•  

    Et si l’on faisait un petit arrêt rébus ?

     

    Juste comme ça, pour se dégourdir

     

    un peu les neurones !

     

    rebus 324 (1)

    rebus 324 (2)

    rebus 324 (3)

    Petite aide au rébus

    (les champions s'en passeront !) :

     

      C'est un rébus tout mignon ... ce qui n'est pas dans les habitudes du Rotpier !

    1ère ligne,   3ème image :  une sale bête qui adore les têtes  ! 

    2ème ligne, 1ère image : celui-ci est de gare ... OK ?  Dernière image : il ne faut pas prendre le mou ! 

    3ème ligne, dernière image : c'est le volume qu'il faut retenir !

    4ème ligne, 1ère image : c'est la position qu'il faut retenir !  4ème image : représente une des 4 saisons avec ou sans Vivaldi ! 

    6ème ligne, 1ère image : 0,5 Km / h , c'est très  "  - - - - "  !  Dernière image : celui-ci est de montagne ! 

    7ème ligne, 2ème image : en direct " ti "!  

    8ème ligne, 1ère image : le serpent fait toujours  "s " !

    9ème ligne, 2ème image : 5 ct d'euro ce n'est pas grand chose mais un " - - -  " c'est un "  - - - "  !   3ème image : Eole est le dieu des "  - - - - - " !   Dernière image : il ne faut pas prendre le grand !

    1oème ligne, 1ère image : c'est la marque qu'il faut retenir, hein mes p'tits bouts ! 2ème image : le petit de la biche ... ça biche pour vous ?  3ème image : " - - - " est ce personnage ?

    11ème ligne, 1ère image : le produit du vers du mûrier ! 

     

    Allez, au boulot , il est long mais mignon ... comme le Rotpier ! 

     

    Et pis c'est tout !  

     

     

    Réponse :

    Quand un pou pond quelle est la durée de l'incubation ? Est-elle rapide ou lente? C'est la question que se posent souvent les petits enfants qu'ils soient papous ou pas !

     

    Je vous avais bien dit que c'était mignon ! 

     

     

    Qu'il dit l'animal !


    7 commentaires
  •  

    Une fois par semaine,

    je vous propose de partager les chansons

    et les artistes que j’aime !

    Clip vidéo et paroles

     

    Cette fois-ci :

     

    "Richard Cocciante"

    « Avec simplicité »

     

    Pour écrire d'aussi belles chansons, je pense qu'il a un Cocciante intellectuel au dessus de la moyenne ... quand pensez-vous?

     
     
     

     
     
     
     

    Avec Simplicité :


    Tu m'as dit des mots d'amitié, l'amour s'est glissé en moi
    Avec simplicité
    De tous petits mots parfumés d'oiseaux sont tombés du ciel
    Avec simplicité
    Je ne crierai plus au secours
    Le chagrin d'hier tourne court
    C'est toi qui l'as tué
    Avec simplicité

    Je t'emporte dans ma chanson d'amour inventée pour toi
    Avec simplicité
    Quelle soit belle ou non, ma chanson, elle suit le fil de ta voix
    Avec simplicité
    Je n'ai plus de fête sans toi
    La seule fête pour moi
    C'est seulement de t'aimer
    Avec simplicité
    Et je sais très bien désormais
    Pour qui j'ai envie de chanter

    Tu me quittes une heure, je suis mort
    Je n'ai plus ni cœur ni corps, je suis désenchanté
    Par une ombre aux yeux de soleil
    Qui a cambriolé presque tout mon sommeil
    Avec simplicité
    Il y a ton orage dans l'air
    Il y a ton sourire sur la mer
    Il y a ton éclair, ton électricité

    Le printemps peut battre tambour
    La fleur qui fait mon cœur moins lourd
    C'est toi qui l'as semé
    Avec simplicité
    Et je sais pour qui désormais
    Le soir j'ai envie de chanter

    Je n'existe plus quand tu sors
    J'ai toute ma vie dehors, je suis désenchanté
    Par une ombre au cœur qui sommeille
    Qui a cambriolé presque tout mon soleil
    Avec simplicité
    Il y a ton parfum doux amer
    Cette eau pure au cœur du désert
    Il y a chaque nuit sur mes nerfs
    Cette éventualité
    De ta simplicité

      

      

    Bon partage ... tout en simplicité !

     

    Rotpier


    1 commentaire
  • .

    Certains ont leurs Zozios, le Rotpier a ses chouettes Chouettes !

    Elles sont féminines ou masculines  et assez BCBG… quoique !

    Il leur arrive fréquemment de se voler dans les plumes sans ménagement ! 

     Elles sont, selon les circonstances, sentencieuses, drôles, percutantes, graves, irrévérencieuses, taclantes et même parfois … grivoises, mais toujours en utilisant un vocabulaire respectueux… enfin presque !

    Le Rotpier l'homme qui murmurait (2)

     

    Les hululucubrations abracadabrantesques

    des chouettes Chouettes du Rotpier

    .

     

    xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx

     

     Signature Rotpier

     

    ... Je vous chouette une bonne distraction

    ... et une bonne journée !


    4 commentaires
  •  

     

    Je vous invite ami(e)s à partager avec moi un balayage des couleurs de la vie ou, plus précisément, des tons de la vie. Ces tons qui s’associent si parfaitement à nos états d’âme.

    En premier,  je vous invite à aller vers le sombre, vers le noir.

    En second, ce sera l'inverse ... mieux vaut garder le bon pour la fin ...

    Ces poèmes ont déjà été publiés mais je les ai retouchés … juste un petit coup de pinceau çà et là.

    Bon partage,

    Pierre

    Il fait gris, il fait moche

    et mon cœur s'effiloche.

    Il en saigne et s'aigrit

    où est donc son grigri ?

    Pierre

     

    Photo de Jean-François Simon

    Les couleurs de la vie,

     

    Je vous prends par les yeux

    comme on prend par la main,

    Balayons les couleurs, d'aujourd'hui, de demain.

     

    Là, sous nos yeux … la vie !  Toute la vie.

    Ses couleurs, ses tons … des tons à l’envie.

    Clairs au début mais … déjà  perturbés.

    Le socle et la base … déjà   plombés.

    On avance et … la lumière  s’estompe.

    On fait un vœu, on croit,      mais … on se trompe !

    Et, l’irréductible avance du temps

    nous entraîne vers les tons rebutants.

    D’ abord, quelques traits décochés  … sombres,

    avant-garde des bataillons de l’ombre.

    Vaincu, le bleu cède la place et meurt.

    Le gris, plus gris, se renforce et s’étale.

    Encore quelques lueurs qu’il avale …

    et puis … il passe un pacte avec le noir

    … son maître … inexorable laminoir !

     

    Plus de lueurs,

    toutes les peurs

    et … le trou noir.

     

                                                           Pierre  Dupuis

     

    xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx

     

    Chose promise, chose due : je vous invite ami(e)s à refaire le chemin à l’envers.

     

    Autre petit instantané …

     

     

    Il avait mis des mois

    à sortir de l’impasse,

     un long chemin de croix

    où parfois on y passe,

     une purée de poix

    une ignoble mêlasse

    visqueuse comme poix :

     la Parque qui t’enlace.

     

                                           Pierre

     

    Cliché de Jean-François Simon

     

     

    Les couleurs de la vie,

     

     

    L’homme était là, droit … immobile …

     détaillant chaque ton … fragile

     … encore … encore un peu.

     Il avait, sous les yeux,

     

    les couleurs traversées

     cette dernière année.

     Son regard balayait le cliché,

     de gauche à droite, il revivait

     les dernières étapes de sa vie.

      

     

    Il les revivait …une à une … intensément.

     Le sombre … le plus que sombre,

     cette poisse d’ombre

    …désespérante.

     

    Il était là … dans ce trou noir.

    Il avait perdu tout espoir.

     L’enfer ! Le fond ! La fin du rêve !

     Et tous les jours … et pas de trêve !

     

    Il n’y avait plus que le vide

     … plus que le noir … livide.

     Le temps passait … pas un éclair.

    Pourtant il savait bien le clair !

     

    Il l’avait connu … avec elle.

    Oui ! Avec elle, la belle !

     Et puis un jour … plus rien … partie !

    Sans explications ! … La folie !

     Le tunnel ! Le trou ! Le néant !

     

    Des mois dans ce gouffre béant.

    Des mois et des mois d’amertume :

    le long deuil d’un amour posthume.

     

     

    Pourtant …

     

    Un matin, dans son vieux miroir,

    il avait cru apercevoir

     une lueur … fugitive.

    Éclaircie toute relative :

    du noir … moins noir … virant au gris.

     Mais, vigilant même amaigri,

    décochant des nuées de traits sombres,

    le noir essayait le surnombre.

    Malgré cela, il reculait.

     Des escadrons, couleur de lait,

    arrivaient à faire main-basse

     sur les volumes de l’espace !

    Le bleu avançait, impérial,

    gommant tout souvenir glacial.

     

    Ayant fini son balayage,

     certain d’avoir tourné la page,

    l’homme pivota et sourit.

     

    Dans la rue, plus tard,

     son regard accrocha - surpris ! -

    le fier profil d’une passante

    à la clarté éblouissante !

     

     

                                            Pierre Dupuis

     

    Image du net évoquant " A une passante " de Charles Baudelaire

     


    6 commentaires
  •  

    Réponse pour le rébus :

    Je viens de la mettre sur le billet d'avant … « rébus » ! 

     Un grand bravo à ceux qui avaient trouvé !

    Résultat de recherche d'images pour "émoticônes"

     

    Et pis c'est tout Rotpier


    votre commentaire
  •  

    Et si l’on faisait un petit arrêt rébus ?

    … Juste comme ça, pour se dégourdir un peu les neurones !

     

     

    Petite aide au rébus (les champions s'en passeront !) :

    .

    C’est un rébus qui a un certain rapport avec la fête des mères mais il est mijoté par le Rotpier ... ça crève les yeux ! Enfin, surtout après le déchiffrage !

     

    3ème ligne, 4ème image : la moitié de Coco comme d'hab !

    Dernière image: boisson favorite des anglais !

    5ème ligne, 1ère image: lieu où se tenaient les marchés dans le temps ! Dernière image : des poches de  " - - - - " pour sauver des vies !

    6ème ligne, 1ère image : ça ne fait pas lourd, mais 5 " - - - - " c'est 5 " - - - - "  ! ( son à enchaîner avec l'image d'avant ! )  2ème image : il ne faut pas prendre le court ! 

    Entre la dernière image de la 8ème ligne et la première de la 9ème, l’enchaînement n'est pas facile ! 

    9ème ligne, dernière image  " - - - " est ce personnage ? ( ne pas tenir compte du point au milieu ... un point c'est tout ! )

    Dernière ligne : il ne faut pas prendre le mou ! 

     

     Et pis c'est tout !

     

    Allez, au boulot et ne posez pas trop de question: moi,  je ne suis pas certain de pouvoir y répondre !  

     

     Réponse :

    Le complexe d’Œdipe a un coté paradoxal dans le sens où l’on peut considérer que c’est l’effet mère qui dure !

               Nota :  Je vous vous avais bien dit qu'il y avait un rapport avec la fête des mères ! 

     

     

    Ça, c’est juste la signature ! 


    7 commentaires
  • Une fois par semaine,

    je vous propose de partager les chansons

    et les artistes que j’aime !

    Clip vidéo et paroles

     

    Cette fois-ci :

     

    « Didier Barbelivien »

     

    « Elsa »

     

    … souvenirs, souvenirs…

    . 

     

    ♪ Elsa ♪

    Elsa, les manèges de Berlin tournaient dans tes bras,
    Elsa, la chanson des marins pleurait dans ta voix
    Elsa, le soleil du matin s'allumait sur toi
    Elsa, le printemps qui revient ne me guérit pas.

    Je me souviens de ces yeux là, la la la, la la la
    Moitié bleu moitié lilas, la la la, la la la
    Beaux comme un air d'opéra, la la la, la la la
    Je ne voyais plus que ça

    Je me souviens de ces yeux là, la la la, la la la
    Sur ton visage en delta, la la la, la la la
    Même à des années de toi, la la la, la la la
    Je vis mais je ne dors pas.

    Elsa, les violons des tziganes se battaient pour toi
    Elsa, le sourire des nomades subissait ta loi
    Elsa, les nuits de Schéhérazade se moquaient du froid
    Elsa, dans mes longues promenades quand je pense à toi.

    Je me souviens de ces yeux là, la la la, la la la
    Moitié bleu, moitié lilas, la la la, la la la
    Même à des années de toi, la la la, la la la
    Je vis mais je ne dors pas.

    Elsa, les manèges de Berlin tournent dans le froid
    Elsa, la chanson des marins n'a plus rien de toi
    Elsa, le soleil ce matin ne brille pas pour moi
    Elsa, le printemps qui revient ne me guérit pas.

    Je me souviens de ces yeux là, la la la, la la la
    Moitié bleu, moitié lilas, la la la, la la la
    Beaux comme un air d'opéra, la la la, la la la
    Je ne voyais plus que ça

    Je me souviens de ces yeux là, la la la, la la la
    Sur ton visage en delta, la la la, la la la
    Même à des années de toi, la la la, la la la
    Je vis mais je ne dors pas, la la la, la la la

    La la la la la la la la la la la la la la
    La la la la la la la la la la la la la la

      

    Bon partage !

     

    Rotpier


    2 commentaires
  • .

    Certains ont leurs Zozios, le Rotpier a ses chouettes Chouettes !

    Elles sont féminines ou masculines  et assez BCBG… quoique !

    Il leur arrive fréquemment de se voler dans les plumes sans ménagement ! 

     Elles sont, selon les circonstances, sentencieuses, drôles, percutantes, graves, irrévérencieuses, taclantes et même parfois … grivoises, mais toujours en utilisant un vocabulaire respectueux… enfin presque !

    Le Rotpier l'homme qui murmurait (2)

     

    Les hululucubrations abracadabrantesques

    des chouettes Chouettes du Rotpier

    .

    xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx

     

     Signature Rotpier

    ... Je vous chouette une bonne distraction

    ... et une bonne journée !


    4 commentaires
  • .

    Allez, un peu de poésie, de la vraie, pour

    adoucir de ce monde de brutes !

    Image du net !

    .

    Bouquet de mots,

     

    J’avais cueilli des petits mots

    des mots gentils sur les rameaux

    d’un arbre qui m’avait souri

    sans savoir qui j’étais … si, si !

     

    Le soleil les avait dorés,

    je les ai de suite adorés,

    je les ai mis tous bout à bout

    ils m’ont dit « Oh ! Le touche à tout » !

     

    Comme je suis très bricoleur,

    j’ai fabriqué avec bonheur

    une tige pour chacun d’eux

    ce qui les a rendu heureux !

     

    Ils ont sauté tous à pieds joints

    dans un vase et j’ai des témoins :

    mon chat Gaston, un angora,

    ainsi que sa copine Elsa !

     

    Ils ont formé un gros bouquet,

    selon le sens où l’on se met

    leurs messages sont différents

    sans jamais être indifférents !

     

    Aux gens qui sont toujours grincheux

    ils ne font pas dans le moelleux !

    Les joyeux ont tous leurs égards :

    ils leur parlent parfois fort tard !

     

    Je fais partie de ces derniers,

    vous aviez pour sûr deviné

    et quand je veux aller au lit

    ils crient tous au casus belli !

     

    Mais quand ils voient mes yeux cernés

    ils prennent soin de ma santé

    et me disent : « Allez, dodo :

    tu rates tous tes jeux de mots ! »

     

    Le jour de mon dernier écueil

    je les voudrais dans mon cercueil :

    le temps doit paraître très long

    sans la moindre conversation !

     

    J’avais cueilli des petits mots

    des mots gentils sur les rameaux

    d’un arbre qui m’avait souri

    il en reste plein … allez-y !

     

    Ne les laissez pas se flétrir

    même les mots peuvent mourir

    si l’on ne leur tend pas la main :

    les mots sont comme les humains !

                                      

                                                             

                                                                         Pierre Dupuis    

     


    4 commentaires
  •  

    Réponse pour le rébus :

    Je viens de la mettre sur le billet d'avant … « rébus » ! 

     Un grand bravo à ceux qui avaient trouvé !

    Résultat de recherche d'images pour "émoticônes"

     

    Et pis c'est tout Rotpier


    votre commentaire
  •  

     

    Et si l’on faisait un petit arrêt rébus ?

    … Juste comme ça, pour se dégourdir un peu les neurones !

     

    Petite aide au rébus (les champions s'en passeront !) :

    .

    C’est une connerie assez tordue et à double sens : il est malin comme un singe le Rotpier !

    C'est, en quelque sorte, à double détente comme disait mon oncle qui n'était pas tante du tout !

    Il y a d'abord une affirmation et ensuite une interrogation ! 

    Elle est, il est vrai, un peu raide celle-là et aurait bien plu au bon vieux Georges qui pensait souvent à Fernande !

     

    3ème ligne, dernière image: boisson favorite des anglais !

    4ème ligne, 2ème image: ce n'est pas un homme !  ... 3ème image: vue intérieure d'un "- - - -" de golf ! ... Dernière image: "- - - - -" à tout faire !

    5ème ligne, 2ème image: c'est un "- - - -" mec ! Avant dernière image: la moitié de Coco comme d'hab !

     

     Et pis c'est tout: je vous ai assez aidé avant !

     

    Allez, au boulot et ne faites pas bande à part !

     

    Réponse :

              Au début du siècle passé certaines femmes trouvaient Bonnot beau !  A cause de sa bande légendaire ?

     

    Petit amusement avec « Bonnot beau » (  les singes bonobos ! )

    Bande … à Bonnot ou autre type de bande !

    Bref, que du sérieux de la part du Rotpier !

     

    Ça, c’est juste la signature ! 


    5 commentaires
  •  

    .

    Une fois par semaine,

    je vous propose de partager les chansons

    et les artistes que j’aime !

    Clip vidéo et paroles

     

    Cette fois-ci :

     

    Barbara :

    « Dis, quand reviendras-tu ?»

     

     

    Dis, quand reviendras-tu ?

    Voilà combien de jours, voilà combien de nuits,
    Voilà combien de temps que tu es reparti,
    Tu m'as dit cette fois, c'est le dernier voyage,
    Pour nos cœurs déchirés, c'est le dernier naufrage,
    Au printemps, tu verras, je serai de retour,
    Le printemps, c'est joli pour se parler d'amour,
    Nous irons voir ensemble les jardins refleuris,
    Et déambulerons dans les rues de Paris,

    Dis, quand reviendras-tu,
    Dis, au moins le sais-tu,
    Que tout le temps qui passe,
    Ne se rattrape guère,
    Que tout le temps perdu,
    Ne se rattrape plus,

    Le printemps s'est enfui depuis longtemps déjà,
    Craquent les feuilles mortes, brûlent les feux de bois,
    A voir Paris si beau dans cette fin d'automne,
    Soudain je m'alanguis, je rêve, je frissonne,
    Je tangue, je chavire, et comme la rengaine,
    Je vais, je viens, je vire, je me tourne, je me traîne,
    Ton image me hante, je te parle tout bas,
    Et j'ai le mal d'amour, et j'ai le mal de toi,

    Dis, quand reviendras-tu,
    Dis, au moins le sais-tu,
    Que tout le temps qui passe,
    Ne se rattrape guère,
    Que tout le temps perdu,
    Ne se rattrape plus,

    J'ai beau t'aimer encore, j'ai beau t'aimer toujours,
    J'ai beau n'aimer que toi, j'ai beau t'aimer d'amour,
    Si tu ne comprends pas qu'il te faut revenir,
    Je ferai de nous deux mes plus beaux souvenirs,
    Je reprendrai la route, le monde m'émerveille,
    J'irai me réchauffer à un autre soleil,
    Je ne suis pas de celles qui meurent de chagrin,
    Je n'ai pas la vertu des femmes de marins,

    Dis, quand reviendras-tu,
    Dis, au moins le sais-tu,
    Que tout le temps qui passe,
    Ne se rattrape guère,
    Que tout le temps perdu,
    Ne se rattrape plus...

      

    Bon partage !

     

    Rotpier


    4 commentaires
  • .

    Certains ont leurs Zozios, le Rotpier a ses chouettes Chouettes !

    Elles sont féminines ou masculines  et assez BCBG… quoique !

    Il leur arrive fréquemment de se voler dans les plumes sans ménagement ! 

     Elles sont, selon les circonstances, sentencieuses, drôles, percutantes, graves, irrévérencieuses, taclantes et même parfois … grivoises, mais toujours en utilisant un vocabulaire respectueux… enfin presque !

    Le Rotpier l'homme qui murmurait (2)

     

    Les hululucubrations abracadabrantesques

    des chouettes Chouettes du Rotpier

    .

     

     

     Signature Rotpier

    ... Je vous chouette une bonne distraction

    ... et une bonne journée !


    4 commentaires
  •  

     

    Images du net ( la 1ère est un peu bidouillée ... je n'ai pas voulu que l'on me reconnaisse ...)

     

           Exorde :

    Filles, marins et capitaines

    se retrouvent dans tous les ports,

    leurs aventures incertaines

    forgent les légendes du bord.

     

    Au sein de la pêche hauturière

    et sachant manier le filet,

    se glissent des aventurières

    au scénario très bien rôdé !

     

           Fable,

     

    Morues, marins et capitaines …

     

    Il avait fait sa connaissance

    à Terre-Neuve au Canada,

    partageant sa concupiscence

    il était tombé dans ses bras.

     

    Après trois semaines de pêche

    à bord d’un très gros morutier

    quand on débarque on se dépêche

    pour oublier le chalutier.

     

    Exit l’odeur de la morue,

    du chalut et de ses filins,

    au revoir le port et les grues,

    vive la fête et les câlins !

     

    Et quoi de mieux que cette fille

    pour oublier ce dur labeur,

    toujours prête et toujours gentille :

    que de la joie et du bonheur !

     

    Jusqu’à ce que la sauterelle

    ne soit plus au creux de son lit,

    la belle s’était fait la belle

    avec son larfeuil bien garni !

     

    Passer de morue à morue

    voila les risques du métier,

    laisser les grues pour une grue :

    vraiment pas de quoi pavoiser !

     

    Il regagna la tête basse

    son poste sur le grand bateau,

    il était tombé dans la nasse

    d’une fille et d’un maquereau !

     

    Une aventure bien amère

    ne manquant pas du tout de sel,

    une liaison éphémère

    orchestrée par un demi-sel !

     

    Il apprit que le capitaine

    avait subit le même sort

    avec une demi-mondaine :

    il n’était plus le seul à bord !

     

    Il en retrouva le sourire

    quelque soit le statut social,

    les hommes se laissent séduire :

    le procédé est bien trivial !

     

                Moralité :

    Les marins et les capitaines

    se font piéger pareillement,

    les morues ne sont pas les mêmes

    mais c’est les mêmes arguments !

     

    Souvent la facture est salée,

    ils en gardent un mauvais goût :

    une morue bien dessalée

    peut vous rouler de bout en bout !

     

    Rien de nouveau en ce bas monde

    le piège à toujours fonctionné,

    n’importe où sur la mappemonde

    des gogos se font pigeonner !

    .

    Même de très grands se font prendre,

    ils redeviennent des gamins,

    ils ne savent pas se reprendre

    quand passe un joli popotin !

     

                Péroraison :

     

    Élargissons l’horizon…

     

    Ne croyez pas que la marine

    soit le seul milieu concerné,

    partout c’est la même combine :

    c’est bonnet blanc et blanc bonnet !

     

    Allusion à la politique,

    décidément on tourne en rond,

    en ce moment plutôt critique

    mieux vaut éviter les ronrons !

     

    Je connais une autre Marine

    ( majuscule en début de mot ! )

    qui a roulé dans la farine

    toute une flopée de gogos !

     

    Sans la classer dans les morues,

    ( bien sûr chacun fait ce qu’il veut ! )

    elle sait arpenter les rues

    en bavant des discours visqueux !

     

    Mine de rien elle racole

    et pas seulement des marins,

    monde ouvrier et agricole

    sont prêts à lui suivre le train !

     

    C’est une femme et elle en joue,

    pour une tranche d’électeurs

    ça compte beaucoup, ils l’avouent :

    « Vive Marine et son valseur ! »

     

    C’est encore heureux que la nièce

    ait renoncé à  ses mandats

    car du coté minois et fesses

    y a pas photo avec tata !

     

                                              Pierre Dupuis


    3 commentaires
  •  

    Réponse pour le rébus :

    Je viens de la mettre sur le billet d'avant … « rébus » ! 

     Un grand bravo à ceux qui avaient trouvé !

    Résultat de recherche d'images pour "émoticônes"

     

    Et pis c'est tout Rotpier


    votre commentaire
  • .

    Et si l’on faisait un petit arrêt rébus ?

    … Juste comme ça, pour se dégourdir un peu les neurones !

     

     

    Petite aide au rébus (les champions s'en passeront !) :

    C'est un rébus très tranchant !

    1ère ligne, 1ère image : prendre la moitié du nom du volatile ! ( même manoeuvre, plus tard, pour tintin ! ) Dernière image : à 3 H 52 du mat, il est très "- - -" ( pour l'autre aussi ... si  !!!!!!!!!!!!! )

    3ème ligne, 1ère image : quand elle est petite, la bête est lente ! Avant dernière image: il y en a quatre ! Dernière image : c'est la marque qu'il faut retenir !

    4ème ligne, 4ème image : en gare, au bord d'un fleuve ou de la mer ! ... OK ?

    6ème ligne, 3ème image: Chirac aimait bien sa tête !

     7ème ligne, dernière image : boisson favorite des rosbifs !

     

    Et pis c'est tout !

     

    Au boulot brav' gens ... il est court et c'est à vous de trancher ! 

     

     Réponse :

    Comme on dit au Mexique pour trancher le lard de quelqu’un rien ne vaut un couteau aztèque !

    ... c'est un rébus très affûté ... non ?

    Ça, c’est juste la signature !


    12 commentaires
  •  

    .

    Une fois par semaine,

    je vous propose de partager les chansons

    et les artistes que j’aime !

    Clip vidéo et paroles

     

    Cette fois-ci :

     

    « Serge Lama »

     

    « l’Algérie »

     

    … Cette aventure don on ne voulait pas …

     

      

     

     

    L'Algérie,

    Dans ce port nous étions des milliers de garçons 
    Nous n'avions pas le cœur à chanter des chansons 
    L'aurore était légère, il faisait presque beau 
    C'était la première fois que je prenais le bateau 

    L'Algérie 
    Ecrasée par l'azur 
    C'était une aventure 
    Dont on ne voulait pas 
    L'Algérie 
    Du désert à Blida 
    C'est là qu'on est parti jouer les p'tits soldats 
    Aux balcons séchaient draps et serviettes 
    Comme en Italie 
    On prenait de vieux trains à banquettes 
    On était mal assis 
    L'Algérie 
    Même avec un fusil 
    C'était un beau pays 
    L'Algérie 

    Ce n'était pas un port à faire du mélo 
    Et pourtant je vous jure que j'avais le coeur gros 
    Quand ils ont vu le quai s'éloigner, s'éloigner 
    Y en a qui n'ont pas pu s'empêcher de pleurer 

    L'Algérie 
    Ecrasée par l'azur 
    C'était une aventure 
    Dont on ne voulait pas 
    L'Algérie 

    Du désert à Blida 
    C'est là qu'on est parti jouer les p'tits soldats 
    Nos fiancées nous écrivaient des lettres 
    Avec des mots menteurs 
    Le soir on grillait des cigarettes 
    Afin d'avoir moins peur 
    L'Algérie 
    Même avec un fusil 
    C'était un beau pays 
    L'Algérie 

    Un port ce n'est qu'un port, mais dans mes souvenirs 
    Certains soirs malgré moi je me vois revenir 
    Sur le pont délavé de ce bateau prison 
    Quand Alger m'a souri au bout de l'horizon 

    L'Algérie 
    Ecrasée par l'azur 
    C'était une aventure 
    Dont je ne voulais pas 
    L'Algérie 
    Du désert à Blida 
    C'est là que j'étais parti jouer les p'tits soldats 
    Un beau jour je raconterai l'histoire 
    A mes petits enfants 
    Du voyage où notre seule gloire 
    C'était d'avoir vingt ans 
    L'Algérie 
    Avec ou sans fusil 
    ça reste un beau pays 
    L'Algérie

     

     

    Bon partage !

     

    Rotpier


    5 commentaires
  • .

    Certains ont leurs Zozios, le Rotpier a ses chouettes Chouettes !

    Elles sont féminines ou masculines  et assez BCBG… quoique !

    Il leur arrive fréquemment de se voler dans les plumes sans ménagement ! 

     Elles sont, selon les circonstances, sentencieuses, drôles, percutantes, graves, irrévérencieuses, taclantes et même parfois … grivoises, mais toujours en utilisant un vocabulaire respectueux… enfin presque !

    Le Rotpier l'homme qui murmurait (2)

     

    Les hululucubrations abracadabrantesques

    des chouettes Chouettes du Rotpier

    .

    xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx

    xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx

     

     Signature Rotpier

    ... Je vous chouette une bonne distraction

    ... et une bonne journée !


    2 commentaires
  • Je ne sortirai pas grandi de ce poème mais si j'en sors indemne, ce sera déjà ça !

    .

    Sapho   Janus

         Images du net : Sappho et Janus

    .

    C’est cadeau,

     

    Je voudrais exposer ici

    le fruit d’une intense pensée,

    certains la diront insensée :

    ceux-là ont l’esprit rétréci !

     

    C’est un sujet très délicat

    et je vais y mettre la forme

    pour que personne ne déforme :

    je sais beaucoup d’indélicats !

     

    Tout le monde a un Saint Patron

    pour son métier ou ses tendances,

    chaque an c’est la fête et la danse

    et l’on fait sauter les bouchons !

     

    Puisque les gays ont obtenu

    le droit au fait du mariage

    il semble utile sans verbiage

    qu’ils aient un patron reconnu.

     

    Je propose aux filles Sappho

    la belle grecque poétesse

    qui penchait à aimer les fesses

    féminines … sans porte à faux !

     

    Là, je ne me suis pas foulé

    et j’en fais amende honorable,

    il me faut donc du mémorable

    pour les gars … pas de l’éculé !

     

    Je me dois pour les invertis

    que cela sonne bien et rime

    allez, j’y vais et je m’exprime :

    ça va gratter … moi j’avertis !

     

    Je propose tout net … « Janus » !

    Le dieu romain aux deux visages,

    voila ce que moi j’envisage

    pour les chevaliers de l’anus !

     

    Voila un dieu qui correspond

    très bien à leur double facette,

    comme dit ma sœur Mauricette :

    « C’est lequel qui porte jupon ? » !

     

    Je vais proposer « anusser » *

    comme verbe à l’académie,

    pour illustrer la sodomie

    … tant pis si ça les fait tousser !

     

    Afin de vivre avec leur temps

    ils se doivent d’être à la page

    en admettant que le pointage

    existe depuis très longremps !

     

    Un verbe plus un Saint Patron

    n’est-ce point un présent de classe ?

    J’offre le tout sans dédicace

    et n’en demande pas un rond !

     

    En échange je ne veux rien !

    Pas d’intronisation subite :

    ce n’est pas un goût qui m’habite :

    mon penchant n’est pas uranien !

     

    Je ne suis double qu’en esprit,

    qui va du sérieux au loufoque,

    mais il n’y a pas d’équivoque :

    je reste hétéro à tout prix !

     

                                     Rotpier

    * Pour le cas où l’Académie retiendrait ma proposition, je vous déconseille fortement de conjuguer,en boucle, ce verbe au présent de l‘indicatif : vous en auriez, je le pense, très rapidement plein le  - - - !    La la la la !

    … Je me sauve à reculons ... on n'est jamais assez prudent ! 


    7 commentaires
  •  

    Réponse pour le rébus :

    Je viens de la mettre sur le billet d'avant … « rébus » ! 

     Un grand bravo à ceux qui avaient trouvé !

    Résultat de recherche d'images pour "émoticônes"

     

    Et pis c'est tout Rotpier


    votre commentaire
  • .

    Et si l’on faisait un petit arrêt rébus ?

    Juste comme ça, pour se dégourdir

    un peu les neurones !

     

    Petite aide au rébus

    (les champions s'en passeront !) :

     

    C’est un rébus très sérieux et d'actualité brûlante mais il y a des jeux de mots comme d'habitude ! Certaines articulations ne sont pas faciles ... comme les miennes en ce moment: ça coince !

     

     

    2ème ligne, 1ère : en direct " ti " ... l'autre aussi ! Dernière image : " géné " ... ne cherchez pas: appliquez !

     3ème ligne, 2ème image : lieu où se tenaient des marchés autrefois ! 

    4ème ligne: entre la 1ère image et la 2ème, l'articulation n'est pas évidente, je vous l'accorde ... comme dit mon piano !

    5ème ligne, 1ère image : en direct : " U " ! Dernière image : le verbe concernant l'action au présent de l'indicatif : le personnage " - - - - " sa chemise !

    6ème ligne, 1ère image : la moitié du prénom du volatile ! Dernière image : il ne faut pas prendre le grand !

     8ème ligne, dernière image : un "  - - - - -  " de bus !

    9ème ligne, 3ème image : Éole est le dieu du  " - - - - " ! 4ème image : "  - - -  " est ce personnage ! 

     

    Et pis c'est tout !

     

    Allez, au boulot brav'  gens et n'oubliez pas d'aller voter ! ... Vous pourrez en profiter pour passer chez votre boulanger !

     

     

     Réponse :

    Les héritiers du général Boulanger se multiplient comme des petits pains, à nous de les arrêter avant qu’ils ne nous roulent dans la farine et nous mettent dans le pétrin !

     

     Remarque :

    Une manche est gagnée, il ne nous reste plus qu’à remporter le match ! Vive la France !

     

    Qu'il dit l'animal !


    9 commentaires
  • .

    Une fois par semaine,

    je vous propose de partager les chansons

    et les artistes que j’aime !

    Clip vidéo et paroles

     

    Cette fois-ci :

    Jean Ferrat :

    « Ma France »

    En ces temps où elle pourrait basculer vers un avenir très

    incertain en ne représentant plus ce qu'elle était

    et ce qu'elle est encore pour beaucoup de pays ...

    En ces temps où la France ouvrière succombe aux chants des sirènes du FN, qui mentent comme elles respirent, nous devons réagir et redonner toutes ses valeurs à notre beau pays !

     

    .

     

     

    Ma France,

    De plaines en forêts de vallons en collines

    Du printemps qui va naître à tes mortes saisons
    De ce que j'ai vécu à ce que j'imagine
    Je n'en finirais pas d'écrire ta chanson, ma France

    Au grand soleil d'été qui courbe la Provence
    Des genêts de Bretagne aux bruyères d'Ardèche
    Quelque chose dans l'air a cette transparence
    Et ce goût du bonheur qui rend ma lèvre sèche, ma France

    Cet air de liberté au-delà des frontières
    Aux peuples étrangers qui donnaient le vertige
    Et don't vous usurpez aujourd'hui le prestige
    Elle répond toujours du nom de Robespierre, ma France

    Celle du vieil Hugo tonnant de son exil
    Des enfants de cinq ans travaillant dans les mines
    Celle qui construisit de ses mains vos usines
    Celle don't monsieur Thiers a dit qu'on la fusille, ma France

    Picasso tient le monde au bout de sa palette
    Des lèvres d'Éluard s'envolent des colombes
    Ils n'en finissent pas tes artistes prophètes
    De dire qu'il est temps que le malheur succombe, ma France

    Leurs voix se multiplient à n'en plus faire qu'une
    Celle qui paie toujours vos crimes vos erreurs
    En remplissant l'histoire et ses fosses communes
    Que je chante à jamais celle des travailleurs, ma France

    Celle qui ne possède en or que ses nuits blanches
    Pour la lutte obstinée de ce temps quotidien
    Du journal que l'on vend le matin d'un dimanche
    A l'affiche qu'on colle au mur du lendemain, ma France

    Qu'elle monte des mines descende des collines
    Celle qui chante en moi la belle la rebelle
    Elle tient l'avenir, serré dans ses mains fines
    Celle de trente-six à soixante-huit chandelles, ma France

     

    Bon partage !

     

    Rotpier


    2 commentaires
  • .

    Certains ont leurs Zozios, le Rotpier a ses chouettes Chouettes !

    Elles sont féminines ou masculines  et assez BCBG… quoique !

    Il leur arrive fréquemment de se voler dans les plumes sans ménagement ! 

     Elles sont, selon les circonstances, sentencieuses, drôles, percutantes, graves, irrévérencieuses, taclantes et même parfois … grivoises, mais toujours en utilisant un vocabulaire respectueux… enfin presque !

    Le Rotpier l'homme qui murmurait (2)

     

    Les hululucubrations abracadabrantesques

    des chouettes Chouettes du Rotpier

    .

     

     Signature Rotpier

    ... Je vous chouette une bonne distraction

    ... et une bonne journée !


    4 commentaires
  •  

    « L'histoire est un perpétuel recommencement. »

    Thucydide

     

    Pensée:

    La connerie est humaine, soit. Mais elle est beaucoup moins pardonnable quand, malgré les mises en garde répétées, elle conduit au marchand de haine qu'est le FN.

    Pierre

     

     

    Le populismeImage du net

     

    Préambule :

    Prêter une oreille complaisante aux sirènes du populisme c’est commencer à dérouler le tapis rouge pour le fascisme.

     

     

    Du populisme au fascisme,

     

    Le populisme est … populaire !

    Lapalisse aurait dit : « Bravo ! »

    il suffit pour cela de braire

    ce que veulent entendre les veaux !

     

    J’emprunte le mot de De Gaulle,

    dans le fond il avait raison,

    sans vraiment trouver cela drôle

    j’admets qu’il reste de saison.

     

    Venant de droite ou bien de gauche

    le populisme est avant tout

    une stratégie qui ébauche

    le repli sur soi jusqu’au bout.

     

    Et l’on retrouve à la manœuvre

    quelques assoiffés de pouvoir,

    les extrêmes sont à pied d’œuvre

    à qui mieux mieux pour l’encensoir !

    .

    A un moment tout ça bascule

    peu importe de quel coté

    et le venin qu’on inocule

    est un poison bien concocté !

     

    Le pays devient narcissique

    à l’image de son mentor

    et l’enchaînement est classique :

    ceux qui contestent ont tous les torts !

     

    Un de ceux ayant mis en place

    ce concept est Mussolini :

    manipuler la populace

    à loisir et à l’infini !

     

    Museler la démocratie,

    s’il le faut par un coup d’état,

    glisser vers la suprématie,

    vers le fascisme et l’omerta !

     

    … Le fascisme … nous y voila !

     

    Avec le populisme en place

    et un grand chef à son sommet,

    tous les gênants on les déplace

    … certains ne reviennent jamais.

     

    Et voila le nationalisme

    érigé autour du drapeau,

    glissant tout droit vers le fascisme

    … démocrate gare à ta peau !

     

    La violence est légitimée,

    peut commencer l’épuration,

    la race pure est sublimée

    et le racisme entre en action !

     

    Un cran de plus pour le fascisme

    qui va se radicaliser

    et prendre l’aspect du nazisme

    avec ses clans fanatisés !

    .

    L’homme à la petite moustache

    en a bien été le champion

    mais il y a eu des bravaches

    pour reprendre le pavillon !

     

    Pour qu’une épuration ethnique

    se mette en place quelque part,

    c’est que quelqu’un tient la boutique :

    il n’y a jamais de hasard !

     

    Combien de pays dans le monde

    sont assis sur ces fondations ?

    En regardant la mappemonde

    j’ai une montée de tension !

     

    Combien de voyants à l’orange ?

    A quel moment vont-ils mûrir ?

    Le populisme engrange, engrange

    dès qu'il s'emploie renchérir !

     

    C’est le moment de le combattre

    à tous les niveaux, pied à pied :

    le fer est chaud, il faut le battre

    et je le fais d’arrache-pied !

     

    Mon arme à moi c’est l’écriture

    mais j’irai plus loin s’il le faut,

    pour ne pas qu’une dictature

    puisse s’installer par défaut !

     

                Et …

     

    Chacun assumera sa place

    qu’il soit neutre ou bien collabo,

    milicien ou gros dégueulasse

    en se transformant en corbeau !

     

    Il sera hors question de dire :

    « Mais nous n’étions pas au courant,

    et au moment de les élire

    ils n’avaient pas l’air très méchants ! »

    .

    Partout l’information circule,

    même aux coins les plus reculés,

    il serait vraiment ridicule

    de prétendre tout ignorer !

     

    L’histoire est là qui le démontre,

    le populisme est un miroir

    aux alouettes qui va contre

    ceux que se sont laissés avoir !

     

    Hélas la bêtise est humaine

    et des peuples replongeront

    à l’appel du chant des sirènes

    et plus tard à ceux des clairons !

     

    Aucune race n’est mauvaise

    seuls des individus le sont,

    au risque que cela déplaise

    ceux qui disent non sont des cons !

     

    Chacun va donc prendre sa place

    et il lui faudra l’assumer

    et pas de tour de passe-passe

    quand viendra l’heure d’endosser !

     

    Car partout les grandes oreilles

    enregistreront tous les faits :

    une mémoire sans pareille

    pour confondre tous les méfaits !

     

    Les héros de la dernière heure

    seront grillés et démasqués

    et ils seront mis en demeure

    de reconnaître et de payer !

     

    Les collabos rendront des comptes

    tout comme les exécutants

    au même titre que les pontes

    ou que tout autre trafiquant !

      

                                                             Pierre Dupuis

     

     


    6 commentaires
  •  

     

    Avis à la population !

     

    ... Jusqu'à mardi prochain !

    Bon week-end à toutes et à tous !

     


    2 commentaires
  • .

    Certains ont leurs Zozios, le Rotpier a ses chouettes Chouettes !

    Elles sont féminines ou masculines  et assez BCBG… quoique !

    Il leur arrive fréquemment de se voler dans les plumes sans ménagement ! 

     Elles sont, selon les circonstances, sentencieuses, drôles, percutantes, graves, irrévérencieuses, taclantes et même parfois … grivoises, mais toujours en utilisant un vocabulaire respectueux… enfin presque !

    Le Rotpier l'homme qui murmurait (2)

     

    Les hululucubrations abracadabrantesques

    des chouettes Chouettes du Rotpier

    .

     

     Signature Rotpier

    ... Je vous chouette une bonne distraction

    ... et une bonne journée !


    5 commentaires
  •  

    Un peu à cause de cela:

    https://fr.wikipedia.org/wiki/D%C3%A9mographie_de_l%27Allemagne

    Vous savez, moi ,quand ça fait tilt, ça fait tilt !

    Et, pour faire un peu écho à la chanson de samedi ... alors lisez ... si ça vous dit ! 

     

     

    Les photos sont du net !

    Sonnet premier :

    Mais que font les Lily Marlène ?

     

    Elle n’avait pas eu d’enfant,

    une situation choisie,

    elle voulait vivre sa vie

    sans entrave et très librement.

     

    Elle avait pris quelques amants

    pour satisfaire ses envies,

    juste des pulsions assouvies

    mais pas d’homme à elle vraiment.

     

    A l’aube de la cinquantaine

    elle n’était plus si certaine

    d’avoir choisi le bon chemin.

     

    Alors les deux mains sur la tête,

    dans son grand studio de Berlin,

    elle pleurait : c’était trop bête.

     

     

    Sonnet second :

    Pour ne pas aller dans le mur,

     

    Beaucoup de femmes allemandes

    des Gretchen, Marlène ou Eva

    quand l’âge avance se demandent :

    « Comment en suis-je arrivée là ? »

    .

