouille-mâle en plein boulot en train de faire un boucan du diable avec ses joues-ballons pour faire craquer une belle qui des fois passerait sur sa trajectoire. 
    Voilà qui est romantique, et ce n'est pas une photo du net,  c'est du fait maison ce matin au parc. 

    Avec ton histoire j'ai de quoi faire un beau cauchemar pour la nuit prochaine he

    Gros bisous

      • Jeudi 19 Avril à 11:18

        Bonjour Annick !

        C’est vrai dans le fond que je suis un romantique

        … mais je le cache bien !

        Ne cauchemarde pas trop quand même !  he  

        Bonne journée !

        Pierre 

         

        http://rotpier.eklablog.com/

         

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :