•  

    Et si l’on faisait un petit arrêt rébus ?

    … Juste comme ça, pour se dégourdir un peu les neurones !

     

     

     

    Petite aide au rébus

    (les champions s'en passeront !) :

     

            C’est un rébus très court et d'actualité brûlante !

     

    1ère ligne, 2ème image : le serpent fait tours "s"  ! ( L'autre aussi ! )    3ème image et en direct: " ti " !  ( L'autre aussi ! )

    2ème ligne, 2ème image: " - - -  " est ce personnage ?

    3ème ligne, dernière image : " - - - " en russe ! ( l'autre aussi  ! )

    4ème ligne, 2ème image : c'est la marque qu'il faut retenir ! Dernière image : ils sont à poil ! 

    8ème ligne, 1ère image: quand il a fini de téter, le bébé fait son  " - - - " ... comme le Rotpier ! 3ème image : le petit de la vache ! Dernière image : quand elle pique, la sale bête fait mal !

    9ème ligne, 1ère image :  en direct : " ti " 

     

    Et pis c'est tout !

     

     Et... Vérifiez bien en allant faire votre devoir de citoyen ! 

     

     Réponse :

    J’estime qu’il serait indispensable d’afficher le numéro de téléphone d’ OTIS dans chaque bureau de vote en cas de panne d’assesseurs !

     

    Remarque : OTIS étant le grand fabriquant d’ascenseurs !

     

     

     

    xxxxxxxxxxxxxxxxxxx

     

    Le second en bonus et sans aide  pour  les accros !

    C'est un rébus court et bref ! 

     

     

     

    Allez, au boulot brav' gens ! ...

    Et n'oubliez pas d'allez voter et de vous en jeter un petit derrière la cravate au comptoir ... après: plus de bistros d'ouverts ! 

    Réponse :

    A bien y regarder de près, Jean-Marie Gourio, avec ses brèves de comptoir, n’est pas autre chose qu’un pécheur de perles de troquet !

     


    7 commentaires
  • Une fois par semaine,

    je vous propose de partager les chansons

    et les artistes que j’aime !

    Clip vidéo et paroles

     

    Cette fois-ci :

     

    « Jacques Brel »

    « Il pleut ( Les carreaux ) »

     

    … une chanson peu connue du grand Jacques

    que j'ai déjà mise ... mais quand on aime...

     

    ... et tant pis pour la pluie!

     

     

    Il pleut

     

    Il pleut
    C´est pas ma faute à moi
    Les carreaux de l’usine
    Sont toujours mal lavés
    Il pleut
    Les carreaux de l’usine
    Y en beaucoup d´cassés

    Les filles qui vont danser
    Ne me regardent pas
    Car elles s´en vont danser
    Avec tous ceux-là
    Qui savent leur payer
    Pour pouvoir s´amuser
    Des fleurs de papier
    Ou de l´eau parfumée
    Les filles qui vont danser
    Ne me regardent pas
    Car elles s´en vont danser
    Avec tous ceux-là

    Il pleut
    C´est pas ma faute à moi
    Les carreaux de l’usine
    Sont toujours mal lavés
    Les corridors crasseux
    Sont les seuls que je vois
    Les escaliers qui montent
    Ils sont toujours pour moi
    Mais quand je suis
    Seul sous les toits
    Avec le soleil
    Avec les nuages
    J´entends la rue pleurer
    Je vois les cheminées
    De la ville fumer
    Doucement dans mon ciel à moi
    La lune danse
    Pour moi le soir
    Elle danse danse
    Elle danse danse
    Et son haleine
    Immense halo, me caresse
    Le ciel est pour moi
    Je m´y plonge le soir
    Et j´y plonge ma peine

    Il pleut
    Et c´est ma faute à moi
    Les carreaux de l’usine
    Sont toujours mal lavés
    Il pleut
    Les carreaux de l’usine
    Moi j´irai les casser

     

     

    Bon partage !

     

     

    Rotpier


    4 commentaires
  •  

     

    Image du net

     

    Préambule :

    Bien sûr, l’instigateur du système a été le mari, François Fillion,

    mais la duplicité de sa femme est évidente.

    .

     

    .

    Main basse sur fonds publics

    ou

    La face interlope de Pénélope,

     

    Avec ses airs de chattemite

    et sa grande circonspection

    elle faisait bien illusion

    mais l’honnêteté se mérite !

     

    Une grande et belle hypocrite

    ramasseuse de picaillons

    sans se casser trop le croupion

    et ne semblant pas fort contrite.

     

    Bien sûr elle a fait profil bas

    après avoir rempli son bas

    sans s’être cassé la nénette !

     

    Palper du pèze sans bosser

    ça mérite les oubliettes

    cachées du manoir de Beaucé !

     

                           Moralité :

    Même en possédant un château

    il n'y a plus de privilèges

    quand l’idéal se désagrège

    les châtelains vont au cachot !

     

    Les nobles et les hobereaux

    ne font plus tourner les manèges

    ils tombent aussi dans le piège

    de la justice aux froids barreaux !

     

     

    L’impunité n’est plus de mise

    on en est plus à la mainmise

    du peuple par quelques seigneurs.

     

    Empêchons toute résurgence

    de ces suceurs de ces saigneurs

    guettant la moindre négligence.

     

     

     

                                                               Pierre Dupuis

     

     

    PS : C'est un poème polémique il est certain, mais, à ma décharge, j'ai bien connu Polémique Victor !

     

     

     


    6 commentaires
  •  

    En souvenir d'un séjour fort agréable ( et presque totalement sobre !  he ) sur la cote d’Albâtre,  je vous livre une fadaise d'Etretat !

     

    Falaise d'Etretat

    Image du net car les miennes sont moins nettes !

    Conversation entre pochards

    à Etretat …

     

    Conversation de fil en Aiguille

    au pied de la Porte,

     

    -         Être clochard à Etretat

    est un cauchemar qui me hante :

    sur un trottoir tout comme un tas

    sans même une toile de tente.

     

    -         A Etretat ? … Pourquoi mon gars ?

    Ce n’est pas une idée géante,

    viens au pays du pastaga,

    là-bas les nuits sont moins glaçantes !

     

    -         Si je deviens un jour clochard

    autant que ce soit sur ma terre !

    Et le calva, pour un pochard,

    vaut bien l’anis : faut pas le taire !

     

    Allez buvons près de la porte

    et tant pis si dans notre état,

    nous ne bafouillons de la sorte

    que des fadaises d’êtres tas !

     

    Nous graverons dans le calcaire

    des souvenirs de pochetrons,

    après nous casserons nos verres

    pour ne plus boire qu’au litron !

      

    Les touristes devant nos fresques

    en resteront tout interdits,

    trouvant cela très pittoresque,

    bien supérieur aux graffitis !

     

    Ils chercherons nos signatures

    mais nous ne les graverons pas,

    pour les générations futures

    une belle étude de cas !

     

    Nous resterons des anonymes,

    des bienfaiteurs pour d’Etretat,

    nous ne seront pas éponymes

    et garderons nos galetas !

     

    Et si du haut de la falaise

    un jour on fait le grand plongeon,

    il n’y aura pas de malaise

    au sein de la population.

     

    De nos pauvres vieilles carcasses

    les crabes feront un banquet,

    leur chair sera un peu plus grasse

    au moment de les déguster !

     

    Dans ce pays de grandes tables

    où tous les crustacés sont rois

    les péquins comme les notables

    ravis se lécheront les doigts !

     

    Et les palais fins en alerte

    se demanderons bien pourquoi

    au fond de leurs bouches expertes

    reste comme un goût de calva !

     

    Allez l’ami, allez confrère,

    trinquons à ce bel avenir

    après tout nos sommes des frères

    et nous devons nous soutenir !

     

    Allons gravons sur la falaise

    nos états d’âme de buveurs,

    le cœur vaillant et l’âme à l’aise 

    attaquons-nous vite au labeur !

                                     

                                                    Rotpier

    Pierre en crabe

    Image bidouillée par le Rotpier !

     


    6 commentaires
  •  

    Réponses pour les rébus :

    Je viens de les mettre sur le billet d'avant … « rébus » ! 

     Un grand bravo à ceux qui avaient trouvé !

    Pour les autres, un petit retour en arrière est souvent gage d'un grand sourire à venir ! 

     

    .

     

     


    votre commentaire
  •  

    Et si l’on faisait un petit arrêt rébus ?

    … Juste comme ça, pour se dégourdir un peu les neurones !

     

     

    rebus-401-1
    rebus-401-2

     

    Petite aide au rébus

    (les champions s'en passeront !) :

     

            C’est du sérieux mais présenté avec humour !

     

    2ème ligne, 2ème image: la sale bête suce le sang et apporte une maladie ! 3ème image : à 3H 52 du mat, il est très "  - - -  " !    ( l'autre aussi ! ) Dernière image: de sable ou d'autre chose !

    3ème ligne, 2ème image : quand son nez s'allonge, il " - - - - " !  

    4ème ligne, 2ème image : produit fabriqué par un ver aimant le mûrier ! 

    5ème ligne, 3ème image : pour le P, il faut le dissocier phonétiquement !  

    7ème ligne, 2ème image : en direct " Grrrrrrrrrrrr " !  

    8ème ligne, 3ème image: le cri du mouton !  

    9ème ligne, 1ère image :  en direct : " ti " 

     

    Et pis c'est tout !

     

     Et... Bonne messe à tous !   En plus ... ça rime !

     

     Réponse :

    Un homme politique totalement honnête, ne soyons pas dupes,

    est aussi courant qu’une grenouille de bénitier en minijupe !

     

    Nota : Je vous l’avais bien dit que ça rimait !

     

     

    xxxxxxxxxxxxxxxxxxx

     

    Le second en bonus et sans aide  pour  les accros !

    C'est un rébus assez court, pas trop difficile et non commercial ! 

     

     

    Allez, au boulot brav' gens ! ... Sans faire de révérence et en sachant que j'ai tiré la mienne la semaine passée ! 

     

    Réponse :

    J’ai ouï dire que le marquis de La Fayette était un sacré déconneur et qu’il excellait dans l’art d’amuser les galeries et de faire grimacer le Printemps !

     

     

     

     

     

     

     

     


    7 commentaires
  • Chers ami(e)s: bonjour !

    Comme le dit le titre: Pas beaucoup de billets, trop de boulot ... bien que ce soit du thuyas !

     

     

     

     

    Elagage à la nacelle et maintien du tronc par engin de levage

     

     

    Travail à la nacelle

     

    Elagage et abattage du frère jumeau 

     

     

     

    Dessouchage

     

    Il reste à faire :

    -         Découpe des billes, enlèvement des branches, nettoyage.

    -         Jongler avec les assurances

    -         Voir devis couverture pour la maison de notre voisine (peu de dégâts heureusement !)

    -         Et après, plein de boulot pour ressemer le gazon et refaire une partie des chemins !

    Peut-être à dimanche pour les rébus ?

    Je tâcherais de passer un peu vous voir sur les blogs ! 


    4 commentaires
  •  

     

    Image du net

    Mise en garde :

    De Griveaux à grivois, il n’y a qu’un pas,

    à vous de le franchir ou pas !

     

    Aux ambitieux de la sphère politique,

    sans exclure les autres sphères…

     

    Fabliau sur corde raide,

     

    Ce n’est qu’un petit fabliau

    pour ceux qui veulent monter haut

    dans le cénacle politique

    et ne pas perdre leur boutique.

     

    Aujourd’hui on n’est plus hier

    on est défait en un éclair

    par une photo dérobée

    et sur les réseaux étalée.

     

         Vous qui êtes …

    A gauche à droite ou au milieu

    à la base ou auprès de Dieu

    méditez ce petit adage

    pour éviter le grand naufrage :

     

    « Méfiez-vous des réseaux sociaux

    où nichent de drôles d’oiseaux

    qui viennent faire leurs emplettes

    même une petite branlette

    qui vous met la tête sous l’eau

    … n’est-ce pas Benjamin Griveaux ! »

     

            Moralité :

    Il faut se méfier des selfies

    qui frôlent la pornographie

    à Paris ou bien au Creusot :

    on cache son petit oiseau !

     

               Péroraison :

    Je vais être très critiqué

    pour le vers seize c’est OK

    j’ai l’habitude c’est classique

    de trop tirer sur l’élastique !

     

    Pour le dix-huit également

    il ne faut pas nommer les gens

    il parait que ça les ébranle

    mais moi je m’en tape et  -‘  - -    - - - - - !

     

            Terminaison :

    Je vous avais bien prévenu

    et pourtant vous avez tout lu

    adeptes qu’à cela ne tienne

    des chroniques rabelaisiennes !

     

    De La fontaine à Rabelais

    soyons fiers de l’esprit français

    qui rayonne à travers le monde

    par son génie et sa faconde !

     

    Foin de quelques débordements

    dans une fable ou un roman

    un entrechat de paillardise

    c’est sur le gâteau la cerise !

     

                                 

                                                      Pierre Dupuis

     

     

    Rabelais, image du net

     

     

     


    3 commentaires
  •  

    Réponses pour les rébus :

    Je viens de les mettre sur le billet d'avant … « rébus » ! 

     Un grand bravo à ceux qui avaient trouvé !

    Pour les autres, un petit retour en arrière est souvent gage d'un grand sourire à venir ! 

     

    .

     

     


    votre commentaire
  • Et si l’on faisait un petit arrêt rébus ?

    Juste comme ça, pour se dégourdir

    un peu les neurones !

     

     

    Petite aide au rébus

    (les champions s'en passeront !) :

     

    C'est un rébus du Rotpier, qui ne ménage ni la chèvre ni le chou mais qui restera toujours d'actualité !

     

    1ère ligne, 1ère image : petite, la sale bête est lente !  2ème image : il est en coupe, je ne vous dirais rien de plus !

    2ème ligne, 1ère image : petite étendue d'eau !

    3ème ligne, 2ème image : la moitié du nom du personnage ! 3ème image : l' " - - - - - " de Vitruve par le grand Léonard !  

     4ème ligne, 2ème image : la sale bête pompe le sang et colle des maladies ! 4ème image et en direct: le symbole de la "vie"!  

    5ème ligne, 1ère image et 2ème image = le nom d'un homme politique prénommé Julien ! 3ème image : lieu où l'on entrepose des fûts !

    6ème ligne, 2ème image : " - - - " est ce personnage ? ( l'autre aussi ! )

    7ème ligne, 3ème image : elle sort amplifiée de l'appareil ! 

    Dernière ligne, dernière image : il fait toujours "S" le serpent ! Et, quand ce qui sert pend, c'est qu'il est temps de prendre un peu de repos ! ( C'est un vieux dicton plein de sagesse du Rotpier ! )

     

    Et pis c'est tout !

    A vous de jouer ! Il est court et je suis certain que vous ne le deviendrez pas pour si peu !

     

    Réponse :

    Pour un simple maroquin certains hommes politiques deviendraient chèvre quitte à se faire avoir par le premier bouc qui passe !

    PS :   Je vous prie de ne faire aucune relation avec des personnages existants ... je n’ai pas pour habitude de m’immiscer dans les sphères glauques de la politique ! 

     

     

    xxxxxxxxxxxxxxxxxxx

     

    Le second en bonus et sans aide  pour  les accros !

     

    C’est un rébus où tout se joue sur une consonne pour changer totalement le sens de cette réflexion . Le Rotpier a bien sûr choisi le coté scabreux ( pour ne pas dire obscur ! ) de la chose, mais le Rotpier, c'est le Rotpier ... et pis c'est tout !

     

     

     

     

     

            Allez, au boulot brav'  gens, ne restez pas là, plantés comme des  - - - - - !  ... Ce qui n'était pas du tout le cas de Madame sans chêne !  

     

    Réponse :

    On nous a longtemps rebattu les oreilles avec le gland des siciliens, mais nom d’une pipe en avaient-ils un vraiment plus gros que les autres ? 

     

     

     

     


    8 commentaires
  • Une fois par semaine,

    je vous propose de partager les chansons

    et les artistes que j’aime !

    Clip vidéo et paroles

     

    Cette fois-ci :

     

    Michel Polnareff

    « Le bal de Laze »

     

     

    Le bal des Laze

     

    Je serai pendu demain matin
    Ma vie n´était pas faite
    Pour les châteaux.
    Tout est arrivé ce soir de juin
    On donnait une fête
    Dans le château.

    Dans le château de Laze
    Le plus grand bal de Londres
    Lord et Lady de Laze
    Recevaient le grand monde
    Diamants, rubis, topazes
    Et blanches robes longues
    Caché dans le jardin
    Moi je serrais les poings
    Je regardais danser
    Jane et son fiancé.

    Je serai pendu demain au jour
    Dommage pour la fille
    De ce château.
    Car je crois qu´elle aimait bien l´amour
    Que l´on faisait tranquille
    Loin du château.

    Dans le château de Laze
    Pour les vingt ans de Jane
    Lord et Lady de Laze
    Avaient reçu la Reine
    Moi le fou que l´on toise
    Moi je crevais de haine
    Caché dans le jardin
    Moi je serrais les poings
    Je regardais danser
    Jane et son fiancé.

    Je serai pendu demain matin
    Ça fera quatre lignes
    Dans les journaux.
    Je ne suis qu´un vulgaire assassin
    Un vagabond indigne
    De ce château.

    Dans le château de Laze
    Peut-être bien que Jane
    A l´heure où l´on m´écrase
    Aura un peu de peine
    Mais ma dernière phrase
    Sera pour qu´on me plaigne
    Puisqu´on va lui donner
    Un autre fiancé
    Et que je n´ pourrai pas
    Supprimer celui-là

     

    Bon partage !

     

    Rotpier

     


    6 commentaires
  • Je vous rappelle cette citation :

    La plus perdue de toutes les journées est celle où l'on n'a pas ri.

    Chamfort (Maximes et pensées)
     

    La plus perdue de toutes les journées est celle où l'on n'a pas ri ... même en province !

    Rotpier (valeur ajoutée à la citation)
     

    « Le rire est le propre de l'Homme »

    Rabelais ( Pantagruel )
     

    Seulement de l’homme ?

    Le dicton de présentation :

    Mieux vaut tourner sept fois sa langue dans la bouche de sa voisine avant que de s’exprimer : cela évite d’énoncer des conneries !

    N’ ayant pas de voisine à portée de langue .................................

    .

    xxxxxxxxxxxx

     

    Préambule au sujet de mes Rotpierreries :

    Si l'on me dit que mes Rotpierreries ne sont que pacotilles, je rétorquerai que je n’ai pas non plus d’atelier, Place de Vendôme, pour les confectionner !

     

    xxxxxxxxxxxx

    Quelques Rotpierreries en vrac :

    1ère  Rotpierrerie :

     Toute femme frileuse en amour n’est pas forcément frigide : il suffit souvent, pour la dégeler, de prononcer une formule tournant autour du terme « hostas » (famille de plantes que je cultive ) pour qu’elle se réchauffe rapidement et qu’elle s’ouvre comme une fleur !

     Rotpier, un peu magicien, un peu frigoriste, un peu botaniste, un peu fumiste mais pas du tout rigoriste !

      

    2ème Rotpierrerie :

     Les femmes sont comme les cols de 1ère catégorie : on commence l’escalade à fond et on a les jambes coupées avant d’avoir atteint le sommet !

      

    3éme  Rotpierrerie :

     Ce passager venant du Larzac et qui sentait fort la chèvre, faisait régulièrement le bonheur de bon nombre de  voyageuses : c’était un infatigable broute-en-train !

     Rotpier certifie que le passager en question n’a rien à voir avec José Bové ! ……. Bien que la moustache soit un plus indéniable dans ce genre d’exercice !

    .

    4éme  Rotpierrerie :

     Je me suis laissé dire qu’Ulk, qui est baraqué comme une montagne, avait un faible pour le Vercors.

     

    5éme  Rotpierrerie basée sur la logique :

     Une personne prend une claque et ne la rend pas.

    Deux hypothèses s’offrent à nous pour analyser la situation :

    1ère hypothèse : la personne est lâche.

    2ème hypothèse : la personne est adepte de la non-violence dans la lignée de Martin Luther King ou du Mahatma Gandhi.

    Une 3ème hypothèse, bien quelle soit rarissime, peut-être retenue : cette personne est manchote !

      

              Bon, allez, je vous lâche les baskets parce que vous en avez peut-être votre claque du Rotpier !

     

    xxxxxxxxxxxxxxxxx

     

    Épicétou !

     Sur ce, le Rotpier vous salue bien !

     
     
    .
     
     
     

    5 commentaires
  •  

    Un poème ancien, écrit en 2007 ...  je crois … à moins que ma mémoire ne défaille … 

     

    Sur une très jolie photo de Jean-François Simon, un poème que j'aime tout particulièrement...

     

     Image pour Défaillance

     

    Défaillance,

     

    Il bruine dans mon cœur

    comme il pleut sur la faille ;

    pourquoi cette rancœur

    qui fait qu’un cœur défaille.

     

    Hier encore ici,

    mais revers de médaille,

    plus personne aujourd’hui

    et mon cœur qui déraille.

     

    Dans les yeux ce crachin

    augmentant la grisaille

    et le bout du chemin

    et l’ultime broussaille.

     

    La chute sans rappel

    parallèle à l’entaille,

    les rochers en scalpel

    et mon cœur en tenailles.

     

    Pour vivre maintenant

    je ne suis plus de taille,

    je plane en attendant

     d’être au pied de la faille.

     

     

                                                   Pierre Dupuis

     


    7 commentaires
  •  

    Réponses pour les rébus :

    Je viens de les mettre sur le billet d'avant … « rébus » ! 

     Un grand bravo à ceux qui avaient trouvé !

    Pour les autres, un petit retour en arrière est souvent gage d'un grand sourire à venir ! 

     

    .

     

     


    votre commentaire
  •  

    Et si l’on faisait un petit arrêt rébus ?

    … Juste comme ça, pour se dégourdir un peu les neurones !

     

     

    Petite aide au rébus

    (les champions s'en passeront !) :

     

    C’est un rébus court et bien appuyé !

    1ère ligne, 2ème image : le serpent fait toujours "s" ou "se" : c'est selon son humeur ! ( l'autre aussi ! ) Nota: bien enchaînez bien la lettre de fin de l'avant dernière image et la dernière !

    3ème ligne, 2ème image : sorte de pâté de tête de sanglier ou de cochon ! ...Allez, ne faite pas la tête !

    5ème ligne, dernière image :un " - - - " de sable ou d'autre chose !

    6ème ligne, avant dernière image : comme le Rotpier, il " - - - - - " beaucoup ! 

    8ème ligne, dernière image image : la suite du refrain de la chanson d’Antoine !

    9ème ligne, dernière image : la moitié du nom du personnage !

     

     

    Et pis c'est tout !

     

    Allez, au travail brav'  gens !  Ne craigniez rien : si vous ne trouvez pas, vous n'en aurez pas un ! 

     

     

    Réponse :

    Je suis très réservé sur le principe de la loi du talion : je pense qu’un pied de nez bien appuyé mérite un bon bourre-pif !

     

     

     

    xxxxxxxxxxxxxxxxxxx

     

    Le second en bonus et sans aide  pour  les accros !

    C'est un rébus pas trop difficile, j'espère que vous n'allez pas trop ramer ...sinon, vous descendez à la prochaine ! 

     

     

     

    Allez, au boulot !

    Il est un peu grivois, mais n'a rien à voir avec Griveaux ... encore queue ! 

     

    Rien a voir non plus avec Gabriel !


    4 commentaires
  •  

    Réponses pour les rébus :

    Je viens de les mettre sur le billet d'avant … « rébus » ! 

     Un grand bravo à ceux qui avaient trouvé !

    Pour les autres, un petit retour en arrière est souvent gage d'un grand sourire à venir ! 

     

    .

      

    Le bonus :

     

     

    Nota:

    A propos de vent, j'ai à gérer le problème d'un arbre de chez moi qui est tombé sur le pignon de la maison des voisins. Entre l'assurance et les entreprises, j'ai à faire et je ne serais certainement pas présent sur les blogs cette semaine !

    Éole m'a joué un sale tour ! 


    2 commentaires
  •  

     

    Et si l’on faisait un petit arrêt rébus ?

    … Juste comme ça, pour se dégourdir un peu les neurones !

     

     

    Petite aide au rébus

    (les champions s'en passeront !) :

     

    C’est un rébus très court, fastoche et dans le vent !

    1ère ligne, 2ème image : le mec a choppé la crève: il a une sacrée " - - - - " !

    2ème ligne,avant-dernière image : en direct " U" ! ... cocotte ! 

    Dernière ligne, dernière image : Éole est le dieu du "  - - - - " !

     

    Et pis c'est tout !

    Allez, au travail brav'  gens ! C'est un rébus bien senti qui aurait certainement plu à Éole ! 

     

     

     

    Réponse :

    Dans tous les domaines, une idée non exploitée n’est qu’un pet : ce n’est que du vent !

     

     

    Nota: A propos de vent, j'ai à gérer le problème d'un arbre de chez moi qui est tombé sur le pignon de la maison des voisins. Entre l'assurance et les entreprises, j'ai à faire et je ne serais certainement pas présent sur les blogs cette semaine ! 

     

     

     

    xxxxxxxxxxxxxxxxxxx

     

    Le second en bonus et sans aide  pour  les accros !

    C'est un rébus encore dans le vent ! Il faut dire que le temps actuel me les a soufflés tous les deux !

    Juste une petite aide : 1ère image de la 7ème ligne : ce n'est pas un PC ! ... Un péché non plus d'ailleurs, hein mes mignons !

     

     

     

    Allez, au boulot !

    Il n' est pas aussi costaud que la semaine passée 


    5 commentaires
  •  

    Une fois par semaine,

    je vous propose de partager les chansons

    et les artistes que j’aime !

    Clip vidéo et paroles

     

    Cette fois-ci :

     

    "Richard Cocciante"

    « Avec simplicité »

     

    Pour écrire d'aussi belles chansons, je pense qu'il a un Cocciante intellectuel au dessus de la moyenne ... quand pensez-vous?

     
     

     
     
     
     

    Avec Simplicité :

    .

    Tu m'as dit des mots d'amitié, l'amour s'est glissé en moi
    Avec simplicité
    De tous petits mots parfumés d'oiseaux sont tombés du ciel
    Avec simplicité
    Je ne crierai plus au secours
    Le chagrin d'hier tourne court
    C'est toi qui l'as tué
    Avec simplicité

    Je t'emporte dans ma chanson d'amour inventée pour toi
    Avec simplicité
    Quelle soit belle ou non, ma chanson, elle suit le fil de ta voix
    Avec simplicité
    Je n'ai plus de fête sans toi
    La seule fête pour moi
    C'est seulement de t'aimer
    Avec simplicité
    Et je sais très bien désormais
    Pour qui j'ai envie de chanter

    Tu me quittes une heure, je suis mort
    Je n'ai plus ni cœur ni corps, je suis désenchanté
    Par une ombre aux yeux de soleil
    Qui a cambriolé presque tout mon sommeil
    Avec simplicité
    Il y a ton orage dans l'air
    Il y a ton sourire sur la mer
    Il y a ton éclair, ton électricité

    Le printemps peut battre tambour
    La fleur qui fait mon cœur moins lourd
    C'est toi qui l'as semé
    Avec simplicité
    Et je sais pour qui désormais
    Le soir j'ai envie de chanter

    Je n'existe plus quand tu sors
    J'ai toute ma vie dehors, je suis désenchanté
    Par une ombre au cœur qui sommeille
    Qui a cambriolé presque tout mon soleil
    Avec simplicité
    Il y a ton parfum doux amer
    Cette eau pure au cœur du désert
    Il y a chaque nuit sur mes nerfs
    Cette éventualité
    De ta simplicité

      

     

    Bon partage ... tout en simplicité !

     

    Rotpier

     


    7 commentaires
  • L'actualité vue par Rotpier 1ère image de présentation

    Dans les coulisses du :

    Projet de plan de paix entre Israéliens et Palestiniens

    mijoté par Donald Trump 

     

    xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx

    Petit jeu en bonus:

    Cherchez l'erreur de nomenclature :

     

     

    Si vous avez trouvé, vous pouvez vous engager dans l'armée ! Purée de purée !

     

    xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx

     

    Et pis c'est tout pour aujourd'hui !

    ( Petits montages à partir d'images du net !)

    Le Rotpier

     


    6 commentaires
  •  


    image du net

     

    Le vieux pêcheur et le mérou,

     

    Originaire de Corfou

    fils et petit fils de pêcheur

    original et un peu fou

    mais avant tout homme de cœur.

     

    Il avait un petit bateau

    un héritage de son père

    c’était un antique rafiot

    qui sentait très fort la misère.

     

    Colmaté un peu de partout

    il tenait la mer de première

    rendant bien des marins jaloux

    ça clabaudait dans les chaumières !

     

    Son rêve était de ramener

    un mérou brun de taille énorme

    et de l’exposer sous le nez

    de tous ses pairs sans autre forme.

     

    Et ce jour là était venu

    il avait dépassé son rêve

    un poisson énorme et ventru

    était étalé sur la grève.

     

    On le pesa : cent vingt kilos !

    très joli poids sur la balance

    il entama presque aussitôt

    de frénétiques pas de danse !

     

    Un peu comme Zorba le Grec

    après l’échec de l’entreprise

    cela cloua vraiment le bec

    aux jaloux à la mine grise.

    .

    Le mérou rejoint un étal

    face au vieux port dos à la halle

    hors de question que l’animal

    subisse une vente banale !

     

    Tout le monde voulait le voir

    un long cortège de Corfiotes

    défila du matin au soir

    certains même avec des loupiottes !

     

    Et c’était des oh ! Et des ah !

    « t’as vu la taille de son ventre

    je n’ai vraiment jamais vu ça

    quel animal diantre de diantre ! »

     

    Ce ne fut qu’au petit matin

    qu’il décida de la découpe

    aidé de quatre bons copains

    des gars sérieux sans entourloupe !

     

    C’est au moment de le vider

    que la surprise fut totale

    du ventre aussitôt tailladé

    s’échappa une énorme opale !

     

    Et puis ce fut d’autres bijoux

    une véritable fortune

    les jaloux furent plus jaloux :

    il avait décroché la lune !

     

    Avalé au fond de la mer

    et venant d’une ancienne épave

    un trésor que beaucoup d’experts

    avaient raté de façon grave !

     

    Probablement un acatium

    un bateau de la Grèce antique

    fuyant la loi de l’impérium

    de Rome la monolithique !

     

    Il était très riche à présent

    lui le fauché le sans-le-sou

    il décida sur le moment

    d’offrir aux pauvres le mérou ;

     

    Il fit un balthazar géant

    en empruntant sur sa fortune

    plus de problème maintenant

    qu’il avait un monceau de thunes !

     

    Les banquiers lui faisaient la cour

    afin de gérer sa richesse

    les femmes lui tournaient autour

    clignant des yeux roulant des fesses !

     

    Mais il garda femme et amis

    au grand dam de ces lèche-bottes

    il se fit quelques ennemis

    chez les nantis et les cocottes !

     

    Mais pas de quoi fouetter un chat

    le temps mit fin aux jalousies

    aux éternels prêchi-prêcha

    la bile fut vite moisie !

     

                Péroraison :

     

    Dans la belle île de Corfou

    se mit en place une légende

    glorifiant pêcheur et mérou

    et leur réputation fut grande !

     

    xxxxxxxxxxxxx

     

        Premier aparté :

    Si j’étais un sage poète

    j’aurais pu en rester ici

    mais moi je n’en fais qu’à ma tête

    et je me fiche des lazzis !

    .

    Vous pourrez donc dans une glace

    avoir un petit aperçu

    de ce que je peux mettre en place

    sans pour autant avoir trop bu !

     

         Eclairage :

    Il existe moult variétés de mérous dont

    le nom scientifique est : Epinephelus marginatus.

    Epinephelus … déjà tout un programme si on remplace

    le second « e » par un « a » ! Ah ah ah !

     

    Donc: à votre glace !

     

    Second aparté :

    Les anagrammes de « mérou » sont :

    « morue » et « mœurs »

    Avouez que c’est encore là tout un programme !

     

    xxxxxxxxxxxxxx

     

    Sur cette affaire extravagante

    voila vous savez presque tout

    le vieux pêcheur et le mérou :

    une aventure ébouriffante !

     

    Je vous laisse car j’ai à faire :

    je pars à la pêche au mérou

    avec un ami de Corfou

    qui connaît très bien son affaire !

     

    Et si nous revenons bredouilles

    il m’apprendra le sirtaki

    et quand je l’aurais bien appris

    nous irons jouer les arsouilles !

     

    J’aurais pu choisir une rime

     bien plus scabreuse mais voila

    ma muse qui veille et m’opprime

    m’a dit : « Adieu si tu fais ça ! »

     

    Elle n’est pas facile à vivre

    et je ne suis que son féal

    alors parfois moi je l’enivre

    et l’enferme dans un bocal !

     

    Je la pose sur mon pupitre

    ses yeux me lancent des éclairs

    alors je ris et fais le pitre

    mais pas bien longtemps ça c’est clair !

     

    Un jour et c’est couru d’avance

    elle me laissera tomber

    un gars lui fera des avances

    un gaillard au torse bombé.

     

    Mais j’ai déjà prévu la chose

    j’ai acheté un revolver

    j’effacerai ce pas-grand-chose

    de douze balles de Luger !

     

    J’en remettrai dans la foulée

    douze de plus dans le chargeur

    hors de question que la traînée

    s’en aille fricoter ailleurs !

     

    Je n’alignerai plus de rîmes

    je n’aurais plus d’inspiration

    ensuite viendra la déprime

    c’est le lot de tout histrion !

     

    A moins qu’une nouvelle muse

    ne pointe le bout de son nez

    que je la séduise et l’abuse

    en la soûlant lors d’un dîner !

     

    Elle sera ma Pénélope

    je serai son Ulysse aimé

    en cas de mauvais horoscope : 

    une de plus à supprimer !

     

                           

                                Rotpier

     

    Petit cadeau en prime : 

     

     

     

     

     


    7 commentaires
  •  

    Réponses pour les rébus :

    Je viens de les mettre sur le billet d'avant … « rébus » ! 

     Un grand bravo à ceux qui avaient trouvé !

    Pour les autres, un petit retour en arrière est souvent gage d'un grand sourire à venir ! 

     

    .

     


    votre commentaire
  •  

    Et si l’on faisait un petit arrêt rébus ?

    … Juste comme ça, pour se dégourdir un peu les neurones !

     

     

    Petite aide au rébus

    (les champions s'en passeront !) :

     

    C’est un rébus court et qui a fait marcher beaucoup de gens il n'y a pas très longtemps et ce n'est peut-être pas fini !

    1ère ligne, 2ème image : "oui " en allemand et il faut séparer les deux lettres ! 

    2ème ligne, dernière image : en direct " grrrr " ! ( L'autre aussi ! Il y a répétition d'une même formule : il y a la formule 1 et la formule 2 ... comme dans la couse automobile ... mais là, je m'égare du nord !)

    3ème ligne, dernière image : les feuilles, les fruits et l’écorce d'un arbre cher à Shakespeare ! (L'autre aussi ! Il y a répétition d'une même formule : il y a la formule 1 et la formule 2 ... comme dans la couse automobile ... mais là, je m'égare du nord !)

    4ème ligne, avant dernière image : ça sent mauvais, donc ça  " - - - " au présent de l'indicatif ! 

    7ème ligne, dernière image : Éros est le dieu de "  - - - - - " ! ... et parfois, il est rosse ! 

    9ème ligne, 2ème image : la moitié du nom du volatile !

    10ème ligne, avant dernière image : il y en a 4 de 2 personnes !

    11ème ligne, avant dernière image : un diagramme de  "  - - - " et pas pour les bourricots ! 

     

    Et pis c'est tout !

     

          Allez, au travail brav'  gens ! Si vous ne trouvez pas, hors de question que je vous rembourse ! 

     

    Réponse :

    Il y a pire que la grève des transports publics : la grève des transports amoureux ! Et là, c’est coton pour se faire rembourser son billet ! 

     

     

     

     

    xxxxxxxxxxxxxxxxxxx

     

    Le second en bonus et sans aide  pour  les accros !

    C'est un rébus très long et pas facile : débutants s'abstenir ! 

     

     

     

     

    Allez, au boulot !

    Il est costaud mes petits agneaux ! 

     

    Ne me dites pas : " Ô Maître ! Que vous êtes intelligent ! " Vous entreriez dans la catégorie exposée ! ... Et non explosée, ce qui fait quand même une sacrée différence de poids ! 

     

     

    Réponse :

    Supposons que j’utilise le néologisme « Lèchebien » pour désigner un bas flatteur, je serais obligé de passer à « Lèchebienne » pour le cas d’une femme et je pense que je serais voué, alors, aux gémonies sur le grand autel des réseaux sociaux !

     

    Nota: Je vous avais prévenu qu'il était costaud !   

     

     

     

     

     

     

     


    8 commentaires
  •  

    Une fois par semaine,

    je vous propose de partager les chansons

    et les artistes que j’aime !

    Clip vidéo et paroles

     

    Cette fois-ci :

     

    « Femme des année 80" » ou " Être une femme "

     

    «Michel Sardou »

     

    … ça décoiffe un peu !

     

     

     

     

    ♪ Être une femme ♪

     

    Dans un voyage en absurdie
    Que je fais lorsque je m'ennuie,
    J'ai imaginé sans complexe
    Qu'un matin je changeais de sexe,
    Que je vivais l'étrange drame
    D'être une femme.

    Femme des années 80,
    Mais femme jusqu'au bout des seins,
    Ayant réussi l'amalgame
    De l'autorité et du charme.
    Femme des années 80,
    Moins Colombine qu'Arlequin,
    Sachant pianoter sur la gamme
    Qui va du grand sourire aux larmes.

    Être un P.D.G. en bas noirs,
    Sexy comm'autrefois les stars,
    Être un général d'infanterie
    Rouler des patins aux conscrits.

    Enceinte jusqu'au fond des yeux,
    Qu'on a envie d'app'ler monsieur,
    Être un flic ou pompier d'service
    Et donner le sein à mon fils.

    Femme cinéaste, écrivain,
    A la fois poète et mannequin,
    Femme panthère sous sa pelisse
    Et femme banquière planquée en Suisse.

    Femme dévoreuse de minets,
    Femme directeur de cabinet,
    A la fois sensuelle et pudique
    Et femme chirurgien-esthétique.

    Une maîtresse Messaline
    Et contremaîtresse à l'usine,
    Faire le matin les abattoirs
    Et dans la soirée le trottoir.

    Femme et gardien de la paix,
    Chauffeur de car, agent-secret,
    Femme général d'aviation,
    Rouler des gamelles aux plantons.

    Être un major de promotion,
    Parler six langues, ceinture marron,
    Championne du monde des culturistes,
    Aimer Sissi impératrice.

    Enceinte jusqu'au fond des yeux,
    Qu'on a envie d'app'ler monsieur,
    En robe du soir, à talons plats,
    Qu'on voudrait bien app'ler papa.

    Femme pilote de long-courriers
    Mais femme à la tour contrôlée,
    Galonnée jusqu'au porte-jarretelles
    Et au steward rouler des pelles.

    Maîtriser à fond le système,
    Accéder au pouvoir suprême:
    S'installer à la Présidence
    Et de là faire bander la France.

    Femme et gardienne de prison,
    Chanteuse d'orchestre et franc-maçon,
    Une strip-teaseuse à corps perdu,
    Emmerdeuse comme on en fait plus.

    Femme conducteur d'autobus,
    Porte des halles, vendeuse aux puces,
    Qu'on a envie d'appeler Georges
    Mais qu'on aime bien sans soutien-gorge.

    Être un P.D.G. en bas noirs,
    Sexy comm'autrefois les stars,
    Être un général d'infanterie,
    Rouler des patins aux conscrits.

    Femme cinéaste, écrivain,
    A la fois poète et mannequin,
    Femme panthère sous sa pelisse
    Et femme banquière planquée en Suisse.

    Femme dévoreuse de minets,
    Femme directeur de cabinet,
    A la fois sensuelle et pudique
    Et femme chirurgien-esthétique.

    Être un major de promotion,
    Parler six langues, ceinture marron,
    Championne du monde des culturistes,
    Aimer Sissi impératrice.

    Femme et gardien de la paix,
    Chauffeur de car, agent-secret,
    Femme général d'aviation,
    Rouler des gamelles aux plantons.

    Femme pilote de long-courriers
    Mais femme à la tour contrôlée,
    Galonnée jusqu'au porte-jarretelles
    Et au steward rouler des pelles.

    Maîtriser à fond le système,
    Accéder au pouvoir suprême:
    S'installer à la Présidence
    Et de là faire bander la France.

    Femme des années 80,
    Moins Colombine qu'Arlequin,
    Sachant pianoter sur la gamme
    Qui va du grand sourire aux larmes.

     

    Bon partage !

     

    Rotpier

     

     


    6 commentaires
  • Certains ont leurs Zozios, le Rotpier a ses chouettes Chouettes !

    Elles sont féminines ou masculines  et assez BCBG… quoique !

    Il leur arrive fréquemment de se voler dans les plumes sans ménagement ! 

     Elles sont, selon les circonstances, sentencieuses, drôles, percutantes, graves, irrévérencieuses, taclantes et même parfois … grivoises, mais toujours en utilisant un vocabulaire respectueux… enfin presque !

    Le Rotpier l'homme qui murmurait (2)

     

    Les hululucubrations abracadabrantesques

    des chouettes Chouettes du Rotpier

     

     

     

     

     

     

    Signature Rotpier

     


    5 commentaires
  •  

     

    Non, non!  Rassurez-vous: je n'ai pas encore perdu la boule ... d'autres peut-être ?

     

    Ados aux smartphones ou accros aux smartphones ... c'est pareil !

    Image bidouillée du net !

     

    xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx

    .

    Image du net d'une autre planète !

     

    Revenons aux fondamentaux,

    ou

    Et si Pierre Boulle avait vu juste…

     

    On peut me traiter de vieux schnock

    de croulant au trois quarts sénile,

    dire que je radote en bloc

    et me classer dans les fossiles !

     

                Mais…

    Quand je regarde les ados

    les doigts crispés autour des touches,

    pour faire la bête à deux dos

    ils doivent le faire en Bluetooth !

     

    Terminé le contact direct,

    exit le branchement physique,

    c’est peut-être un peu plus sélect

    mais rien ne vaut l’acte basique !

     

    À ce rythme c’est l’extinction

    des humains dans quelques années,

    terminé la copulation,

    vieille technique surannée !

     

    Les singes tout en honorant

    leurs guenons de façon classique

    rigoleront à pleines dents

    en se tamponnant des critiques !

     

    Si Pierre Boulle était vivant

    il se taperait sur les cuisses :

    bien en avance sur son temps

    il avait flairé les prémices !

              

              Péroraison :

    Allez bougez-vous les ados,

    laissez tomber claviers et touches,

    revenez aux fondamentaux

    et restez à portée de bouche !

     

    A trop baigner dans le virtuel

    on passe à coté de la vie,

    en amour pas de logiciel,

    pas de volonté asservie !

     

    Décrochez des réseaux sociaux

    ces lieux que l’on croit de partage

    mais qui sont, bien que conviviaux,

    des lieux d’errance et d’engluage !

     

    Le digital est un besoin

    mais pas sur des bouts de plastique

    et comme Eros je vous enjoins

    de vous la jouer plus romantique !

     

    Apprenez sur le bout des doigts

    l’art de prodiguer des caresses,

    laissez tomber les écrans rois

    cherchez d’autres rimes en « esses » !

     

    Il y en a des quantités,

    je vous le dis, je le professe,

    j’en vois une de qualité

    … très orientée… je le confesse !

     

    Je ne vous fais pas de dessin

    … par Aphrodite ! Une autre rime !

    Je vous l’abandonne à dessein :

    je suis quelqu’un de magnanime !

     

                                                                                       Pierre Dupuis

     

     

    Image du net: Pierre Boulle, par le dessinateur Gabriel Worst

     

     

     


    6 commentaires
  •  

    Réponses pour les rébus :

    Je viens de les mettre sur le billet d'avant … « rébus » ! 

     Un grand bravo à ceux qui avaient trouvé !

    Pour les autres, un petit retour en arrière est souvent gage d'un grand sourire à venir ! 

     

    .

     


    votre commentaire
  •  

     

    Et si l’on faisait un petit arrêt rébus ?

    … Juste comme ça, pour se dégourdir un peu les neurones !

     

     

     

    Petite aide au rébus

    (les champions s'en passeront !) :

     

    C’est un rébus très court et qui fleure bon le Rotpier !

     

    2ème ligne, 1ère image : le garçon "  - - - - -  " ( verbe conjugué au présent de l’indic à tifs, un traître à cheveux longs ! ) Avant dernière image : il ne faut pas prendre le fils ! ( l'autre aussi ! )

    3ème ligne, avant dernière image : quand son nez s'allonge, il " - - - - " ! ... quand c'est autre chose, on ne sait pas !

     6ème ligne, 1ère image : " oui " en russe !  2ème image : ce qui sort amplifié de l'apareil ! 

    7ème ligne, 3ème image : l'assassin "  - - - " ( verbe conjugué au présent de l’indic à tifs, un traître à cheveux longs ! ) Avant dernière image : 0,5 Km / h, c'est très  " -  - - - " !

    8ème ligne, 3ème image : lieu où l'on entrepose des fûts !  

     

    Et pis c'est tout !

     

    Allez, au travail brav'  gens, si vous déchiffrez bien, vous aurez peut-être le temps d'en enfiler !

     

     

    Réponse :

    Quand on est pêcheur de perles, on ne mange pas de fayots sous peine d’avoir des flatulences à en lâcher des perles !

     

     

     

    xxxxxxxxxxxxxxxxxxx

     

    Le second en bonus et sans aide  pour  les accros !

    C'est un rébus assez long qui vous donnera peut-être des frissons ! Deux noms de personnages plutôt ( comme on dit chez Mickey ) terrifiants y sont évoqué ! Mais dans l'ensemble ... C tas C  Ma Rang ... enfin, je crois ! Allons-y mes titis !

    PS : Ne coincez pas sur la 1ère image de la 8ème ligne ... vous m'avez bien entendu ?

     

     

     

     

    Allez, au boulot !

    Il est quand même costaud aussi bien pour les français que les belges qu'ils soient des Ardennes où non ! 

    Mais, je sais que vous êtes des ogres des rébus et que vous allez trouver !

     

     

    Réponse :

    Il ne faut pas faire de rapprochements entre la ferme des mille vaches dans la Somme et l’affaire d’Émile Louis dans l’Yonne. Nonobstant l’analogie phonétique, aucun lien ne les relie ! Je vous Fourniret moult explications plus tard !

     

    Nota:  " Fourniret " ... c'était juste pour tenir compagnie à Emile Louis ! 


    11 commentaires
  •  

    Une fois par semaine,

    je vous propose de partager les chansons

    et les artistes que j’aime !

    Clip vidéo et paroles

     

    Cette fois-ci :

     

    Suzane :

    " Il est où le SAV ?  "

     

    Une petite qui monte, qui monte et qui n'est pas bébête !

     

     

    On a cassé la planète, il est où le SAV ?
    On a cassé la planète,  et ça tout le monde savait

    Dans la vie, y'a des cactus, et sur ces mêmes cactus, depuis y'a du plastique (Aïe)
    Sur les plages de Koh-Lanta, derrière les candidats, c'est pas si idyllique
    Y'a des pailles McDo qui sirotent sur l'eau, Coca plastique qui flotte sur le Pacifique

    Un Capri-Sun à la dérive, qui finit sur la rive dans la bouche d'une tortue

    Ça s'réchauffe, ça s'réchauffe, ça s'réchauffe
    La planète a la tête en surchauffe

    Ça s'réchauffe, ça s'réchauffe, ça s'réchauffe
    La planète a la tête en surchauffe

    On a cassé la planète, il est où le SAV ?
    On a cassé la planète, et ça tout le monde savait
    On a cassé la planète, il est où le SAV ?
    On a cassé la planète, et ça tout le monde savait

    Y'a comme un air de chicha sur les buildings pékinois, le smog made in China
    Les usines crachent leurs poumons, on est tous au premier balcon pour voir le ciel couleur béton
    On mange des glaces en février, y'a plus de glace sur les glaciers, les ours polaires vont transpirer

    Bulldozers dans les forêts, l'orang-outan est délogé pour d'la pâte à tartiner

    Ça s'réchauffe, ça s'réchauffe, ça s'réchauffe
    La planète a la tête en surchauffe
    Ça s'réchauffe, ça s'réchauffe, ça s'réchauffe
    La planète a la tête en surchauffe

    On a cassé la planète, il est où le SAV ?
    On a cassé la planète, et ça tout le monde savait
    On a cassé la planète, il est où le SAV ?
    On a cassé la planète, et ça tout le monde savait

    (La planète a la tête en surchauffe

    La planète a la tête en surchauffe
    À toi qui danses)

    J'me dis parfois : "T'façon, il est trop tard"
    Que sommes-nous face à l'euro, le dollar ?
    Un bout de charbon dans une marée noire
    Une tumeur qui ne crée que des cauchemars

    Mais je me concentre sur ce que je veux donner
    Une énergie commune qui peut rassembler
    J'm'apprêtais à contacter le SAV
    Mais le numéro est dévié sur ma ligne

    On a cassé la planète, il est où le SAV ? (il est où le SAV ?)
    On a cassé la planète, et ça tout le monde savait

    (et ça tout le monde savait, et ça tout le monde savait)

    On a cassé la planète, il est où le SAV ? (il est où le SAV ?)
    On a cassé la planète, et ça tout le monde savait

    (et ça tout le monde savait, et ça tout le monde savait)

     

    Bon partage !

     

    Rotpier


    6 commentaires
  • Je vous rappelle cette citation :

    La plus perdue de toutes les journées est celle où l'on n'a pas ri.

    Chamfort (Maximes et pensées)
     

    La plus perdue de toutes les journées est celle où l'on n'a pas ri ... même en province !

    Rotpier (valeur ajoutée à la citation)
     

    « Le rire est le propre de l'Homme »

    Rabelais ( Pantagruel )
     

    Seulement de l’homme ?

     

    Le dicton de présentation :

    Mieux vaut tourner sept fois sa langue dans la bouche de sa voisine avant que de s’exprimer : cela évite d’énoncer des conneries !