    Ni contrainte ni propagande

    pour pousser à ce résultat,

    de l’égoïsme en opérande ?

    Une grosse erreur de l’état ?

     

    Mais peu importe la réponse,

    peu à peu la nation s’enfonce

    dans l’ère des gens plus que mûrs.

     

    A moins d’un sursaut teutonique,

    Berlin ira droit dans le mur :

    fin du grand rêve germanique !

     

     

    Péroraison :

    Allez teutons, allez teutonnes

    si vous voulez des autochtones

    il faut vous remettre au boulot,

    il faut refaire des marmots !

     

    L’heure n’est plus à l’égoïsme

    mais bel et bien à l’altruisme :

    pas de relève à l’horizon

    suffisante pour la nation.

     

    Allez Lily, allez Marlène

    beaucoup de joie, un peu de peine,

    il faut refaire des teutons

    au grand jour ou bien à tâtons !

     

    Votre pays a pris conscience

    de l’importante déficience

    au plan de la natalité :

    il prône la maternité !

     

    Mettez de coté la pilule,

    laissez tomber tous les scrupules :

    trouvez de consentants papas

    qui cèderont à vos appas !

     

    A défaut de compatriotes

    sans trop de fibre patriote

    vous pouvez tout à fait compter

    sur les jeunes gens d’à coté !

    .

    Il y a hors de vos frontières

    qui n’ont plus guère de barrières

    des hommes prêts à vous aimer

    et à vous faire des bébés !

     

    Remettez au travail vos ventres,

    il me plairait d’être le chantre,

    du renouveau le laudateur,

    allez soyez à la hauteur !

     

    Pas de conseils à sens unique,

    des Karl, des Franz et des Ulrich

    peuvent suivre le mouvement

    et trouver de belles mamans !

     

    Mais… Oh ! Bonjour Fräulein Marlène…

     

    Vous souriez à mes poèmes

    … on dirait même, on dirait même

    que vous avez anticipé :

    votre ventre semble occupé !

     

    A mon âge on peut se permettre

    sans risque de se compromettre

    un langage très familier

    tant qu’il n’est pas trop cavalier !

     

    Alors bravo Fräulein Marlène

    pour le beau rond de ta bedaine :

    tu as choisi la bonne option

    pour toi-même et pour ta nation !

     

    Je m’accorde le privilège

    du tutoiement qui désagrège

    bien des murs et des sortilèges

    et qu’Artémise te protège !

     

    Pardonne-moi pour mon sans-gêne

    je ne crois pas que ça te gène,

    sans rancune et à la prochaine

    aufwiedersehen fräulein Marlène !

     

    Aufwiedersehen,  aufwiedersehen…

     

                                                              Pierre Dupuis

     


    5 commentaires
  •  

    Réponse pour le rébus :

    Je viens de la mettre sur le billet d'avant… « rébus » ! 

     Un grand bravo à ceux qui avaient trouvé !

    Résultat de recherche d'images pour "émoticônes"

     

    Et pis c'est tout Rotpier


    votre commentaire
  • .

    Et si l’on faisait un petit arrêt rébus ?

    Juste comme ça, pour se dégourdir

    un peu les neurones !

     

     

    Petite aide au rébus

    (les champions s'en passeront !) :

     

    C’est un rébus où tout se joue sur une consonne pour changer totalement le sens de cette réflexion . Le Rotpier a bien sûr choisi le coté scabreux ( pour ne pas dire obscur ! ) de la chose, mais le Rotpier, c'est le Rotpier ... et pis c'est tout !

     

    1ère ligne, dernière image :  lieu ou se tenaient et se tienne encore des marchés !

    2ème ligne, 2ème : quand la sale bête pique, cela fait mal !

    3ème ligne, 1ère image :l'assassin "  - - - " au présent de l'indicatif ! 3ème image : lieu où l'on trouve des animaux sauvages en cage !

    4ème ligne, 1ère image : "oui" en allemand ! 

     8ème ligne, 2ème image : je suis certain que vous en êtes pas !  3ème image: en direct: " ti " !

    9ème ligne, 3ème image : son nez s'allonge quand il  " - - - - "  ... quand il pense à des cochonneries, c'est autre chose ! Dernière image : il n'est pas maigre !

     

    Et pis c'est tout !

     

    Allez, au boulot brav'  gens, ne restez pas là, plantés comme des  - - - - - !

     

    Réponse :

    On nous a longtemps rebattu les oreilles avec le gland des siciliens mais nom d’une pipe en avaient-ils un vraiment plus gros que les autres ?

     

    Qu'il dit l'animal !


    5 commentaires
  •  

    Une fois par semaine,

    je vous propose de partager les chansons

    et les artistes que j’aime !

    Clip vidéo et paroles

     

    Cette fois-ci :

     

    « Patricia Kaas »

     

    « D’Allemagne »

     

    … Une petite préparation aux poèmes

    de mardi prochain …

     

    D'Allemagne,

     D'Allemagne où j'écoute la pluie en vacances 
    D'Allemagne où j'entends le rock en silence 
    D'Allemagne où j'ai des souvenirs d'en face 
    Où j'ai des souvenirs d'enfance 
    Lénine Place et Anatole France 

    D'Allemagne l'histoire passée est une injure 
    D'Allemagne l'avenir est une aventure 
    D'Allemagne je connais les sens interdits 
    Je sais où dorment les fusils 
    Je sais où s'arrête l'indulgence 

    Auf wiedersehen Lili Marlène 
    Reparlez-moi des roses de Göttingen 
    Qui m'accompagnent dans l'autre Allemagne 
    A l'heure où colombes et vautours s'éloignent 
    De quel côté du mur la frontière vous rassure 

    D'Allemagne 
    J'ai des histoires d'amour sincères 
    Je plane sur des musiques d'Apollinaire 
    D'Allemagne 
    Le romantisme est plus violent 
    Les violons jouent toujours plus lent 
    Les valses viennoises ordinaires 

    Ich habe eine kleine wild Blume 
    Eine Pflanze die zwischen den Wolken blühte 
    D'Allemagne 
    J'ai une petite fleur dans l'coeur 
    Qui est comme l'idée du bonheur 
    Qui va grandir comme un arbre 

    Auf wiedersehen Lili Marlène 
    Reparlez-moi des roses de Göttingen
     

     

    Bon partage !

     

    Rotpier


    5 commentaires