    N’ ayant pas de voisine à portée de langue .................................

    .

    xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx

    Quelques conneries en vrac :

     1ère  Connerie :

    J’avais un choix de lecture à faire entre la philosophie de Géo Trouvetout et celle de Jéhovah. J’ai opté pour celle de Géo Trouvetout : c’est quand même quelque chose d’infiniment plus sérieux !  Et j’en suis témoin.

    .

     2ème Connerie :

    J’avais emmené ma belle-mère voir le tour de France. La caravane est bien passée, mais ils m’ont laissé le chameau !

     

    3éme  Connerie :

    Le procès de Fillon, suite aux emplois fictifs de sa Pénélope de femme, aura bientôt lieu. J’espère qu’ils vont se faire tailler un beau costume dans les 24 heures, dûment ! J’espère aussi, sans y croire vraiment, qu’ils vont faire un petit tour en tôle ce qui permettrait à Pénélope de s’attaquer à une tapisserie représentant un motif de la Grèce antique, pourquoi pas une déesse à cul lisse ?

     

    4éme  Connerie : 

    Pour protéger les plus démunis du froid, il serait bon de prendre des décrets gouvernementaux ad hoc et réellement appliqués afin que tous ces pauvres gens ne fassent pas tintin comme par le passé, qu’ils viennent ou non du Tibet.

    Je propose également que tous les candidats aux prochaines municipales qui auront ramassé une veste la remettent à des organisations caritatives afin qu’elles les redistribuent ce qui assurerait une bonne couverture sociale.

    Après avoir exposé ceci, ne pensez-vous pas que je mérite un poste important au Ministère de la santé et de la protection sociale ? Je ne suis pas une buse hein ! Qui pourrait me pistonner auprès d’Agnès ?  

     

    5éme  Connerie : 

    Elle l’avait plaqué pour un rugbyman ! Au bout de six mois, elle avait le ballon  ( plutôt ovale ! ) et sa ligne avant avait subit une belle transformation ! Preuve qu’il avait dû lui faire une jolie passe dans le dos lors d’une mêlée rapprochée !

     

     

    xxxxxxxxxxxxxxxxx

     

    Épicétou !

     Sur ce, le Rotpier vous salue bien !

     
     
    .
     
     

    6 commentaires
  • Préface :

     Suite au second rébus de dimanche dernier qui parlait des belles de nuit chinoises de Belleville, je vous propose un poème écrit il y a 11 ans environ.

     

     Vous trouverez, à la suite, un article traitant du sujet si vous ne le connaissez pas.

     

     Pierre

     

     

     
    Images prise sur le net

         

       A ces femmes chinoises qui se prostituent par nécessité vitale

     

     
     
    Image prise sur le net
     

      

    Marcheuses,

     

    Elles sont des centaines

    dans sa situation

    pour le moins incertaine

    soumise à perversion.

     

    C’est leur moyenne d’âge

    - la quarantaine et plus ! -

    qui surprend au passage,

    provocant le hiatus.

     

    Péripatéticienne,

    pas d’autre solution,

    drôle de paroissienne

    dans cette « profession » !

     

    Son pays c’est la chine,

    elle y rêve toujours !

    Ici, courbant l’échine,

    elle vend de l’amour.

     

    Il n’y a plus d’usine

    au Dongbei sinistré,

    la plupart sont en ruines :

    emploi défenestré !

     

    Petit garçon à charge

    mais aussi des parents

    et plus du tout de marge :

    partir en soupirant.

     

    Un visa pour la France

    et des petits boulots,

    le rêve devient rance,

    il est loin le gros lot !

     

    Paris, la belle ville

    dont on rêve le soir,

    mais aussi Belleville

    où l’on fait le trottoir !

     

     

    Elle est là, elle marche,

    recherchant le client,

    mais rien dans sa démarche

    de vraiment provoquant.

     

    Pas d’allure indécente :

    minijupe au rencart,

    tout juste une passante

    un peu trop à l’écart.

     

    Du trottoir à l’impasse,

    de l’hôtel au meublé

    à moitié prix la passe,

    ça casse le marché !

     

    SIDA en embuscade

    et mauvais coups en plus,

    juste une aide à ce stade :

    celle du Lotus Bus !

     

    Joli nom de programme

    balayant le motus,

    seul secours pour ces femmes

    du pays du lotus !

     

    Et Médecins du Monde

    sur un nouveau chantier

    sur notre terre ronde

    mais là … c’est à nos pieds !

     

    Elle marche et circule,

    il faut bien se montrer,

    sans un petit pécule

    pas question de rentrer.

     

    Avec un peu de chance

    … la fin de ce parcours ?

    Mais pour l’instant, l’urgence,

    c’est de vendre l’amour.

     

     

                                                Pierre

     

     

    Le Lotus Bus à Belleville (Image: Médecins du Monde)

     

     Article de Radio 86 :

       

    Les marcheuses de Belleville

     On les appelle les «marcheuses de Belleville». Elles sont chinoises, entre trente-cinq et cinquante ans, elles ont l’air de se promener et pourtant elle sont prostituées. Originaires du Nord-Est de la Chine, les prostituées chinoises sont apparues sur les trottoirs de Belleville au début des années 2000. Victimes des restructurations de l’industrie et des usines d’Etats, ces anciennes cadres ou employées sont venues en France dans l’espoir d’une vie meilleure.

    Qui sont ces prostituées d’un autre type ? Quel est leur quotidien ? Quel est leur avenir ?

    Avec Marie Debrus, responsable du Lotus Bus, un programme de prévention et d’accès au droit mis en place par Médecins du Monde.

    La prostitution des femmes chinoises est un phénomène récent apparu dans les années 2000. « Ce sont les associations qui travaillent dans les rues qui ont commencé à voir des femmes chinoises, ce qui était plutôt inhabituel jusqu’alors » explique Marie Debrus. Mais elles ne ressemblent en rien aux autres prostituées parisiennes. Plutôt discrètes, elles arpentent les trottoirs et n’ont pas de souteneur. Ces femmes, entre trente-cinq et cinquante ans, sont pour la plupart originaires du Dongbei, la région du Nord-Est sinistrée après les restructurations et les fermetures d’usines d’état. Elles sont venues en France, souvent avec un visa touriste ou d’affaires, pensant travailler sur place ignorant les difficultés administratives. Elles se retrouvent alors dans la rue, souvent après l’échec de petits boulots effectués chez les Chinois, comme la garde d’enfants par exemple. Une fois dans la rue, ces femmes sont des proies faciles pour différents réseaux, sujettes aux violences de la rue, des clients mais aussi de la police.

    Afin de venir en aide à ces « marcheuses », Médecins du Monde a mis en place la mission [bLotus Bus[/b] en 2004, qui allie travail de rue (distribution de préservatifs, prise de contact, prévention), permanences en chinois au Centre d’accueil avec des ateliers de discussion (autour des accès aux soins, des droits, de la santé) et accompagnement physiques des personnes dans leurs démarches administratives. Si l’institution est aujourd’hui bien connue des Chinoises, gagner leur confiance n’est pourtant pas si facile. « Ces femmes vivent toutes dans une peur permanente ».
    Quel est l’avenir pour ces femmes ? « Beaucoup souhaitent repartir mais l’urgence aujourd’hui est de gagner leur vie » explique Marie Debrus.

    Auteur: Marion Zipfel 

     

     

     


    4 commentaires